AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Janine Lévy (Traducteur)
EAN : 9782253182207
254 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (14/11/2001)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 462 notes)
Résumé :
2002 - Le Masque - 159 pages - ISBN 9782702400111
Edité avant 1999 sous le titre "La Fête du potiron"

Le 31 octobre, les sorcières s'envolent sur leur manche à balai : c'est Halloween, la fête du potiron.
A cette occasion, Mrs Drake a organisé une soirée pour les "plus de onze ans." Les enfants participent aux préparatifs, sous l’œil nonchalant de Mrs Oliver, qui croque son éternelle pomme. "Savez-vous que j'ai eu l'occasion d'assister à... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (124) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  13 juin 2019
🎃🍏Halloween avec Hercule Poirot c'est inviter la mort à se repaitre !🍏🎃

Mrs Drake et d'autres bénévoles organisent la fête d'Halloween pour les enfants de la bourgade. de nombreuses activités sont prévues, les préparatifs en cours, les bénévoles occupés. Ariadne Oliver étant également présente, l'une des enfants, Joyce Reynolds dit avoir assisté à un meurtre quelques années auparavant. Personne ne la croit et pire, se moque de son imagination débordante. Malheureusement, le soir même, Joyce est retrouvée dans la bibliothèque, la tête plongée dans la bassine servant au jeu de la pèche à la pomme...
Ariadne Oliver ébranlée et sous le choc, fait appel à son cher et moustachu ami, Hercule Poirot pour découvrir le coupable...

Cette nouvelle enquête d'Hercule Poirot est l'une des mieux ficelées. Un crime commis dans le présent ayant plusieurs ramifications dans le passé. Bref, au final c'est passionnant et addictif. Agatha Christie reprend dans ses pistes des thématiques récurrentes dans les romans policiers comme l'héritage, la falsification de document, la jalousie... La seule différence c'est qu'elle nous les propose toute comme possible explication à la mort de Joyce Reynolds. le casse-tête élaboré est compliqué, mais digne de l'esprit de notre détective.

Cependant, l'intrigue d'un roman ne fait pas tout. Ce roman d'Agatha Christie met en lumière un des points faibles de ses livres. le manque de psychologie des personnages voire leur froideur clinique face au drame. Ainsi, le chapitre 7 en est l'exemple type : Hercule Poirot interroge la famille de la victime. C'est affligeant de voir que la mort d'une enfant de 13 ans ne choque pas plus que cela la soeur et le frère. Elle n'est pas encore enterrée que la soeur aînée révise tranquillement ses examens dans sa chambre... et le frère construit une maquette dans le jardin. Les propos tenus par les enfants sont sidérants comme si la petite Joyce était responsable de sa propre mort. Pour le côté humain, on repassera !🙄

Pour conclure, le crime d'Halloween ou le jeu du Potiron est un véritable casse-tête policier Christien. À vous d'en démêler les fils ! 😆😜
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1108
sandrine57
  31 octobre 2020
Gare aux sorcières, vampires et autres monstres ! C'est Halloween à Woodleigh Common et pour l'occasion Mrs Drake organise, chez elle, la fête du potiron pour les plus de onze ans. Les préparatifs vont bon train sous l'oeil plus ou moins intéressé d'Ariadne Oliver, la célèbre autrice de romans policiers de passage dans la région, invitée chez son amie Mrs Butler. Sous la férule de Mrs Drake, la soirée se déroule sans anicroche et les jeux se succèdent, du gâteau à la farine au Snapdragon, en passant par le concours de décoration de balais, pour le plus grand plaisir des enfants. Pourtant, au moment de la séparation, la petite Joyce Reynolds manque à l'appel. Et c'est dans la bibliothèque que les invités découvrent, horrifiés, le cadavre de la fillette, noyée dans le seau du jeu des pommes. Or, Joyce s'était vantée, plus tôt dans la journée, d'avoir été témoin d'un meurtre. Cette déclaration à laquelle personne n'a cru, a-t-elle fait peur au tueur ? La confusion est telle qu'Ariadne prend la décision de faire appel à son grand ami, le détective belge Hercule Poirot.
Un meurtre, la campagne anglaise, des potirons et Hercule Poirot…tout est réuni pour un sympathique moment de lecture. Certes ce n'est pas le meilleur roman d'Agatha Christie qui se laisse aller à quelques facilités dans la résolution d'une enquête qui traîne en longueur, mais pourquoi bouder son plaisir ? On aime son brillant détective et on prend plaisir à le voir arpenter les chemins de campagne dans ses chaussures vernies peu adaptées au terrain et qui mettent ses pieds à rude épreuve. Ce qui ne l'empêche guère d'ailleurs de faire fonctionner ses petites cellules grises pour trouver le coupable.
Une lecture de saison, facile et agréable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Zazaboum
  11 octobre 2020
Tous les ans une fête du potiron est organisée dans le manoir de Mrs Drake, la veille de la Toussaint. Cette année une fillette est retrouvée noyée dans le seau qui servait pour la pêche aux pommes. Ariadne Oliver, auteure de romans policiers, venue passer quelques jours chez une amie, était présente à cette fête et s'est posé beaucoup de questions.
De retour à Londres et contrariée par cet événement elle demande à Hercule Poirot de l'aider. Tous deux retournent dans le village où a eu lieu le meurtre. Poirot contacte un ancien Superintendant de ses amis qui y habite depuis sa retraite afin de connaître un peu les habitants.
Un Poirot vieillissant, pas au mieux de sa forme physique mais toujours aussi soucieux de son apparence et ses chaussures vernies vont lui causer beaucoup de soucis dans la campagne mais ne vont pas empêcher ses petites cellules grises de fonctionner !
Beaucoup moins irritant qu'à son époque flamboyante et du coup plus humain, ce qui n'était pas pour me déplaire ! Un peu plus à l'écoute des personnes de son entourage mais toujours aussi affuté pour voir des choses où personne ne soupçonne quoique ce soit.
Je ne sais pas si c'est un défaut d'attention ou si c'est dans le déroulement mais j'ai eu l'impression que certains raccourcis avaient été pris pour arriver au dénouement ! Mais comme je ne cherche jamais le coupable, je préfère profiter de ma lecture, peut-être ai-je loupé quelque chose ! J'attends l'avis des autres lecteurs de cette LC.
Un bon petit roman d'Agatha Christie d'une lecture facile qui nous a donné l'occasion de visiter un magnifique parc créé sur une ancienne carrière !
CHALLENGE MAUVAIS GENRE 2020
CHALLENGE RIQUIQUI 2020
CHALLENGE PLUME FEMININE 2020
LC POLAR OCTOBRE 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Biblioroz
  17 octobre 2019
Effervescence automnale lors des préparatifs de cette fête d'Halloween. Légèrement en retrait de toute cette agitation, Mrs Ariadne Oliver, les bras ballants, déblatère sur les citrouilles, les courges et compagnie mais s'illumine et se rend utile dès que de jolies pommes apparaissent. Et Agatha Christie, lorsqu'elle met en scène cette dynamique et irrésistible Mrs Oliver, plante toujours quelques pommes dans le décor et dans le sillage de cette célèbre romancière. Mais cette fois-ci, Agatha décide de dégoûter à vie la pauvre Ariadne de l'eau et des pommes en orchestrant son meurtre dans une bassine où surnageaient de belles pommes à attraper avec les dents. Un meurtre d'autant plus traumatisant et abominable qu'il touche une enfant d'à peine 13 ans, Joyce.
À une cinquantaine de kilomètres de là, à Londres, dans son univers bien symétrique, une soirée morose attend notre cher Hercule Poirot. le coup de fil de son amie Ariadne retentit et il ne peut lui refuser son aide précieuse.
Lors de l'organisation de la fête, la jeune Joyce a affirmé qu'elle avait été spectatrice d'un meurtre quelques temps auparavant. Affabulation ? Mensonge parmi tant d'autres ? Idée pour attirer l'attention sur sa petite personne ? Visiblement, c'est une menteuse invétérée et l'auteure nous le rappelle à l'envi dans les différents dialogues un peu trop redondants à mon goût.
D'ailleurs, une fois n'est pas coutume, mon attention se détachait souvent de cette petite énigme un peu trop délayée, qui lambine et manque un peu de peps.
La petite ambiance des épreuves est tout de même sympathique. J'ai fait la connaissance du jeu du Snapdragon qui consiste à attraper des raisins secs qui flambent dans un plat, ou le jeu du gâteau de farine sur lequel trône une pièce de six pence.
Poirot se délecte toujours à faire le mystérieux sous le regard courroucé de Mrs Oliver. Il s'amuse face à l'incompréhension de son amie en lui soumettant des mots griffonnés dans son carnet, sans aucun rapport entre eux, sauf pour lui. Prodigieusement agaçant !
Publié fin 1969, ce roman renferme une vague nostalgie du temps passé et surtout de la montée en puissance des actes de violence et des meurtres qui semblent tout de même bien fréquents aux alentours de cette petite bourgade.
Agatha Christie nous promène dans de jolis jardins, fait souffrir son détective à l'étroit dans ses souliers vernis et, par les paroles sentencieuses d'Hercule Poirot, nous déclare que « le passé est le père du présent ». À nous de cogiter pour en déduire le ou la ou les monstrueux coupables.
Une petite lecture de saison agréable par son ambiance mais qui ne figurera pas dans mon palmarès christinien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Gwen21
  05 mai 2017
"La fête du potiron" est un roman policier assez déstabilisant pour qui connaît bien l'oeuvre de la Reine du Crime. le ton est y différent d'autres opus et le lecteur peut avoir l'impression que l'auteur lui vole ses repères. Toutefois, personnellement, cela ne m'a pas empêché de prendre bien du plaisir avec cette histoire particulièrement sordide puisqu'elle touche à l'assassinat d'une enfant dans un contexte festif, celui d'Halloween.
Halloween est certes une fête un peu à part de par son caractère païen et effrayant, ses grosses citrouilles grimaçantes, ses farces pour apeurer et son ambiance automnale. Il paraît que la vérité sort de la bouche des enfants et c'est sans aucun doute ce qu'a craint le meurtrier de Joyce, 13 ans, en l'entendant se vanter d'avoir assisté à un homicide. Vérité ou flagornerie, ces paroles seront ses dernières...
Publié en 1969, "La fête du potiron" (réédité il y a une vingtaine d'année sous le titre "Le crime d'Halloween") met en scène Hercule Poirot, assisté de sa jeune amie Ariadne Oliver. Bien que vieillissant, nul doute que notre enquêteur préféré ne trouve la clef du mystère !

Challenge Petit Bac 2016 - 2017
Challenge Agatha Christie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290

Citations et extraits (73) Voir plus Ajouter une citation
AlixoneAlixone   31 octobre 2015
- [Spence] […] En gros, voyez-vous, Poirot, je dirais qu'aujourd'hui les filles épousent beaucoup plus souvent des fripouilles que de mon temps.

Hercule Poirot réfléchissait, tirant sur ses moustaches.

- [Poirot] Oui, sans doute. Je crains cependant fort que les filles n'aient de tous temps été attirées par les fripouilles, comme vous les appelez. Seulement il y avait autrefois des garde-fous.

- C'est juste. On veillait sur elles. Les mères s'occupaient de leur progéniture. Les tantes et les oncles aussi. Les frères et sœurs plus jeunes étaient au courant de ce qui se passait. Les pères n'hésitaient pas à chasser de leur maison les jeunes gens indésirables. Il arrivait, bien sûr, que les filles se sauvent avec un de ces vauriens. Aujourd'hui, ce n'est même plus nécessaire. Les mère ne savent plus avec qui sortent leurs filles, on ne dit pas aux pères avec qui leurs filles sont sorties, les frères savent avec qui la fille est sortie mais ils se disent "tant pis pour elle". Si les parents refusent leur consentement, le couple se présente devant un magistrat et s'arrange pour obtenir l'autorisation de se marier, et quand le jeune homme, dont tout le monde sait que c'est un vaurien, prouve à tout le monde, y compris à sa femme, qu'il est effectivement un vaurien, les jeux sont faits. Mais l'amour sera toujours l'amour, et la fille refuse d'admettre que son Henry a des manières révoltantes, des tendances criminelles et tout ce qui s'ensuit. Elle mentira pour lui, jurera pour lui que le noir est blanc, jurera tout ce qu'on voudra.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Souri7Souri7   12 juin 2019
Organiser une soirée enfantine exige bien souvent plus de préparation qu’une soirée pour adultes, car si pour les jeunes il faut sans cesse trouver des idées amusantes et nouvelles, on satisfait toujours ses hôtes en présentant une bonne table et un bar bien garni. Cela coûte sans doute plus cher, mais vous vous évitez beaucoup de travail.
Commenter  J’apprécie          480
genougenou   15 août 2015
Mrs. Ariadne Olivier avait offert d’accompagner son amie Judith Butler, chez laquelle elle passait quelques jours, pour préparer une fête enfantine qui devait se dérouler dans la soirée.
Pour l’heure, la salle où aurait lieu la réception était envahie par un essaim de femmes affairées qui allaient et venaient portant des chaises, des petites tables, des vases fleuris et des potirons jaunes qu’elles plaçaient dans des coins soigneusement choisis où ils seraient en évidence.
On s’apprêtait à fêter la veille de la Toussaint et l’âge des invités variait entre dix et dix sept ans.
Mrs. Olivier se détacha du groupe en effervescence et s’adossa à une cloison laissée libre pour contempler un potiron énorme dont elle ne savait que faire. Rejetant une mèche grise sur son front proéminent, elle s’exclama:
— La dernière fois que j’ai vu de pareils fruits c’est l’année dernière aux États-Unis. Il y en avait partout. Je dois d’ailleurs avouer que je n’ai jamais su discerner la différence entre un potiron et une courge. Quelqu’un pourrait-il m’éclairer là-dessus ?
— Je vous demande pardon, ma chère, l’interrompit Mrs. Butler en buttant contre son amie.
Mrs. Oliver s’effaça.
— C’est de ma faute. Au lieu de me rendre utile, je gêne tout le monde. Cependant, elle reprit imperturbable : Oui, je dois dire que j’en garde un souvenir inoubliable. Chaque maison et chaque magasin exposaient ces cucurbitacées accrochées au plafond ou vidées et éclairées de l’intérieur. C’est très impressionnant. Cependant, là-bas, ce n’est pas pour la Toussaint que l’on décore de cette façon les rues et les maisons mais pour le jour d’action de grâce qui tombe à la fin novembre, je crois. Les travailleuses heurtant Mrs. Oliver au passage, étaient trop occupées pour écouter son babillage.
L’assistance se composait surtout de mères auxquelles s’étaient jointes une ou deux vieilles filles obligeantes. Les garçons de seize à dix sept ans se rendaient utiles en grimpant aux échelles ou sur des chaises pour suspendre les décorations, les potirons et les boules de verre aux couleurs gaies. Les jeunes filles se tenaient à l’écart et riaient sottement.
Mrs. Oliver se laissa tomber sur un sofa et reprit son monologue.
— Voyons, qu’est-ce qui vient après la fête des Morts ?
Personne ne lui répondit. Mrs. Drake, une belle femme d’entre deux âges qui offrait la soirée, déclara :
— J’ai décidé d’appeler cette réception qui, en fait, commémore la veille de la Toussaint, la soirée des « Plus de onze ans » car elle doit surtout réunir les enfants qui, cette année, terminent leurs études aux « Elms » pour partir vers d’autres collèges.
Ajustant son pince-nez, Miss Whittaker, professeur aux « Elms », collège local, crut bon de relever :
— Ce n’est pas tout à fait exact, Rowena. Rappelez-vous, nous avons supprimé les « Plus de onze ans » depuis quelque temps.
À ce moment, Mrs. Oliver se redressa et promena son regard alentour.
— Que puis-je faire pour me rendre utile ? Quelles jolies pommes, vous avez là !
s’exclama-t-elle en fixant avec envie une coupe pleine de fruits rouges que l’on apportait. — Elles ne sont pas très bonnes, avoua Rowena Drake, mais elles donneront une note gaie à la soirée. Je les réserve pour le jeu qui consiste à les pêcher avec les dents dans un seau rempli d’eau. Elles sont tendres et les joueurs n’auront pas de mal à les mordre. Voulez-vous les porter dans la bibliothèque, Béatrice ? Le tapis y est usé et ne craindra pas les flaques qui ne manqueront pas de se répandre autour du récipient. Vous vous en chargez, Joyce ? Merci.
Joyce, une fillette robuste d’une dizaine d’années, prit la coupe...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DarkcookDarkcook   27 octobre 2013
-... En gros, voyez-vous, Poirot, je dirais qu'aujourd'hui les filles épousent beaucoup plus souvent des fripouilles que de mon temps.
Hercule Poirot réfléchissait, tirant sur ses moustaches.
- Oui, sans doute. Je crains cependant fort que les filles n'aient de tout temps été attirées par les fripouilles, comme vous les appelez. Seulement il y avait autrefois des garde-fous.
- C'est juste. On veillait sur elles. Les mères s'occupaient de leur progéniture. Les tantes et les oncles aussi. Les frères et soeurs plus jeunes étaient au courant de ce qui se passait. Les pères n'hésitaient pas à chasser de leur maison les jeunes gens indésirables. Il arrivait, bien sûr, que les filles se sauvent avec un de ces vauriens. Aujourd'hui, ce n'est même plus nécessaire. Les mères ne savent plus avec qui sortent leurs filles, on ne dit pas aux pères avec qui leurs filles sont sorties, les frères savent avec qui la fille est sortie mais ils se disent "tant pis pour elle". Si les parents refusent leur consentement, le couple se présente devant un magistrat et s'arrange pour obtenir l'autorisation de se marier, et quand le jeune homme, dont tout le monde sait que c'est un vaurien, prouve à tout le monde, y compris à sa femme, qu'il est effectivement un vaurien, les jeux sont faits. Mais l'amour sera toujours l'amour, et la fille refuse d'admettre que son Henry a des manières révoltantes, des tendances criminelles et tout ce qui s'ensuit. Elle mentira pour lui, jurera pour lui que le noir est blanc, jurera tout ce qu'on voudra. Oui, c'est bien difficile. Difficile pour nous, j'entends. Enfin, ça ne mène à rien de dire que tout allait mieux avant. C'est peut-être une idée que nous nous faisons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Souri7Souri7   13 juin 2019
[...] tout événement présent a un passé. Un passé qui fait encore partie du présent, mais qui existait déjà hier ou le mois, l’année précédente.
Commenter  J’apprécie          350

Videos de Agatha Christie (48) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agatha Christie
À l'heure où le roman "Dix petits nègres" d'Agatha Christie a été rebaptisé, l'académicien Dany Laferrière défend l'emploi du mot "nègre", une "vieille revanche" selon lui. L'auteur veut faire confiance à l'esprit critique du lecteur et redonner du "soufre" au mot.
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
autres livres classés : halloweenVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Agatha Christie

Quel surnom donne-t-on à Agatha Christie ?

La Dame du Crime
La Reine du Meurtre
La Dame de l'Intrigue
La Reine du Crime

10 questions
1264 lecteurs ont répondu
Thème : Agatha ChristieCréer un quiz sur ce livre

.. ..