AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2211238483
Éditeur : L'Ecole des loisirs (09/01/2019)

Note moyenne : 3.34/5 (sur 544 notes)
Résumé :
N'est pas chevalier de la Table ronde qui veut ! Yvain, relevant le défi du sénéchal Keu, affronte dans la forêt de Brocéliande le seigneur de la fontaine. Il gagne ainsi le cœur et la main de la plus belle dame du royaume, qu'il s'engage à rejoindre avant que l'année passe. Mais parviendra-t-il à tenir sa promesse ?
Chrétien de Troyes, traduction de l'ancien français et adaptation Michel Rousse, présentation, notes, chronologie et dossier par Marie-Louise A... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (69) Voir plus Ajouter une critique
Megadonut
  06 décembre 2015
Un bon livre sur les légendes de la table ronde qui nous entraîne dans une folle aventure qui se construit sur une fidèle amitié entre un chevalier et un lion, ce qui est pour le moins original... Travaillée au collège, j'ai beaucoup apprécié cette oeuvre !
Commenter  J’apprécie          535
peloignon
  06 novembre 2012
Avant que la Renaissance trouve son âge d'or dans l'Antiquité, ce qui sera qualifié de bas Moyen-Âge le trouvera dans les légendes arthuriennes du haut Moyen-Âge et c'est à partir de ces légendes que seront élaborés les premiers romans par Chrétien de Troyes à la fin du XIIe siècle.
Cette invention du roman s'est faite par le coup de génie de ce traducteur virtuose qui ne s'est pas contenté de traduire quelques légendes en sa langue, mais les a transposées dans un tout autre esprit qui exigeait un tout nouveau genre d'écriture où l'on ne se contente pas de « rêves, de fables ni de mensonges ». (31) Évidemment, cela n'empêchera en rien son auteur de mettre en scène un paysan qui « avait bien dix-sept pieds de hauteur » (34), un anneau qui rend invisible (51) ou un lion en Bretagne.
Les personnages suivent leur destin qui les conditionne absolument, laissant le champ libre à la naïve poésie pleine de charme qui accompagne tout le récit. On en trouve le plus joli exemple lorsque « Amour…attaque Yvain doucement en le frappant au coeur par les yeux », elle lui inflige alors une plus profonde blessure qu'un coup d'épée, qui « cicatrise très vite, dès qu'un médecin s'en occupe, tandis que la blessure d'Amour empire plus elle est près de son médecin. » (60)
Ce roman, d'abord récit d'aventure, d'amour et de folie est capables de plaire à tous les publics parce que Chrétien sait se limiter pour s'assurer de lui plaire. le public, en effet, ne saurait apprécier quelques vérités trop sublimes pour lui. Par exemple, sur le thème de l'amour Chrétien nous dit : « je pourrais vous parler si longtemps que je n'en finirais pas d'aujourd'hui, s'il vous plaisait de m'écouter; mais quelqu'un s'empresserait peut-être de déclarer que je vous entretiens de futilités. C'est que les gens ne sont plus amoureux, et n'aiment plus comme ils le faisaient autrefois. Ils ne veulent même plus en entendre parler. » (161) On peut aussi aisément comprendre que le même motif se cache derrière les protestations de Chrétien que la vérité transcende parfois toute expression possible : « la langue ne saurait décrire tous les témoignages d'honneur qu'un gentilhomme sait donner » (46), « ces cris, manifestations d'un chagrin que je renonce à décrire, car personne ne pourrait le faire, et de plus, jamais un [chagrin] semblable n'a été raconté dans un livre » (55), « la tempête fut si terrible que nul ne pourrait en raconter le dixième » (188-189).
Et d'ailleurs, moi-même, je n'en finirais pas de parler aujourd'hui si il me fallait donner toutes mes impressions sur ce délicieux roman, alors je souhaite à tous preux lecteurs et nobles lectrices de trouver le loisir nécessaire afin d'apprécier cet immortel ouvrage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
whiteaker
  27 octobre 2015
Ahh. Les chevaliers de la Table Ronde ! Je crois que c'est un de mes mythes que j'apprécie le plus, après les mythes scandinaves. Et pourtant, c'est un des livres sur lequel j'ai le plus de mal à donner mon avis. On va donc procéder par méthode afin de vaincre ce blocage :D

Il est entré dans ma PAL il y a déjà un petit bout de temps (environ 1 an) lorsque ma bibliothèque a procédé à une liquidation d'un certain nombre de vieux livres. J'ai immédiatement sauté sur l'occasion, mais je n'ai jamais trouvé le temps de le lire. C'est grâce à Bislys qui m'a tiré ce livre lors du « Challenge » Pioche dans ma Pal. Fan également des mythes et contes arthuriennes, elle a eu la main heureuse en choisissant ce livre.
Chrétien de Troyes nous raconte donc ici l'histoire ou plutôt le mythe de Yvain, le Chevalier au Lion.
Tout commence par une veillée au cours de laquelle Calogrenant (un autre chevalier) raconte comment il s‘est fait battre comme plâtre lors d'un duel entre chevalier. Toute la cour décide alors de s'y rendre le lendemain. Yvain décide alors d'y aller avant ses amis pour affronter seul cet inconnu qui a défait un de ses comparses. Il le défait et va, de par cet acte rencontrer l'épouse du chevalier décédé. Il va immédiatement en tomber amoureux et va réussir à rendre ce sentiment réciproque avec quelques aides. Mais il est rappelé par Arthur à la cour. Sa Dame lui donnera donc un délai d'un an pour revenir et se marier. Malheureusement, il va dépasser le délai et elle va lui retirer son amour. Vont alors commencer tous ses malheurs et ses aventures qui auront pour but de recouvrer, si cela est possible cet amour.
Bien évidemment, ici on aurait du mal à juger la « plume » puisque cela a été écrit il y a prés d'un siècle. C'est un style donc particulier, un style moyenâgeux, mais que j'affectionne tout particulièrement. Après, le récit est particulièrement court (100 pages au maximum) et le magnifique ainsi que de nombreuses choses incroyables sont tout particulièrement présent. C'est un texte qui a principalement pour but de louer les qualités des chevaliers. Ici, c'est bien évidemment le courage et la force d'Yvain qui combat sans jamais tenter de s'échapper à ses devoirs de chevalier qui sont mises à l'honneur. Ce n'est donc pas forcément des personnages auxquels on peut s'identifier, mais on peut trouver un certain attachement quant à leurs obligations de respecter d'anciennes règles, notamment toutes celles qui commandent l'honneur et qui les mettent souvent dans des situations plus que rocambolesques.
C'est, en tout cas, une plongée intéressante dans le monde arthurien et qui est faite d'une manière assez différente de celle qu'on que l'on a l'habitude de les lire/entendre. En effet, ici, le roi Arthur intervient peu tandis que Guenièvre a un rôle un peu plus important, étant donné qu'elle va lancer l'histoire. Ce sont donc vraiment les chevaliers qui vont faire l‘objet du texte.

En conclusion, c'est une lecture que j'ai bien aimé, autant dans sa forme que dans le fond et je pense essayer de lire les autres livres de Chrétien de Troyes.


Lien : http://aventures-livres.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Sivoj
  17 mars 2016
« Certains racontaient des histoires, tandis que d'autre parlaient d'Amour, des tourments et des supplices ainsi que des grands bienfaits que reçoivent souvent les disciples appartenant à son ordre, qui à ce temps-là était puissant et de qualité. Mais aujourd'hui il reste peu de ses fidèles : ils l'ont, à peu près tous, abandonné, et, par conséquent, Amour se trouve en grand déclin. Car ceux qui, autrefois, faisaient profession d'aimer méritaient qu'on les appelât courtois, vaillants, généreux, et honorables. Mais à présent Amour est matière à fiction, parce que ceux qui n'en ressentent rien disent qu'ils aiment, mais ils mentent. Ceux qui se vantent d'aimer sans y avoir droit en font un objet de fable et de mensonge.
Mais afin de parler de ceux qui furent jadis, laissons de côté ceux qui sont encore en vie. Car mieux vaut, me semble-t-il, un courtois mort qu'un rustre vivant. »
On trouve ce passage dès la première page, et comme vous pouvez le constater, Chrétien de Troyes n'a pas la langue dans sa poche. Loin d'être un simple roman d'aventure, le Chevalier au Lion est aussi un conte qui exprime les valeurs morales et les idéaux, sinon d'une époque, au moins de son auteur.

Calogrenant, inconséquent, utilise pour une fontaine magique pour déclencher, par curiosité, une tempête dont on lui a vanté la puissance. Celle-ci porte à conséquence sur un autre chevalier qui devient son ennemi et lui fait payer son manque de circonspection :
« Vous m'avez causé un tort, et maudit soit celui qui y prend plaisir, car vous m'avez livré un tel assaut dans mon bois et mon château que rien n'eût pu me venir en aide [...] Mais soyez sûr que désormais vous n'obtiendrez de moi ni trêve ni paix. »
Quand Calogrenant raconte sa défaite en duel :
« – Par ma tête, dit monseigneur Yvain, vous êtes mon cousin germain [...] et si j'en ai l'occasion, j'irais venger votre honte.
– On voit bien que c'est après le repas, dit Keu, qui ne pouvait pas se taire : il y a plus de paroles dans un plein pot de vin que dans un tonneau de bière. On dit que le chat repu s'amuse. Après manger, sans bouger, chacun veut aller tuer Saladin [...]
– Diable ! Avez-vous perdu la tête, Monseigneur Keu, dit la reine, en faisant que votre langue ne s'arrête jamais ? »
L'auteur se moque des fier-à-bras à travers l'ironie de Keu, mais condamne aussi la médisance, à travers la réponse de la reine à Keu. Ce passage est assez comique et il y en a quelques autres – plus que dans le Chevalier de la Charrette à mon avis. Par exemple :
« Un rustre qui ressemblait à un maure, immense et excessivement hideux, bref, une créature si laide qu'on ne saurait l'exprimer en paroles »
On pourrait citer de nombreux passages qui illustrent des valeurs, comme ne pas mépriser les demoiselles de condition sociale inférieure, ne pas froisser l'orgueil d'un homme, agir avec bravoure mais pas avec folie (bien que la frontière entre les deux soit floue), tenir sa parole, apprendre de ses erreurs, rester fidèle, etc...
Tout cela est démontré à travers les épreuves dont Yvain doit triompher, mais celles-ci ont un but plus grand encore : lui permettre d'expier la faute qu'il a commise en oubliant la parole donnée à son épouse ; par les armes, il va chercher la rédemption.
Bien que brave et compétant, il n'est pas le plus renommé des chevaliers, comme Gauvain ; sa force n'est pas décuplée par l'amour, comme Lancelot ; et en vérité il aurait perdu quelques combats sans son lion. Mais c'est peut-être une autre leçon de morale : la force et la noblesse du lion accompagnent et soutiennent celui qui a la hardiesse et la bonté d'Yvain.
Si Lancelot a pour faiblesses son aveuglement amoureux et son sens de l'honneur plus poussé que nécessaire, celles d'Yvain sont plus réalistes : il manque à sa parole par inadvertance, il désespère et sombre un temps dans la folie, et ses combats sont plus difficiles comparés à Lancelot qui les gagne les doigts dans le nez.
Le Chevalier de la Charrette est un roman plus poétique et plus tragique mais qui se termine de manière prévisible et laisse des questions en suspens ; l'histoire du Chevalier au Lion est moins touchante, contient moins de fantastique, elle sert une morale sans ambigüité, mais la fin offre une vraie conclusion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
fauteuil
  14 mai 2015
J'ai tout simplement horreur de ce roman de chevalerie, bourré d'hyperboles, peuplé de chevaliers nobles et valeureux, qui combattent des monstres très vilains, et qui remportent toujours, c'est fou ce que c'est ennuyeux de lire ce livre.
Je n'ai rien ressenti. Aucun suspense, aucune surprise, que des combats, et encore, et encore...
Si je suis parvenue à noter une deuxième étoile, c'est seulement parce qu'on a étudié ce roman en français, et que c'était très intéressant de découvrir tous les symboles cachés dans ce livre... Et si je l'ai lu jusqu'au bout, c'est que j'étais obligée, sinon je n'y aurais même pas touché croyez-moi...
Nous assistons dans ce... truc ? à une rencontre amoureuse si exagérée que personne n'y croirait, en tous cas personne qui ait un peu de bon sens...
Et là je vous vois venir, vous avez envie de me dire que ce livre a été écrit au Moyen-Âge, et que c'est un grand livre de l'époque, incontournable, et que Chrétien de Troyes faisait partie des plus grands auteurs de l'époque médiévale..
Certes, certes, mais nous sommes au XXIÈME siècle, et je qualifie tout simplement ce livre de navet, sans aucun intérêt, à pars à étudier au collège.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Citations et extraits (98) Voir plus Ajouter une citation
ParataxeParataxe   15 juin 2019
Je veux merveilles!
Commenter  J’apprécie          10
HermantMHermantM   19 février 2013
Quand je vis l'air clair et pur, de joie je fus tout assuré. Et je vis amassés sur le pin des milliers d'oiseaux. Le croit qui veut : il n'y avait branche ni feuille qui n'en fût couverte. C'était bien l'arbre le plus beau !



































Quand je vis l'air clair et pur, de joie je fus tout assuré. Et je vis amassés sur le pin, des milliers d'oiseaux. Le croit qui veut : il n'y avait branche ni feuille qui n'en fût couverte. C'était bien l'arbre le plus beau ! Doucement les oiseaux chantaient chacun en son langage. Très bien leurs chants s'entraccordaient.
De leur joie je me réjouis. j'écoutais jusqu'au bout leur office. Jamais je n'ouïs si belle musique. Nul homme ne peut en ouïr tel chant si plaisant et si doux que je crus en rêver folie !











+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
LydiaBLydiaB   28 octobre 2010
La demoiselle par la main
Emmène Monseigneur Yvain
Là où il est très chèrement tenu.
Lui craint d'être mal reçu,
Et s'il le croit, c'est naturel.
Sur un grand coussin vermeil,
Ils trouvent la dame assise.
Grand peur, je vous l'assure,
Messire Yvain a eu à l'entrée
De la chambre où ils ont trouvé
La dame qui ne lui disait rien.
Ce silence l'effraya fort :
Il fut de peur si ébahi
Qu'il pensa bien être trahi ;
Et il se tint debout loin d'elle
Jusqu'au moment où la pucelle
Lui dit : « Qu'elle aille au diable
Celle qui apporte à une dame
Un chevalier qui ne s'en approche pas
Et qui n'a ni langue, ni bouche,
Ni esprit qui lui permette de penser
Et de commencer à parler ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
mcd30mcd30   09 mai 2018
Les uns échangeaient des nouvelles, les autres parlaient d'Amour, des tourments, des souffrances et des grands bienfaits qu'en ont souvent reçus les fidèles de son ordre, qui à cette époque était riche et généreux ; mais aujourd'hui on trouve bien peu de ses fidèles, car voici que presque tous l'ont abandonné et Amour en est bien déprécié. Ceux qui aimaient avaient une réputation de courtoisie, de vaillance, de largesse et d'honneur.

A la cour, récit de Calogrenant p. 19
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Marceline59Marceline59   08 janvier 2017
Un rustre, qui ressemblait à un Maure, d’une laideur et d’une hideur extrêmes, - si laid qu’on ne saurait le décrire,- était assis sur une souche, une grande massue à la main. Je m’approchai du rustre ; je vis qu’il avait une tête énorme, plus grosse que celle d’un roncin ou d’une autre bête, des cheveux en mèches, un front pelé, qui avait plus de deux mains de large, des oreilles moussues et immenses, comme celles d’un éléphant, des sourcils énormes, un visage plat, des yeux de chouette, un nez de chat, une bouche fendue comme un loup, des dents de sanglier, pointues et rousses, une barbe noire, des moustaches en broussaille, et le menton soudé à la poitrine, une échine longue, tordue et bossue. Il était appuyé sur sa massue, habillé d’un vêtement extraordinaire, où n’entrait ni lin ni laine ; c’étaient deux peaux de taureau ou de bœuf, nouvellement écorchées, qu’il avait attachées à son cou.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Chrétien de Troyes (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Chrétien de Troyes
"Chrétien de Troyes", une émission de radio diffusée sur France Culture, en 1998, dans la série "Une vie, une œuvre", avec la participation de Philippe Walter, Roger Dragonetti, Charles Méla, Michel Zink, Mireille Demaule.
autres livres classés : moyen-âgeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz Sur Yvain Ou Le Chevalier Au Lion

Qui raconte son aventure au début du livre ?

Yvain
Calogrenant
Le roi
Gauvain

12 questions
462 lecteurs ont répondu
Thème : Yvain ou le Chevalier au lion de Chrétien de TroyesCréer un quiz sur ce livre
.. ..