AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702431585
Éditeur : Le Masque (12/01/2005)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 114 notes)
Résumé :
Roman constitué de 3 nouvelles : Le miroir du mort, Feux d'artifice et L'invraisemblable vol.

Chacun sait qu'Hercule Poirot est le plus grand détective de tous les temps.
Un homme se suicide quelques heures après lui avoir demandé assistance ? Allons donc ! Ce serait trop facile, et le petit belge sait bien que personne ne fait appel à lui sans raison. Pour lui, rien de plus facile que de déjouer les jeux de glaces, voir au-delà du miroir et fa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
badpx
  27 février 2018
Je ne suis pas fan de ces nouvelles mettant en scène Hercule Poirot : j'aime trop le format "roman", dans lequel les caractères des différents protagonistes peuvent être détaillées, et où il est possible de se faire une opinion sur chacun... évidemment, je ne trouve jamais le coupable, mais j'ai au moins eu le loisir de chercher.
Là, tout va trop vite : J'ai eu à peine le temps de comprendre le cheminement de pensée qui amène à la conclusion de chacun des nouvelles : pourtant, tout y est malgré le format court.... Mais je suis peut-être devenu un peu exigeante sur ce que j'attends de ces récits.
C'était tout de même, un bon moment de lecture à explorer l'âme humaine.
Commenter  J’apprécie          101
MissSherlock
  29 décembre 2014
Ce recueil n'est constitué que de trois nouvelles, autant dire qu'il se lit très rapidement.
La nouvelle titré L'invraisemblable vol (ou Les Plans du sous-marin selon l'édition) est celle que j'ai le moins aimé car elle lorgne trop clairement du côté de la nouvelle d'Arthur Conan Doyle, Les Plans du Bruce-Partington. L'hommage à Sherlock Holmes est trop appuyé et j'avoue que la fin m'a déplu.
Le miroir du mort, qui donne le titre au recueil, est la nouvelle qui m'a le plus enthousiasmée parce qu'elle est joyeusement tarabiscotée. Impossible de trouver le coupable.
Enfin, Feux d'artifice est un récit ingénieux où les sentiments de vengeance ont le premier rôle.
En définitif, c'est un recueil très court et globalement réussi même si l'ensemble manque d'épaisseur par rapport aux romans de Miss Agatha.
Commenter  J’apprécie          60
Hanta
  14 janvier 2016
Avant tout chose, je tiens à m'excuser si mon blog n'a pas été mis à jour pendant aussi longtemps. J'ai été victime des changements intervenus sur la plateforme de blog, ce qui a occasionné un déménagement de contenu et j'ai eu quelques ennuis de santé qui m'ont empêché de lire (douleur au combien terrible!) pendant plusieurs jours.
Je redémarre doucement avec ces trois enquêtes d'Hercule Poirot. Elles sont relativement courtes, environ cinquante à soixante dix pages chacune mais elles restent très captivantes. On le suivra dans ses déductions sur trois faits précis : le suicide de Mrs Allen, une jeune veuve; le vol d'un document confidentiel chez Lord Mayfield et enfin, le mystérieux suicide de Sir Gervase Chevenix-Gore. Dans la version du livre que j'avais, j'ai eu droit également un bonus, à savoir un drame qui s'est déroulé lors des vacances d'Hercule Poirot en Grèce.
Agatha Christie a le don de nous égarer, de nous mener sur de fausses pistes et de nous surprendre à chaque fois. En plus, le style d'écriture est doux, simple et très clair, ce qui est un vrai plaisir. Je n'en dirais pas plus pour ne pas dévoiler l'intrigue mais ce fut une lecture très agréable. A lire ? Pourquoi pas ?
Lien : http://leslecturesdehanta.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
Metehera
  06 novembre 2017
Lu dans le cadre du Week-end à 1000 de novembre 2017 (du vendredi 3 au Dimanche 5 novembre).
Ce Roman est en fait un recueil de 4 nouvelles : le miroir du mort (Dead Man's Mirror), Feux d'artifice (Murder in the Mews) et L'invraisemblable vol (The Incredible Theft) et Trio à Rhodes (Triangle at Rhodes).
