AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782266153812
134 pages
Pocket (12/07/2006)
3.54/5   106 notes
Résumé :
1940 En pleine débâcle, Louis, au volant d'un camion, fuit devant l'arrivée prochaine des Allemands. Sa cargaison est précieuse. Il transporte des tableaux du Louvre qu'il faut mettre à l'abri. Sur la route, il dépasse une femme. Les consignes du plan "Hirondelle" sont strictes. Il ne doit pas s'arrêter. Et pourtant...
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
3,54

sur 106 notes
5
6 avis
4
9 avis
3
9 avis
2
2 avis
1
0 avis

Erveine
  13 mars 2015
Le Radeau est un récit fuyant comme le temps qui passe. Il raconte l'éphémère du lien qui relie les hommes en cette période de guerre, en 1940. L'écriture fait l'économie du superflu pour marquer la tension qui anime les corps et les esprits. Louis a des directives strictes pour parachever une livraison précieuse en lieu sûr afin de mettre hors de portée de l'ennemi des oeuvres monumentales provenant du musée du Louvre. Il ne doit pas s'arrêter et pourtant il recueille Sarah, une jeune femme qui chemine, désemparée. Ils échangent quelques mots mais avec parcimonie tant et si bien qu'ils se devinent plus par des attitudes que par l'effet du langage propre. Leur rapprochement n'a de réciprocité que l'urgence qui les pousse comme par un élan vital et par opposition à la menace qui pèse sur eux. C'est alors que l'équipée décide d'exposer dans un carré d'herbe, quelques tableaux dont le Radeau de la méduse de Géricault afin de les ventiler, tandis que plane un air de tragédie.
Commenter  J’apprécie          616
berni_29
  05 février 2022
Nous sommes à l'été 1940, c'est l'exode devant l'invasion allemande. En pleine débâcle, Louis, au volant d'un camion, fuit devant l'arrivée prochaine des Allemands, son camion roule pour passer au plus vite au sud de la Loire. Sa cargaison est précieuse.
De surprenants clandestins voyagent dans le ventre de ce camion : Ucello, Fra Angelico, Mantegna, Delacroix, le Caravage, Géricault...
En effet, Louis transporte des tableaux du Louvre qu'il faut absolument mettre à l'abri. Il s'agit de l'opération « Hirondelle ». Plusieurs camions sont ainsi partis de Paris, séparément, échelonnés, roulant vers la destination d'un château dans le Lot.
Nuit noire. Sur la route, Louis dépasse une femme qui marche pieds nus sur le bas-côté de la route, tenant ses chaussures à la main. Les consignes sont strictes, il ne doit pas s'arrêter. D'ailleurs, la femme ne fait aucun signe en sa direction. Et pourtant...
Elle s'appelle Sarah...
J'ai cru comprendre que Radeau était le premier roman publié par Antoine Choplin, auteur que j'aime beaucoup par sa douceur, sa pudeur, ses mots tout en retenue, pour dire parfois des choses graves, tristes, douloureuses, mais la joie aussi, éphémère parfois. Ici puisque c'est son premier roman il ouvre déjà le ton de cette manière merveilleuse.
J'aime la voix de cet auteur posée sur les existences de ses personnages qui se croisent, effleurant nos âmes par la même occasion...
La pudeur, les gestes retenus comme au bord d'un abîme, c'est ainsi que démarre la rencontre entre Louis et Sarah, une nuit, sur la route entre Saumur et Poitiers...
J'ai tourné les pages, je suis entré à mon tour dans l'histoire. Ne pas briser le silence entre eux, dans cet habitacle où s'engouffre la nuit, la route défile à la lisière des forêts.
Le visage de Sarah est triste, sa voix aussi, un peu à l'abandon, comme celle d'Antoine Choplin, elle lui ressemble comme une soeur... Ses yeux racontent autre chose, ce sont deux citadelles imprenables...
C'est une parenthèse, un temps suspendu au bord de l'enchantement, à l'intersection de deux routes, de deux vies, quelque part où tout est un peu sombre et peut-être déjà entrelacé.
Elle est secrète, esquive les questions de Louis...
Alors, ils parlent de peinture, d'art, de paysages et de lumière, comme pour retenir encore un peu la guerre là-bas au loin qui bruit, prête à dévaster l'aube qui arrive.
J'ai aimé les sentir être cueillis tous deux au matin par toute cette lumière qui venait sur les pages.
Radeau est un récit en trois temps, entre l'été 1940 et février 1944.
Mais ce roman est loin d'être seulement triste. Il y a des scènes de fraternité et de joie autour de ce fameux tableau de Géricault, le radeau de la Méduse, donnant son titre au récit, scène champêtre où des partisans déplient sur un jardin un peu sauvage au bord d'un vieux château presque à l'abandon la toile sortie de son cadre pour la faire respirer un peu... Magnifique instant bucolique, presque féérique, où chacun y va de son commentaire. Il y a même un résistant que l'on surnomme Michel-Ange...
On sent dans ces moments que le bonheur est fragile, ne tient qu'à un fil, mais on se réjouit de cette solidarité bonhomme qui lie, qui tisse des vies les unes aux autres. Antoine Choplin sait dire tout cela aussi avec justesse et le reste aussi qui viendra plus tard...
J'ai été touché par ce récit.
L'évocation des guerres passées me fait pleurer. Celles à venir tout autant. Comprenne qui pourra...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5116
carre
  23 octobre 2012
Cela se passe en 1940 (l'exode) puis en 1943 (la résistance) une femme marche le long d'une route déserte, Louis au volant de son camion, transporte des tableaux sortis du Louvre, pour empêcher les allemands de faire main basse sur ces trésors. Il ne doit pas s'arrêter et pourtant …
Antoine Choplin compte son histoire avec beaucoup de délicatesse, de retenue, de pudeur, comme s' il ne voulait pas importuner ces personnages, il les observe, s'attache à des détails, avec une économie de mots comme si cette « bulle amoureuse » les protégeaient du danger potentiel.
Et puis, il y a ce fameux radeau, celui de Jéricho et le parallèle est tentant entre ces héros naufragés sur des routes dangereuses et la célèbre méduse prise dans les flots.
Ajoutez à cela une réflexion sur l'art, des personnages secondaires attachants et pittoresques et ce court roman sans en avoir l'air vous touche par sa justesse et sa sensibilité. Jolie découverte.

Commenter  J’apprécie          430
trust_me
  28 février 2014
C'est un camion qui s'apprête à passer la Loire. En 1940. A son bord il y a Louis. Et une cargaison inestimable qu'il faut à tout prix protéger de la débâcle en cours. Il fait nuit. Dans la lumière des phares se dessine une silhouette. Celle d'une femme qui marche. Avec sa mission, Louis se dit qu'il ne peut pas s'arrêter. Respecter les consignes. Ne prendre aucun risque. Et pourtant il freine, se range sur le coté en laissant le moteur tourner. Attend la femme. Elle s'appelle Sarah et elle va prendre place coté passager. le début de leur histoire. le roman est très court et je n'ai pas envie d'en dire plus. Sachez juste que le texte se découpe en trois périodes bien distinctes : 1940 ; 1943 ; février 1944.
D'Antoine Choplin, j'avais adoré « La nuit tombée ». Je retrouve ici avec plaisir son écriture sèche, ses phrases courtes, ses ellipses et ses silences. Un enchaînement de petits riens, presque des paragraphes indépendants les uns des autres. Mais si la première partie, celle de la rencontre entre Louis et Sarah, est franchement réussie, je suis beaucoup plus mitigé concernant la seconde, à laquelle j'ai eu du mal à trouver un véritable intérêt, en dehors de la magnifique scène ayant inspiré la couverture de cette édition de poche. Quant à la dernière, qui ne fait que trois pages, elle est parfaite de concision et d'intensité.
Un roman un peu bancal, donc. Il n'empêche, la plume de cet auteur a quelque chose d'envoûtant. le coté elliptique fait que rien n'est donné au lecteur, les interprétations possibles sont nombreuses et j'aime ça. Au final, l'impression générale reste positive, c'est bien là le principal.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
myriampele
  18 mars 2016
Si j'en crois vos critiques, ce roman de Antoine Choplin n'est pas le meilleur. C'est le premier que je lis et dont j'apprécie le style, à la fois sans fioritures et très descriptif. C'est une belle page d'histoire que celle-ci, et un hommage à la peinture. Alors maintenant, j'ai hâte de lire les autres, voilà!
Commenter  J’apprécie          162

Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
carrecarre   01 octobre 2012
Pour vous Sarah, c'est quoi les choses qui comptent dans la vie ?
Elle le regarde... Elle dit c'est curieux comme question.
C'est curieux de dire dans la vie parce ce que je ne vois rien d'autre qui compte vraiment que la vie elle-même.
Commenter  J’apprécie          420
berni_29berni_29   05 février 2022
J'aime nos parts d'ombre, nos petits recoins d'homme et de femme. J'aime les vents qui se lèvent sans crier gare. J'aime le ciel clair, et j'aime savoir qu'il peut être changeant. Je mesure les incertitudes, je les goûte. C'est curieux comme malgré tout, dans ce tableau de vie ou rien ne semble promis, ou tout semble se refuser à trop de netteté, eh bien il y a là, posé au beau milieu, un gros caillou.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
carrecarre   01 octobre 2012
Ou étiez-vous, lui demande Louis.
Elle hésite avant de dire : je ne sais pas très bien au juste. Quelques part ou tout était un peu sombre et entrelacé.
Louis a dit que c'est vrai, les rêves sont des lieux pour les entrelacements.
Commenter  J’apprécie          270
carrecarre   02 octobre 2012
Elle dit qu'elle vient de marcher alentour, que c'est un beau pays, aux couleurs douces, aux pierres qui racontent. Que c'est un pays de poêtes.
Commenter  J’apprécie          370
paraty62paraty62   25 septembre 2013
« C’est une drôle de chose les musées. En fait, une sorte de trahison. Quand on pense à toutes ces œuvres façonnées dans la solitude, souvent créées dans le dénuement, sans souci les unes des autres, et qu’on retrouve là, les unes à côté des autres, accrochées dans ces salons d’apparat à haut plafond, au parquet bien lustré, les musées, ce devrait être les ateliers d’artistes, avec leur vraie lumière, avec les chiffons salis et les odeurs de vernis. Alors là. » (p. 53)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Antoine Choplin (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Choplin
Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donne rendez-vous chaque dimanche à 13h30 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • Monsieur de Marie-Ange Guillaume et Henri Galeron aux éditions Les Grandes Personnes https://www.lagriffenoire.com/monsieur-1.html • rroû de Maurice Genevoix aux éditions de la Table Ronde https://www.lagriffenoire.com/rrou.html • Ceux de 14 de Maurice Genevoix, Florent Deludet aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/ceux-de-14-1.html • La Loire Agnès et les garçons de Maurice Genevoix aux éditions du Rocher 9782268038018 • L'Embuscade de Emilie Guillaumin aux éditions HarperCollins https://www.lagriffenoire.com/l-embuscade.html • Féminine de Emilie Guillaumin aux éditions Fayard https://www.lagriffenoire.com/feminine-1.html • Par-delà l'attente de Julia Minkowski aux éditions JC Lattès https://www.lagriffenoire.com/par-dela-l-attente.html • L' Affaire Markovic - (T01) de Jean-Yves le Naour et Manu Cassier aux éditions Bamboo https://www.lagriffenoire.com/l-affaire-markovic-t01-l-affaire-markovic-vol.-01.html • La lettre de Patrick Sabatier aux éditions du Rocher https://www.lagriffenoire.com/la-lettre.html • le Choix de Viola Ardone et Laura Brignon aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/le-choix-1.html • Christel Rafstedt - libraire « Le livre dans la théière » Rocheservière (Vendée) • Partie italienne de Antoine Choplin aux éditions Buchet Chastel https://www.lagriffenoire.com/partie-italienne.html • La revenge des orages de Sébastien Spitzer aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/la-revanche-des-orages.html • Patte blanche de Kinga Wyrzykowska aux éditions du Seuil https://www.lagriffenoire.com/patte-blanche.html • Yoga de Emmanuel Carrère aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/yoga.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #sudradio #conseillecture #editionslesgrandespersonnes #editionsdelatableronde #editionsflammarion #editionsharpercollins #editionsjclattes #editionslivredepoche #editionsbamboo #editionsfayard #editionsdurocher #editionsalbinmichel #editionsbuchetchastel #editionsseuil #editionsfolio
+ Lire la suite
autres livres classés : exodeVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
909 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre