AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michel Le Houbie (Autre)
ISBN : 2253033375
Éditeur : Le Livre de Poche (01/12/1983)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 349 notes)
Résumé :
Sous la domination d'un aïeul tyrannique, une étrange famille habite cette maison biscornue: deux fils, deux belles-filles, trois petits-enfants, une vieille tante... Mais aussi la toute jeune seconde épouse du grand-père et le précepteur qui pourrait bien être son amant... Puis le grand-père meurt, qui peut bien l'avoir tué ? La seule personne qui semble avoir une idée précise sur la question c'est Joséphine, douze ans. Joséphine a des idées sur tout. Y compris sur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  02 février 2015
La maison biscornue c'est une drôle de maison où vit un patriarche d'origine grecque qui régente toute sa famille, c'est à dire sa très jeune femme, ses fils et leurs épouses, quelques enfants et des domestiques.
Et soudain le vieil homme est assassiné.
Ce n'est pas tout à fait une enquête policière puisque la police n'a pas le premier rôle ici. Celui qui tente de démasquer l'assassin est le futur mari d'une des petites filles du mort.
Tout dans cette histoire est tordu, les rapports entre les différents membres de cette famille étrange, leurs mobiles, leurs alibis, rien de tient debout, à l'image de cette maison toute bizarre.
J'ai adoré cette petite enquête qui ressemble à un vrai casse-tête.
Commenter  J’apprécie          511
ladesiderienne
  27 janvier 2018
Même si quelques romans d'Agatha Christie ornent ma bibliothèque (tous de la même édition et d'une belle couverture rouge...), je n'en ai pas lus beaucoup. Celui qui m'a donné envie de découvrir ce titre pas très connu, c'est Gilles Paris. Cet auteur dit s'en être inspiré pour écrire "Le vertige des falaises" que j'ai lu il y a peu. J'ai donc voulu en savoir un peu plus, ayant du mal à relier son histoire à un polar anglais un peu suranné. En aucun cas, on y retrouve l'ambiance "so british" des titres de la romancière mais il est vrai qu'il y a une certaine similitude entre le style atypique des deux maisons où se déroule l'action. Pour moi, ce qui fait le lien entre les deux récits, c'est surtout la curiosité assez morbide des deux adolescentes qui les habitent.
Ma lecture terminée , une question me vient aux lèvres : mais que fait la police ? Pas grand chose... en tout cas pas dans ce polar de la reine du crime britannique. Ici, pas de Miss Marple, ni d'Hercule Poirot pour résoudre l'enquête et leurs collègues dépêchés sur les lieux ne vont pas se montrer très efficaces. Qui a empoisonné le grand-père autoritaire et richissime de Sophia ? C'est Charles, le prétendant de cette dernière qui en faisant son entrée dans la future belle-famille va mener en quelque sorte l'enquête, encouragé discrètement par son père haut responsable dans la police britannique. A qui profite le crime ? C'est ce qu'il va tenter d'élucider en questionnant la deuxième et très jeune épouse du défunt mais aussi ses fils, belles-filles et petits-enfants sans oublier la vieille belle-sœur et les quelques employés de maison. Pas très perspicace non plus, notre Charles puisque finalement le linge sale va être lavé en famille et de façon assez inattendue.

Un huis-clos plutôt classique au début dans lequel on tourne un peu en rond, mais un final assez peu conventionnel et surprenant qui aurait mérité d'être un peu plus développé. J'accorde un 12/20 à cette enquête qui n'en est pas une.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Corboland78
  02 août 2015
Agatha Christie, née Agatha Mary Clarissa Miller (1890 - 1976), puis, après son second mariage, Agatha Mallowan et, à partir de son anoblissement en 1971, Dame Agatha Christie, est une femme de lettres britannique, auteur de nombreux romans policiers. Son nom est associé à celui de deux héros récurrents : Hercule Poirot, détective professionnel, et Miss Marple, détective amateur. On la surnomme la « Reine du crime » car elle est l'une des plus importants et des plus novateurs des écrivains du genre. Elle a aussi écrit plusieurs romans, dont quelques histoires sentimentales, sous le pseudonyme de Mary Westmacott. Elle a publié 66 romans, 154 nouvelles et 20 pièces de théâtre traduits dans le monde entier.
La Maison biscornue date de 1949. Je n'avais encore jamais lu ce roman mais j'en avais entendu parler pour une bonne raison, Agatha Christie le considérait comme l'un de ses meilleurs, déclarant dans son autobiographie : « de tous mes romans policiers, mes deux préférés sont, je crois, La Maison biscornue et Témoin indésirable. » Un roman sans ses héros récurrents.
Charles Hayward, le narrateur, est un jeune diplomate qui fit la connaissance de Sophia Leonidès, au Caire durant la guerre. Amoureux, ils se promettent le mariage dès son retour à Londres à la fin du conflit. Mais les choses se compliquent car à peine revenu, c'est pour apprendre le décès du patriarche de la famille, Aristide Leonidès, âgé de 85 ans et l'autopsie révèle qu'il ne s'agit pas d'une mort naturelle, le vieil homme a été empoisonné avec l'un de ses médicaments. Charles accepte alors d'aider les enquêteurs, sous la férule de son père (« le Vieux ») un des pontes de Scotland Yard. Infiltré dans la vaste demeure - « c'était une maison biscornue qui aurait pu pousser au cours de la nuit, comme un champignon » - en tant que fiancé officiel de Sophia, Charles mène son enquête au sein de la vaste famille : la veuve (une jeunette d'une trentaine d'années !), les enfants, leurs conjoints, les petits enfants, le précepteur et les domestiques. Bien entendu tous les membres de cette famille avaient des mobiles et des occasions pour perpétrer ce crime, personne n'a d'alibi et tout le monde savait que le collyre du vieil homme contenait une substance létale…
Pour reprendre l'appréciation de l'écrivaine sur son propre roman, je ne sais pas s'il s'agit de son meilleur (pour moi, non) mais je conçois que les avis divergent entre l'auteure et son lecteur, chacun ne plaçant pas au même endroit son plaisir. Ceci dit, c'est quand même un bon bouquin (mais la Reine du crime en a-t-elle écrit de réellement mauvais ?) au regard de son épilogue, que je ne peux évidemment pas révéler, mais qui fut certainement un sacré coup de tonnerre pour l'époque.
Les amateurs retrouveront ici encore, ce qui fait le charme des polars de la Dame. Son écriture incisive et les soupçons qui se déportent de l'un des acteurs vers un autre au fil des pages, dans des décors victoriens so british que c'en est un bonheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Carolivra
  20 octobre 2015
C'est dans le cadre de mon book club, dont le thème est Agatha Christie, que j'ai lu ce roman. J'avoue une chose: en dehors des Dix petits nègres ou du Crime de l'Orient Express, les romans d'Agatha Christie ne me font pas rêver. Sur le blog, j'en ai déjà chroniqué plusieurs comme La Plume empoisonnée, le Crime d'Halloween ou encore Un cadavre dans la bibliothèque. Ils ne m'ont pas laissé un souvenir impérissable. En revanche, je ne saurais que trop vous conseiller son autobiographie, passionnante, mais ceci est un autre sujet. La Maison Biscornue m'a séduite grâce à sa couverture (qui fait très maison hantée, fantôme, période d'Halloween) et sa quatrième de couverture…
Au début du roman, nous faisons la connaissance de Charles. C'est le narrateur de l'histoire qui commence par nous raconter dans quelles circonstances il a connu celle qui deviendra sa femme, la belle Sophia Léonidès. Sophia est la petite fille d'Aristide Léonidès, un homme d'affaire à la tête d'une immense fortune. Alors qu'il doit rejoindre sa belle, après deux ans (!) passés en Inde, Charles apprend une terrible nouvelle: Aristide Léonidès est mort. On soupçonne même un assassinat. C'est sûr, tant que le mystère n'est pas élucidé, Charles ne pourra pas épouser la belle Sophia. Grâce à son père, enquêteur à Scotland Yard, Charles suit l'enquête de près. Bientôt, les soupçons se portent sur l'un des membres de la famille Léonidès.
En effet, toute l'enquête réside dans ce huis-clos puisque les membres de la famille sont assignés à résidence. Dans cette enquête, il y a beaucoup de témoignages. En effet, chaque personnage appartenant au clan Léonidès est suspect. Charles va donc assister aux nombreux interrogatoires et découvrir l'existence d'un testament qui pourrait bien être l'objet de convoitise. Tous ces bavardages m'ont un peu ennuyée. En bref, il y a énormément de dialogues et très peu d'actions! Charles navigue entre les étages, prêtant une oreille attentive aux uns et aux autres. Il se rend bientôt compte que les choses ne sont pas si simples dans cette famille. A commencer par la très jeune veuve Brenda qui aurait pu empoisonner son vieil époux pour vivre la dolce vita avec son amant; ou alors les deux fils d'Aristide, Roger et Philip, qui semblent en vouloir tous deux à leur père. Il y a enfin les deux petits enfants Eustace et Joséphine. Or Joséphine semble en savoir beaucoup….
Charles n'est finalement qu'un simple spectateur. Il ne mène pas vraiment d'enquête et observe simplement, écoute les conversations avec attention. Bien sûr, son idée du meurtrier sera fausse. La révélation ne se fera qu'à la toute fin du roman. Néanmoins, j'avais ma petite idée sur l'identité de l'assassin grâce à un indice que l'auteur nous cède volontiers. Cependant, l'intrigue n'est pas exaltante. On se demande, bien sûr, qui a tué l'ancêtre mais surtout pourquoi. C'est davantage l'ambiance qui m'a séduite dans ce roman. La maison dans laquelle se déroule les faits est d'apparence baroque. Elle est biscornue et cache des coins et des recoins mystérieux. L'intrigue se déroule également dans la bourgeoisie anglaise. J'aime particulièrement le portrait qu'en fait l'auteur. Les personnages semblent a priori sans reproches mais ils cachent tous une part d'ombre et de mystère et quoi de mieux qu'étudier leur caractère, une tasse de thé à la main?
La fin du roman m'a en revanche bluffée. Je n'imaginais pas l'auteur aussi cruelle avec ses personnages. Finalement, elle sauve la morale et les apparences. Tout rentrera dans l'ordre même si encore une fois, la fin est surprenante!
La Maison biscornue est une enquête sympathique qui dresse le portrait d'une famille bourgeoise rongée par la jalousie et l'envie. Je retiendrai surtout la fin, bien surprenante, qu'a osé l'auteur.
Lien : https://carolivre.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Hanta
  22 janvier 2016
Cela fait un long moment que je n'ai pas lu un roman d'Agatha Christie et pourtant je me suis lancée le défi de lire tous ses ouvrages.
Dès les premières pages, j'étais directement happée par l'histoire et surtout curieuse de découvrir l'issue : qui a pu bien tuer Aristide Léonidès et surtout quel est le mobile du criminel ? On est dans une maison immense où vivent ensemble tous les membres d'une famille, depuis le grand-père jusqu'aux petits-enfants sans compter les nombreux domestiques. Au fur et à mesure de l'histoire, on découvre un mobile pour chacun des protagonistes. C'est une histoire palpitante où on est face à des sentiments humains, des drames familiaux et un héritage considérable qui bouleversent l'existence de chacun des membres de la famille.
Cette fois-ci je me suis promise de découvrir toute seule l'assassin : j'étais très attentive à chaque indice et j'ai lu scrupuleusement chaque ligne. Mais je crois qu'une fois de plus Agatha Christie m'a roulée. En tout sincérité je confirme qu'elle a un talent de conteur exceptionnel et propose une analyse très fine des traits psychologiques de chacun des protagonistes. La fin est époustouflante et je ne m'y attendais pas du tout. Pourtant l'auteur avait laissé des indices mais je suis encore (et une fois de plus) passée à côté. En y repensant, je me suis dit : mais c'était évident, ça crevait les yeux depuis le début !
Les dialogues ainsi que le style d'écriture sont agréables. Les personnages ne sont pas vraiment attachants mais on a envie d'en savoir plus sur eux.
En quelques mots : un bon livre à lire pour faire travailler ses méninges !
Lien : http://leslecturesdehanta.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   17 février 2018
Je restai muet. Il poursuivit, s’échauffant :
- Et pourquoi n'aurais-je pas eu peur ? Peur d’être au-dessous de ma tâche ? Peur, lorsque le moment serait venu de presser sur la détente d'un fusil, d’être incapable de me contraindre à faire le geste nécessaire ? Comment être sûr que c'est bien un nazi qu'on va tuer ? Qu'on ne va pas abattre un brave petit gars, un paysan qui n'a jamais fait de politique et qui est là, simplement parce qu'on l'a mobilisé pour défendre son pays ? La sainteté de la guerre, je n'y crois pas ! Comprenez-vous ? Je n'y crois pas ! La guerre est mauvaise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
missmolko1missmolko1   16 février 2018
- Le fait est qu'il n'est pas brillant. Je me demande comment une femme peut s'amouracher d'un type comme ca !
- Vraiment ? Pourtant, il a beaucoup de sex-appeal.
- Je restais sceptique.
- Une mauviette comme lui ?
Sophia rit franchement.
- Pourquoi les hommes se figurent-ils qu'il faut être construit comme un déménageur pour séduire une femme ? Du sex-appeal, Laurence en a bel et bien. Mais je ne m’étonne pas que vous ne vous en soyez pas aperçu...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
missmolko1missmolko1   17 février 2018
Joséphine se dirigea vers une des salles de bains. A la porte, elle se retourna.
- Il me semble que le second meurtre ne devrait plus tarder maintenant. Ce n'est pas votre avis ?
- Quel second meurtre ?
- Eh bien ! Le second meurtre ! Dans les livres, au bout d'un certain temps, il y a toujours un second meurtre. La victime, c'est quelqu'un qui sait quelque chose et qu'on tue pour l’empêcher de parler !
- Vous lisez trop de romans policiers, Joséphine. La vie n'est pas comme ça...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
missmolko1missmolko1   12 février 2018
C'est en Egypte, vers la fin de la guerre, que je fis la connaissance de Sophia Leonidès. Elle occupait là-bas un poste assez important dans les bureaux du Foreign Office et je n'eus d'abord avec elle que des relations de service. Je ne tardai pas à me rendre compte des qualités éminentes qui l'avaient portée, en dépit de sa jeunesse - elle avait juste vingt-deux ans - à un poste où les responsabilités ne manquaient pas.
Fort agréable à regarder, elle était aussi très intelligente, avec un sens de l'humour qui m'enchantait. Nous nous liâmes d'amitié. C’était une jeune personne avec qui l'on avait plaisir à parler et nous aimions beaucoup sortir ensemble pour dîner et, à l'occasion, pour danser.
Tout cela, je le savais. C'est seulement lorsque, les hostilités terminées en Europe, je fus muté en Extreme-Orient que je découvris le reste, à savoir que j'aimais Sophia et que je désirais qu'elle devînt ma femme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
zoccatzoccat   07 février 2018
Je n'ai jamais rencontré un meurtrier qui ne fût vaniteux. Neuf fois sur dix, il a tué par orgueil. Il a peur d'être pris, mais il ne peut s'empêcher de se vanter de son crime, et cela d'autant plus volontiers que, presque toujours, il est persuadé qu'il est beaucoup trop malin pour se faire pincer.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Agatha Christie (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agatha Christie
Un mercredi sur 2 de 20h00 à 20h30, le libraire Gérard Collard vous donne rendez-vous sur la page Facebook de la Griffe Noire dans un live intitulé "Gérard part en live" pour partager ses coups de c?ur, ses coups de gueule en matière de romans, polars, romans historiques ou encore jeunesse... Voici les références des livres présentés et les liens vers le site de la librairie :
Jours brûlants à Key West de Brigitte Kernel aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/102760-divers-litterature-jours-brulants-a-key-west.html
Agatha Christie, le chapitre disparu de Brigitte Kernel aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/83021-divers-litterature-agatha-christie--le-chapitre-disparu.html
Bonjour tristesse de Françoise Sagan aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/21509-poche-bonjour-tristesse.html
Chroniques 1954-2003 de Françoise Sagan aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=55783&id_rubrique=395
Sagan et fils de Denis Westhoff aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/7065-romans-sagan-et-fils.html
Retour à Séfarad de Pierre Assouline aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/103784-divers-litterature-retour-a-sefarad.html
L'amie prodigieuse - tome 4 - L'enfant perdue de Elena Ferrante et Elsa Damien aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/104494-romans-l-enfant-perdue.html
L'amie prodigieuse: Enfance, adolescence de Elena Ferrante et Elsa Damien aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/19311-poche-l-amie-prodigieuse.html
L'amie prodigieuse, II : le nouveau nom: Jeunesse de Elena Ferrante et Elsa Damien aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/65050-divers-litterature-l-amie-prodigieuse-le-nouveau-nom-vol2.html
L'amie prodigieuse, III : Celle qui fuit et celle qui reste: Époque intermédiaire de Elena Ferrante et Elsa Damien aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/105050-divers-litterature-celle-qui-fuit-et-celle-qui-reste.html
Le pays que j'aime de Caterina Bonvicini et Lise Caillat aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/55535-divers-litterature-le-pays-que-j-aime.html
Rosemary, l'enfant que l'on cachait de Kate Clifford Larson aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/104430-poche-rosemary--l-enfant-que-l-on-cachait.html
Les enfants du dernier salut de Brull-Ullmann Colette et Jean-Christophe Portes aux éditions City https://www.lagriffenoire.com/99913-divers-histoire-les-enfants-du-dernier-salut.html
La disparue de la cabine n° 10 de Ruth Ware et
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Agatha Christie

Quel surnom donne-t-on à Agatha Christie ?

La Dame du Crime
La Reine du Meurtre
La Dame de l'Intrigue
La Reine du Crime

10 questions
1044 lecteurs ont répondu
Thème : Agatha ChristieCréer un quiz sur ce livre