AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2841099830
Éditeur : Le Temps des Cerises (07/11/2013)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Un marin soviétique et son ours a la conquête de Londres et du monde capitaliste, un chimiste anglais qui sauve son pays, un nouveau dieu médiatique errant en Amérique, un Allemand, représentant en peignes, perdu en pleine Russie, un Noir qui ne dort jamais... Tout ce beau monde se croise et se confond tandis que la guerre chimique fait rage et que la révolution gagne du terrain partout dans le monde.
Un roman d'aventures halluciné et truculent, plein d'humou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Ingannmic
  09 mai 2016
La littérature, c'est un peu comme la cuisine.
Grande gastronomie, plats roboratifs et familiaux, petit en-cas sans prétention mais réconfortants... il y en a pour tous les goûts.
Et à quoi tient la réussite d'un roman ? Comme celle d'un mets, on pourrait prétendre que c'est une question d'ingrédients, de dosage, de temps de cuisson, mais ce qui, au final, fera la différence, c'est l'art du chef, sa capacité à lier l'ensemble, à la marquer de son empreinte, à se montrer à la fois inventif et cohérent...
"Gaz moutarde" est le résultat d'un travail à quatre mains. Ecrit en 1929, ce roman russe sous-titré "d'aventures" et d'abord inédit en France est récemment paru aux Editions le Temps des cerises.
Viktor Chklovski et Vsevolod Ivanov ont su réunir des ingrédients goûteux, propres à émoustiller les papilles, soit...
... une galerie de personnages improbables et hauts en couleurs : un noir qui ne dort jamais, cumulant ainsi les emplois de majordome, barman et danseur de claquettes, un matelot russe désinvolte et rebelle reconverti dans l'espionnage, inséparable d'un ours prénommé Rocambole, un représentant en peigne allemand dont la ressemblance avec son cousin va lui causer d'épiques mésaventures, le dit cousin ayant été reconverti en dieu médiatique par un lobby américain...
... une bonne dose d'humour décalé, porté par une intrigue parodique oscillant entre farce et roman d'anticipation...
... une succession d'aventures cocasses sur fond de révolution et de guerre chimique, d'endoctrinement des masses...
Malheureusement, l'impression que je retire de l'ensemble est celle d'un cruel manque de liant... comme si Viktor Chklovski et Vsevolod Ivanov avaient éprouvé des difficultés à se répartir intelligemment les étapes de la recette, le résultat manquant d'homogénéité.
L'entrée dans le récit est d'ailleurs assez déstabilisante : l'intrigue passe du coq à l'âne, est émaillée de digressions dont on ne comprend pas toujours l'utilité. du coup, toutes les qualités dont pourrait se prévaloir "Gaz moutarde" se noient dans l'opaque bouillon de son synopsis. J'ai eu le sentiment de passer davantage de temps à essayer de maintenir un semblant d'intérêt qu'à profiter de son ton burlesque et des péripéties de ses héros.
Et puis, je ne sais si cela est dû à traduction, mais certaines maladresses d'expression m'ont parfois fait tiquer...
Dommage...
Lien : http://bookin-inganmic.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2
  18 juin 2014
Grande farce à la gloire déjantée de la Révolution et de la chimie, chef d'oeuvre trop méconnu.
Désormais sur mon blog : http://charybde2.wordpress.com/2014/06/18/note-de-lecture-gaz-moutarde-roman-daventures-viktor-chklovski-vsevolod-ivanov/
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   18 juin 2014
Deux minutes plus tard, la sirène hurlait dans l’usine et, du perron (de style moscovite – fantaisie de l’architecte), l’ingénieur Chi, chancelant de douleur et de rage, lança ce cri :
– Camarades ouvriers, un espion blanc a volé le secret de fabrication de la cellulose en s’introduisant dans notre usine. J’en appelle à votre aide !
En deux secondes, trois mille bleus de travail tombèrent de leurs épaules.
Deux mille vélos, cinq cents motos et trois cents piétons s’élancèrent des portes de l’usine. Le mandat oublié par le détective était resté sur la table du directeur.
Vingt minutes plus tard, deux mille huit cent photographies de la copie du mandat furent entre les mains des poursuivants. Une demi-heure après, Ipatievsk assistait à un étrange spectacle.
Des gens surgissaient dans les rues, les ruelles, les cafés, sur les places, exhibaient à tout instant la photographie d’un Chinois et scrutaient du regard les passants. Des marchands ambulants, des vendeurs de fruits, des importateurs de matières premières, des joueurs d’orgue de Barbarie et des danseurs faisaient irruption dans des appartements privés. Tous étaient animés du désir inexplicable d’examiner chaque appartement (de la cave jusqu’à la literie) et tous s’intéressaient d’une manière incompréhensible à la Chine et aux Chinois. Et tous les marchands, les joueurs d’orgue de Barbarie, les vendeurs de glace tenaient entre leurs mains la photographie d’un Chinois. Tout cela aurait dû paraître étrange en admettant que la ville ait observé la photographie avec attention. Et pourtant, croyez-moi, la ville la regardait avec attention et ne trouvait rien d’étrange dans le fait que des gens passassent dans les rues brandissant le portrait d’un Chinois. Pardonnez-moi, mais pour un Européen, les Chinois ont tous le même visage, comme des petits pois. Qui examine la photographie voit un visage animé, celui du célèbre dirigeant chinois de la révolution communiste en Orient. Il voit et admire. Puisqu’une nouvelle ère a commencé pour l’Europe et l’Asie, alors pourquoi n’admirerait-on pas un Chinois, et pourquoi ne poserait-on pas cette question :
– Y a-t-il des Chinois dans cet appartement ?
Peut-être que le joueur d’orgue de Barbarie, le vendeur de glace ou le facteur ne voulaient-ils qu’embrasser fraternellement ce Chinois.
Voilà pourquoi la grande Ipatievsk, qui disparaissait sous la fumée des usines chimiques et qui conservait le coeur joyeux et l’esprit lucide, ne s’étonna pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   18 juin 2014
- Rokotov est un espion bolchevique ! criaient des gentlemen d’âge mûr en levant leurs cannes vers le ciel.
- Rokotov est un salaud, il est ami avec les Chinois ! criaient des commis à moustaches.
- À bas Rokotov ! glapissaient des petits garçons.
Les portes de l’hôtel étaient closes. La foule l’avait pris d’assaut par deux fois déjà, mais les valets que Slovokhotov avait soudoyés la repoussèrent par des jets de lances d’incendie.
- Tarzan ! s’écria soudain quelqu’un dans les rangs du fond.
- Tarzan ! s’écria la foule entière, et l’air s’obscurcit soudain, comme si une nuée de corbeaux s’envolait d’un champ après un coup de feu : c’était des chapeaux melon qui volaient dans les airs.
- Les amis, dit Pachka en se montrant au balcon au bras de Rocambole, les amis, quand Tarzan a-t-il sollicité une aide de l’étranger ?
Pour toute réponse : un tonnerre d’applaudissements.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2Charybde2   18 juin 2014
Ce camarade était jeune et sûr de lui, et l’unique malheur de sa vie était une amourette avec une étudiante de l’Ecole de chimie. Cette femme s’appelait Natacha. Elle était partie pour la Nouvelle-Zemble. Sarnov lui envoyait chaque matin par radio des déclarations d’amour enflammées ; elle lui répondait par des réflexions sur l’extraction du mica, sur la connaissance des courants chauds et par d’ardents éloges de son ingénieur, un Anglais. Ces éloges laissaient Sarnov froid.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
autres livres classés : roman d'anticipationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2848 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre