AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 978B08H8PY8MS
152 pages
Les Editions Freedom-Paradise (01/09/2020)
2.67/5   3 notes
Résumé :
« Quand on me demande d'expliquer en quelques lignes l'histoire qui va suivre, j'ai tendance à la décrire comme un bordel de torchons et de serviettes, une tragi‐comédie dont je suis autant spectateur qu'acteur.
Ce recueil raconte comment j'ai commencé à vivre.
Contrairement aux apparences, ceci n'est pas un livre pour enfants. Mais il a peut‐être été écrit par un enfant perdu qui n'a jamais voulu devenir un homme de foire. » D.C-
Que lire après Le journal d'un enfant terribleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Toujours avide de découvrir de nouvelles plumes et appréciant les recueils de nouvelles, c'est avec une certaine curiosité que j'ai entamé cette lecture. Il faut dire que le titre avait déjà un petit quelque chose d'intrigant et d'attirant, et le résumé n'a fait qu'accentuer cette impression. Autant dire que cet ouvrage est bien atypique et il nous emmène au coeur de récits particuliers et à l'ambiance unique, ambiance dans laquelle j'ai quand même eu un peu de mal à plonger.

Ce recueil regroupe plusieurs petits textes ayant tous un fil rouge commun. Nous retrouvons les mêmes personnages et plongeons dans différents moments de leur vie ainsi que dans les péripéties qui agrémentent leur quotidien. D'abord, il y a Marcel un écrivain bien torturé qui nous plonge dans les méandres de sa vie, et ensuite il y a M. Mouche, un personnage bien atypique étant donné que c'est un homme-chien.

Je n'ai rien contre les héros torturés ou atypiques, bien au contraire, mais cette fois, je me suis un peu perdue dans ce recueil, peinant à vraiment cerner les personnages… Peut-être était-ce un peu trop déjanté pour moi. Malgré tout, j'ai beaucoup aimé les réflexions qui sont lancées sur notre société en suivant leurs péripéties. Entre dérives et excès, les personnages sont loin de vivre des moments qui font rêver.

Mais tout cela nous permet de réfléchir aussi à notre vie et à ce que la société et les amis nous poussent à faire. Enfin, « amis » est un grand mot ici… Plutôt des gens que nous côtoyons et qui ont un impact sur notre vie pas toujours positif, surtout dans notre attitude pour essayer de leur plaire et de faire partie de leur groupe. Il y a donc de nombreux thèmes très actuels abordés ici, de quoi nous rappeler qu'il est important de suivre sa route sans se laisser transformer par les autres juste pour leur plaire.

J'ai de la peine à dire exactement pourquoi je ne suis pas pleinement entrée dans ces histoires. Les thèmes sont vraiment bien trouvés et, pour la plupart, ils m'ont fait réfléchir. Mais j'ai vraiment eu du mal avec les personnages, ce qui peut expliquer que je sois un peu passée à côté de ce recueil. Malgré tout, il a de quoi trouver son public et si vous aimez les nouvelles atypiques, vous devriez trouver votre bonheur ici.

En bref, ce recueil sort du lot avec ses personnages uniques, tout en nous plongeant dans des thèmes bien actuels.
Commenter  J’apprécie          30
Lire ce recueil c'est comme lire du Jean de la Fontaine moderne. En effet, les M. Mouche sont présents dans toutes les strates de la société. Des êtres qui naissent différents des autres, avec un avenir à la hauteur de leurs ambitions, il en existe un peu partout à travers le monde. Cependant, contrairement à M. Mouche, peu ont les moyens de se donner les moyens.

Que ce soit pour M. Mouche ou les autres personnages, le fil rouge demeure la force de croire en eux. A force de se prendre pour quelqu'un d'autre, ils finissent par devenir ce qu'ils pensent être. Aussi, faut-il avoir la foi et être à la mesure de ses ambitions, et surtout, avoir le courage de les assumer. le courage de s'assumer.

Les personnages sont merveilleusement atypiques. Déjantés. Bohêmes. Ils sortent du lot et n'ont rien d'ordinaire. C'est une découverte à travers chacun d'eux et leur univers. Chaque récit a son charme. C'est une lecture entre les fourberies de Scapin, les fables de Jean de la Fontaine et l'Auberge Espagnole qui est faite. Des éclats de rire. Des sourires ponctuent ce voyage. Voyage fait avec un grand bonheur.
Commenter  J’apprécie          20
J'ai eu beaucoup de mal avec la lecture de ce livre. Il est présenté comme un recueil de nouvelles mais il y a tout de même un fil rouge et les petites scènes qui se suivent tout au long nous permettent de rencontrer différents personnages que nous retrouvons régulièrement tout au long du livre.

On rencontre des personnages atypiques qui ne semblent pas heureux. Les thèmes de la dépravation, du sexe, de l'amitié... sont représentés d'une manière assez spéciale, glauque. J'ai été très mal à l'aise à la lecture de ces histoires.

M. Mouche est un personnage presque attachant mais je n'ai pas réussi à l'apprécier. Il est assez récurrent dans les différentes aventures qui nous sont racontées ici. On retrouve également régulièrement Max, Élisa, Marcel, Engin, Fred, Lara... et bien d'autres. L'amitié est au centre de ces mini-scènes mais ce qui ressort le plus c'est bien le glauque, la noirceur.

L'auteur utilise plusieurs temps différents, plusieurs narrateurs. On s'y perd un peu avec les différentes façons de raconter, la première ou la troisième personne. On a cette impression que l'auteur a écrit ces histoires sur un laps de temps plutôt long et qu'il a ensuite décidé de les mettre bout à bout. du coup, il y a plusieurs temps, plusieurs écritures, différentes façons de raconter et donc, le lecteur s'y perd.

On aborde les sujets du monde du travail, du raz-le-bol de la vie, et bien d'autres thèmes d'actualité qui peuvent résonner à l'oreille du lecteur. Mais j'ai trouvé qu'ils n'étaient pas mis en valeur. On n'avance pas dans ces histoires, il ne se passe pas grand chose et je me suis ennuyée du début à la fin. Je ne suis pas auteure, donc je ne sais pas ce que représente un travail d'écriture, mais je peux l'imaginer. Alors je ne suis pas là pour juger l'auteur et l'abattre mais mon rôle, en tant que chroniqueuse, est de donner un avis objectif et sincère. Je ne juge pas l'auteur mais sa qualité d'écriture et là, pour moi, c'est trop juste.

Certaines histoires nous permettent de relativiser, d'autres de se remettre en question. Mais j'avoue que beaucoup m'ont semblé complètement inintéressantes (ou alors je ne les ai pas comprises.. Je ne sais pas trop.) Parfois, nous assistons à une suite de dialogues entre les personnages, d'autres fois il ne se passe pas grand chose, les personnages ne vivant rien d'intéressant. le sexe est très (trop?) présent.

Bref, je suis passée complètement à côté de ce livre particulier qui porte plutôt bien son titre. La peinture sur toile représentant la première de couverture est tout à fait dans le ton et représentative du roman.
Lien : http://leslecturesdemaryline..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
J’avais commencé mon deuxième roman, la vie tournait plutôt bien pour moi. On commençait à me lire, on commençait à aimer, à détester, et je commençais à être reconnu comme le chien sauvage ! Gros titres : M. Mouche le farouche ! Mon rêve était à portée de main
et en face de moi gisait un gouffre immense. De l’autre côté il y avait ce chemin. Il ne me restait plus qu’à trouver un moyen de le rejoindre.
J’écrivais beaucoup. J’étais inspiré. Je ne me couchais jamais sans avoir écrit plus de huit pages dans la soirée. Je me couchais de plus en plus tard, j’étais de plus en plus fatigué, j’étais de moins en moins productif au travail, mais j’étais de plus en plus vrai, authentique et satisfait. Mon inspiration était cette fille, encore. Élisa. Élisa était ma lubie, ma muse, ma belle amie fantomatique qui disparaissait du jour au lendemain. À cette époque elle était la fille dont j’étais amoureux. Du moins, je le croyais. J’étais incapable de le savoir. Ce que je savais ; c’est que
depuis cette soirée où je l’avais rencontrée, je ne cessais de penser à elle, de lui écrire des poèmes, conter nos aventures dans des nouvelles, vouloir passer du temps avec elle, et j’en passe. Mais elle ne m’aimait pas. Ainsi va la vie. Elle n’était qu’une étoile inatteignable et perdue dans cette immensité du cosmos que l’on appelle la vie. Mais elle était cet astre le plus brillant. Elle était, à cette époque, mon étoile du Nord, ma grande Ourse, ou bien cette belle et brillante Vénus.
Qu’était-elle devenue d’ailleurs ?
Oui ; je commençais mon nouveau roman qui parlait de la vision que j’avais de l’amour. Une simple imagination, un petit mets que l’on prend volontiers l’heure d’une réception, et que l’on jette une fois les couilles vidées. Ou en attendant que l’on se fasse jeter. Dans les deux cas, on arrivait au même point. Oui, j’étais un chien fou de l’amour absurde.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : comédieVoir plus

Autres livres de David Choquel (1) Voir plus

Lecteurs (6) Voir plus



Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
20154 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

{* *}