AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Yolande Du Luart (Traducteur)
ISBN : 2266072870
Éditeur : Pocket (08/06/1999)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 90 notes)
Résumé :
Elle a du caractère la tante Lucille ! Et quand elle veut quelque chose, rien ne l'arrête. Ce qu'elle veut c'est devenir actrice. Malgré ses six enfants et Chester, son plouc de mari qui n'arrête pas de se moquer d'elle. Un beau jour elle plaque ses enfants, tue son mari et fonce vers Hollywood au volant de sa Ford, avec sur le siège arrière, la tête de Chester découpée au couteau électrique.
Un road movie hilarant qui a inspiré le film d'Antonio Banderas.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
ladesiderienne
  10 janvier 2016
Au fin fond de l'Alabama, en 1965, pour mettre fin aux railleries de son mufle de mari qui se moque de son désir d'être actrice, Lucille n'a pas hésité à l'empoisonner avec de la mort-aux-rats, puis elle a déposé le corps dans le congélateur après en avoir découpé la tête. C'est accompagnée de cette dernière, dissimulée dans un carton à chapeau, qu'elle est partie au volant de sa voiture, en direction d'Hollywood, à la poursuite de son rêve.
Dans ce roman, c'est donc d'une part, le périple complétement loufoque et déjanté de cette blonde incendiaire que le lecteur va suivre à travers certains chapitres. Malheureusement, cet évènement va influencer lourdement le destin de son neveu Peter Joseph, dit Peejoe et de son frère Wiley. Orphelins de père et de mère, ceux-ci sont élevés par leur grand-mère qui est aussi la mère de Lucille. Quand cette dernière arrive après avoir accompli son méfait pour y déposer ses 6 enfants, véritables obstacles à sa future carrière, les deux garçons se voient alors confiés à la garde de leur oncle Dove, entrepreneur de pompes funèbres dans une ville voisine. Peejoe et Wiley vont de ce fait être confrontés à la ségrégation raciale, assister à de véritables émeutes et contre toute attente dans cette famille blanche, prendre la défense des Noirs. C'est à travers les yeux de Peejoe qu'en alternance avec les autres chapitres, le lecteur va découvrir une peinture de l'Alabama des années 60.
J'ai aimé ce livre pour sa dualité. D'un côté, nous suivons le destin rocambolesque d'une femme complétement immature, uniquement préoccupée par son ambition, et de l'autre, nous assistons à l'apprentissage de la vie (et de la mort) de deux jeunes garçons, témoins d'évènements qui vont les faire mûrir prématurément. Mon coeur de mère m'a empêchée de ressentir de l'empathie pour Lucille mais je me suis tout de suite attachée à son neveu, confronté trop tôt à des drames et dépositaire du lourd secret de sa tante. Malgré la noirceur de certains épisodes, l'auteur ne tombe pas dans le misérabilisme et conserve une certaine fantaisie qu'il dose savamment. C'est plutôt original comme procédé. J'ai juste déploré certaines longueurs dans le road trip du début et dans le procès de la fin qui pénalisent ma note finale : 12/20.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Liver
  09 août 2013
Un curieux roman, mélange de faits divers (parfois loufoques mais finalement assez cocasses) et de reportage sur les combats racistes un peu oubliés de l'Amérique des années 60. Au final, un roman intelligent plutôt réussi.
Commenter  J’apprécie          60
tesdichiti
  13 septembre 2011
elle tue son mari, cache son corps dans un frigo, mais...plus de place pour la tête ...elle veut faire du cinéma et va donc traverser les USA pour atteindre les studios d'Hollywood...toujours accompagnée de la tête de son ex cachée dans une boite à chapeau....à oui ses neveux sont envoyés chez tonton, entrepreneur des pompes funébres dans une petites villes ou le racisme anti noir se réveille......un régal
Commenter  J’apprécie          30
Candice65
  16 septembre 2015
C'est l'histoire de Lucille, un peu barrée, surtout rêveuse et déconnectée de la réalité, racontée par son neveu, PeeJoe. Un road trip à travers les États-Unis et en fond la lutte des noirs pour leurs droits civiques. Je l'ai lu avec amusement et j'ai passé un agréable moment.
Commenter  J’apprécie          40
ludi33
  24 novembre 2016
L'histoire amusante d'une femme qui tue son mari pour partir à Hollywood et devenir actrice. Une histoire pleine de suspense et d'humour, avec des personnages très décalés et une peinture très drôle de la société américaine. A lire de toute urgence
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   02 janvier 2016
Adolphe, le chien de Meemaw, était un berger allemand albinos à qui elle avait donné l'unique nom allemand dont elle se souvenait. Je le repoussai.
- Fous-moi la paix, négro !
Ce mot résonnait dangereusement dans ma bouche. Meemaw ne le prononçait jamais devant un nègre. En leur présence, elle les appelait des "gens de couleur". Quand l'un d'eux venait pour tondre la pelouse ou ratisser les feuilles ou changer une armoire de place, elle se montrait très gentille, comme avec tout le monde. Mais, quand ils demandaient un verre d'eau, elle leur offrait toujours la même grosse tasse rouge, ébréchée, à l'emblème "Liberté nationale", qu'elle rangeait sur la plus haute étagère d'un placard de la cuisine.
Meemaw s'imaginait sans doute que les maladies les plus extraordinaires restaient tapies sur le bord de cette tasse chaque fois qu'un Noir buvait dedans. Elle pensait peut-être aussi qu'en buvant après eux on deviendrait noir. Un jour, je suis allé prendre la tasse en haut du placard et je l'examinai quand Wiley est entré.
- Qu'est-ce que tu fous avec la tasse des négros ? demanda-t-il ?
- Rien, dis-je en la remettant à sa place.
Mais cette tasse continuait à me fasciner. Je désirais boire dedans. Goûter la différence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ladesiderienneladesiderienne   01 janvier 2016
Lucille connaissait parfaitement la gravité de son crime et la sentence qui l'attendait. Qu'y avait-il de pire qu'un meurtre prémédité ? Dieu sait qu'elle avait passé des mois à méditer sur le meurtre de son mari. Si elle était arrêtée et condamnée, elle risquait la chaise électrique. Et la chaise électrique de l’État d'Alabama était notoirement défectueuse. Environ tous les deux mois, les journaux relataient l'histoire d'un pauvre meurtrier dont seuls les cheveux avaient été brûlés par les premières décharges, tandis qu'attaché sur le siège il se consumait lentement pendant que le bourreau s'affairait à réparer le circuit électrique. Ça suffisait à vous dégoûter à jamais de l'idée de vous faire prendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ladesiderienneladesiderienne   30 décembre 2015
Lucille revint avec une espèce de saladier en plastique vert, translucide. Il y avait quelque chose de sombre à l'intérieur. Elle l'apporta à Meemaw.
- Comme c'est joli, dit Meemaw, un Tupperware !
Lucille mit son pouce sur la fermeture en plastique vert.
- C'est Chester.
- Mon Dieu, Lucille ! dit Meemaw d'une voix étranglée. Tu es vraiment malade !
Lucille souleva le couvercle. A l'intérieur, il y avait une masse enchevêtrée et luisante - des cheveux.
- Il fallait que je m'assure qu'il était bien mort, dit-elle.
Saisissant les cheveux gras, elle retira la tête dégoulinante de l'oncle Chester du récipient en plastique. Les yeux de l'oncle me regardaient fixement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ladesiderienneladesiderienne   08 janvier 2016
On ne pouvait rejeter sa vieille vie et s'en inventer une nouvelle aussi facilement qu'un serpent perd sa peau. La vieille vie vous rattrapait sournoisement à la moindre occasion.
Commenter  J’apprécie          130
autres livres classés : rêve américainVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14595 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre