AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Frédéric Abergel (Traducteur)
ISBN : 2757818686
Éditeur : Points (27/05/2010)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 41 notes)
Résumé :
Comme l’écrit Stephen King : « Lee Child satisfait le plus doux et éternel fantasme de l’homme : errer à travers le monde et donner un coup de main quand le besoin s’en fait sentir… Avec un Beretta, une lampe à souder ou une mitraillette, pourquoi pas ? L’usage de la grenade est facultatif ».

L’humour (anglais) est toujours de rigueur.

Assis à la terrasse d’un café de New York, l’ancien flic de la police militaire américaine Jack Reache... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
BlackKat
  19 septembre 2016
Sans douceur excessive est le dixième volet des aventures de Jack Reacher, personnage récurrent mis en scène par Lee Child.
On ne peut même pas boire tranquille, à la terrasse d'un café, à New-York!
Surtout pas lorsqu'on s'appelle Jack Reacher!
Toujours les sens en alerte, attentif au moindre détail de son environnement, notre homme se retrouve au milieu d'une prise d'otage avec remise de rançon... Mais il est loin d'être stupide et cette affaire est loin d'être anodine! Et Reacher est un individu qui aime comprendre, avoir les tenants et les aboutissants, activer les rouages de son cerveau, anticiper et surmonter les épreuves.
Et même s'il n'a qu'une parole, il ne sera jamais le jouet de personne...
Mais cette fois, s'en sortira-t-il indemne?
Je ne dirai pas un mot des adaptations ciné des romans de Lee Child car si elles sont un bon divertissement, elles illustrent parfaitement une magistrale erreur de casting (ceux qui connaissent et l'acteur incarnant Jack Reacher, et ce perso, me comprendront de suite) et je ne les associerai jamais avec les romans.
Ceci étant dit, un autre problème se pose souvent lorsque je donne mon avis sur une série: soit je pars du principe que celui ou celle qui me lit connaît déjà d'autres volets de la saga et je fais donc l'impasse sur la personnalité de Reacher; soit je m'adresse à un total néophyte, au risque de me répéter d'un avis sur l'autre...
Alors je vous rassure, je ne suis pas fainéante, je ne recycle pas mes précédents avis mais faudra supporter un peu de redite... Ce qui ne me dérange pas puisque j'adore ce Jack!
Nous retrouvons un Jack Reacher au meilleur de sa forme: il est solitaire, peu bavard, froid, direct, fidèle à sa brosse à dents de voyage, ne s'encombre ni de bagages, ni de technologie. Et encore moins de famille, il n'en a pas.
Tout est dans son cerveau et ses muscles.
Notre bonhomme est bien charpenté, bien affuté, bien trop agile pour se laisser écraser en combat rapproché, il possède les meilleurs connaissances dans le domaine de l'armement en qualité d'ancien militaire.
Ceci allié à quelques neurones très efficaces et hyperactif, une faculté d'observation et de déduction au top de sa forme et une rigueur, une discipline et une maîtrise acquises durant sa vie au service de la nation...
Et nous avons le portrait tout à fait attachant de notre homme malgré un peu de raideur émotionnelle. Juste un peu...
C'est à nouveau une belle aventure tout en suspens, en scènes d'action, en réflexion. On y laisse quelques plumes, on flirte avec les lignes car les hommes ne sont jamais ce qu'ils paraissent être et que rien n'est tout noir ou blanc... On le sait, le blanc, c'est salissant... Dur de trouver de la pureté immaculée dans notre société... Et Jack Reacher aussi lucide soit-il, se laisse encore parfois prendre... mais l'état de grâce ne dure jamais bien longtemps, surtout quand le Dieu Argent est de la partie... et il l'est bien trop souvent!
Jack Reacher marche... Il marche beaucoup dans ce thriller... Et la visite des rues de New-York ne se trouve dans un aucun guide touristique, c'est clair!
Lee Child a cette qualité de nous emmener tout près de son personnage, de nous imbriquer dans son esprit, en suivant le cours de ses analyses et de ses pensées, sans jamais nous laisser "spectateur passif" de l'intrigue. Chaque lecture est jouissive et nous emporte sans trêve vers le dénouement... La machine est bien huilée, énergique et sans répit ni aucune lassitude d'un opus à l'autre...
Et c'est toujours avec une pointe de tristesse qu'on voit s'éloigner ce héros solitaire dans le couchant... euhhh, je digresse un peu là! Mais si peu...