D'habitude les nouvelles ne m'enchante pas trop (même celles d'Agatha Christie) mais le côté très travailler de l'énigme du miroir du mort et l'hommage à Sherlock Holmes dans L'invraisemblable vol m'ont bien plus.
On reconnaît l'immense talent de DAME Agatha Christie, qui arrive à nous faire vivre des intrigues policières, dans un format « nouvelle », qui n'est pourtant pas le plus adapté pour le genre du policier.
Commenter  J’apprécie          40
Kenehan
  05 juillet 2013
"Murder in the Mews" est un recueil de quatre nouvelles de la célèbre Agatha Christie. On y retrouve donc : "Murder in the Mews" (Feux d'Artifice), "The Incredible Theft" (L'invraisemblable vol), " Dead Man's Mirror" (Le Miroir du Mort) et "Triangle at Rhodes" (Trio à Rhodes).
Ce recueil de 1937, rassemble une série d'enquêtes d'Hercule Poirot qui mettront une fois de plus en évidence son talent pour résoudre des énigmes difficiles telles que le meurtre d'une femme dans une pièce verrouillée, ou le vol des plans d'un nouveau type d'avion pour l'armée dans une maison remplie de potentiels coupables.
Agatha Christie arrive à nous faire vivre de nouvelles intrigues policières dans le format beaucoup plus condensé de la nouvelle mais je pense qu'au final je préfère ses romans approfondissant plus la psychologie des personnages et développant l'intrigue à son maximum sans jamais nous ennuyer.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
genougenou   09 septembre 2013
Feux d'artifice
— Un penny pour ce pauv’ Guy, m’sieur ?
Un gamin au visage crasseux lui adressait un sourire engageant.
— Certainement pas ! répliqua l’inspecteur Jap. Écoute-moi bien, mon garçon…
Suivit une courte homélie. Le gosse battit précipitamment en retraite avec ce bref commentaire destiné à ses copains :
— Bon Dieu de bois ! si c’est pas un flic sapé en bourgeois…
Et la bande de s’enfuir à toutes jambes en psalmodiant :
N’oubliez, jamais ! n’oubliez jamais Le 5 novembre désormais.
Conspiration des Poudres Et trahison.
Il n’y a pas de raison
Pour que complot et trahison
Ne menacent plus à l’horizon.
Le compagnon de l’inspecteur principal, petit homme d’un âge certain, au crâne ovoïde et à la moustache conquérante, semblait sourire aux anges.
— Très bien, Japp, remarqua-t-il. Votre sermon était excellent. Félicitations !
— Répugnant prétexte à mendier, cette fête de Guy Fawkes ! maugréa Japp.
— Troublante réminiscence du passé, au contraire, rétorqua Hercule Poirot, songeur. Dire qu’on tire encore des feux d’artifice… bang ! bang ! bang !… alors que tout le monde a oublié depuis belle lurette en l’honneur de qui et de quoi.
— En effet, je ne pense pas que beaucoup de ces gosses sachent qui était au juste Guy Fawkes, acquiesça l’homme de Scotland Yard.
— Et ce qu’il y a de sûr, c’est que, bientôt, tout le monde confondra tout. Tire-t-on ces feux d’artifice pour glorifier ou pour vilipender ? Vouloir faire sauter le Parlement de Londres, était-ce noble ou criminel ?
Japp gloussa.
— J’en connais qui seraient bien capables de parier pour la première hypothèse !
Quittant l’artère principale, les deux hommes s’enfoncèrent dans le calme relatif des Mews, ces anciennes écuries désormais aménagées en résidences de luxe. Ils avaient dîné ensemble et empruntaient
maintenant un raccourci pour regagner l’appartement d’Hercule Poirot.
Tandis qu’ils cheminaient, des explosions de pétards leur parvenaient encore aux oreilles. Et, par moments, une pluie d’étincelles multicolores revenait illuminer le ciel.
— Belle soirée pour un meurtre, fit remarquer Japp en professionnel avisé. Personne n’entendrait un coup de feu par une nuit pareille.
— Cela m’a toujours paru bizarre qu’il n’y ait pas plus de criminels pour en profiter, renchérit Poirot.
— Je vous dois un aveu, Poirot. J’en arrive parfois à souhaiter que ce soit vous, un jour, qui commettiez un meurtre.
— Cher ami !
— Si, si, je vous assure ! Ne serait-ce que pour voir après coup comment vous vous y étiez pris.
— Japp, mon tout bon, si d’aventure je commettais un meurtre, vous n’auriez pas la moindre chance de voir jamais comment je « m’y suis pris », comme vous dites. Vous ne vous apercevriez même pas qu’un meurtre a été commis. Japp se mit à rire, d’un rire affectueux et bon enfant.
— Quel monstre de suffisance vous faites ! s’attendrit-il, indulgent.
À 11 heures et demie, le lendemain matin, le téléphone sonna chez Poirot.
— Allô, oui ?
— C’est vous, Poirot ?
— Qui croyez-vous que ça puisse être ?
— Japp à l’appareil. Vous vous souvenez que nous sommes rentrés par Bardsley Gardens Mews, hier soir ?
—Oui, et alors ?
— Et que nous avons remarqué à quel point il serait facile de tirer sur quelqu’un avec tout ce vacarme et ces pétards qui partaient dans tous les sens ?
— Évidemment.
— Eh bien il y a eu un suicide dans les Mews. Au n°14. Une jeune veuve, Mrs Allen. J’y file de ce pas. Ça vous dirait de venir m’y retrouver ?
— Excusez-moi, très cher ami, mais est-ce que quelqu’un de votre importance se dérange d’ordinaire pour un suicide ?
— On ne peut rien vous cacher. Non, en général pas. Mais, en l’occurrence, notre légiste a l’air de penser que cette mort est bizarre. Viendrez-vous me rejoindre ? J’ai l’impression que c’est quelque chose pour vous.
— Bien sûr que je vous rejoins. Au n°14, dites-vous ?
— C’est ça.
Poirot arriva à Bardsley Gardens Mews presque en même temps que la voiture qui amenait Japp et trois autres personnages.
Point n’était besoin de se casser la tête pour trouver la maison. La foule des grands jours se pressait déjà sur le trottoir : chauffeurs de maîtres, leurs bourgeoises, garçons livreurs, traîne...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MissSherlockMissSherlock   29 décembre 2014
L'appartement était moderne. L'ameublement aussi. Les fauteuils étaient carrés, les chaises anguleuses. Un bureau moderne était installé juste en face de la fenêtre, et un petit homme d'un certain âge y trônait. Son crâne était sans doute la seule chose, dans cette pièce, qui ne fût pas carrée. Il était ovoïde.
M. Hercule Poirot lisait une lettre.
Commenter  J’apprécie          70
MiMiiLiEMiMiiLiE   30 décembre 2017
_ [...] La nature humaine est tout bonnement fascinante. Vous ne trouvez pas, monsieur Poirot ?
Cette fois-ci, miss Lyall s'interrompit assez longtemps pour lui permettre de répondre.
_ Ça dépend, fit-il, laconique, sans quitter des yeux les eaux bleues.
Pamela en parut choquée.
_ Oh, monsieur Poirot ! Rien n'est plus intéressant, plus imprévisible qu'un être humain !
_ Imprévisible ? Ça, non.
_ Mais si ! Au moment même où vous pensez en avoir fait le tour, il agit de façon complètement inattendue.
Hercule Poirot secoua la tête.
_ Non, non, ce n'est pas vrai. Un individu ne commet que très rarement un acte qui n'est pas dans son caractère. C'en est même très monotone, à la fin.
[...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01
pandarouxpandaroux   03 février 2013
Parce qu'un crime est un crime, dit Poirot d'un ton sévère. Le crime peut sembler des fois justifié, mais c'est tout de même un crime.
Commenter  J’apprécie          30
badpxbadpx   26 février 2018
- Depuis combien de temps est elle morte ?
- Elle a été tué hier soir à 23h33, répondit Brett aussitôt.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Agatha Christie (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agatha Christie
Bande annonce de la mini série de la BBC, Ordeal by innocence (2018), adaptation du roman d'Agatha Christie (paru en français sous le titre Témoin indésirable
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Agatha Christie

Quel surnom donne-t-on à Agatha Christie ?

La Dame du Crime
La Reine du Meurtre
La Dame de l'Intrigue
La Reine du Crime

10 questions
1071 lecteurs ont répondu
Thème : Agatha ChristieCréer un quiz sur ce livre