AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Do-hyun Ahn (Antécédent bibliographique)Yeong-hee Lim (Traducteur)Françoise Nagel (Traducteur)
EAN : 9782871298670
203 pages
Kana (01/12/2005)
3.11/5   23 notes
Résumé :
A dix-sept ans, je voulais devenir quelqu'un de responsable. Mais responsable de quoi ?
J'ai cherché. Je n'ai jamais trouvé.

"Le bout de mes doigts était imprégné d'une légère odeur d'oignons.
Les oignons ne dissimulent rien au fond de leur cœur ; Ils se donnent entièrement, sans arrière-pensée. Une fois qu'ils ont rejoint les nouilles à la sauce tchajang, ils s'y intègrent complètement et oublient jusqu'à leur identité. De même, leur ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
mh17
  12 mars 2021
Nouilles Tjajang est un manwa (bande dessinée coréenne) adapté d'un roman. Chacun des dix-sept chapitres commence par un extrait de ce roman à la première personne. Les dessins magnifiques ressemblent à des aquarelles. Ils apportent une dimension poétique à un récit réaliste, ancré dans la rigidité sociale coréenne.
Le narrateur est un jeune homme anonyme. Il a plaqué le lycée et son foyer pour voler de ses propres ailes. Il est engagé comme commis de cuisine et livreur dans un restaurant. le cuisinier, un ancien militaire, lui apprend le métier. Il découvre les commerçants du quartier et les virées nocturnes à moto...
J'ai beaucoup aimé ce manwa. Il traite avec sensibilité de la crise d'adolescence, sans niaiserie. le garçon étouffe chez lui et se déteste, non sans raison. Les chapitres concernant la famille et l'école sont durs. Les rapports humains sont hiérarchiques et rigides et il n'est vraiment pas évident de s'en échapper. le récit serait très cruel et très froid sans ses merveilleuses illustrations à l'aquarelle dans des tons plutôt chauds. le noir et blanc étant réservé au présent du narrateur.
Bref un très bon manwa de 2005, déniché au hasard dans les bacs de ma bibliothèque de quartier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
croquignol
  25 avril 2021
Je ne sais pas à quoi je m'attendais, mais pas à une bluette sans nouilles savoureuses à se mettre sous la dent.
Un avis à prendre avec des pincettes : ce manhwa me semble plutôt destiné aux ados. Je me sens incongru à le lire du lointain de mes 50 ans passés. L'adolescence a été une sale période de recherche de soi pour moi, j'ai plutôt tendance à vouloir l'occulter.
Fait rare qui mérite d'être signalé, grand soin est donné aux couleurs, grâce à des aquarelles parfois saisissantes, ainsi qu'aux visages, plus travaillés qu'à l'ordinaire dans ce type de BD. Rien que pour ça, mérite le détour.
Commenter  J’apprécie          160
Lucioledanslalune
  10 octobre 2012
Plus que l'histoire en elle même, j'ai beaucoup aimé les dessins, et les couleurs. J'ai apprécié la façon dont la dessinateur dessine les visages et leur ressentis.
Nouilles Tchajang est tiré d'un roman de Ahn Do-Hyun, il raconte l'histoire d'un jeune coréen de 17ans, désireux de subvenir à ses besoin par lui même, épris de liberté, qui, quitte ses parents, et trouve un emploi d'aide cuisinier et de livreur dans une petite échoppe de nouilles. Souvenirs et nouvelles rencontres se mêlent pour faire avancer le jeune homme vers l'âge adulte.
Commenter  J’apprécie          70
kobaitchi
  24 août 2016
Nous avons ici l'adaptation d'un roman qui n'a jamais été traduit en français (en tout cas pas à ma connaissance).
Il s'agit de l'histoire d'un jeune homme, dont on ne connaitra jamais le nom. Il nous raconte comment, à 17 ans, il est devenu livreur de nouilles après avoir fugué de chez lui.
On le voit découvrir une petite partie de la réalité des adultes mais surtout vivre pleinement. Il va intégrer une bande de jeunes motards, se faire si ce n'est des amis, au moins des connaissances de passage. Tomber amoureux, ou peut-être pas. Il va parfois se rebeller, tantôt se souvenir et souvent expérimenter. Sa vie est loin d'être parfaite mais il va considérer ses années comme étant les plus belles de sa vie.
Les dessins en couleurs, d'un style proche de l'aquarelle, sont très sympa. Il parait que ça n'en est pas (dixit un mot de l'auteur dans les premières pages) mais le rendu est très très semblable.
L'alternance entre des planches très travaillées, fourmillant de détails et d'autres, plus esquissées, donnant l'impression d'être prises sur le vif, rend le tout très vivant, très sensitif.
Le thème s'y prête, bien sur, mais on a vraiment l'impression de lire un carnet intime, une sorte de retranscription dessinée jour après jour de cette courte partie de la vie du héro. Une impression très blog finalement. Mais avec le coté retro des années 90. Voir même 80 ou 70. C'est assez dur à dater, les éléments temporels étant finalement fort atténués. D'autant plus que ça représente un pays où je n'ai jamais mis les pieds.
Finalement, il s'agit de simples tranches de vie. Il ne se passe rien d'extraordinaire et l'histoire se conclu de façon plutôt ouverte, comme la vie elle même.
Honnêtement, la même histoire illustrée par quelqu'un d'autre n'aurait très probablement pas eu la même saveur.
C'est un livre qu'il va être un peu difficile de trouver autrement qu'en occasion mais qui mérite qu'on s'y attarde et qu'on le déguste lentement.
Lien : http://kobaitchi.com/nouille..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Nadouch
  07 février 2013
Des thèmes déjà vus dans des mangas (la relation compliquée entre père et fils, l'entrée dans la vie active, les amours déçues, la place dans la société...), traités à la sauce coréenne (je confesse n'avoir pas vu une grande différence). le point très appréciable de cette BD est, à mon avis, l'esthétique : les couleurs et aquarelles sont magnifiques, les traits vont bien avec cette histoire un peu triste. En revanche, le scénario manque de relief, sauf la fin qui le sauve un peu. Bref, pas inoubliable.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Lecturejeune   01 juin 2006
Lecture jeune, n°118 - Adapté d’un roman coréen, ce récit intimiste illustré, peut-être autobiographique, évoque le quotidien d’un adolescent de dix-sept ans. Celui-ci abandonne le lycée pour un petit boulot de livreur de nouilles dans la banlieue de Séoul. Deux illustrateurs ont collaboré à ce manhwa qui nous plonge dans un univers aux couleurs orangées : des aquarelles plus proches de la bande dessinée franco-belge que du manga japonais. Fils d’un instituteur et d’une femme de ménage, le jeune garçon a choisi de devenir autonome pour fuir l’ambiance de cette famille en apparence parfaite; le père, tendre et attentionné pour son fils, frappe pourtant sa femme qui assume volontiers le rôle de victime. Beaucoup d’émotion passe dans l’évocation de cette violence domestique, heureusement contrebalancée par des instants de bonheur intense, comme une virée en moto, un coucher de soleil et un premier amour…vite trahi. La vie d’adulte sera-t-elle plus facile que l’enfance ? _ Cécile Robin-Lapeyre
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
croquignolcroquignol   25 avril 2021
Ma famille se composait de mon père, de moi, son fils unique, et d'une femme de ménage au visage couvert de taches de rousseur. Avec moi, mon père faisait toujours preuve d'une grande gentillesse.
Quant à la femme de ménage, c'était ma mère. Elle avait un caractère si effacé qu'elle en paraissait invisible.
Ça me fait de la peine de parler de ma mère comme d'une femme de ménage.
Commenter  J’apprécie          82
Stephanie39Stephanie39   19 mars 2020
Je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui m'écoute... et qui me raconte des histoires amusantes et tendres... Pour ma famille, je ne suis qu'une enfant à problèmes
Commenter  J’apprécie          70
EstelleRomanoEstelleRomano   06 avril 2018
C'était l'époque où, pour la première fois de ma vie, je commençais à voler de mes propres ailes...
J'avais dix-sept, dix-huit ans... Après ça, la vie ne fut que prolongations.
Commenter  J’apprécie          20
WickerbottomWickerbottom   08 mars 2019
Je me frottai rudement le visage de mes mains encore imprégnées de jus d'oignon. C'était la seule façon que j'avais trouvée de me protéger contre le cuisinier qui s’immisçait dans ma vie privée, et aussi contre la société qui désapprouvait ma manière de vivre.
Commenter  J’apprécie          10
WickerbottomWickerbottom   08 mars 2019
A dix-sept ans, je voulais devenir quelqu'un de responsable. Mais responsable de quoi ? J'ai cherché. Je n'ai jamais trouvé.
Commenter  J’apprécie          20

Dans la catégorie : Littérature coréenneVoir plus
>Littérature des autres langues>Littérature asiatique>Littérature coréenne (62)
autres livres classés : coréeVoir plus
Notre sélection Manga Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1316 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre