AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782100772926
224 pages
Éditeur : Dunod (03/01/2018)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Le conte nous accompagne toute notre vie. Pendant l’enfance, leur puissance imaginaire comble les périodes d’ennui, et leur pouvoir émotionnel ponctue les situations familiales difficiles. À l’adolescence, ils sont un recours et un secours possibles pour ce passage identitaire douloureux. Puis, devenus parents, c’est la redécouverte de la chaleureuse présence du conte, à travers le regard émerveillé des enfants.
Au plaisir du conte est l’ouvrage d’un psycha... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Daniella13
  13 mars 2018
Dans la première partie, Bernard Chouvier, nous fait par de sa connaissance pour les contes. Il nous raconte à quel moment est venu cette passion et les effets provoqués sur lui lorsque sa grand-mère Marie-Victorine les lui racontait. On s'aperçoit que certains contes peuvent avoir une influence bénéfique ou négative en fonction de l'interprétation que l'on en fait. Mais quoi qu'il en soit le conte reste intemporel.
L'auteur nous fait part d'une recherche approfondie sur deux contes parfaitement connu.
Commençons donc par le conte du « Petit chaperon rouge ». Chacun connaît les versions qu'il a pu lire au cours de sa vie avec notamment les plus connues de Perrault et des frères Grimm. Mais derrière chaque version se cache un sens profond et une symbolique. Nous passons, en fonction des différents écrivains, d'un conte enfantin à un conte érotique et voir même à un conte cannibalique. Chaque version ayant pour effet de protéger chaque génération à la dure réalité de la vie. Se protéger du monde extérieur qui nous veut du mal, se protéger de la duperie ou nous faire avancer tout en restant sur nos gardes.
Il peut être intéressant de découvrir chacun des auteurs et voir quelle complémentarité il offre.
Passons donc ensuite à notre chère Cendrillon. En tant que fan de Disney, j'en connais par coeur chaque réplique que j'adore. Mais lorsque l'on s'attache à en comprendre le sens tout devient différent. Cette façon de faire passer les belles-mères pour des méchantes ou des sorcières en devient horripilant. L'enfant issu de famille recomposée a donc une vision négative de la belle-mère qui peut se montrer ne pas être le reflet de tous ces contes. On découvre grâce à Bernard Chouvier de nouveaux contes traitant du même sujet d'une manière différente. C'est plaisant d'en voir d'autres versions qui m'était inconnue à ce jour.
Qu'il s'agisse d'un lieu où d'un objet tout est propice à un rapport avec sa propre existence. En lisant certains contes qui vont se passer dans une forêt ou une montagne, on fera automatiquement le lien avec le lieu où l'on se trouve. Si certains contes nous ont fait peur, certains lieux peuvent s'avérer être stressant à côtoyer. Il en va de même avec les objets selon leur symbole dans les histoires, on peut s'en méfier ou en être attiré.
L'auteur nous fait part de sa propre vie personnelle tout en mettant en lien des contes qu'il a pu étudier. Sa fascination pour les contes lui vient de sa grand-mère qui a su lui donner l'envie d'en découvrir toujours plus. Même si certains contes sont effrayants et rempli de créatures bizarres, c'est une joie que d'être tenu en haleine pour en connaître la fin. D'autres contes sont plutôt merveilleux et apporte aussi du bonheur et de la gaité qui raviront petits et grands.
Mais au fond nous aimons tous qu'il y ait des méchants dans les histoires car nous voulons que le mal soit puni et que le bien triomphe.
Le conte peut apporter beaucoup dans la vie d'une personne quel que soit son âge et c'est ce qu'essaie de nous faire comprendre l'auteur à travers son livre. Il nous donne aussi envie d'en lire ou relire certains, car nous finissons tous par nous retrouver dans plusieurs d'entre eux.
Je vous laisse découvrir ce petit livre qui vous fera découvrir des contes inconnus et d'autres connus avec tout ce qu'ils peuvent renfermer.
Je tiens à remercier les éditions Dunod et la masse critique de Babelio pour l'envoi de ce livre qui m'a fait découvrir et redécouvrir le monde incroyable des contes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          600
ManouB
  17 février 2018
L'auteur nous explique le pouvoir des contes, en analysant les symboles qu'ils véhiculent, les lieux, les différentes versions d'un même conte et leur côté universel...
Ainsi vous découvrirez dans ce livre qu'un conte merveilleux est bien plus qu'une simple histoire.
Le conte nous accompagne toute notre vie !
Dès l'enfance, le moment du conte, attendu par l'enfant, est un rendez-vous au pouvoir émotionnel très fort, tant à cause des personnages et des situations du conte, que du partage avec l'adulte devenu conteur.Plus tard, le conte pourra aider l'adolescent en crise à construire son identité.
Devenus adultes, nous retrouvons nous aussi le chemin des contes, en nous livrant à ce moment magique de partage. Avouons que nous sommes totalement comblés, de voir les yeux pétillants de nos enfants ou de nos petits-enfants, lorsque l'heure du conte est venu !
Pourquoi les contes sont-ils si importants ?
C'est parce qu'ils portent en eux sagesse, consolation et enchantement. Leur puissance est immense et n'a rien à voir avec la portée d'une simple histoire, certes amusante à raconter aux enfants, mais beaucoup moins intéressante au niveau psychologique.
Les contes populaires merveilleux ont une valeur universelle. Ils véhiculent à la fois des choses terribles et un certain émerveillement. On les retrouve dans tous les pays du monde. L'importance de ces contes, c'est la transmission orale qui au fil du temps, leur a donné un certain pouvoir.
En les écoutant ou en les lisant, les enfants peuvent trouver seuls des solutions, dépasser leurs problèmes, affronter la réalité et grandir...
Mais les contes sont aussi un lien entre les générations et les adultes transmettent sans le savoir, leurs propres souvenirs et leur propre vécu, leurs propres peurs et leurs propres ressentis...en racontant les contes lus pendant leur enfance.
Cette transmission intergénérationnelle prend tout son sens encore plus aujourd'hui où l'image et les films ont souvent supplanté l'imaginaire des enfants.
Dans ce livre simple à aborder et très instructif, l'auteur commence par nous parler de deux contes très connus : "Le petit chaperon rouge" et "Cendrillon". En partant de la version de Perrault, il nous propose de les revisiter dans leurs différentes versions connues ou moins connues.
A travers de très nombreux exemples concrets, l'auteur replace les contes dans leur contexte et dans les lieux où ils se déroulent. Il nous montre à quel point ces lieux sont importants car facilement identifiables et reconnaissables.
La forêt profonde devient le symbole des espaces intérieurs, de ce qui est encore sauvage en nous. La montagne va permettre à l'enfant de prendre du recul et de dominer les situations difficiles, quant au lac, il est toujours empli de mystérieuses créatures aux pouvoirs maléfiques, comme les masures au fin fond des forêts sont habitées par des vieilles personnes, souvent un peu sorcières, et que les châteaux font rêver...que l'on y rencontre des fées, des princes et des princesses ou de méchantes marâtres !
L'auteur nous explique la valeur symbolique des objets et des vêtements, tous empreints de magie, capables d'aider le héros à vaincre les différentes épreuves qu'il aura à traverser. Les objets donnent du pouvoir au héros mais un pouvoir temporaire donc limité dans le temps. Ces objets préparent en fait l'enfant à accepter la réalité et à affronter le monde réel.
Ainsi en est-il aussi de la métamorphose et des sortilèges.
Ils rappellent à l'enfant que tout change dans la vie et qu'il faut à chaque instant oublier ce qu'on était précédemment, pour grandir, sans toutefois y perdre son identité, un passage qui ne manque pas d'angoisser l'enfant. Ainsi à travers les contes comme la "Belle et la Bête" par exemple, mais aussi "l'oiseau bleu" et d'autres que vous découvrirez dans ce livre, l'enfant apprend à mieux accepter l'incertitude du changement et les modifications angoissantes de son corps en pleine croissance...
Dans tous les pays du monde, on retrouve des versions proches du conte originel, parfois violentes, parfois plus soft, l'important étant de retrouver le conte d'origine le plus proche de la tradition orale primitive et de raconter de préférence, celui-là aux enfants, car c'est celui-là qui sera le plus porteur de plaisir. Il est donc nécessaire de raconter des contes aux enfants quel que soit leur âge.
Ce livre intéressant et plaisant à lire, s'adressa aussi bien aux parents à qui il apportera une meilleure compréhension de la symbolique des contes, qu'aux enseignants et aux bibliothécaires qui sauront davantage comment les utiliser et quelles versions raconter.
Les thérapeutes qui ne connaissent pas ou trop peu ces formidables outils que sont les contes, peuvent s'en servir comme une première approche. D'autres titres du même auteur leur permettront ensuite d'approfondir leurs connaissances...
A chaque instant, l'auteur s'appuie sur son parcours personnel et ses souvenirs d'enfance, ancrés en Haute-Loire lorsque durant les vacances, il attendait avec impatience le soir venu, pour grimper enfin, grâce à une chaise, dans le grand et haut lit de sa grand-mère, et écouter, blotti contre elle, les histoires de lutin, de diable ou d'autres contes de sa région. C'est grâce à elle, qui a marquée son enfance car elle était une conteuse-née, qu'il a pu entrer avec délice, mais non sans peur, dans ce monde à la fois merveilleux et effrayant, peuplé de créatures étranges et mystérieuses...
Le conte est une belle ouverture vers le monde et les différences. Il aide à dépasser les conflits et les peur, ancrés en nous depuis notre enfance, et qui nous ont parfois été transmis par nos ancêtres. le conte parce qu'il aide l'inconscient à identifier ces peurs, a un aspect réparateur et rassurant pour l'enfant. Il aide à développer l'imaginaire par l'intervention de la magie, la possibilité de se métamorphoser en un autre et d'échapper aux sortilèges.
La portée symbolique des contes est immense et ce petit ouvrage simple mais détaillé, qui se lit comme un conte, vous aidera à y voir plus clair et vous invitera, si vous ne le faites pas déjà, à lire de nombreux contes merveilleux à vos enfants et petits-enfants pour partager ces moments uniques avec eux.
En guise de conclusion, vous retrouverez quelques contes moins connus que vous pourrez lire ou relire avec plaisir !

Lien : http://www.bulledemanou.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Cyril_lect
  29 mars 2018
Merci aux éditions Dunod et à Masse Critique pour cet envoi !
C'est un drôle d'ouvrage que proposent les éditions Dunod, éditeur connu pour son sérieux. Non que le pouvoir des contes ne le soit pas, mais plutôt que l'énonciation du propos est surprenante.
En effet l'auteur, psychologue et psychanalyste, laisse de côté le discours impersonnel des essais pour ancrer le texte dans une subjectivité assumée.
L'ouvrage débute ainsi : J'ai connu le plaisir des contes grâce à ma grand-mère, je veux dire la mère de mon père, car l'autre, je ne l'ai pas connue, j'ignore même jusqu'à son nom. Marie-Victorine était un être d'exception.
Bernard Chouvier ne lâchera pas son histoire personnelle, celle des émotions du lointain petit garçon qu'il fut, blotti contre une grand-mère fascinante et impressionnante (oserais-je dire une Babayaga ?) qui lui ouvrait la boîte magique des contes.
Ce parti-pris narratif a de quoi surprendre durant les trente premières pages (toujours laisser au moins trente pages à un livre). Ce fil rouge dévoile en fait le véritable projet de l'auteur. Non de livrer une autobiographie contée (quoiqu'elle transparaisse) mais bien d'ancrer l'analyse des contes qu'il propose dans une esthétique de leur réception. Bernard Chouvier détaille et dévoile les fonctions du conte dans la psyché de l'auditeur et plus particulièrement de l'enfant qu'il fut, mais aussi (de manière parcimonieuse) de ses jeunes consultants.
Il est difficile d'offrir plus honnête pacte d'analyse pour le lecteur que de dire d'où l'on parle. De quels lieux contés nous provenons.
Toutes proportions gardées, une telle démarche fait écho à Corps pour corps, journal de terrain de Jeanne Favret-Saada (avec Josée Contreras), clé de son époustouflant Les mots, la mort les sorts.
L'auteur nous prend par la main et nous emmène rencontrer les figures qui l'ont marqué : le lutin, le Diable, le petit Chaperon Rouge, Cendrillon... Pour chacun, il montre quelle tension psychique sous-tend le conte et quelle résolution il propose. Les lieux sont ensuite traversés : la forêt, la montagne... Pourtant ce sont des lieux qui n'en sont pas. Ce sont des non-lieux que chacun peut habiter de sa vie intérieure.
Puis les différents objets magiques (la poupée qui mange, le pipeau justicier...) sont analysés dans leur fonction d'objets transitionnels, de ceux qui aident à résoudre les problèmes, objets magiques certes, mais objets magiques temporaires afin d'aider le jeune auditeur à accepter la frustration du réel, graduellement.
Enfin, les métamorphoses apparaissent comme autant d'acceptation de la permanence et de l'impermanence de l'identité.
Le texte de l'auteur est ainsi émaillé de synthèses courtes et éclairantes qui donnent à comprendre les enjeux psychanalytiques et sociologiques de la fonction des contes.
Cette qualité est aussi une des limites du texte de Bernard Chouvier.
Dans la perspective qui est la sienne, l'auteur méconnait les travaux des mythologues qui lui auraient permis d'écarter certains aspects un peu vite affirmés, comme le recours à l'explication chamanique ou évhémériste. le chapitre "l'oiseau" (p. 164) aurait tellement gagné à s'enrichir de la lecture de Ma mère l'Oie de Philippe Walter ; Cendrillon et le Petit Chaperon Rouge dans les travaux de Pierre Saintyves ! Mais là on entre dans la poétique du conte et du mythe, ce qui n'est pas le propos de Bernard Chouvier.
Derrière un texte somme toute assez court (l'ouvrage se lit vite -c'est une qualité !), l'auteur réussit à créer un portrait assez complet des réponses et du soutien que les contes, dans leur richesse et leur diversité, apportent à la psyché des jeunes (et moins jeunes) humains qui les écoutent.
Il en est une excellente introduction et il donne ainsi furieusement envie de se (re?)plonger dans le recueil des frères Grimm (le livre le moins lu qu'il soit), ce qui n'est pas la moindre de ses qualités.
Lien : https://leslecturesdecyril.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LeaneBelaqua
  29 mars 2018
La littérature des contes m'a toujours fascinée. Enfin, j'ai été bercée par des versions très édulcorées et illustrées de façon très simples. Plus tard, je me suis prise d'amour pour les versions "originales" des contes traditionnels, celles dans lesquelles les desseins sont bien plus sombres et détaillés, et dans lesquels les fins ne sont pas forcément joyeuses pour tout le monde. Et maintenant que je suis adulte, cet amour pour les contes est toujours bien présent, au point que je m'essaie à la revisite de contes. Tout cela pour dire que ce livre était fait pour moi.
Le pouvoir des contes est un essai qui dissèque les contes pour en identifier des caractéristiques mais aussi les raisons de leur existence et l'impact de cette littérature sur les personnes. L'auteur y mêle ses souvenirs personnels aux contes traditionnels. Si les passages personnels m'ont plutôt laissée froide, j'ai été totalement emportée par les analyses qui sont faites dans ce roman. Cet ouvrage n'est ni exhaustif, ni pompeux. Bernard Chouvier s'appuie sur quelques points seulement pour tisser la trame d'un conte. Il parle de quelques personnages récurrents (les lutins et le diable par exemple). Il détaille ensuite deux contes, énumérant différentes versions de ces histoires. Si par exemple je n'ai rien appris sur le conte du petit chaperon rouge, j'ai changé de vision quant à Cendrillon. J'ai découvert que l'histoire était initialement bien plus sombre que le conte classique, et surtout, qu'il existait des histoires dans lesquelles Cendrillon n'était pas du tout l'innocence incarnée. J'ai beaucoup aimé l'analyse des symboles proposée par l'auteur. Il y a des tas d'éléments qui ne m'avaient pas spécialement marquée alors qu'ils sont en réalité essentiel pour comprendre l'impact de ce conte.
L'auteur traite également de quelques lieux emblématiques des contes. Qu'il s'agisse de la cabane, des châteaux, ou des montagnes, tout est analysé pour nous permettre de comprendre la philosophie et les messages des contes. Il en va de même pour les objets qui ont une importance capitale (pensons à la pantoufle de verre, notamment, mais aussi à la pomme de Blanche-Neige, ...). Bernard Chouvier s'étend également sur les métamorphoses, monnaie courante dans les histoires traditionnelles. Tout le symbolisme caché derrière ces changements de peau est explicité. Qu'il s'agisse du passage de l'animal au prince ou des malédictions changeant un homme en lion, tout est détaillé avec de nombreux exemples.
L'ouvrage se conclut par quelques contes, pas nécessairement très connus. Il y a notamment Baba Yaga (la grand-mère cannibale) et la nixe (une sorte de sirène). C'est une conclusion parfaite selon moi. A la lumière des nombreuses explications de l'ouvrage, j'ai pu savourer ses contes autrement, avec un oeil un peu moins novice, un peu plus expert.
Cet essai se lit aisément. le langage utilisé n'est pas trop pompeux, ce qui rend la lecture facile et fluide. L'auteur, qui est la voix de cette analyse, partage son enfance avec sincérité et se pose des questions lorsqu'il ne connaît pas les réponses. Il est intéressant de trouver cela dans un ouvrage ayant un thème aussi complexe que celui-ci car très souvent, les contes offrent une liberté d'interprétation à nos imaginations. le fait que l'auteur formule des suppositions sous forme interrogative tient compte de cette particularité. Il ne sait pas tout, il suppose, tout comme nous parfois. Son imagination comble les lacunes avec ses idées, mais il ne nous l'impose pas, et c'est un vrai plaisir. Il est également très agréable de trouver tant d'exemples concrets de contes pour étayer les propos avancés. L'auteur ne se contente pas d'asséner des généralités. Il illustre toujours ses analyses par des contes existants, parfois connus du grand public, parfois plus confidentiels, et à chaque fois, il prend le temps de résumer ces contes pour ne pas perdre ses lecteurs et ne pas les obliger à aller chercher par eux-mêmes des versions de ces histoires, qui ne seraient pas forcément les bonnes. Je regrette simplement d'avoir trouvé plusieurs fois les mêmes contes en exemple. Il me semble que la littérature traditionnelle regorge d'histoires variées.
Conclusion : ♥♥♥♥ Cet essai est à lire absolument si vous êtes intéressé par l'univers des contes. Les propos sont illustrés par des exemples concrets et détaillés, et l'auteur s'est assuré de nous donner toutes les clés pour comprendre facilement ses propos. C'est un plaisir à lire, et c'est également très instructif.
Lien : http://sweetie-universe.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lalitote
  09 mars 2018
Quel livre inspirant que celui de Bernard Chouvier « le pouvoir des contes ». Grâce à ce livre j'ai effectué une véritable plongée dans le monde de l'imaginaire et de la symbolique. Non seulement, les contes font échos à l'enfant en nous mais pour peut que l'on soit parent ou professionnel de l'enfance, ils viennent nous donner des outils fabuleux de compréhension et de tolérance. Ils peuvent être utiles à la construction, au dépassement de ses peurs et son même capable d'aider à réparer ce qui est endommagé. En son temps le livre Psychanalyse des contes de fées de Bruno Bettelheim m'avait déjà interpellé mais je dois dire que sans le côté psy c'est bien aussi. Ce livre est simple et court et pourtant on en ressort éblouis et émerveillé. Les « leçons » de vie, en termes d'exemples ou de modèles du monde passent particulièrement bien sous forme de conte. J'ai apprécié le côté je transmets à une autre génération que la mienne et tout comme l'auteur j'ai des souvenir de ma grand-mère me contant des histoires fabuleuses le soir au couché. L'oralité d'un conte est quelque chose de précieux car cette transmission est unique et renouvelée. A chaque conteur sa façon de raconter. On voit tout de suite l'universalité de certains contes car l'humanité est touchée par les mêmes émotions ressenties, les mêmes angoisses aussi. Un vrai plaisir que de découvrir des contes que je ne connaissais pas. Merci pour ce voyage enrichissant au pays des contes. Bonne lecture.
Lien : http://latelierdelitote.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Daniella13Daniella13   12 mars 2018
Rêvez tant que vous voudrez, petites filles, mais n’oubliez jamais, qu’après le rêve, vient la dure réalité
Commenter  J’apprécie          370
ManouBManouB   17 février 2018
Aussi loin que je remonte dans mes souvenirs d'enfance, les contes sont présents, comme un contrepoint à la vie ordinaire.
Commenter  J’apprécie          110
ManouBManouB   17 février 2018
Les formules choisies font choc et se gravent dans la mémoire comme des formules magiques. "Tire la bobinette et la chevillette cherra" est devenu une phrase aussi empreinte de merveilleux que le "Sésame, ouvre-toi" d'"Ali Baba et les quarante voleurs" pour signifier l'entrée dans l'imaginaire. Pue d'enfants savent ce que sont une bobinette et une chevillette, et encore moins, semble-t-il, que "cherra" est la troisième personne du futur de l'indicatif du verbe "choir". Pourtant la phrase fait mouche à tous les coups. Si on la remplace par une construction plus simple ou plus moderne, le charme tombe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Cyril_lectCyril_lect   22 juin 2018
J'ai connu le plaisir des contes grâce à ma grand-mère, je veux dire la mère de mon père, car l'autre, je ne l'ai pas connue, j'ignore même jusqu'à son nom. Marie-Victorine était un être d'exception.
Commenter  J’apprécie          10
ManouBManouB   17 février 2018
Le conte merveilleux a du poids pour l'enfant dans la mesure même où il lui propose un parcours, un cheminement en parfaite correspondance avec les étapes de sa propre évolution psychique. Il n'y a pas de conte approprié à un âge précis mais je dirai plutôt que chacun des contes parle à tous les âges, dans la mesure où il contient lui-même une multitude de sens.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Bernard Chouvier (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Chouvier
Transmis par la mémoire orale, les contes portent en eux la sagesse et le goût du merveilleux de ceux qui, au fil du temps, y ont déposé leurs plaisirs, leurs angoisses et leurs émotions. À travers son histoire personnelle, l?auteur a cherché, dans ces pages, à transmettre la passion qui est la sienne pour ces histoires qui enchantent le quotidien et ouvrent au voyage à travers les diverses cultures du monde.
Par sa chaleureuse présence, le conte se découvre dans le partage, au sein de la vie familiale. Il donne à voir et surtout à entendre les conflits et les peurs qui agitent le psychisme de l?enfant. Mais en même temps il a un pouvoir réparateur, il est capable d?offrir un dépassement aux situations difficiles. Les figures traditionnelles des contes, de Cendrillon à Vassilissa, de l?ogre à la Baba-Yaga sont évoquées tout au long de ce parcours. Grâce au recours à la magie, aux métamorphoses et aux sortilèges, l?imaginaire se déploie et fait oeuvre d?apaisement. Bernard Chouvier est psychologue clinicien, psychanalyste, professeur émérite de psychopathologie clinique à l?Université de Lyon.
--- Fiche du livre : https://www.dunod.com/pouvoir-contes
*********************************
Retrouvez-nous sur : --- www.dunod.com --- Facebook : https://www.facebook.com/editionsdunod/ --- Twitter : https://twitter.com/DUNOD
+ Lire la suite
autres livres classés : tradition oraleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
335 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre