AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782702449370
200 pages
Éditeur : Le Masque (06/11/2019)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 816 notes)
Résumé :
Curieuse, l'obstination que le détective Hercule Poirot met à empêcher l'arrestation immédiate d'Alfred Inglethorp pour le meurtre de sa femme, la riche châtelaine de Styles Court. Aussi bizarre, d'ailleurs, que l'entêtement d'Inglethorp à ne pas lever le petit doigt pour réfuter les charges qui s'accumulent contre lui. C'est vrai qu'Inglethorp n'est pas le seul à bénéficier de cette mort ni le seul qui ait eu l'occasion de se procurer la strychnine qui l'a provoqué... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (129) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  01 mars 2018
Première enquête d'Hercule Poirot.👣
Hastings relate la première enquête menée sur le sol anglais avec Hercule Poirot lors de la Première Guerre mondiale.
Dans une demeure très britannique, perdue au milieu d'un village, se trouve une sorte de manoir : Styles Court. Invité par John Cavendish, Hastins décide d'y passer un moment suite à ses blessures de guerre. La propriétaire des lieux, Emily et belle-mère de John Cavendish y réside avec son jeune époux, Mr Alfred Inglethorp dont les autres habitants ne semblent pas apprécier la compagnie.
Un beau soir d'été, des cris retentissent dans la nuit. Tous les habitants se précipitent dans la chambre d'Emily pour l'y découvrir agonisante et émettant ses seuls mots : Alfred ! Alfred !
Rapidement, les soupçons se portent sur le mari, Alfred Inglethorp et les preuves s'accumulent de manière inquiétante. Hastings croise par hasard Poirot, lui aussi dans la région, et lui demande son aide de fin limier. Notre cher Hercule Poirot accepte et met en action ses petites cellules grises pour démasquer le coupable...

Je ne sais combien de fois j'ai pu lire ce livre. C'est l'un des premiers romans policiers m'ayant d'ailleurs donné le goût pour le genre "policier" et "mystère". 😊
Cette première aventure s'inspire dans sa trame narrative des aventures de Sherlock Holmes avec un héros décrit par son bras droit. Ici, Watson n'est autre que Hastings. Ce procédé sera rapidement laissé de côté par Agatha Christie en raison du succès de son enquêteur.
La mystérieuse affaire de Styles est le parfait exemple du armchair détective de l'époque avec un roman dont le lecteur possède toutes les clefs afin de démasquer le coupable avant les ultimes pages. Ce procédé est justement le point fort de l'oeuvre d'Agatha Christie, rendant son oeuvre intemporelle. le lecteur ne subit pas le livre en simple spectateur, mais se retrouve à analyser les indices, à se lancer dans des conjectures parfois farfelues comme celles d'Hastings avant de voir la solution dévoilée par la scène finale de la grande réunion et le monologue d'Hercule Poirot.

L'autre point fort est sans contexte l'atmosphère très britannique se dégageant des lignes des romans d'Agatha Christie. C'est un vrai régal de s'y replonger et cela ne lasse jamais.

Ne parlons pas du personnage d'Hercule Poirot qui par son manque total de modestie, de discrétion offre un contraste tout trouvé avec les britanniques de l'époque. le contraste entre le physique du personnage (petit avec une tête d'oeuf) et son intelligence hors du commun ne sont que plus intéressant.

Une enquête à lire ou relire ! 👌
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1082
isabelleisapure
  11 avril 2017
J'ai découvert Agatha Christie vers l'âge de quinze ans, mais j'avoue ne pas en avoir gardé un grand souvenir.
Quelques décennies plus tard, je tente une nouvelle approche de l'oeuvre de l'auteure en choisissant la première aventure d'Hercule Poirot.
Ici, c'est une histoire de famille qui nous est proposé. Dans une atmosphère « So British », une vieille dame est découverte assassinée.
Les soupçons se portent bien sûr très rapidement sur son jeune mari. Un peu simpliste pour Poirot, d'autant plus que les coupables potentiels ne manquent pas, deux fils qui ne refuseraient pas un petit héritage, une belle fille supposée volage, une jeune protégée de la victime qui suscite quelques jalousies, sans parler de la nombreuse domesticité du domaine.
Ce qui m'a paru intéressant dans cette première enquête est l'étude approfondi que nous propose l'auteur de son héros qui allait devenir le personnage peut-être le plus célèbre de toute la littérature policière.
On découvre ses méthodes très tatillonnes, Poirot qui adore laisser planer le doute sur ses intentions.
On découvre aussi ses petites manies, du genre, ranger systématiquement les objets qui ne lui paraissent pas assez symétrique, même sur le lieu du crime, ou encore, casser les pieds à une dame pour qu'elle mette sa broche bien droite.
Et son orgueil ! Car Poirot est conscient de sa supériorité intellectuelle et en joue. Ce qui en ferait un personnage assez pénible s'il n'était pas contrebalancé par le sympathique, mais un peu brouillon, Capitaine Hastings.
Une relecture qui fût en fait une totale découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          422
LePamplemousse
  30 août 2016
Cette toute première enquête d'Hercule Poirot et de son ami Hastings se passe dans une grande demeure, la maison « Styles », et la toute dernière enquête de Poirot, « Poirot quitte la scène » qui se déroule des décennies plus tard, aura également lieu dans cette même demeure, devenue une pension de famille.
Il est donc assez intéressant de lire ces deux titres l'un à la suite de l'autre afin de voir l'évolution du lieu mais aussi des deux personnages principaux, tous deux ayant bien vieillis, mais l'esprit toujours aussi affuté pour l'un et aussi candide pour l'autre.
Dans ce volume il est question d'un empoisonnement et, comme dans toutes les enquêtes du petit détective Belge, nous faisons la connaissance de toute une brochette de personnages aux personnalités bien affirmées.
J'ai aimé découvrir Poirot à ses débuts, petit homme futé mais terriblement agaçant à cause de sa tendance à se vanter et à se moquer de quiconque n'a pas compris quelque chose. L'intrigue policière est intrigante et la fin réserve évidemment bien des surprises
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Neneve
  06 mai 2017
J'ai lu, il y a fort longtemps, quelques ouvrages de Dame Christie, mais maintenant que j'ai la collection quasi complète (il ne m'en manque que 4), j'ai fait le pari de relire l'oeuvre entière de cette auteure dans l'ordre de publication. Ainsi, me revoilà donc, à relire la première enquête officielle de ce duo Hastings-Poirot, bien que nous apprenons dans ce bouquin qu'ils ont déjà collaboré sur quelques enquêtes. L'action se déroule ici chez une famille anglaise, dont la belle-mère vient de mourir, empoisonnée à la strychnine. Qui donc aurait voulu sa mort ? L'un de ses deux beaux-fils, happé par l'appât du gain ? Son nouveau mari, bien plus jeune qu'elle, désireux d'hériter de son capital ? Sa fille, étudiante en chimie, qui aurait peut-être voulu mettre e pratique ses connaissances des poisons ? La belle-fille, qui semble ne pas apprécié sa belle-mère ? Des domestiques ? Bref, vous aurez compris qu'une multitude de gens aurait tout à gagner à la mort de la maîtresse de maison. Ce meurtre aurait pu être parfait, avec autant de suspects aux motifs divers, mais comble de malchance pour l'assassin, Poirot est justement en vacances dans le petit village de Styles. Sa logique incomparable et ses déductions auront raison de ce crime crapuleux, bien qu'il aura tout de même un peu de fil à retorde. Bref, ce fût un réel plaisir que de replonger dans cet univers qui est propre à Dame Christie. Et je me régale déjà en sachant que c'est le premier d'une longue lignée ! A lire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          363
Derfuchs
  27 janvier 2020
Emily Inglethorp, meurt.
Elle se réveille, pendant son sommeil, dit quelques mots et succombe, empoisonnée suppose t-on, verdict confirmé par le médecin de famille ainsi qu'un ami de passage, médecin également.
Première enquête de Hercule Poirot que celle-ci, contée par son ami Hastings.
Ce dernier est lié d'amitié avec John Cavendish, l'un des beaux fils de la victime.
Hastings demeure, en tant qu'invité, à Styles Court, ainsi qu'une demi-douzaine de personnes, les uns apparentés et les autres simples invités ainsi qu'une dame de compagnie de Madame Inglethorp.
Le mari de la défunte est soupçonné d'avoir perpétré le meurtre.
Hastings fait appel à Poirot pour élucider l'affaire. Côté police c'est Japp, de Scotland Yard, qui s'y colle et qui arrêtera un innocent.
"Voilà, vous en savez autant que moi" dit Poirot à Hastings à un moment de l'intrigue où moi j'étais dans les choux. Question d'habitude avec dame Christie, à tel point, qu'à force je ne cherche plus, je me laisse bercer et croyez-moi c'est tellement plus facile...
Mais, il y a quand même beaucoup de talent dans les récits d'Agatha Christie car elle nous amène dans un sens, puis dans un autre pour, finalement, revenir au point de départ avec ce tour de force de ne jamais nous (moi) ennuyer.
C'est fort de café!
Et, ici on suit ce même principe qui fait que tous les participants, y compris Japp - lui c'est habituel - se fourvoient, tête la première, dans une impasse.
Bon, on l'aura compris, il n'y a pas de gâchis, tout est à prendre, à consommer et il ne reste plus qu'à tenter sa chance, son talent propre de détective, une prochaine fois.



Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          372

Citations et extraits (66) Voir plus Ajouter une citation
zhorvirginia1995zhorvirginia1995   30 juin 2020
— Pourtant, sur un point vous êtes dans le vrai. C'est faire
preuve de sagesse que de soupçonner tout le monde tant que
l'innocence de chacun n'est pas établie de façon rationnelle et
satisfaisante pour l'esprit. Quels arguments peut-on donc opposer à
la thèse selon laquelle Miss Howard aurait délibérément
empoisonné Mrs Inglethorp ?
Commenter  J’apprécie          20
zhorvirginia1995zhorvirginia1995   29 juin 2020
J'ai
rencontré un jour en Belgique un inspecteur célèbre qui m'a fasciné.
Un petit homme extraordinaire. Un véritable dandy, mais d'une
intelligence hallucinante. Selon lui, un bon détective se juge à sa
méthode. J'ai fondé mon système sur le sien, mais j'y ai, bien
entendu, ajouté quelques perfectionnements de mon cru.
Commenter  J’apprécie          50
zhorvirginia1995zhorvirginia1995   30 juin 2020
— Oui, madame, avait-il dit, je vous l'ai ramené.
Puis il s'était écarté pour laisser le passage à John et, tandis que
nous nous éclipsions, j'avais surpris le feu qui brûlait dans les yeux
de Mary Cavendish que son époux serrait dans ses bras.
— Peut-être avez-vous raison, Poirot, dis-je, radouci. C'est le bien
le plus précieux au monde…
Commenter  J’apprécie          10
zhorvirginia1995zhorvirginia1995   30 juin 2020
— Mais je ne vous cache rien : tous les indices en ma possession
vous sont également connus. Il ne vous reste qu'à en tirer les
déductions qui s'imposent. Cette fois-ci, c'est une question de
raisonnement.
— Néanmoins, ça m'intéresserait de savoir.
Poirot me regarda bien en face et secoua de nouveau la tête d'un
air triste :
— Voyez-vous, mon cher Hastings, je crains que l'instinct ne
vous fasse cruellement défaut.
— Mais vous parliez de raisonnement à l'instant.
— L'un ne va pas sans l'autre, murmura Poirot d'un ton
mystérieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
zhorvirginia1995zhorvirginia1995   29 juin 2020
— Votre esprit est un peu embrouillé, n'est-ce pas ? Prenez votre
temps, mon bon ami. Vous êtes agité, vous perdez pied – quoi de
plus naturel ! Dès que nous nous serons un peu calmés, nous
pourrons agencer les faits selon un ordre cohérent, les mettre
chacun à sa vraie place. Nous les analyserons, et puis nous ferons le
tri. Ceux qui nous paraîtront significatifs, nous les garderons –
quant aux autres… (Il gonfla comiquement ses joues et souffla :)
Pouf ! Nous les chasserons !
— Tout ça est bel et bon, objectai-je. Mais comment allez-vous
décider de ce qui est important et de ce qui ne l'est pas ? Ça a
toujours été pour moi la principale difficulté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Agatha Christie (54) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agatha Christie
L'émission complète : https://www.web-tv-culture.com/emission/joel-dicker-l-enigme-de-la-chambre-622-51768.html
Début d'été 2018, un écrivain à succès, Joël se remet difficilement de la disparition de son éditeur Bernard de Fallois. Pour se remettre d'un échec sentimental, il décide de s'octroyer quelques jours dans un palace des montagnes suisses. Là, s'il occupe la chambre 623, à côté de la chambre 621 bis. Dans ce palace, pas de chambre 622… Dès lors, accompagnée de la flamboyante Scarlett rencontrée dans ce palace de rêve, notre écrivain va mener l'enquête. Que s'est-il passé dans cet hôtel pour qu'on choisisse de supprimer un n° de chambre. Crimes, services secrets, corruptions bancaires, diplomatie, secrets de famille, affaires de coeur, tout y passe et chaque personnage ayant à son tour le premier rôle de dévoiler ses failles et ses zones d'ombre. Comme dans un jeu de poupées russes, chaque rebondissement en entraine un autre et tout cela est habilement mené.
Mais au-delà de l'intrigue, qui est finalement un prétexte, Joël Dicker nous offre une véritable leçon d'écriture, rendant hommage dans une histoire parallèle à son éditeur emblématique Bernard de Fallois, celui qui l'a repéré, l'a fait grandir en a fait l'auteur à succès qu'il est devenu. Rappelons qu'avec « La vérité sur l'affaire Harry Québert », « le journal des Baltimore » ou « La disparition de Stéphanie Mailer », Joël Dicker est devenu un incontournable de l'édition internationale. Au fil des pages, entre deux pirouettes pour amuser la galerie et reprendre le fil de l'intrigue, l'auteur rappelle le pouvoir de la littérature et rend un hommage appuyé à celui à qui il doit sa carrière d'écrivain.
Gardant de sel de ses précédents titres avec une écriture addictive, des personnages à la psychologie complexe, des univers oppressants, Joël Dicker a effectivement choisi cette fois-ci une écriture surfant sur l'humour et la dérision, se moquant de lui-même et de ses personnages, un exercice de style savoureux et réjouissant qui ne nuit en rien à l'intrigue de base, à savoir qui est mort et qui a tué dans la chambre 622.
Si l'éditeur Bernard de Fallois est le père spirituel de Joël Dicker, nul doute qu'Alfred Hitchcock et Agatha Christie auraient pu être ses grands-parents, et Woody Allen un lointain cousin.
Une intrigue menée tambour battant, des personnages iconoclastes, des situations cocasses, des dialogues ciselés, un humour habilement saupoudré, tout cela dans les paysages d'une Suisse de carte postale, voilà un roman brillant qui prouve, une fois encore, le talent de Joël Dicker et sa capacité à se renouveler et à surprendre. Une lecture jubilatoire donc !
« L'énigme de la chambre 622 » de Joël Dicker est publié aux éditions de Fallois.
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La mystérieuse affaire de Styles

Qui est le narrateur de l'oeuvre?

Hercule Poirot
Hastings
John Cavendich

9 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : La mystérieuse affaire de Styles de Agatha ChristieCréer un quiz sur ce livre

.. ..