AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michel Le Houbie (Autre)
EAN : 9782253034230
254 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (12/06/2002)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 225 notes)
Résumé :
Gordon Cloade est mort fort à propos sous les décombres de sa villa ravagée par le blitz. Il laisse à sa jeune veuve, Rosaleen, une fortune colossale et cela, évidemment, ne fait pas l'affaire du clan Cloade qui se voit, d'un seul coup, spolié par l'intruse. Or, le bruit court que le premier mari de Rosaleen ne serait pas mort, ce qui, bien entendu, aurait pour effet d'annuler le second mariage...
Ces situations troubles sont pain bénit pour les maîtres chan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  06 mars 2019
💣Nouvelle aventure de notre sempiternel homme à la moustache inimitable, je veux bien sûr parler d'Hercule Poirot.

Lors d'un soir de bombardement en 1944, Hercule Poirot se retrouve à son club et tente de faire contrôler sa terreur en écoutant le major Porter, un autre membre déblatérer sur une affaire assez banale mettant en scène une jeune femme ayant épousé un homme, s'étant retrouvée veuve puis ayant de nouveau convolé avec un homme riche, Gordon Cloade pour le voir mourir quelques jours plus tard sous les bombes. Ce major poursuit en faisant état des espérances des autres membres de la famille Cloade qui comptait énormément sur leur parent riche pour survivre. Une fois l'alerte au bombardement passée, chacun retourne à son train-train quotidien.
Deux ans plus tard, Hercule Poirot reçoit un membre de la famille Cloade, ce qui ravive sa curiosité concernant cette histoire. Alors, lorsqu'un homme est assassiné au village où résident les Cloade, Hercule Poirot décide de s'y rendre et d'y mettre en action ses petites cellules grises....

Le flux et le reflux fait partie de mes romans policiers préférés d'Agatha Christie. 😙 Ce n'est pas tant l'intrigue policière somme toute assez banale, mais la psychologie des personnages et le rôle joué par chacun. Agatha Christie prend un malin plaisir à inverser les codes habituels avec Lynn Marchmont qui part à la guerre en tant que bénévole et son fiancé qui reste au pays à l'attendre. Plus féministe on ne fait pas.😙 Ne parlons pas non plus des autres membres de la famille Cloade qui ont tous la palme d'or de la dépendance financière. Aucun d'eux n'a appris à vivre par leurs propres moyens, comptant sur leur parent riche pour les aider. Ainsi, cela donne des situations ubuesques où la mère de Lynn vient quémander des sous pour payer ses factures en attente, puis envisage d'engager un nouveau jardinier qui sera bien évidemment financé par la veuve. N'oublions pas de parler de Jeremy Cloade, chargé d'affaires ayant investi l'argent des autres ; de sa femme issue d'une famille dépensant à outrance ; de Lionel docteur, mais accro à la morphine alors que son épouse est une inconditionnelle du spiritisme.
Bref, tous les personnages sont des duos contradictoires. Entre le docteur sensé être quelqu'un de cartésien et son épouse spirite ; le banquier vs la femme dépensière ; le fermier vs l'aventurière, reconnaissez qu'il y a de quoi avoir une base prometteuse.😙
Ajouté à cela un duo de deux personnages qui suite au décès de la famille viennent les enquiquiner sous les traits de la veuve et de son frère, alias miss fragilité et Mr casse-cou, et voilà le lecteur plongé dans une intrigue des plus machiavélique.

Agatha Christie est même parfois extrêmement vicieuse. Son personnage de Lynn est assez frappant à tous les sens du terme. Jeune femme indépendante, ayant voyagé et vue les horreurs de la guerre ; Mme se lasse de sa future vie en tant qu'épouse de fermier. Rapidement la venue de David Hunter, frère de la veuve titille son côté aventurière et son coeur balance. le comble est atteint lors de la scène où Lynn décide d'annoncer à son fiancé qu'elle le quitte. S'en suit un coup d'éclat qui, soyons honnête, ferait bondir les féministes puisque cela chamboule tout, voire qui énerve par son manque de jugeote.

Au final, le flux et le reflux est une valeur sûre pour ceux ayant envie de découvrir l'univers d'Agatha Christie et son personnage phare, Hercule Poirot. Certes, l'intrigue est attendue, mais le lecteur pourra se régaler avec la découverte d'une belle brochette de personnages digne des comédies burlesques. Au final, j'ai passé un bon moment de lecture en relisant ce roman.😉
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1160
Crazynath
  28 décembre 2020
Et voilà, une fois de plus quand je tourne la dernière page d'un livre d'Agatha Christie, je reste absolument bluffée par son imagination !
Car franchement, quand on voit sa bibliographie, on ne peut être qu'impressionnée. Oui, c'était un auteur prolifique, mais en plus, aucune enquête ne ressemble une autre alors que finalement, nous sommes souvent dans des cadres assez ressemblants…
La reine du crime devait avoir, elle aussi, des petites cellules grises hors du commun, il faut le dire…Car autrement, comment aurait-elle pu produire autant de petits bijoux ?
Nous sommes 1946…L'attention de notre détective belge à la tête en forme d'oeuf et aux impressionnantes moustaches va être sollicité au sujet d'une famille un peu particulière.
Si tous les membres de la famille Cloade semblent plus ou moins désargentés, cela ne leur avait jamais posé problème, car le pilier (et le porte-monnaie) de la famille en la personne du généreux oncle Gordon leur permettait de continuer leurs petites vies sans trop se remettre en question ou d'y changer quoi que soit. Cependant, l'oncle Gordon aura eu la mauvaise idée de se marier et de mourir peur après dans un bombardement à Londres en 1944… Ce qui laisse sa veuve richissime et toute sa famille désargentée…. Cependant, la jeune veuve a déjà été mariée et veuve …..Et si son premier mari était tout ce qu'il y a de vivant ?.... Voici donc le point de départ d'une enquête d'Hercule qui va se révéler bien plus compliquée et alambiquée que prévu…Encore une fois, je ressors charmée par le talent de déduction de ce détective dont je ne me lasse pas de lire les exploits…
Challenge Mauvais genres 2020
Challenge Séries 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
Yanoune
  01 décembre 2019
Le flux ou le reflux... Ou le bouquin que oui mais non ! Oui, pour l'idée, pour l'enquête, pour plein de trucs. Mais non pour la fin ! Ça non ! Hors de question, non mais t'es pas dingue ?! Et je secoue la tête atterrée, complètement... au secours !
Pitch :
La guerre le blizt, on est en plein dedans, Poirot n'en mène pas large, dehors c'est chaud. Il s'est réfugié dans un club de gentleman. Il attend la fin de l'alerte, en face de lui, y a le vieux colonel rasoir.. y en a toujours au moins un dans chaque club, c'est une règle écrite dans le marbre.. Pour ce jour-là, c'est le Major Porter le vieux rasoir... Ouais toujours y a le vieux relou, l'ancien militaire à la retraite qui ne peut s'empêcher de te raconter des histoires dont tout le monde se fout. Ça peut être les vieux souvenirs de guerre, les histoires d'Inde et de fakir, ou d'autres trucs... Là c'est d'autres trucs.. Une histoire parlant d'amis, que personne ne connaît rencontrés en Afrique... Mais Poirot écoute, il essaie de penser à autre chose qu'aux bombes qui sont entrain de dévaster Londres... Une histoire de couple marié mais séparé... de mari mort, et de femme remariée avec un millionnaire voyez-vous.. Un Cloade, Gordon Cloade riche à million... Seulement le mari est-il vraiment mort ? Ou a-t-il prétendu être mort, pour libérer sa femme ?... Et si un jour le premier mari reparaissait ? Sous un autre nom ? Oui cet ami qui sort à Porter: " Qui vous dit qu'un nouvel Enoch Arden ne surgira pas à quelques milliers de kilomètres d'ici pour recommencer sa vie ?" … Enoch Arden... une référence littéraire, l'homme qui revient.. ( chez nous on aurait dit Martin Guerre..^^)... Manque de bol ce jour là, pendant cette alerte, dans ce salon feutré et boisé, caché derrière un journal, et bien.. Il y avait un autre Cloade...
Et puis c'est dingue, y a une Cloade qui quelque temps plus tard vient voir Poirot à son bureau.. Une bonne femme complètement cinglée...
La famille Cloade, toute une ribambelle cette famille...
Et puis tous ces Cloade l'ont plutôt mauvaise, vraiment, le milliardaire est mort, pendant un blitz et sa jeune femme Rosaleen a hérité, de tout... Tous les Cloade sont sur la paille, faut dire que depuis toujours on leur avait fait miroiter l'héritage.. Et là rien... que dalle... Ils ont beau essayé de taper la jeune veuve, même s'ils la détestent... tapons-là quand même.. des vraies sangsues, ou des tiques sur le dos d'un chien... Mais ça ne se passe pas si bien que ça, le frère de l'épouse veille à la fortune de sa soeur comme du lait sur le feu... Et puis, un jour dans le bled, un étranger arrive... il prend une chambre à l'auberge du coin... et sur le registre Enoch Arden.... ah....
Et.... comment dire... et bien... il n'aura pas trop le temps de se balader dans la campagne... non le programme ça va plutôt être se faire fracasser le crâne....
Mais qui était ce gars ?...

Bon...
Vous voulez des intrigues, plein de personnages, plus ou moins sympathiques... y en a...
Vous voulez de la bonne sangsue.... y en a...
Vous voulez de la méfiance, de la suspicion, de la haine... y en a...
Vous voulez des questions existentielles, sur la vie, le fait d'être parti d'être revenu.. sur l'immobilisme des autres restés au bercail... y en a...
Vous voulez un peu de romance, d'amour... y en a... et de toutes sortes ...
Et vous voulez une fin aberrante qui vous fera hurler.. hurler d'effroi... hurler de rage... y en a aussi... et franchement Agatha t'as déconné grave, sévère... c'est lamentable et plus que dangereux comme vision des choses...
J'aurais pu comprendre s'il avait été écrit avant.. genre un de ses premiers dans les années vingt.. même pas, vu qu'on nous parle du blitz londonien.. nan un bouquin qui date de 1948... heu... je refuse de me dire que c'était la façon de faire, de voir les choses même à cette époque-là !
Alors que d'autres romans d'Agatha ont vraiment été d'intérêt publique ( grâce à eux des gens ont été sauvé d'empoisonnement) là c'est le contraire !
Je suis en colère... c'est vraiment rare que je me mette en colère pour un livre.. Et là non !
Donc rien que pour ça, le nombre d'étoile va en pâtir, c'est certain...
Et pourtant niveau enquête, c'est plutôt bien fait... un bon Poirot, vraiment... une bonne intrigue, des personnages sympa dans leur laideur, leurs oeillères, leur petites vies étriquées, leur fainéantise... loin d'être honorable ces Cloade, entre la cinglée fana d'ésotérisme de bazar, la femme rusée n'ayant au final aucun sens moral, et la petite qui revient après deux ans passés dans l'armée et qui se rend compte des choses, qui se rend compte de la bassesse de ces gens, de sa famille confite de préjugés de mesquinerie.. Dieu que ces gens sont médiocres.. et se posant des questions sur elle-même.. est-elle à mettre dans le même sac ? Est-elle comme eux ? Et tout cela est très bien fait...
Agatha est douée pour décrire la bassesse humaine, la vénalité et la … marécage de l'humain sans pourtant avoir l'air d'y toucher, ou ne s'en rendant même pas compte, cette médiocrité malgré le fait que l'on se trouve bien souvent dans les « grandes » familles, la bonne société...
Mais cette fin je l'ai vraiment en travers du gosier !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          124
Sharon
  30 décembre 2020
Au début du roman, nous sommes en 1944 - pas pour longtemps. Nous sommes à Londres, et nous croisons un personnage déjà croisé dans des romans d'Agatha Christie : le major qui a toujours quelque chose à raconter sur des personnes que l'on ne connaît, le major que personne ou presque n'écoute d'ailleurs. Ce major est aussi un peu raciste, et déplore que les étrangers soient accueillis aussi bien en Angleterre, comme cette étranger, là, avec sa "big moustache" - non, je n'ai pas fait un détour par la grande vadrouille. Quelqu'un pour lui dire que cet étranger est en Angleterre depuis presque trente ans ? Non ?
Fondu et enchaîné. Deux ans ont passé et Hercule Poirot n'a pas envie de recevoir la cliente qui se présente à lui. Il la reçoit - malgré tout - cependant, il refuse l'affaire qui lui est proposée. Il note cependant au passage l'inculture et/ou le racisme à peine dissimulé de Mrs Cloade, pour qui l'Afrique est un pays, non un continent (note : il en est encore qui le disent en 2020. On n'est pas rendu).
Et justement, nous allons la découvrir, cette famille Cloade. Jeremy et Frances ont perdu leur fils Anthony à la guerre et se sont soutenus mutuellement. Lynn, la fille d'Adela, revient après avoir servi son pays, tandis que Rowley, son cousin, prenait soin de la ferme qu'il avait bâti avec un ami - engagé, celui-ci est mort au combat. Lionel est médecin, Kathy, sa femme, est celle qui a consulté Hercule Poirot : elle est aussi passionnée d'occultisme. Leurs points communs ? Non, pas seulement le fait d'être liés par les liens du sang. Ils sont liés plus sûrement par le décès de Gordon, leur frère, "oncle Gordon". Quel homme bienveillant. il a toujours veillé à tout de son vivant, leur promettant que jamais ils n'auraient de soucis - en cas de dettes, de manque d'argent, il était là. Oui, il les a empêchés, sous couverts de bienveillance, d'être pleinement indépendant, ou, pour faire court, pleinement adulte - et il n'est guère que Lynn pour en faire le constat, amer et lucide. Aujourd'hui, Gordon est mort, tué dans les bombardements. C'est triste, je vous l'accorde. Ce qui est encore plus triste du point de vue de sa famille, c'est qu'il s'était mariée (!) avec une jeune femme bien plus jeune que lui (forcément) et qu'elle a hérité de ses biens, puisqu'il n'a pas eu le temps de changer son testament. La famille ne fait même pas semblant de ne pas apprécier Rosaleen, la belle Rosaleen, la pauvre Rosaleen qui a eu bien des malheurs dans sa vie. Oui, Gordon est en effet son second mari, le premier ayant succombé quelques années plus tôt. Surtout, Rosaleen ne brille pas par son intelligence, et c'est souvent un fait qui vous transforme très rapidement en future victime, dans les romans d'Agatha Christie. Heureusement, elle peut compter sur son frère, David, un jeune homme qui ne veut plaire à personne et se moque bien de ce qu'on pense de lui.
Bref, tout irait pour le mieux dans l'Angleterre d'après-guerre, si ... oui, si un meurtre n'était pas commis.
Rien ne sera simple dans cette enquête, et Hercule Poirot expliquera parfaitement pourquoi à la fin. L'après-guerre, c'est aussi le temps pour se réhabituer à la vie civile, pour regretter aussi ce que l'on a fait, ou ce que l'on n'a pas fait. C'est faire face à une situation - financière, sociale - que l'on n'a jamais vécu, dans une Angleterre qui se reconstruit lentement. Ce sont les coupons, pour le tissu, pour sa robe de mariée ou celles des demoiselles d'honneur. C'est faire la queue, longtemps, devant le poissonnier, ou le boulanger, pour avoir quelque chose d'assez bon à manger. C'est la blanchisserie, qui ne passe pas, si bien qu'il faut laver les chemises à la main. C'est aussi se demander pourquoi, pour qui l'on a fait la guerre, et la réponse donnée n'est pas forcément la réponse attendue. Il est une composante aussi, du crime, que l'on voit rarement : le remords. Rare, dans les romans policiers, sont les coupables qui ont des remords. J'emploie le terme "coupables" parce que c'est ainsi qu'eux se voient, qu'eux vivent, avec la peur aussi, parfois, de craquer.
Je me dis, en refermant ce livre, que beaucoup de personnes vont devoir vivre "avec". Avec ce qu'ils ont fait, sans scrupule parfois. Avec ce qu'ils ne peuvent plus se cacher à eux-mêmes. Avec le fait que la personne dont ils étaient dépendants n'est plus, et qu'il faut vivre en étant indépendants.
Il est aussi deux personnages qui ne "passeraient" certainement plus à notre époque, du moins, je l'espère. Ils m'ont laissé perplexe, même si j'avais déjà lu une telle intrigue, liée aux séquelles de la guerre, dans une nouvelle d'Agatha Christie. Disons... qu'il était possible de penser comme Lynn. J'espère que ce n'est plus le cas aujourd'hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Biblioroz
  19 mai 2018
C'est lors d'une alerte aérienne que Poirot, seul à l'écoute de ce vieux raseur de major Porter, a entendu pour la première fois le nom de Cloade. Il était fait mention dans un journal du décès du richissime Gordon Cloade lors d'un bombardement à Londres.
Un peu plus d'un an après, une Mrs Cloade vient demander les services du grand détective.
Cette vieille histoire du remariage de ce Gordon Cloade avec une jeune Rosaleen dont le premier mari ne serait peut-être pas tout à fait mort lui revient en mémoire et ses petites cellules grises commencent à s'agiter.
En ces temps d'après-guerre, les difficultés financières de toute la famille Cloade sont multiples et l'argent providentiel que Gordon leur allouait régulièrement manque cruellement. Quelle malchance pour leurs finances qu'il soit mort et surtout qu'il se soit marié avec cette inconnue qui, comme au jeu, rafle la mise, la grande fortune du défunt !
Rosaleen et son argent sont jalousement gardés par son frère et les rancoeurs sont nombreuses tout autour d'elle. Un meurtre se prépare forcément…
Cette intrigue est délicieusement complexe. Comme le souligne Poirot, tout va de travers.
Son contexte est très bien exploité par Agatha Christie. Cette période d'après-guerre est difficile : rationnement, augmentations des impôts, plombent le moral. Les sentiments et projets de vie ont été chamboulés par le conflit.
J'adore les petits détails que dame Agatha sème innocemment et qui représentent finalement des indices primordiaux.
J'adore également les qualificatifs qu'elle utilise pour décrire son singulier détective.
Une pincée de gros sous, une pincée de chantage et une grosse poignée de convoitises, saupoudrées du délicat et irrésistible humour d'Agatha Christie, font de cette énigme un excellent moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
Souri7Souri7   06 mars 2019
— Pourquoi met-on des fils de fer barbelés autour des camps ? Pour empêcher les soldats d’aller retrouver les filles ? Non ! Pour empêcher les filles d’aller retrouver les soldats ! Qu’un homme vienne à passer et elles sont comme folles ! Regardez comment elles s’habillent ! Des pantalons ! Il y a même de pauvres idiotes qui portent des shorts ! Elles sont jolies, quand on les voit de dos !
Commenter  J’apprécie          570
genougenou   15 août 2015
Dans tous les clubs, il y a un raseur. Le Coronation ne faisait pas exception et le fait que des avions ennemis survolaient Londres ne changeait rien au cours ordinaire des choses.
Le major Porter, autrefois de l’armée des Indes, agita son journal et s’éclaircit la gorge. Les regards fuyaient le sien. Ça ne le gênait pas.
Je vois, dit-il, que le Times annonce la mort de Gordon Cloade. Très discrètement, bien entendu « Le 5 octobre, à la suite d’une action ennemie. » Aucune indication de lieu, mais je puis ajouter que c’est arrivé tout près de chez moi, dans une de ces grandes maisons qui sont en haut de Campden Hill.
L’explosion m’a même un peu secoué. Je suis de la Défense passive, vous le savez ? Cloade venait de rentrer des États-Unis, où il était allé pour le compte du gouvernement, avec une mission commerciale. Il a profité de son séjour là-bas pour se marier. Avec une veuve si jeune qu’elle aurait pu être sa fille, Mrs Underhay. De fait, j’ai connu son premier mari quand j’étais en Nigeria.
Le major Porter marqua une pause. Personne ne lui accordait la moindre attention et personne ne lui demandait de continuer. Les journaux dépliés cachaient systématiquement les visages, mais il eût fallu plus que cela pour décourager le major Porter. Il avait toujours de longues histoires à raconter, concernant généralement des gens que personne ne connaissait.
— Intéressant, tout cela ! reprit-il d’une voix ferme, les yeux fixés sur une paire de chaussures à bout très pointu, d’un modèle qui lui avait toujours souverainement déplu. Comme je vous le disais, j’appartiens à la Défense passive. Le déplacement d’air causé par les bombes est quelque chose de très curieux. On ne sait jamais ce que ça va donner. Cette fois-là, il a «soufflé» le rez-de-chaussée et arraché le toit. Le premier étage n’a pas souffert. Il y avait six personnes dans la maison : trois domestiques – un couple et une petite femme de chambre — Gordon Cloade, sa femme et le frère de sa femme. Ils étaient tous descendus à la cave, sauf le beau-frère, un garçon qui a été dans les kommandos et qui avait préféré rester confortablement au premier étage, dans sa chambre à coucher
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
fanfan50fanfan50   08 mars 2015
- Le mobile ! s'écria Poirot. C'est justement ce qui nous a lancés sur de fausses routes ! Si A a des raisons de tuer C et B des raisons de tuer D, on ne comprend pas pourquoi A tuerait D et B tuerait C. C'est bien votre avis ?
- Doucement, monsieur Poirot, doucement ! Si vous voulez que je comprenne, renoncez à l'algèbre !
- C'est que c'est très compliqué ! Parce que, voyez-vous, nous avons ici deux crimes d'un genre très différent et, par voie de conséquence, deux meurtriers d'un genre très différent. Entre le Premier Meurtrier et entre le Second Meurtrier !
- Evitez aussi de citer Shakespeare ! Il ne s'agit pas d'un drame élisabéthain.
- Nous sommes pourtant en plein Shakespeare ! Nos acteurs nous apportent des jalousies, des haines, des sentiments violents et passionnés, qui eussent ravi Shakespeare. Un bel exemple, aussi, de gens qui savent saisir l'occasion aux cheveux. "Il est, dans les affaires de ce monde, un flux qui pris à l'instant propice, nous conduit à la fortune..." Quelqu'un s'est souvenu de ces vers, commissaire, quelqu'un qui a su tirer parti des événements... et cela, si j'ose dire, à votre nez et à votre barbe !
Spence s'énervait un peu.
- Je vous en prie, monsieur Poirot, parlons sérieusement. Autant que possible, dites exactement ce que vous voulez dire !
- Soit ! je serai clair.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SharonSharon   30 décembre 2020
Ce serait tout de même curieux, songea-t-elle avec un brusque petit sourire, que ce soit la guerre qui m'ait fait ce caractère de "femme au foyer" si cher à la presse. Les femmes au foyer, celles qu'on entrave par d'innombrables interdits, qu'on ne pousse jamais à la moindre initiative. Ces femmes qui étaient restées à l'arrière et avaient dû faire face à la situation, improviser avec toute l'ingéniosité dont elles étaient capables, et développer une ingéniosité dont elles ne se savaient même pas capables, c''étaient elles, et elles seules, qui pouvaient maintenant se tenir debout, sans béquilles, et prendre leurs responsabilités.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SilenaSilena   29 août 2013
Il est des marées dans les affaires humaines
Qui, prises à leur flux, conduisent au succès;
Négligez-les, le grand voyage de la vie
S'en va alors tout droit mourir sur les hauts fonds.
Dès lors que vous voguez au sommet de la vague,
Obéissez sans frein au flux qui vous emporte
De peur que le reflux ne vous mène au naufrage.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Agatha Christie (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agatha Christie
Pour terminer en beauté cette troisième saison dans les coulisses du genre, Nicolas Perge, auteur-réalisateur, immense fan de polars à l'âme de collectionneur, partage avec nous sa passion pour la Reine du crime et nous dévoile ses coups de cœur, pêchés comme des trésors dans le fonds des éditions du Masque. Du Agatha Christie, bien sûr, mais également de pures pépites méconnues de la littérature noire, écrites par Catherine Arley, Celia Fremlin ou encore Kyril Bonfiglioli. De quoi alimenter vos longues soirées d'hiver au coin du feu... Bonne écoute ! 🎧
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Agatha Christie

Quel surnom donne-t-on à Agatha Christie ?

La Dame du Crime
La Reine du Meurtre
La Dame de l'Intrigue
La Reine du Crime

10 questions
1272 lecteurs ont répondu
Thème : Agatha ChristieCréer un quiz sur ce livre

.. ..