AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702421695
Éditeur : Le Masque (26/06/1991)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 194 notes)
Résumé :
On ne le répétera jamais assez : Hercule Poirot est le plus grand détective de tous les temps. Quel mystère pourrait le dérouter ? Disparition de bijoux inestimables, suicide suspect, espions retors, meurtre crapuleux, escroquerie de haut vol ou sombre affaire d'héritage, rien ne lui résiste.
Mais surtout, pas d'acrobaties à quatre pattes dans l'herbe, une loupe à la main. Pas de dissertation sur un mégot taché de rouge à lèvres.
Non, Hercule Poirot la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
Crazynath
  18 septembre 2017
J'aime beaucoup Hercule Poirot.
Ce détective belge opérant principalement en Angleterre m'a toujours fascinée avec ses déductions incroyables et sa façon bien personnelle d'exploiter ses petites cellules grises. Et le fait que la modestie ne l'étouffe pas vraiment ajoute un je ne sais quoi de pittoresque au personnage.
C'est après avoir lu ce recueil de courtes histoires ( ou nouvelles si vous préférez) que je réalise à quel point je préfère les enquêtes plus longues de notre détective.
Ici, dans " Les enquêtes d'Hercule Poirot", nous avons droit à un recueil de quatorze nouvelles qui toutes, retracent une enquête de Poirot. C'est son inséparable acolyte Hastings qui est le narrateur de ces aventures.
Nous passons du vol à l'escroquerie, du meurtre à l'enlèvement sans s'ennuyer une seule seconde. Et n'oublions pas la malédiction de la momie...Bref, des histoires assez variées, il faut le reconnaitre...
Cependant, je me répète, j'avoue que la brièveté de ces histoires m'a souvent laissée sur ma faim.
Sympathique, mais je ne pense pas du niveau de certains romans mettant en scène notre Poirot.
Challenge Agatha Christie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Lagagne
  26 septembre 2017
Bon ben pour moi c'est clair, je préfère Hercule Poirot dans les oeuvres plus longues d'Agatha Christie. Là, dans les nouvelles, j'ai juste eu l'impression d'être Hastings,le mec qui ne comprends jamais vient, même à la fin, à qui il faut tout expliquer 3 fois. Sauf que là, nous n'avons qu'une seule explication. Et encore, faut pas être trop distrait parce que ça va vite ! Beaucoup trop vite. A peine le temps de comprendre le problème que Poirot donne la solution miracle, comme par magie. Il expose son raisonnement comme si ceux qui ne le comprennent pas sont tout simplement trop bêtes, tellement c'est évident. Ben euh...j'ai bien fait de ne pas me lancer dans une carrière de détective moi dis donc.
Du coup, un sentiment de trop peu, de vite fait, d'être Hastings, en moins bien.
Commenter  J’apprécie          180
bdelhausse
  27 août 2015
Je suis tombé sur ce livre tout à fait par hasard. J'avais un créneau et j'en ai profité pour le lire.
Et hop !
Autant le dire d'emblée, je suis Belge et tout à fait hermétique à ce compatriote fictif... D'ailleurs, j'apprécie la production d'Agatha Christie à dose homéopathique.
Ce qui m'a intéressé, c'est le format nouvelles du livre. J'avais déjà lu Miss Marple au Club du Mardi (ou quelque chose comme ça). Et j'en garde un souvenir assez correct. Mais j'ai un faible pour les vieilles dames "comme il faut"...
Le recueil est composé de 9 nouvelles:
1.L'Aventure de l'Étoile de l'Ouest: une histoire de diamants (dont on pense qu'il y en a 2...) assortis d'une malédiction indienne... plutôt bien écrite,
2.La Tragédie de Marsdon Manor: une veuve éplorée qui pense touche le pactole avec la mort de son mari... mais c'est sans compter sur les petites cellules grises d'HP...,
3.L'Aventure de l'appartement bon marché: une histoire d'espionnage... à laquelle j'ai eu bien du mal à accrocher,
4.Le Mystère de Hunter's Lodge: un héritage convoité, et HP souffrant de la grippe trouve la solution sans toutefois réussir à faire condamner les coupables,
5.Vol d'un million de dollars de bons: une malle fermée à clé perd son contenu... et si les bons n'avaient jamais été dans la malle...?,
6.L'Aventure du tombeau égyptien: sur l'air d'une malédiction qui frappe ceux qui ouvrent un tombeau égyptien... HP danse un rondeau ésotérique et semble devenu superstitieux avant de confondre l'assassin,
7.L'Enlèvement du Premier ministre: à quelques heures de négociations importantes, le Premier Ministre disparaît... c'est sans compter sur HP,
8.Le Crime de Regent's Court: on ne fait pas prendre de vessies pour des lanternes à HP... mentir sur l'heure de la mort n'est sans doute pas la chose la plus indiquée,
9.L'Énigme du testament de M. Marsh: étrange nouvelle où HP en mal d'enquête accepte d'aider une jeune fille à récupérer un héritage qu'elle devrait chercher elle-même... le tout assorti de quelques remarques condescendantes sur la gent féminine...
Qu'en penser? Lire les 9 nouvelles à la suite est fastidieux car les rouages sont assez souvent identiques. On nous donne à voir quelque chose qui n'est pas la réalité, mais que tout le monde (sauf Poirot) tient pour tel... Une fois qu'on accepte que les présupposés sont faux, alors la solution coule (presque toujours) de source.
Quelques fois, Poirot ramène une information supplémentaire, tue jusque là, qui confond le coupable.
Je n'ai pu me départir d'une double sensation: d'une part, j'ai retourvé l'esprit des Pif Gadget de mon enfance où il fallait aider l'inspecteur Ludo à trouver le coupable... et d'autre part, j'ai lu des fonds de tiroir d'Agatha Christie. Des petites intrigues dont elle n'aurait pu ou su faire un roman complet.
Quand même !, direz-vous, il s'agit d'Agatha Christie... Hélas, un fond de tiroir, qu'il soit de Hugo, Voltaire, Lévy, Nothomb ou Christie... c'est un fond de tiroir. Il fait poc quand on frappe de l'index recourbé dessus.
Je ne connais pas assez l'oeuvre d'Agatha Christie pour savoir quelle mouche l'a piquée de s'essayer à un genre qui se révèle à ce point en contradiction avec sa technique d'écriture. Une nouvelle, par définition, c'est court, avec peu de lieux, peu de personnages et un fil qui se déroule assez aisément, avec une chute finale.
Point de chute, trop peu de personnages pour avoir un vrai doute raisonnable sur l'assassin... et tout est dit ou presque.
Car il a quelques moments qui valent la peine. Agatha Christie s'y entend pour croquer rapidement la société de son temps. En quelques phrases, on a un Américain, une veuve noire, un noble désargenté... c'est de l'orfèvrerie. Mais une fois le livre refermé, c'est purement anecdotique.
Pour les fans d'HP...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
iarsenea
  26 août 2014
Commentaires généraux sur le livre :
Bien que le titre du livre aurait dû me mettre la puce à l'oreille, j'ai été plutôt surprise en l'ouvrant de découvrir que Les enquêtes d'Hercule Poirot est en fait un recueil de nouvelles. Comme le titre l'indique également, il s'agit toutes de nouvelles (neuf, pour être exacte) mettant en vedette le célèbre Hercule Poirot.
Même si je n'ai lu aucun autre recueil de nouvelles d'Agatha Christie, je suis forcée d'admettre qu'elle excellait davantage dans l'écriture de romans que de nouvelles. Peut-être est-ce le manque d'espace qu'impose la nouvelle, ou peut-être est-ce plus parce qu'elle a écrit ces nouvelles à ses débuts, mais j'ai trouvé qu'il manquait quelque chose à ces nouvelles, même si elles portent indubitablement la signature de la reine du crime.
En dépit des lacunes évidentes de ce recueil de nouvelles, j'ai tout de même passé un bon moment de lecture. Leur longueur me permettait d'en lire une de temps en temps entre mes activités de la journée.
Mon résumé des nouvelles et commentaires plus spécifiques :
1- L'aventure de l'étoile de l'Ouest :
Deux diamants, l'étoile de l'Est et l'étoile de l'Ouest, risquent d'être volés à leurs propriétaires respectifs. Ces dernières reçoivent toutes deux des lettres de menaces et font appel à Hercule Poirot pour en découvrir l'auteur avant qu'il ne soit trop tard. Comme souvent dans les histoires d'Agatha Christie, Poirot se moque de son ami le capitaine Hastings et le ridiculise. C'est une nouvelle que j'ai trouvé très courte pour tous les développements qu'elle comportait, ce qui m'a donné l'impression qu'elle avait été bâclée. J'ai par conséquent été plutôt déçue par cette nouvelle.
2- La tragédie de Mordson Manor :
Une compagnie d'assurance-vie fait appel à Poirot pour qu'il enquête sur la mort en apparence accidentelle d'un homme qui était sur le bord de la faillite. Cette nouvelle ne m'a pas réservé de surprises, mais je l'ai trouvée assez distrayante.
3- L'aventure de l'appartement bon marché :
Lorsque Poirot apprend par Hastings qu'un couple s'est trouvé un appartement luxueux à un prix ridiculement bas, sa curiosité est piquée. le voilà qui met son nez là où on ne l'a pas invité, persuadé qu'il résoudra cette énigme. Il se loue donc un des appartements au-dessus pour découvrir ce qui se cache sous ce mystère. J'ai trouvé cette nouvelle intéressante parce que différente de toutes les autres, mais le dénouement ne m'a pas plu. Je pense que je n'ai pas tout compris, et cela m'a frustrée.
4- le mystère de Hunter's Lodge :
Poirot, cloué au lit à cause d'une grippe paralysante, se voit forcé d'envoyer le capitaine Hastings enquêter sur un meurtre à sa place. Selon ce qui est convenu entre eux, Hastings doit lui télégraphier tous les résultats de son enquête au fur et à la mesure qu'elle progresse. Voilà l'occasion pour Poirot de prouver toute la grandeur de son intelligence ! Même si j'ai trouvé l'idée de laisser Poirot au lit amusante, je me suis finalement mortellement ennuyée à la lecture de cette nouvelle.
5- Vol d'un million de dollars de bons :
Des bons d'une valeur d'un million de dollars sont amenés en Amérique par cargot. Ceux-ci sont mystérieusement volés quelques temps avant l'accostage à New-York du bateau. Lors de l'enquête, on découvre que des bons ont même été vendus quelques minutes avant que le cargot ne soit rentré au port ! Comment cela a-t-il pu être possible ? C'est la réponse que Poirot se charge de trouver. J'ai bien aimé cette nouvelle, mais comme pour la première, sa fin donne l'impression d'avoir été bâclée. Nous n'avons à peine le temps de se questionner sur le comment de la chose que l'affaire est résolue. Frustrant.
6- L'aventure du tombeau égyptien :
Une série de morts aux causes différentes mais apparemment liées ensemble causent tout un fracas dans le monde de l'archéologie. Des gens superstitieux commencent même à dire que ces morts sont liées à la découverte récente d'un tombeau. Poirot est appelé à enquêter, lui qui déteste voyager ! Quand j'ai lu le titre de la nouvelle, j'étais ravie, car j'avais hâte de me trouver dans un décor différent de l'Angleterre. J'ai beaucoup aimé lire les mésaventures de Poirot et son dégoût pour le voyage, mais l'enquête elle-même ne m'a pas passionnée du tout. Il y avait trop de personnages et trop peu de temps pour les démêler. Dommage.
7- L'enlèvement du premier ministre :
L'action se passe lors de la première guerre mondiale, alors que le premier ministre est enlevé à la veille d'un discours important. Les petites cellules grises du célèbre détective Poirot sont mises à contribution, mais pour une fois, elles ont bien de la difficulté à trouvé la clé de l'énigme. C'est à mon avis l'une des nouvelles les plus intéressantes du recueil, mais, au contraire des autres nouvelles, j'ai trouvé qu'elle comportait des longueurs et de nombreux détails inutiles. Comme quoi!
8- le crime de Regent's Court :
Hastings, Poirot et le Dr Hawker discutent tranquillement lorsque la bonne de ce dernier arrive en trombes, déclarant que le comte Focastini l'appelle au secours. Les trois amis se rendent sur les lieux pour trouver Focastini mort assommé, avec pour seuls indices l'heure du crime ainsi que quelques restes de repas. J'ai trouvé que cette nouvelle est la mieux réussie du recueil. Elle est simple et classique, mais très bien faite. Cela ressemble plus à la Agatha Christie que je connais!
9- L'énigme du testament de Miss Marsh :
Miss Marsh fait appel à Poirot concernant le mystérieux testament de son oncle, dans lequel il la met au défi d'être plus intelligente que lui et de trouver le vrai testament caché dans son manoir. Poirot, flatté qu'on ait fait appel à lui, accepte avec plaisir cette enquête lui donnant une occasion de plus de prouver son intelligence légendaire. Cette nouvelle est ma préférée du recueil, même si elle est à mon avis moins bien réussie que la précédente. Je pense que c'est son originalité qui m'a plu. Les moyens employés par Miss Marsh pour trouver le testament sont discutables, mais bon. On est forcés d'admettre qu'elle aura été plus intelligente que son oncle, après tout !
Lien : http://lecturesdisabelle.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
frankgth
  09 décembre 2013
Autant le dire de suite, ce recueil de 9 nouvelles (format que je n'apprécie guère à la base) écrites pour la plupart dans les tout débuts d'Hercule Poirot n'est pas des plus passionnant. L'auteure semble se chercher un peu et finalement on en apprend très peu sur Poirot et Hastings pour s'attacher uniquement à ces petites enquêtes destinées uniquement à démontrer la puissance d'analyse de l'enquêteur Belge. J'en ressortirais peut-être deux que j'ai trouvé plus intéressantes, "Le mystère de Hunter's Lodge" et "L'enlèvement du premier ministre" pour un coté un peu plus original.
Pas grand chose à dire de plus sinon que c'est sans doute une lecture à réserver aux passionnés de Poirot ou de Christie.
Commenter  J’apprécie          110
Citations & extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
genougenou   12 septembre 2013
L’AVENTURE DE L’ÉTOILE DE L’OUEST

Placé devant la fenêtre de l’appartement de Poirot, j’observais distraitement la rue en contrebas.
— Étrange… lançai-je brusquement, le souffle court.
— Quoi donc, mon ami ? demanda placidement Poirot du fond de son confortable fauteuil.
— Jugez vous-même, Poirot : une jeune femme élégamment vêtue – chapeau coquet, fourrure somptueuse – avance lentement en levant les yeux sur les maisons alentour. Sans le savoir, elle est pistée par trois hommes et une autre femme. Un garçon de courses vient juste de se joindre au groupe et montre l’inconnue du doigt avec de grands gestes. Quel drame est en train de se nouer ? La jeune personne estelle une malfaitrice et ses suiveurs des détectives sur le point de l’arrêter… Ou des misérables prêts à attaquer une innocente victime ? Qu’en pense le grand détective ?
— Le grand détective, mon ami, choisit comme toujours le parti le plus simple.
Il se lève pour se rendre compte par lui-même. Et Poirot me rejoignit à la fenêtre. Un moment plus tard, il laissa échapper un gloussement amusé.
— Comme d’habitude, votre romantisme marque vos observations. Cette personne est miss Mary Marvell, l’actrice de cinéma. Elle est suivie par une troupe d’admirateurs qui l’a reconnue. Et, en passant, mon cher, j’ajouterai qu’elle se rend parfaitement compte de la chose. J’éclatai de rire.
— Ainsi, tout s’explique. Mais vous ne marquez aucun point, Poirot. Ce n’était que pour vous mettre à l’épreuve.
— En vérité ! Et combien de fois avez-vous vu Mary Marvell à l’écran ?
Je réfléchis.
— Environ une douzaine de fois.
— Et moi… une seule ! Cependant je la reconnais et vous pas.
— Elle semble si différente, hasardai-je assez mollement.
— Ah ! Espériez-vous qu’elle se promènerait dans les rues de Londres coiffée d’un chapeau de cowboy, ou pieds nus et les cheveux en désordre, en typique jeune fille irlandaise ? Avec vous, c’est toujours l’accessoire : souvenez-vous de l’affaire de la danseuse Valérie Saintclair. Je haussai les épaules, légèrement vexé.
— Mais consolez-vous, mon ami, continua Poirot en se calmant. Tout le monde ne peut être comme Hercule Poirot ! Je le sais bien.
— Je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui eût une aussi bonne opinion de soi ! m’exclamai-je, à la fois amusé et agacé.
— Que voulez-vous ! Lorsque l’on est unique, on le sait ! Et d’autres partagent cette opinion… même miss Mary Marvell, si je ne me trompe.
— Quoi ?
— Sans aucun doute, elle vient ici.
— Qu’est-ce qui vous le fait penser ?
— Très simple. Cette rue n’est pas aristocratique, mon ami. Elle ne compte pas de médecins ou de dentistes en vogue… encore moins de modistes ! Mais il y a un détective célèbre ! Oui, mon ami, c’est ainsi. Je suis devenu à la mode, le dernier cri ! On se chuchote de l’un à l’autre
«Comment ? Vous avez perdu votre étui à cigarettes en or ? Vous devriez aller consulter le petit Belge. Il est merveilleux ! Tout le monde y va ! Courez !». Et ils arrivent. En masse, mon ami ! Avec les problèmes les plus fous ! Le
timbre d’une sonnette résonne en bas. Que vous disais-je ? C’est miss Marvell. Comme de coutume, Poirot avait raison. Après un court intervalle, l’actrice américaine fut introduite dans la pièce et nous nous levâmes.
Mary Marvell était une des actrices les plus populaires de l’écran. Elle venait d’arriver en Angleterre, accompagnée de son mari, Gregory B. Rolf, lui aussi acteur de cinéma. Leur mariage avait eu lieu environ une année plus tôt aux États-Unis et c’était là leur première visite en Grande-Bretagne. On leur avait fait une réception grandiose. Tout le monde était prêt à raffoler de Mary Marvell, de ses vêtements merveilleux, de ses fourrures, de ses bijoux, d’un bijou surtout, le gros diamant dont le surnom s’accordait bien avec sa propriétaire : « l’Étoile de l’Ouest ». Beaucoup de vrai et de faux avait été écrit au sujet de cette fameuse pierre dont on disait qu’elle était assurée pour la somme colossale de cinquante mille livres.
Tous ces détails me traversèrent rapidement l’esprit alors que je me joignais à Poirot pour accueillir notre belle cliente. Miss Marvell était petite, mince, blonde, d’apparence très jeune avec les grands yeux innocents d’une
fillette. Poirot lui avança une chaise et elle déclara tout de suite :
— Vous allez probablement penser que je suis ridicule, monsieur Poirot, mais Lord Cronshaw me racontait hier la façon ingénieuse dont vous avez éclairci le mystère de la mort de son frère et j’ai eu le sentiment qu’il me fallait recourir à votre expérience. J’ose affirmer qu’il ne s’agit, en fait, que d’une mauvaise plaisanterie – c’est ce que pense Gregory – cependant je suis terriblement inquiète. Elle s’interrompit pour reprendre haleine.
Poirot l’encouragea d’un sourire.
— Poursuivez, madame, pour le moment, je ne sais encore rien.
— Ce sont ces lettres. Miss Marvell ouvrit son sac à main et en sortit trois enveloppes qu’elle tendit au Belge.
Il les examina minutieusement tout en remarquant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nina2loinnina2loin   26 mars 2012
― Mon cher Hastings, je comprends que je ne vais pas mourir cette fois-ci, murmura Poirot.
Cette remarque optimiste, d'un malade atteint de la terrible grippe, était d'un heureux effet. J'avais le premier souffert de cette maladie, et Poirot n'y avait pas échappé. Il était maintenant assis sur son lit, appuyé sur de nombreux oreillers, la tête émergeant d'un châle de laine, et il buvait lentement une tisane que j'avais soigneusement préparée d'après ses instructions.
― Eh bien, oui ! continua mon ami, je vais redevenir moi-même, le grand Hercule Poirot, la terreur des malfaiteurs !
― Mais vous êtes une personnalité, Poirot. Et heureusement pour vous, vous n'avez manqué dernièrement aucune affaire intéressante.
― C'est vrai... Je n'ai pas à regretter les quelques cas que j'ai refusés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MissSherlockMissSherlock   29 décembre 2014
Mes belles bottines vernies, toujours si élégantes et bien lustrées ! Voyez, le sable y rentre, ce qui est douloureux, et en ternit le brillant, ce qui offense la vue. Et cette chaleur ! Mes moustaches en perdent tout ressort. Voyez comme elles s'affaissent.

(La malédiction du tombeau égyptien)
Commenter  J’apprécie          80
NellaLunaNellaLuna   30 juin 2015
- Regardez plutôt le Sphinx ! répliquai-je. Même moi, je suis capable de ressentir le mystère et le charme qui s’en dégagent.
Poirot le contempla, amer :
- Il n’a pas l’air heureux. Comment le pourrait-il, d’ailleurs, à demi enterré dans le sable ! Ah ! Ce sable maudit !
- Voyons Poirot, il y a aussi beaucoup de sable en Belgique, lui rappelai-je, me souvenant de vacances passées à Knocke-le-Boute, au milieu des « dunes impeccables », pour reprendre l’expression du guide de la région.
- Pas à Bruxelles, répliqua-t-il en examinant pensivement les pyramides. C’est vrai qu’au moins elles sont de forme solide et géométrique, mais leur surface est d’une irrégularité qui offense le goût. Quant aux palmiers, je ne les aime pas. Ils ne sont même pas plantés en rangs !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
GrouchoGroucho   25 mars 2015
- Mais consolez-vous mon ami, continua Poirot en se calmant. Tout le monde ne peut être comme Hercule Poirot ! Je le sais bien.
- Je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui eût une aussi bonne opinion de soi ! m'exclamai-je, à la fois amusé et agacé.
- Que voulez-vous ! Lorsque l'on est unique, on le sait !
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Agatha Christie (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agatha Christie
Bande annonce (VO) de la série Partners in Crime, qui met en scène les personnages de Tommy et Tuppence Beresford créés par Agatha Christie.
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Agatha Christie

Quel surnom donne-t-on à Agatha Christie ?

La Dame du Crime
La Reine du Meurtre
La Dame de l'Intrigue
La Reine du Crime

10 questions
1014 lecteurs ont répondu
Thème : Agatha ChristieCréer un quiz sur ce livre
. .