AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782357071575
192 pages
Éditeur : La Fosse aux Ours (20/08/2020)

Note moyenne : 4.64/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Des hommes et des femmes ont le choix de quitter un camp, enfin libres. Si la plupart restent sur place, d'autres, sous l'impulsion de Garri, décident de partir à pied. Ils veulent rejoindre les plaines du Nord-Est pour y reconstruire une nouvelle vie. Il leur faudra franchir des plateaux, des villages dévastés et de hautes montagnes. Le récit d'une expédition entre fable et western métaphysique.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Cancie
  05 novembre 2020
À force de penser à ces longues et douces plaines du Nord-Est, Garri prend l'initiative de partir du camp, maintenant que c'est possible, à pied, pour tenter de les rejoindre. C'est par une belle journée de printemps qu'il se met en route. Jamarr, Saul qui est muet et Emmett un jeune adolescent sont les seuls à avoir décidé de l'accompagner dans ce long périple, espérant pouvoir y reconstruire leur vie. Ils sont tous porteurs d'un sac à dos et Garri et Jammar ont en outre un ballot en bandoulière sur le devant du buste où se trouvent les rations. Deux jours plus tard, ce sera une rencontre inattendue avec un homme qui est en train de s'enfoncer dans une sorte de marais. Ils vont réussir à le ramener sur la terre ferme, lui et ses précieux dessins de pétroglyphes. Il s'agit de Ruslan qui, le lendemain, les conduira à son village où vit entre autres, Tayna. Ces deux personnes se joindront alors à eux pour escalader les montagnes qui paraissent infranchissables afin de pouvoir gagner ces fameuses plaines.
C'est ce voyage ou plutôt cette expédition qui est relatée dans ce roman composé de trois parties : le plateau, la montagne, et enfin les plaines. Cette équipée sera essentiellement physique, notamment lorsqu'il s'agira de triompher de cette barrière redoutable que sont ces hautes montagnes. Elle sera aussi aventureuse quand il s'agira de choisir le bon chemin et pénétrer dans ces villages en ruines.
Mais c'est avant tout le cheminement humain et les personnages qui ont retenu toute mon attention. Des personnages sobres qui parlent peu, mais qui pourtant, chacun à leur manière, expriment leurs sentiments tout au long de ce que l'on peut appeler un exode vers un lieu accueillant. Dans les difficultés et l'inconnu vers lequel ils se dirigent, il est impossible de ne pas être charmé par ce jeune Emmet égrenant ses mélodies tout au long du parcours et par Saul, ce poète muet qui ne l'a pas toujours été. de magnifiques moments de poésie nous sont offerts notamment avec la réaction d'Emmet lors de l'agonie de ce cheval trouvé dans les ruines ou cette séquence bouleversante lors de l'achat de livres par Tyna. Superbement évoquée également la connivence entre ce gamin et Saul. Un grand sentiment de fraternité traverse tout le roman.
J'ai vraiment cheminé et bataillé à leurs côtés, sentant les graminées m'effleurer, appréhendant l'entrée dans ces maisons en ruines et surtout j'ai craint de ne jamais arriver à franchir ces montagnes et descendre cet immense pierrier, avec toujours l'espoir chevillé au coeur, tout ceci grâce au talent de l'auteur également passionné de montagne.
Comme à chacun de ses romans (Le héron de Guernica, La nuit tombée, L'impasse, L'incendie, Une forêt d'arbres creux, Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar, Contre-courant), j'ai été conquise par l'écriture d'Antoine Choplin, une écriture très sobre et pudique, pleine de sensibilité et à la fois très puissante. Sans aucun nom de lieu, sans que l'on sache où se situe ce récit, l'auteur nous embarque dans une quête de liberté à valeur universelle où l'espoir et la solidarité sont les moteurs. Il donne vie ainsi, à tous ces exilés obligés de fuir, prêts à tout supporter pour retrouver la liberté, qui rêvent d'un lieu où enfin pouvoir s'établir et revivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          821
Pausole
  10 octobre 2020
Il est des livres-totem, de ceux qui jalonnent une vie de lecteur, de lecture, de littérateur. Des livres bouffeurs de coeur, des rois des aulnes, des dessous de volcan, des Texaco. Je ne connaissais pas Antoine Choplin, j'ai ouï-dire, j'aime la fosse aux ours. Quelle beauté. Pure. Ciselée. du bel artisanat, du mot finement ouvragé, choisi, à raison. Des souffles et des regards, quelques silences, des paroles soupesées. On sent toute la sincérité et le coeur qui a été mis dans cette fable-parabole, pas de fioriture, pas d'explication, juste la matière brute, des hommes, une femme, le chemin, la montagne, l'espérance à jamais déçue? C'est sensible, magnifiquement sensible, une volte vers un retour aux sources, à l'humain, peut être. Merci Monsieur Choplin.
Commenter  J’apprécie          70
jostein
  28 septembre 2020
Dans ce roman, Antoine Choplin ne nous laisse aucun indice de temps ou de lieu. L'enfermement, le confinement, le rêve d'exil, d'un ailleurs ou d'un autrefois ne sont-ils pas des sentiments universels et intemporels?
Les portes du camp vont s'ouvrir. On promet l'arrivée de camions. Garri ne veut plus attendre, il rêve de rejoindre les plaines de son enfance. Avec Jamarr, un gars costaud, Emmet qui parle comme un enfant mais ne jure que par Garri,avec Saul, son ami de toujours qui a éteint sa voix, il met le cap au Nord-Est.
« Il doit bien rester quelque chose de ce que l'on a connu. »
Mais pour cela, il faudra vaincre la montagne, menaçante ou protectrice.
En chemin, il enrôle Ruslan, un chercheur de pétroglyphes. Puis dans un village, ils rencontrent Tanya, désireuse elle aussi de rejoindre les plaines.
Au fil de cette aventure pleine d'espoir et de difficultés, quelques bribes du passé de chacun se dévoilent. Mais l'auteur maintient toujours une part de mystère.
Les romans d'Antoine Choplin sont empreints d'humanité et du bonheur, de l'espoir et du sentiment de liberté que peut susciter la nature. Chaque personnage nous entraîne dans son monde. Volontaires, respectueux, meurtris, guidés par leur rêve, ils bravent tous les dangers.
Nous avons tous besoin de croire à quelque chose pour continuer la route et franchir des montagnes.
Un superbe voyage avec de touchants personnages
Lien : https://surlaroutedejostein...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41


critiques presse (1)
LaCroix   12 octobre 2020
Antoine Choplin déroule une épopée intense sur la fuite de quatre hommes et d'une femme vers un ailleurs qu'ils espèrent plus doux.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
CancieCancie   03 novembre 2020
Saul progresse d'une façon irrégulière. Il s'arrête fréquemment pour observer le paysage, approcher le nez d'une fleur ou les doigts d'un insecte. Il laisse traîner ses mains dans les hautes graminées qui bordent le chemin, en arrache parfois une dont il porte la tige à sa bouche. À d'autres moments, il avance, le front levé au plus haut, le regard tendu vers le ciel, à la verticale de lui-même. La course des nuages lui procure une ivresse qui lui tire un drôle de sourire et le fait trébucher. Plus loin, il s'arrête brutalement pour se mettre à scruter avec intensité dans une direction ^précise, obéissant à un motif connu de lui seul.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
CancieCancie   06 novembre 2020
Le sommet les a surpris, en ouvrant sur un vaste replat herbeux, strié par quelques affleurements rocheux. Le confort soudain de leur posture, libérée de la raideur des pentes et de l'austérité du minéral, les a fait sourire. Ils ont observé longtemps les paysages apparus, pointé du doigt plusieurs névés tardifs. Sans oublier de se retourner vers le plateau immense d'où ils provenaient et qu'ils allaient bientôt perdre de vue en s'engageant plus avant au cœur des montagnes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
CancieCancie   06 novembre 2020
La lumière de l'aube franchit à peine le seuil étroit de l'abri en pierre.
À l'intérieur, les objets et les visages demeurent indistincts. Tenus encore par un demi-sommeil, les corps étendus commencent à s'ébrouer avec mesure, sans vouloir renoncer tout à fait à l'engourdissement confortable arraché sur le tard à la cohorte interminable des heures nocturnes.
Commenter  J’apprécie          330
CancieCancie   05 novembre 2020
La pente se redresse. Les pins se raréfient ; ils se rabougrissent aussi, leurs formes torturées témoignent de la rudesse des conditions durant la saison froide. Un peu plus haut, le végétal abandonne ses ultimes bastions et le décor devient minéral, si ce n'est quelques coussins d'androsaces nichés encore ici et là, entre les pierres.
Commenter  J’apprécie          230

Videos de Antoine Choplin (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Choplin
Antoine Choplin, Prix Louis Guilloux 2017 Rencontre avec Antoine Choplin, lauréat du Prix Louis Guilloux 2017 pour son livre "Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar" paru aux éditions La Fosse aux Ours.
autres livres classés : exilVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

quizz éternels

comment s’appelle l’héroïne

riley
ever
drina
haven

6 questions
58 lecteurs ont répondu
Thème : Eternels, Tome 1 : Evermore de Alyson NoelCréer un quiz sur ce livre