AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2918135100
Éditeur : Editions Dialogues (07/05/2010)

Note moyenne : 2.86/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Les élèves et leur maître, le narrateur. Les élèves d'un lycée professionnel, de toutes origines, de toute expérience. Et puis la littérature, les textes, la beauté. Comment l'étincelle jaillit parfois, souvent même, de manière inattendue, imprévisible. Comment cette rencontre se fait mais ne se calcule pas.

A travers les portraits d'élèves qui ont jalonné sa carrière, Alain Chopin nous livre un récit subtil, tendre et drôle. Où il est prouvé que Sha... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Fransoaz
  09 septembre 2010
Devinette : Quels sont les points de rencontre entre des oeuvres littéraires et les élèves d'un lycée professionnel ? Réponse : il n'y en a pas ou très peu… à moins que le professeur de français ne soit Alain Chopin.

EXTRAIT
Monsieur, ce passage, je ne le comprends pas comme vous.
J'avais dans l'idée de donner accès à mes élèves, ici, une classe de dessinateurs industriels, quinze garçons, trois filles, à la mythologie grecque, à travers des textes plus récents, plus proches d'eux, comme Antigone d'Anouilh ou, cette fois- là, la guerre de Troie n'aura pas lieu de Giraudoux. Et puis, à la lecture en classe, déception, ça me paraît vieillot. Je me dis, ça va pas le faire. C'est trop marqué par l'époque: 1935. Ca date. Je leur parle de la seconde guerre mondiale qui éclatera quelques années plus tard. J'essaie de faire le rapport avec la pièce. Bon, c'est froid, ça démarre pas. Ennui. Regards vers les montres ou les portables. Une main se lève quand même. C'est Ludovic. Je me dis, ça y est, il va me dire qu'il a terriblement mal à la tête, qu'il doit aller chez l'infirmière d'urgence. Mais non. Monsieur, ce passage, page 132, de la scène VIII de l'acte 2 je ne le comprends pas comme vous. Il lit : « Aux approches de le guerre, tous les êtres secrètent une nouvelle sueur, tous les évènements revêtent un nouveau vernis qui est le mensonge. Tous mentent. » Vous nous avez parlé de la seconde guerre mondiale, mais moi, je pense à la guerre en Irak. Tous mentent. Bush voulait la guerre, il avait décidé la guerre. Après, il a trouvé des prétextes, il a menti, sur les armes de destructions massives… Un autre élève lève la main, intervient, le débat s'engage, un échange de paroles vraies, l'heure est oubliée, l'infirmière aussi. La pensée circule, des poèmes d'Homère à la guerre en Irak en passant par Giraudoux. Je suis heureux.

Dans ce livre Alain Chopin, enseignant en retraite, revient sur les belles rencontres qui ont jalonné sa carrière. Il n'est pas resté dans le carcan imposé des programmes et des préparations, il s'est mis à l'écoute de ses élèves. Il a su par sa posture bienveillante leur donner confiance, leur faire découvrir l'estime de soi, afin que chacun et chacune de ces adultes en devenir retire quelque chose de positif et de constructif de ses années lycée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sylire
  21 novembre 2012
Les livres sur l'éducation et l'école ne font pas partie de mes lectures habituelles. le sujet m'intéresse mais je devine souvent à l'avance ce que je vais y trouver, ce qui en diminue sérieusement l'intérêt : le niveau baisse, il est quasiment devenu impossible de faire classe aux gamins des banlieues… le problème m'interpelle, mais la littérature sur le sujet ne m'attire pas. Pourquoi avoir lu celui-là ? Tout d'abord car le titre m'amuse : il fallait oser ! Deuxième raison, j'avais envie de découvrir les Editions Dialogues.fr, lancées par la librairie du même nom qui se situe dans ma région.

L'ouvrage se présente comme une série de courtes chroniques dans lesquelles l'ancien professeur nous présente des élèves « en situation ». Alain Chopin ne manque pas d'humour et les portraits d'élèves sont assez truculents. Il manifeste beaucoup de tendresse et de respect également pour les élèves, capables, selon lui, de s'intéresser à des tas de choses (y compris à des textes classiques) pour peu que l'on sache susciter leur intérêt. Pour motiver les élèves, il considère qu'il est inutile de passer des heures à préparer son cours, qu'il est plus judicieux d'arriver en classe avec l'idée de s'adapter aux élèves et d'être suffisamment souple pour changer d'approche si celle prévue ne fonctionne pas. «Ils voudraient que le professeur accepte de lâcher ses pauvres certitudes, qu'il prenne le risque de quitter ses hauteurs pour descendre dans le monde et retrouve, avec eux, dans une recherche commune où chacun ait sa place, la part d'universel, la part d'humanité qui nous est commune et qui constitue la culture en train de se faire, la culture vivante ».
Dans les différentes chroniques, de nombreuses oeuvres sont évoquées, tout comme les projets pédagogiques montés par Alain Chopin avec ses élèves (rencontres avec des auteurs, visites de lieux évoqués dans des oeuvres…). L'ensemble donne un ouvrage vivant et très plaisant à lire. Parmi les chroniques, celle qui m'a fait le plus rire s'intitule « Pour ou contre la violer la stagiaire » : Durant l'année Alain Choplin recevait une enseignante-stagiaire dans une classe d'électriciens (que des garçons). Vers la fin de l'année, la stagiaire (qui s'habillait très près du corps en dépit des recommandations discrètes de l'enseignant) a pris seule la classe pour un cours consacré à l'argumentation. Voici la chute de la chronique : « Les élèves, je les vois dans l'après-midi. Ca a été avec la stagiaire ? Vous avez bien travaillé ? Oui, Monsieur, super. Vous avez trouvé un thème ? Oui Monsieur. On a choisi pour ou contre violer la stagiaire »…

Lien : http://sylire.over-blog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
keisha
  18 juin 2010
L'auteur a enseigné le français dans un Lycée professionnel du Nord, et a participé à la formation des maîtres en IUFM.
Son récit n'est pas une n-ième dénonciation des difficultés de son métier ou des problèmes des élèves, (quoiqu'il en parle en filigrane), il n'a pas LA solution à tous les maux, mais en brefs chapitres il présente des tranches de vie scolaire, avec une certaine humilité, souvent avec humour, toujours avec humanité, respect et passion.
A découvrir, que l'on soit enseignant ou pas.

Un chapitre
Mes élèves - 17-18 ans- connaissent déjà le désir, l'amour, la rivalité, la haine, le malheur, la séparation, la joie, le plaisir. Ils le connaissent déjà parfois trop, ou trop brutalement. C'est pour cela qu'ils peuvent lire, ressentir et comprendre les oeuvres littéraires classiques qui ne parlent que de ça - Shakespeare, ça va tout seul. j'ai remarqué que souvent ce que mes élèves n'aimaient pas, ce n'était pas le texte lui-même, même s'il pouvait parfois leur paraître difficile au premier abord, non, ce qu'ils n'aimaient pas, ce qui les barbait, les ennuyait, leur prenait la tête, les faisait décrocher penser à autre chose s'évader, c'étaient les commentaires, les questionnaires, les analyses toute prêtes, poussiéreuses, l'académisme quoi. Il me fallait inventer, pour eux et avec eux, une façon qui leur convienne de parler du texte. Bien sûr qu'au bout du compte, nous retrouvions des chemins déjà balisés par les spécialistes - on ne refait pas le monde à chaque instant - mais légèrement infléchis tout de même et c'était là tout l'intérêt et surtout nous y allions par un trajet qui nous était propre, par des détours que nous inventions sur le tas. Il se passait quelque chose, là, au présent, dans la classe. Et lorsque ça arrivait, lorsque tout le monde était bien dedans, comme on dit, lorsque chacun pouvait participer, avec plaisir, à l'émergence du sens, au moment où la sonnerie venait interrompre la séance, on entendait ce mot, assez rarement prononcé à la fin des cours et pour cette raison tellement apprécié des enseignants: "Déjà!"
Lien : http://en-lisant-en-voyagean..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Sand94
  17 juin 2010
Alain Chopin est enseignant de français dans un lycée professionnel, ses élèves ne sont pas particulièrement intéressés par le français et la littérature mais Alain Chopin a la foi et tente à tout prix de les amener vers les textes et les auteurs.
Je n'ai pas pu m'empêcher de penser à Daniel Pennac et à son Chagrin d'école que j'avais adoré. Là aussi des anecdotes de classe, des portraits d'élèves mais dans des chapitres très courts… trop courts, si bien que l'on passe trop vite de l'un à l'autre : il y a celle qui lit bien et qui aurait dû faire lettres mais se retrouve en bac pro; celui qui se découvre une vocation théâtrale, celle qui a des dons pour le dessin, celle et celui qui arrive toujours en retard etc. Mais on frôle parfois le cliché et tous les élèves finissent par se ressembler, on n'évite pas les répétitions. Il manque une densité, une réflexion plus aboutie, j'ai eu plus l'impression d'un zapping. Souvent les chapitres se finissent sur le fameux « que sont-il devenus ? » mais quel est l'intérêt finalement trouver à ces portraits ? D'autant que certains me semblent vains, comme l'épisode du chien pour la reconstitution d'une scène d'un roman de Jean-Claude Izzo.
Lien : http://leslivresdegeorgesand..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Alexmotamots
  24 juin 2010
Un ancien professeur de français en lycée professionnel, et en retraite, raconte de petites anecdotes sur ses élèves.
Mon avis :
j'ai regretté que ces petits séquences de vie lycéenne ne soient pas suivis d'une réflexion, mais se terminent seulement par : un tel a eu son bac, une telle est maintenant secrétaire, etc.
En tout cas, un titre accrocheur qui va faire monter mes audiences....

Lien : http://motamots.canalblog.co..
Commenter  J’apprécie          30
Video de Alain Chopin (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Chopin

Alain Chopin, editions-dialogues.fr
Rencontre avec l'auteur Alain Chopin, professeur de français qui a publié son récit Flaubert est un blaireau, chez editions-dialogues.fr.
autres livres classés : essai autobiographiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
367 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre