AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Antoine Vitez (Traducteur)Claude Frioux (Auteur de la postface, du colophon, etc.)
EAN : 9782258051379
1408 pages
Éditeur : Omnibus (03/03/1999)

Note moyenne : 4.31/5 (sur 97 notes)
Résumé :
1912 sur les rives du Don, pays de steppe balayée par le vent, de marais, de roseaux, où vit un peuple rude de paysans-soldats. Le récit commence par une brûlante histoire d'amour qui n'obéit pas aux lois ancestrales. Et bientôt, autour du Cosaque Gregori Melekhov, de son amante Aksinia, de sa femme Natalia, de son village et de sa terre, le vent de l'Histoire se met à souffler. De 1914 à 1922 il balaie tout sur son passage : les destinées individuelles et le monde ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Bobby_The_Rasta_Lama
  09 août 2019
"En ce temps de trouble et de misère,
frère, ne jugez pas vos frères."
Me voilà devant ma deux-centième critique. Ce n'est pas grand-chose, mais pour marquer ce petit jubilé personnel, permettez-moi de choisir un livre exceptionnel, et d'en faire un billet particulièrement éloquent.
"Le Don paisible" de Mikhaïl Cholokhov brille dans ma carrière de lectrice non seulement par le fait que c'est probablement le plus long roman que je n'ai jamais lu, mais aussi parce que c'est le seul bouquin qui m'a fait verser une belle larme à la fin.
Pourtant, mon chemin vers ce trésor oublié de la littérature russe n'était pas des plus aisés. Va savoir pourquoi, pendant le régime totalitaire, ce livre était considéré comme un "roman communiste" par excellence. Ceci, en plus de sa longueur, était déjà suffisant pour décourager plus d'un. Mais mon grand-père lisait "Le Don paisible" en boucle, et ce sont les épisodes qu'il racontait (notamment la glaçante histoire d'Aksinia et de la faux) qui m'ont fait changer d'avis et me dire que moi aussi, peut-être que je devrais...
Je voulais d'abord tricher en regardant le film qui ne dure que six heures, mais au bout de la première demi-heure j'étais touchée au point de courir chercher tous les quatre tomes chez le grand-père victorieux. Voilà comment a commencé mon roman avec "Le Don paisible".
A vrai dire, ça m'est égal combien de chapitres sont écrits par Cholokhov et combien par quelqu'un d'autre, et même si Cholokhov l'a écrit tout court... ce livre serait parfait même de la plume de Danielle Steel. Cholokhov (ou X) a créé des caractères incroyablement humains. Même si le lecteur penche en faveur de tel ou tel côté, l'auteur lui démontre que les deux ont leur pile et leur face. Tous ses personnages ont une profondeur et une belle palette de couleurs; aucun n'est que noir ou que blanc. Il n'y a personne envers qui vous pourriez ressentir le dédain total, ou l'aversion absolue. Mikhail Koshevoï détesté, cet indic et couard, assassin de Piotr Melekhov / Mikhail Koshevoï souffrant de malaria, qui fabrique un râteau d'enfant pour le petit Michatka. Ievgeni Listnitski faux charmeur, essayant de séduire Aksinia usée et malheureuse, détruite par la mort de sa fille / Ievgeni Listnitski se suicidant après la trahison de sa propre femme avec un général.
Pendant des semaines de lecture, vous vivez pratiquement avec les personnages; parfois vous avez presque l'impression que vous êtes assis dans une misérable chambre aux côtés du vieux Panteleïmon, et vous l'écoutez crier à sa femme : Que le Diable t'emporte !" Vous faites tout avec eux, mais vous n'arrivez toujours pas à comprendre comment ils arrivent à supporter toute cette souffrance et tous ces malheurs. Il y en a autant que d'eau dans le Don, et à la fin, ils sont tous desséchés et vides, comme une rivière après un été cruel.
"Le Don paisible", c'est la tragédie d'une nation, dévastation de la Russie, des cosaques, et des vies humaines dans les années 20-30. Déchirement d'un pays et des relations humaines en morceaux, la fin des valeurs anciennes qui partent en fumée en même temps que la steppe brûlée.
Le héros principal, Grigori Melekhov, est comme le docteur Jivago : il cherche la vérité et son but dans la vie dans une époque qu'il déteste, mais de laquelle il ne peut pas s'échapper. L'épave humaine à la fin ne rappelle plus en rien le jeune Grishka énergique du premier tome.
Bref, si vous voulez savoir comment la guerre prive les êtres humains de la dernière goutte de leur sang, lisez "Le Don paisible". Si vous voulez comprendre comment vivent les cosaques et qu'est que c'est que cette engeance, lisez. Si vous avez envie de rencontrer des femmes fières et fortes (Aksinia, Dounia, Ilinitchna) qui n'ont pas peur du risque et sont prêtes à tout sacrifier pour leur famille et pour l'amour, lisez. Etes-vous intéressés par l'amour de Grigori et d'Aksinia, si fort que rien ne peut le briser ? Alors, lisez.
Et si vous voulez lire sur les hommes (Blancs ou Rouges, peu importe) qui souffrent à cause de la guerre qu'ils ne comprennent pas, et qui sont en train de se noyer en nageant entre deux rives, prenez "Le Don paisible".
Vous y trouverez tout ce que vous voulez. Ce livre est amer comme la vie elle-même.
Prix Nobel. 5/5.
PS : Excusez mon enthousiasme déplacé, mais pour une fois....
(Et ce film de 1956-58 est excellent.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6742
Sachenka
  02 juillet 2018
Le Don est un des principaux fleuves de Russie. Il coule paisiblement vers le sud, vers la mer Noire. Mais ses rives sont tout sauf paisibles. Cette vallée fertile fut jadis un des territoires des Cosaques, des guerriers-paysans farouches. Et, pour raconter ne serait-ce qu'une partie de leur histoire, il ne fallait rien de moins qu'un roman-fleuve. Haha !
Tatarski est le village natal de Pétro et Grigori Melekhov, deux frères au sang chaud. Leur histoire est fascinante, leur grand-père a combattu les Ottomans et en a ramené une épouse. Depuis, on les appelle «les Turcs», à cause de leur peau brune et de leurs yeux ardents, quelque chose qui tient de la bête sauvage. Et justement, la relation entre les deux frères est tendue, pendant un moment, je m'attendais à ce que leurs disputes se transforment en un conflit ouvert. Mais cette idée est rapidement mise de côté. Dans la première partie, Grigori s'emmarouche d'Aksina, l'épouse de son voisin Stéphane Astakhov. Cette histoire d'amour, je ne la comprends pas trop, la jeune fille semble plutôt insignifiante. On est loin d'Anna Karénine ou même de Natasha Rostov. Mais bon, les voix de l'amour sont impénétrables…
Dès la deuxième partie, le Don paisible rejoint l'histoire. Les troubles à l'est, la Première guerre mondiale, les problèmes interne, la montée en puissance des Bolcheviks et la révolution d'Octobre, la guerre civile qui oppose Lénine et Kérenski, etc. Et les Cosaques sont pris entre les deux, hésitants. «- L'égalité pour tous, voilà. Il ne doit y avoir ni maîtres ni serfs.» (p. 676) Quel pauvre paysan ne serait pas tenté par cette expérience ?
Mais, éventuellement, les exigences du Soviets rencontrent la résistance des Cosaques du Don qui se mobilisent en masse. Il y avait quelque chose de grandiose, de poétique dans la levée des Cosaques. «L'insurrection bouillonna et déborda comme un fleuve en crue, submergea toute la vallée du Don et la steppe sur l'autre rive du fleuve à quatre cents verstes à la ronde.» (p. 838)
Cette partie du roman est la plus importante. Elle est la plus longue, aussi. Très technique, également. Il était beaucoup question des atamans, mouvements des régiments et des divisions armées, des pelotons de batterie qui prennent position, d'offensives, de fronts qui se déplacent au gré des victoires et des défaites. Sans oublier d'avoir à démêler les Cosaques, les armées de volontaires et les Blancs. Mais tout ce jargon militaire cède le pas devant les actes d'héroïsme accomplis par les Cosaques. Pendant un bon moment, je me suis surpris à espérer leur victoire mais quiconque a un minimum de connaissances en histoire sait que les Soviétiques ont rétabli leur pouvoir sur l'ensemble du territoire russe.
J'ai apprécié cette lecture mais pas autant que je l'aurais cru. le problème vient en partie de moi. J'ai lu trop de classiques russes et je ne peux m'empêcher de comparer le Don paisible à ces grandes oeuvres.
Comme dans beaucoup de romans russes, les noms causent parfois quelques problèmes. Outre le fait qu'ils sont peu usuels pour locuteur francophone, certains sont mélangeants. Par exemple, Mitka ou Michka, je sais bien qu'ils sont différents mais, quand ils s'appliquent à deux jeunes hommes à quelques chapitre d'écart, on ne se rappelle plus lequel est lequel. Grigori Pantéléïvitch est parfois appelé seulement Grigori ou Grichka. Toutefois, Grichaka est un grand-père entremetteur. Et Miron Grigorivitch est un officier.
Deux autres éléments m'ont un peu déplu. D'abord, tout est noir ou blanc. Il va sans dire que les Cosaques, avec leur idéal noble de liberté et de courage, représentent le bien. Ils n'ont que des qualités, ou presque. Leur seul défaut est leur impétuosité. Évidemment, les Bolcheviks ne représentent pas le mal (sinon, le Don paisible n'aurait pas été une des lectures préférées de Staline !), dans tous les cas, ils ne sont pas diabolisés, mais ils constituent quand même l'ennemi. Aussi, les autres personnages négatifs sont trop facilement identifiables, comme Stéphane Astakhov, violent, ou le serrurier Stockman, calculateur. Au moins, ils forment une galerie de personnages mémorables.
Ensuite, je trouve que les personnages féminins sont beaucoup négligés. Aksinia Astakhov est indécise, voire volage. Douniachka, Daria et Natalia Melekhov, respectivement la soeur, la belle-soeur et l'épouse de Grigori, ne sont que l'ombre du dernier des Cosaques. le début du roman laissait entrevoir qu'elles tiendraient un rôle important mais, finalement, elles sont expédiées rapidement, en quelques paragraphes. Seules deux ou trois vieilles femmes anonymes, par leur résilience et leur courage, embrassaient mieux l'idéal cosaque.
Malgré ces faiblesses, le Don paisible demeure une lecture majeure pour quiconque est intéressé par la Russie de la première moitié du 20e siècle. C'est surtout une grande fresque, consacrée à un monde qui n'est plus, celui des Cosaques et de leur mode de vie traditionnel formant une riche culture plusieurs fois centenaires. Rien de tel pour connecter avec «l'âme russe».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          424
majero
  02 juin 2020
On ne peut qu'aimer la première partie, la vie des cosaques, la terre, les chevaux, les amours parfois adultères, mais aussi l'angoisse des mères et des épouses en 14 et puis comment commencent à s'insinuer les idées révolutionnaires.
A l'instar d'un journal d'officier, la deuxième partie décortique l'enlisement face aux Allemands, le front dégarni en 17 par les officiers 'Blancs' pour tenter un coup d'état, les Cosaques fatigués par trois ans de guerre, pactisant avec les rouges puis faisant cécession, et l'armée rouge des Bolchevicks face aux Allemands, aux Cosaques, aux Blancs soutenus par les Alliés anglais et français...
J'ai moins aimé la troisième partie, la débâcle devant les Rouges, comme si, écrite 20 ans plus tard, l'auteur avait perdu le feu sacré et compensait un manque d'inspiration par un dégoulinant bavardage, ou comme le démontre la très intéressante postface, la dernière partie était la seule à attribuer à Cholokhov!
Commenter  J’apprécie          455
Rodin_Marcel
  23 mai 2016
Cholokhov Mikhaïl – "Le Don paisible" – Presses de la Cité / Omnibus, 1991 (ISBN 2-258-03342-X) – rien moins que 1402 pages, dont 1376 pour le seul roman

Réédition de la traduction effectuée par Antoine Vitez, publiée chez Julliard en 1959-1964, augmentée d'un dossier (pp. 1379-1402) comprenant trois articles :
"Le retour du Don paisible" par Claude Frioux (pp. 1381-1385),
"Qui sont les cosaques du Don" qui était l'introduction à la traduction française de 1959 et
"Qui a écrit le Don paisible" par Alla Chevelkina et Chantal Jayat.
La première édition russe originale fut publiée en quatre volumes entre 1927 et 1940.

Il m'aura donc fallu quatre décennies pour surmonter les a-priori accumulés sur ce roman suite à mes années passées en ex-RDA/DDR ! En effet, dans les "pays du socialisme réellement existant", ce roman était imposé, plus exactement pilonné, dans la conscience (et dans les programmes d'étude) des élèves : il était présenté comme LE grand modèle du grand roman soviétique, à un tel point que ne pas le lire constituait déjà un acte de refus de ce régime kafkaïen.
Après avoir lu des archétypes "réellement réels" de cette prodigieuse littérature "prolétarienne révolutionnaire" comme les deux navets du bien brave Nicolas Ostrovski (immortels "Et l'acier fut trempé" puis "Enfantés par la tempête" publiés en 1932 et 1935) ou encore "La mère" de Maxime Gorki, flanqués – Allemagne de l'Est oblige – des romans des écrivains du BPRS (Willi Bredel, Marchwitza, Neukrantz, Anna Seghers, Johannes R Becher etc etc) – il y avait de quoi éprouver une grande prudence (doux euphémisme) avant d'aborder ce pavé tant recommandé par ces idéologues.

Ma surprise est donc grande en découvrant – avec tant de retard – cette gigantesque fresque, dont il n'est franchement pas abusif d'affirmer qu'elle constitue l'un des réquisitoires anti-bolcheviques les plus explicites qui aient été jamais publiés ! Toutes proportions gardées, cela me fait un peu penser à la chanson "Lili Marleen" (Hans Leip – Norbert Schultze – Lale Andersen), une oeuvre aussi anti-militariste que possible qui eut l'heur de plaire aux dirigeants nazis et devint l'hymne officieux des troupes allemandes avant de devenir un succès mondial. Les dictatures les plus absurdes ont ainsi en commun d'étranges adorations envers des oeuvres qui les mettent à nu...

Au début, dans un large quart de ce texte pléthorique (reflet du grand fleuve), le "Don paisible" constitue un témoignage de ce que fut le vécu de la Grande Tuerie de 1914-1918, vue depuis les tranchées de l'armée tsariste. Point commun avec tous les autres États belligérants : l'insondable mépris que la caste (largement aristocratique) des dirigeants militaires éprouvait envers les hommes de troupe (le "grand troupeau" de Jean Giono), encore accentué dans la Russie tsariste par le statut même du moujik.

Le récit relate ensuite longuement la guerre civile, atroce, épouvantable, meurtrière, qui persista de 1917 à 1922 dans le Sud de la Russie avant que le pouvoir soviétique ne s'impose par la force et la terreur. le point de vue est centré sur la position originale incarnée par les cosaques du Don, refusant aussi bien l'instauration du communisme bolchevique que le retour à l'autoritarisme tsariste.
Plus original encore – et plus surprenant si l'on considère le statut d'oeuvre officielle dont ce roman bénéficia dans les régimes socialistes – la plus grande part du récit est relatée à travers le personnage central Grigori Melekhov qui joue un grand rôle militaire dans l'insurrection anti-bolchevique. Les exactions des insurgés sont décrites tout autant que celles commises par les communistes : l'engrenage sans fin des représailles, justifiées par les atrocités antérieures commises par l'autre camp, est magistralement décrit.

Les "Rouges" n'ont décidément pas le beau rôle, eux qui – jusqu'à la fin du récit – ne savent pas quelle attitude adopter envers cette population si particulière des cosaques, pour finir par ne plus recourir qu'à la terreur engendrant inéluctablement de nouveaux troubles. D'ailleurs, dans les derniers chapitres, le héros rouge revenu au pays se fait nommer commissaire politique par la redoutable Tchéka, pour dénoncer et persécuter lâchement ses compatriotes du village.

La chronique minutieusement documentée de ces insurrections et combats fournissait déjà en soi une trame trépidante, permettant d'élaborer un récit de guerre à rebondissements multiples tenant le lecteur en haleine. Ceci est toutefois très loin de constituer l'intérêt principal de ce roman, qui repose sur le tour de force consistant à parfaitement intégrer la vie singulière, la personnalité, le statut social, les sentiments des personnages principaux. En ce sens, cette fresque historique constitue aussi ce qu'il n'est pas ridicule d'appeler un grand roman d'amour, à travers la relation d'Aksinia et Grigori : il y a là un lien très profond avec l'un des substrats essentiels de la littérature européenne, le mythe de Tristan et Iseult, cet "amour réciproque malheureux" (Denis de Rougemont) qui heurte (et se heurte à) l'ordre social établi.

Plus largement, ce roman constitue un témoignage sur les moeurs et modes de vie des cosaques, sur leurs danses et leurs musiques, sur leur alimentation, sur leurs rapports à ce que l'on appelle aujourd'hui leur environnement naturel, profondément rural. C'est un monde d'odeurs, un monde de bruits, un monde de sensations, des plus prosaïques aux plus poétiques.

Ce roman s'inscrit dans la ligne de ces grands romans de la littérature russe, qu'il s'agisse de "Guerre et paix" de Tolstoï ou des personnages renversant du Dostoïevski de "L'idiot" ou des "Frères Karamazov".
C'est un Grand Roman de la littérature mondiale, incontournable pour tout(-e) véritable amateur du genre.

Quant à savoir pourquoi il eut ce statut officiel dans les dictatures communistes, il faudrait commencer par découvrir qui en fut réellement l'auteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
5Arabella
  24 juillet 2016
Immense oeuvre épique, le Don paisible est une grande fresque romanesque, consacrée aux Cosaques du Don entre 1912 et 1922. Nous les voyons vivre avant le déclenchement de la première guerre mondiale, dans leurs stanitsa traditionnelles, et aussi durant le service militaire qui pesait particulièrement sur ces paysans-guerriers. Puis, nous vivons avec eux la première guerre mondiale, dans les tranchées comme à l'arrière. Enfin l'arrivée de la Révolution d'Octobre, et les divisions qu'elle entraîne dans le pays cosaque, la guerre civile et ses déchirements, et enfin le triomphe du communisme.
Au centre du récit se trouve Grigori Mélékhov, jeune Cosaque, qui vit une folle passion avec la femme du voisin de la famille, Aksinia, puis qui doit partir pour son premier service militaire, juste avant le début de la guerre. Puis qui oscille entre les deux camps, les Blancs et les Rouges, en voyant les défauts de chacun, et en essayant de lutter pour préserver les Cosaques et leur mode de vie traditionnel, ce qui se révèle impossible en fin de compte. Autour, une riche galerie de personnages, vivant leurs destins dans ces temps troublés, qui balaient sur leur passage les vies ou qui leur donnent une direction complètement différente.
Il est très difficile de résumer ce très long livre, complexe et ambigu. le plus passionnant à mon avis est la description de la vie traditionnelle des Cosaques, vie dure, surtout pour les femmes, mais en même temps riche de traditions. Et cette culture en tant que telle va disparaître avec la Révolution, elle vit sans le savoir ses derniers moments et jette ses derniers feux. L'auteur sait la dépeindre dans toute se richesse, sans embellir ni dissimuler les aspects moins glorieux.
Les descriptions des absurdités et horreurs de la guerre, aussi bien que de la guerre civile sont aussi très fortes et denses. La situation des Cosaques, entre le marteau et l'enclume, entre les Blancs qui les méprisent et les Rouges qui ne les aiment pas et qui de toute façon veulent balayer les anciennes façons de vivre est admirablement rendue.
Un livre passionnant, même si j'y ai trouvé quelques longueurs, en particulier dans les scènes de stratégie militaire, qui parlent en général peu à mon imagination. Mais suivre le destin de tous ces personnages, dans un monde dans lequel la distinction entre le bien et le mal devient de plus en plus difficile à faire, a été un grand moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
SachenkaSachenka   28 juin 2018
Micha se reposa pendant une semaine, il passait des journées entières en selle. La steppe le subjuguait, lui imposait une vie primitive, végétative. Il laissait aller et venir son troupeau pas bien loin de lui et sommeillait sur sa selle, ou bien s'allongeait dans l'herbe et suivait le voyage dans le ciel des troupeaux de nuages en fourrure blanche de givre, que passait le vent. Au début, cet état de détachement le satisfaisait. La vie à la réserve, loin du monde, lui plaisait même. Mais, à la fin de la semaine, quand il se fut habitué à sa nouvelle situation, une angoisse vague s'éveilla en lui. «Là-bas les hommes décident de leur destin et du destin des autres, moi je garde des juments. Comment est-ce possible? il faut que je m'en aille, je vais m'enliser», pensait-il, revenant à lui. Mais une autre voix, un murmure paresseux, s'insinuait à sa conscience : «Laisse-les donc faire la guerre là-bas, là-bas on y meurt, ici c'est la liberté, l'herbe et le ciel. Là-bas la haine, ici la paix. Qu'as-tu à faire avec eux?...»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
SachenkaSachenka   30 juin 2018
Accablé de souvenirs, Grigori s'allongea dans l'herbe près de ce petit cimetière cher à son coeur et regarda longtemps le ciel bleu majestueusement étendu au-dessus de lui. Là-haut, dans les espaces sans limites, des ventis circulaient, des nuages froids flottaient, illuminés par le soleil, et sur cette terre qui venait de recevoir le père Sachka, jovial ivrogne et joyeux amateur de chevaux, la vie continuait à bouillonner furieusement : dans la steppe dont la crue verte atteignait la limite du jardin, dans les fourrés de chanvre sauvage à côté de la clôture de la vieille aire, on entendait sans cesse le bruit haché des batailles de cailles, et les rats de blé sifflaient, les bourdons vrombissaient, l'herbe murmurait, caressée par le vent, les alouettes chantaient dans la brume frémissante, et une mitrailleuse crépitait très loin dans la vallée sans eau, obstinément, méchamment, sourdement, proclamant dans la nature la grandeur de l'homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
JacobBenayouneJacobBenayoune   21 novembre 2013
Voici deux ans que dure cette maudite guerre. Depuis deux ans, vous souffrez dans les tranchées pour la défense d'intérêts qui ne sont pas les vôtres. Depuis deux ans coule le sang des ouvriers et des paysans de tous les pays. Des centaines de milliers de morts et de mutilés, des centaines de milliers d'orphelins et de veuves: voilà le résultat de ce massacre. Pour quoi faites-vous la guerre? De qui défendez-vous les intérêts? Le gouvernement tsariste a envoyé des millions de soldats au feu pour s'emparer de nouvelles terres et opprimer les populations de ces terres comme il opprime la Pologne et les autres nationalités asservies. Quand les industriels du monde entier n'arrivent pas à se partager les marchés où ils pourraient écouler la production de leurs fabriques et de leurs usines, quand ils n'arrivent pas à se partager les profits, le partage s'effectue par la force des armes et vous, les petits, vous marchez à la mort en combattant pour leurs intérêts, et vous tuez des hommes qui sont des travailleurs comme vous.
Assez versé le sang de vos frères! Travailleurs, réfléchissez Votre ennemi n'est pas le soldat autrichien ou allemand, abusé comme vous, mais votre propre tsar, vos industriels, vos propriétaires terriens. Tournez vos fusils contre eux. Fraternisez avec les soldats allemands et autrichiens. A travers les barbelés au moyen desquels on vous sépare les uns des autres comme des bêtes féroces, tendez-vous la main. Vous êtes frères par le travail. Vos mains portent encore les cicatrices des durillons sanglants du travail, vous n'avez rien à perdre. A bas l'autocratie! A bas la guerre impérialiste! Vive l'unité indestructible des travailleurs du monde entier!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SachenkaSachenka   29 juin 2018
- [Les Cosaques riches] ont volé la terre...
- Ils ne l'ont pas volée, ils l'ont conquise. Nos ancêtres l'ont arrosée de leur sang, c'est pour ça, peut-être, qu'elle est fertile.
Commenter  J’apprécie          180
CorneliusCornelius   27 juillet 2011
L'herbe nouvelle, de ce côté ensoleillé du ravin, était haute et drue. L'odeur fade de la terre noire chauffée par le soleil n'arrivait pas à couvrir l'arôme très fin des violettes en fleur. Des violettes, il y en avait sur les jachères et parmi les tiges sèches du mélilot, elles se déployaient en broderie de couleur le long d'une lisière très ancienne, et, dans l'herbe fanée de l'autre année, sur les friches dures comme pierre, leurs yeux regardaient le monde avec la pureté de l'enfance. Elles achevaient de vivre dans la steppe vaste et profonde le temps qui leur était donné ; déjà, des tulipes d'un éclat fabuleux les remplaçaient sur la pente, dressant vers le soleil leur calice écarlate, ou jaune, ou blans ; et le vent portait au loin dans la steppe les parfums mêlés des fleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Video de Mikhaïl Cholokhov (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mikhaïl Cholokhov
Le Don paisible (en russe Тихий Дон), film de Sergueï Guerassimov récompensé en 1958 par le prix de la mise en scène et le Premier prix au Festival international du film de Moscou. Extrait
autres livres classés : cosaquesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La littérature russe

Lequel de ses écrivains est mort lors d'un duel ?

Tolstoï
Pouchkine
Dostoïevski

10 questions
324 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur ce livre