Lien : http://livrenvieblackkatsblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Sharon
  15 août 2015
Jack Reacher parcourt les Etats-Unis, avec le plus léger bagage possible, mais toujours de quoi se défendre, et un grand sens de l'observation. Dans cet opus, il se trouve dans l'une des villes les plus connues des Etats-Unis : New York. Journée ordinaire - elles le sont toutes jusqu'à ce qu'un événement particulier survienne. Là, c'est presque rien, juste un homme qui charge quelque chose dans le coffre. le lendemain, rien, ou presque : un autre homme qui vient se renseigner, à qui le serveur indique que Jack Reacher était déjà là, la veille. C'est ce qui s'appelle se trouver au bon endroit, au bon moment. Selon le point de vue, on peut aussi changer "bon" par "mauvais".
Pourquoi Jack Reacher aide-t-il Lane à retrouver sa femme ? Pas pour l'argent, c'est certain. Par altruisme, surtout. Jack Reacher, c'est un peu le redresseur de tort et l'empêcheur de tourner en rond. Celui qui devrait ne pas passer inaperçu mais se font dans la foule, facilement. Et c'est plutôt une bonne nouvelle qu'il soit là, parce que tout ne se passe pas comme prévu dans cet enlèvement.
D'ailleurs, qu'est-ce qui est prévisible, dans un enlèvement ? Une demande de rançon ? C'est fait. La remise de la rançon ? Aussi. Et après ? La libération de l'otage ? Mais pour quelles raisons serait-il libéré, puisque l'argent a été versé ? Je cite le texte : Qu'est-ce qui peut bien contraindre les ravisseurs à tenir leur promesse? L'honneur? La morale professionnelle? Pourquoi prendre le risque d'un échange complexe alors qu'une tombe vite creusée et une balle dans la tête de la victime sont bien plus sûres et plus simples? L'humanité? La décence?
Ce n'est pas ce point qui met d'entrée de jeu Jack Reacher sur le qui-vive, non. C'est le fait que Lane ne lui parle que de sa femme, alors que sa belle-fille, âgée de huit ans, a été enlevée aussi - et Jack Reacher de se demander pourquoi il n'a pas mis cet enlèvement sur le même pied d'égalité que celui de sa femme (voir même ne l'a pas jugé plus préoccupant). Et Jack n'en a pas fini de faire des découvertes dérangeantes. Quand on cherche, on finit toujours par trouver.
Comme souvent dans ses romans efficaces et bien construits, certaines péripéties sont un peu invraisemblables. D'autres, au contraire, ne sont que trop crédibles. Lee Child ne montre pas vraiment l'envers du décor, plutôt des situations que l'on préfère ignorer : tant qu'il y a de l'argent, peu importe comment on se l'est procuré, tant que ce n'est pas trop illégal et que cela n'a pas laissé de traces compromettantes sur le sol américain. Quant à Lane et ses hommes, ils ont beau être d'anciens soldats, ils n'appliquent pas vraiment la devise du JPAC (l'unité chargé de ramener les corps des soldats américains tombés au combat) : Jusqu'à ce qu'ils soient rentrés au pays. Leur devise est plutôt : tous pour Lane, et chacun pour soi, peu importe les ordres qu'il donne. le mot "conscience" ne fait pas partie de leur vocabulaire. Pour Jack Reacher, ce sont plutôt les remords qui sont absents, sans doute parce qu'il n'attaque pas, il défend. Une nuance que ses adversaires n'ont pas du tout comprise.
Sans douceur excessive est un thriller efficace qui comporte son lot de scènes difficiles.
Lien : http://wp.me/p1EW7i-1zi
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
emi13
  27 janvier 2013
Jack Reacher ancien flic de la police militaire boit un café a une terrasse.Une voiture s"arrête un homme de taille moyenne ni jeune ni vieux se dirige vers le comptoir,puis revient vers lui.Il lui demande si le jour avant il avait remarquer une voiture stationnée en face du café.il lui demande de le suivre pour parler a un certain Monsieur Lane
Commenter  J’apprécie          100
livresquedunoir
  30 janvier 2011
Jack Reacher est le héros récurrent de l'oeuvre de Lee Child. Ancien major dans la police militaire, c'est un solitaire, sans port ni attache. Attablé dans un café, il observe un individu qui démarre sa voiture. le lendemain, au même endroit, il est accosté par un homme qui veut savoir ce qu'il a vu la veille. Dans le coffre de la voiture se trouvait une rançon d'un million de dollars. Edward Lane, le rançonné, gère un groupe d'anciens militaires au sein de sa société de protection rapprochée. Sa femme a été kidnappée. Il veut la retrouver et mettre la main sur son ravisseur, quel qu'en soit le prix. Il propose à Reacher d'accomplir cette mission et de lui livrer le coupable. L'ancien major va mener son enquête au sein d'un nid de guêpes, et s'apercevoir que les apparences peuvent souvent être trompeuses.
Lire un roman de Lee Child, c'est pénétrer les rouages d'une mécanique bien huilée. Dans Sans douceur excessive, tout est précis, net, carré. Une écriture quasi militaire. Des phrases courtes, des descriptions qui sonnent comme des reconnaissances de terrain. Dès la première page tournée, on se met au pas, on lit en cadence, on suit le rythme imposé par l'auteur. Hop, deux, hop, deux. Jack Reacher, même s'il est le parfait cliché du militaire invulnérable, nous entraine dans son sillage. On le suit les yeux fermés, guettant ses exploits, tremblant à la moindre anicroche. On pourrait presque, une fois le livre refermé, l'entendre nous ordonner : "Soldat ! À mon commandement... Repos !".
Lien : http://www.k-libre.fr/klibre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
izagh
  16 septembre 2012
Il y avait bien longtemps que je n'avais pas lu un « Lee Child » et c'est avec plaisir que j'ai retrouvé Jack Reacher, ce « poor lonesome cowboy » ! Comme toujours, l'intrigue est bien huilée, solide et efficace, allant droit à l'essentiel. Et comme toujours Reacher se trouve embarqué (presque malgré lui) dans une aventure où se mêlent des personnages hauts en couleurs. Et face à chaque situation, on découvre un peu plus de la personnalité complexe de Reacher, parfait dans son rôle de héros ou plutôt, à mon sens, d'anti-héros. le rythme, soutenu, ne laisse aucun répit au lecteur, tout va vite, très vite. Tout est parfaitement orchestré, on ne parvient pas à lâcher ce livre qui est passionnant de bout en bout. le style de Lee Child, très incisif, ne s'embarrasse pas de fioritures et contribue à nous livrer un suspense haletant, rendant le lecteur complètement accro ! Un livre à consommer sans modération !!
Lien : http://leschroniquesdu911.bl..
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
BlackKatBlackKat   29 août 2015
Silence dans la grange. Il savait que les yeux de Lane étaient rivés sur l'obscurité du dehors. Que ses oreilles s'efforçaient d'entendre quelque chose dans le silence. La plus ancienne de toutes les peurs ataviques de l'être humain, profondément enfouie dans notre cerveau reptilien, toujours vivante plus de cent mille ans après la sortie des cavernes: Il y a quelque chose dehors.
Commenter  J’apprécie          60
BlackKatBlackKat   03 juillet 2015
Elle avait contemplé le corps de Lane à terre pendant un long moment. Constaté que la moitié de sa tête avait disparu. Compris qu'il n'y aurait pas d'instant hollywoodien où il se relèverait en revenant à la vie. Il était mort, absolument, complètement et définitivement. Et elle en avait été témoin. C'est le genre de certitudes qui aide. Elle s'était éloignée du cadavre d'un pas léger.
Commenter  J’apprécie          40
BlackKatBlackKat   05 avril 2015
Il n'y avait rien à dire, si ce n'est que la fin d'un enlèvement est toujours la période la plus risquée. Qu'est-ce qui peut bien contraindre les ravisseurs à tenir leur promesse? L'honneur? La morale professionnelle? Pourquoi prendre le risque d'un échange complexe alors qu'une tombe vite creusée et une balle dans la tête de la victime sont bien plus sûres et plus simples? L'humanité? La décence?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
emi13emi13   27 janvier 2013
il a donné sa parole il devra aller jusqu'au bout ,au risque d'y perdre la vie
Commenter  J’apprécie          150
JLoupclJLoupcl   22 août 2015
Ma découverte de l'univers de Jack Reacher.
Percutant...
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Lee Child (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lee Child
De passage à Paris, le grand Lee Child nous a accordé quelques instants pour nous parler de son dernier roman "La cible était française", la dernière aventure de Jack Reacher
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1621 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre