AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-André Rey (Traducteur)
EAN : 9782253055730
248 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (06/11/2002)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 254 notes)
Résumé :
Miss Marple est-elle l'incarnation de Némésis, la déesse grecque de la vengeance et de la justice ?
Cet étrange, ce passionnant roman d'Agatha Christie n'est pas tout à fait comme les autres.
Son héroïne a vieilli, mais sa longue expérience de la vie lui permet, en partant de zéro, de résoudre un problème qui paraît insoluble.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
Aline1102
  21 août 2014
Miss Marple se repose tranquillement chez elle en lisant le journal quand, en parcourant les annonces de décès, elle apprend la mort de Mr Rafiel. Elle avait rencontré le vieil homme aux Antilles quelques mois plus tôt et, grâce à son aide, avait pu empêcher un meurtre.
Quelques jours plus tard, Miss Marple reçoit une lettre des hommes de loi de Mr Rafiel, avec lesquels un rendez-vous est fixé. Dans l'étude de Mr Broadribb, Miss Marple apprend que Mr Rafiel lui a légué 20.000 £. Mais ce legs comporte une condition : si elle veut cet argent, la vieille demoiselle devra résoudre une enquête pour Mr Rafiel.
Bien que ne disposant pas de plus amples informations, Miss Marple décide d'accepter la mission que Mr Rafiel lui a confié de manière posthume.

Heureusement que j'ai lu Némésis aussi rapidement après le major parlait trop, sans quoi je n'y aurais rien compris !
En effet, Némésis met en scène Mr Rafiel, le vieil homme malade que Miss Marple a rencontré durant son voayge aux Antilles dans le major parlait trop.
Ces deux protagonistes s'étaient bien entendus, même si Mr Rafiel s'était parfois gentiment moqué de la vieille demoiselle. Mais il a dû être favorablement impressionné par les talents de détective amateur de Miss Marple, puisqu'il a décidé de lui confier une enquête qu'elle devra résoudre après qu'il soit lui-même décédé.
Le problème majeur que pose cette enquête à notre vieille héroïne, c'est qu'elle ne sait pas du tout de quoi il est question, le défunt Mr Rafiel n'ayant laissé que peu d'instructions.
J'avoue que je me suis un peu demandé comment Agatha Christie allait bien pouvoir démêler tout cela. Une enquête au sujet de laquelle on ne sait rien et dont le commanditaire est décédé, c'est quand même peu banal...
Pourtant, petit à petit, les choses se mettent en place. Et l'on se rend compte que Mr Rafiel avait tout prévu avant son décès. le vieil homme a en quelque sorte mobilisé ses relations et s'est arrangé pour qu'à un moment ou à un autre de son enquête, Miss Marple rencontre les relations en question, chacun(e) faisait de son mieux pour l'aider à comprendre les volontés de Mr Rafiel.
Et puis, la vieille demoiselle a toujours le même talent, celui que Rafiel avait repéré aux Antilles et que l'on retrouve dans toutes ses enquêtes : celui de passer inapperçue. Son âge lui permet de jouer les vieilles femmes à la mémoire capricieuse sans que personne ne se rende compte que Miss Marple est aussi vive d'esprit qu'une jeune fille (j'exagère à peine). Et Miss Marple peut poser des questions parfois assez indiscrètes sans faire sourciller ses interlocuteurs ; après tout, tout le monde sait bien que les vieilles filles dans son genre sont toujours avides de ragots : ses questions semblent donc tout à fait normales.
Est-il besoin de préciser que je suis totalement passée à côté du dénouement ? J'avais imaginé un coupable et un mobile mais, bien entendu, je me suis totalement trompée. Je ne pense pas être un jour capable de deviner où Agatha Chrisite a décidé d'emmener ses lecteurs lorsqu'elle prend la plume. Tant pis ! Cela fait partie des petits plaisirs que l'on ressent à la lecture d'un bon roman policier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Biblioroz
  09 mai 2019
À Sainte-Marie-Mead, la vie s'écoule paisiblement pour la vieille demoiselle Jane Marple qui soupire tout de même devant son jardin dont elle ne peut plus guère s'occuper. Lui reste son tricot, avec une jolie laine rose layette.
Elle feuillette aussi le Times et la rubrique nécrologique lui apprend le décès du richissime Mr Rafiel qu'elle avait rencontré aux Antilles il y a plus d'un an.
Quelques jours plus tard, elle est convoquée chez le notaire du défunt et une demande post-mortem lui est adressée faisant appel à son sens aigu de la justice et à son flair pour détecter le crime.
Demande fort mystérieuse, sans aucune indication précise.
Est-ce bien raisonnable, à son âge avancé, de partir à l'aveugle sur une affaire complètement floue aux indices inexistants ?
La vedette ici, c'est bien Miss Marple. De ce fait, les autres personnages sont moins travaillés afin de laisser le projecteur centré sur notre vieille dame astucieuse qui met personnellement en doute ses facultés à mener à bien cette tâche. Il faut dire qu'elle n'est plus toute jeune et se fatigue vite mais son don à percevoir le mal est toujours en éveil.
Les faits se répètent un peu dans les paroles des différents protagonistes, mais au-delà de l'intrigue c'est surtout l'ambiance que j'ai savourée avec plaisir. Entre tasse de thé et petits verres de xérès, à petits pas pour ne pas la fatiguer, nous suivons Miss Marple en voyage touristique et dans un vieux manoir délabré avec un jardin à l'abandon. Trois soeurs y habitent comme les trois sorcières de Macbeth. La vieille dame y éprouve d'étranges impressions, une atmosphère particulière l'oppresse.
Interrogation et observation des membres du petit groupe d'excursionnistes mais surtout prudence sont de mise.
Elle est vraiment attendrissante l'adorable Jane Marple en furetant dans ses souvenirs, en tendant quelques questions pièges sur le thème du jardinage, en tentant d'éclaircir les amours des jeunes gens d'aujourd'hui, en glanant les renseignements nécessaires avec toujours son extrême courtoisie.
J'étais bien, avec elle, dans son rôle de Némésis. Un petit bonheur simple que j'ai grandement apprécié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          253
Kittiwake
  13 novembre 2013
L'une des dernières aventures de Miss Marple. La barre est haute pour la célèbre détective qui se voit promettre un héritage à condition d'accepter de de réparer une injustice. Laquelle? Qui sont le coupable et la victime? Mystère… Miss Marple sait seulement que le généreux donateur est un homme richissime qu'elle a côtoyé en Inde quelques années plus tôt, et qui avait repéré son flair en matière de criminalité. Puis arrive une invitation pour un voyage organisé ayant pour thème les maisons et jardins remarquables d'Angleterre. Les rencontres et échanges au cours de ce voyage vont peu à peu éclairer la lanterne de de notre enquêtrice affûtée.
Trois possibilités :
Miss Marple a beaucoup vieilli et Agatha Christie veut nous le signifier : elle sasse et ressasse les données qui lui sont délivrées au compte goutte, elle répète à l'envi les méandres de ses réflexions, en un mot elle radote…
Agatha Christie considère que son lectorat a aussi beaucoup vieilli : il est nécessaire de lui répéter en boucle les avancées de l'enquête, pour qu'il comprenne bien où l'on en est. Et étant donné ses capacités déclinantes, on peut lui faire avaler des couleuvres : le hasard est une nécessité dans cette histoire aux coïncidences multiples. Et les indices sont si manifestes qu'il faut s'endormir sur le livre pour les rater.
Mme Christie est elle-même en baisse de forme : on a connu des énigmes qui tenaient mieux la route, qui préservaient plus longtemps le suspense.
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          273
Yanoune
  26 novembre 2019
Némésis... Ou le Agatha dont je me souviens non pas la lecture, mais l'adaptation télé, enfin vaguement... Et c'est amusant de noter au fil de la lecture tous les indices disséminés ici où là... y en a pléthore pour qui est un lecteur attentif... Ou un lecteur habitué aux récits d'Agatha soyons un peu objectif aussi ^^
Pitch :
En lisant le journal ce matin, Miss Marple a appris une nouvelle, monsieur Rafiel est mort, cela ne l'a rend non pas triste, la mort est obligatoire il n'y a pas a revenir là-dessus et monsieur Rafiel était très malade. Mais cela la rend pensive, se remémorant les circonstances qui lui avait fait rencontrer monsieur Rafiel... c'était l'année dernière aux Antilles, un voyage offert par sa nièce et son neveux Raymond, ils sont si aux petits soins pour elle... Et pendant ce voyage elle s'était alliée à monsieur Rafiel pour empêcher un drame qui allait se faire, là-dessus y avait pas à douter... Ils avaient réussi l'entreprise. Monsieur Rafiel était déjà malade à cette époque-là, il le savait ses jours étaient comptés.. Et aujourd'hui il est mort... C'était un homme particulier ce monsieur. Même si elle se rend compte qu'elle ne le connaissait pas si bien que cela... elle s'en serait bien fait un ami, ils n'ont pas eu le temps...
Aussi Miss Marple est très intriguée quand elle reçoit une lettre des avoués de monsieur Rafiel.. hum l'aurait-il couché sur son testament ? Cela serait hautement improbable et plus qu'étrange... Mais non ce n'est pas cela... Pas vraiment cela, il y a bien de l'argent en jeu, mais il y a surtout une enquête à faire, sans autre détail... il faut qu'elle endosse son costume de Némésis, la déesse de la justice...
Mais pourquoi donc? Aucun indice ne lui a été laissé par monsieur Rafiel, sauf qu'il s'agirait d'un meurtre.. Aucun indice certes, mais il lui offre un voyage, une excursion organisée en car pour découvrir les belles demeures et les merveilleux jardins d'Angleterre... Quelle drôle d'idée, à son âge.. Que va-t-elle donc découvrir pendant son périple ?...
D'abord des compagnons de voyage... et ensuite, il va se passer un terrible accident... mais est-ce un accident ? … Miss Marple ne doute pas à ce niveau-là... accident sûrement pas !
Némésis à toi de jouer !

Marple est égale à elle même, en vieille fouineuse tricoteuse fatiguée et amoureuse de jardins, ingénue et timide.. Mais rien ne lui échappe... Elle aura des anges gardiens mis en place par monsieur Rafiel, l'affaire est dangereuse, il s'en doutait bien...
Agatha a une méthode, cela se voit, une technique de construction dans ses romans, technique qu'elle a acquis au cours des ans... Celui-ci est un de ses derniers, il date de 1971, et sa construction est donc autoroute. Et donc pour une lecteur ou lectrice habitué(e) à lire Agatha, il n'y a absolument aucune surprise, tout cela est très téléphoné si je puis m'exprimer ainsi.
Ce n'est pas pour cela qu'il est mauvais, non... Il n'est juste pas surprenant.. Enfin je l'ai trouvé pas surprenant. Où alors c'est parce que je me souvenais du coupable à cause de l'adaptation télé, soyons un peu objectif aussi..^^
Même si le côté construction autoroute est bien présent quand même.
Tant au niveau des indices, que du mobile, que au final du coupable.. un côté cela se voit comme le nez au milieu de la figure.
Par contre la vision du viol... m'a fait grandement tiquer, certes cela date d'un autre temps, mais cette vision est terriblement nauséabonde, même si sans doute elle est en normale pour l'époque (enfin peut-être), et il ne faut pas oublier qu'Agatha date d'un autre temps et ce même à l'époque, c'est une vieille dame qui écrit ce livre... et ses opinions à ce sujets sont plutôt rances ( enfin si se sont ses opinions personnelles)... mais cela donne une idée de ce que cela pouvait donner... c'est plus que moche... On a avancé un peu, je crois, j'espère sincèrement, même si même à notre époque ce n'est toujours pas la panacée, loin s'en faut.
Par contre cela m'a donné envie de relire Le major parlait trop, le roman où Miss Marple rencontre monsieur Rafiel, et roman dont là, comme ça, je n'ai qu'un souvenir très vague.. il doit être dans ma pile...^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
DocteurVeggie
  12 mars 2018
Voici un des Agatha Christie que j'ai lu lorsque j'étais adolescent et qui m'avait totalement subjugué lorsque l'acte final s'est relevé devant moi. Sous le décors idyllique de ce beau jardin se cache une menace sombre, froide et sournoise. Des personnes attachants. Hercule Poiroit disait dans la troisième fille : les meurtriers sont souvent des gens délicieux. Il y a aura un certain nombre de personnages délicieux. Mais prudence et méfiance, car la Némesis du crime veille au grain. Après tout, qui sème dru récolte menu. Cette enquête me fait penser au tome manque de pot pour la jardinière avec Agatha Raisin.
Vous irez bien prendre un couvert ? Il y en a treize à table au jardin. A moins que vous ne préféreriez le coté cour, cher.e.s lecteur·rice·s
Commenter  J’apprécie          192

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
genougenou   15 août 2015
Miss Marple lit son journal
Miss Jane Marple avait coutume de lire son second journal dans le courant de l’après-midi. On lui en apportait deux à domicile chaque matin, et elle en parcourait un en prenant son petit déjeuner, à condition toutefois qu’elle le reçût assez tôt. En effet, le jeune garçon qui en assurait la distribution était particulièrement fantaisiste dans l’organisation de sa tournée. Parfois aussi, il se faisait remplacer par un camarade, et chacun de ses collègues avait son idée personnelle quant à l’itinéraire à adopter. Peut-être évitait-on ainsi la monotonie, mais il est certain que les lecteurs qui souhaitaient glaner dans leur quotidien les nouvelles les plus importantes avant d’aller prendre le bus, le train ou tout autre moyen de transport pour se rendre à leur travail n’étaient guère satisfaits lorsqu’ils ne recevaient pas leur journal à temps. Par contre, les vieilles dames dont la vie s’écoulait, paisible, à Sainte-Marie-Mead, préféraient en général lire tranquillement leur journal assises à la table du petit déjeuner. Ce jour-là, Miss Marple avait parcouru toute la première page, ainsi que quelques autres articles disséminés dans la feuille qu’elle avait baptisée la Macédoine Quotidienne, allusion tant soit peu irrévérencieuse au fait que le Daily Newsgiver, par suite d’un changement de propriétaire – et à sa grande consternation ainsi qu’à celle de plusieurs de ses amies –, proposait maintenant des articles insipides sur la mode, les peines de cœur féminines et les concours d’enfant, sans oublier de faire grand étalage des lettres des lectrices. De sorte que, à l’exception de la première page, on avait assez bien réussi à reléguer les nouvelles dignes d’intérêt en d’obscurs recoins où il était impossible de les dénicher. Miss Marple, qui appartenait à la vieille génération, aimait mieux que ses journaux fussent véritablement des organes d’information.
L’après-midi, après avoir déjeuné et s’être accordé un petit somme d’une vingtaine de minutes, elle avait ouvert le Times qui se prêtait encore à une lecture plus sérieuse, bien qu’il eût passablement évolué lui aussi et qu’il fût maintenant fort difficile d’y trouver ce que l’on cherchait. Au lieu de le feuilleter en commençant par la première page et de passer progressivement aux articles qui vous intéressaient particulièrement, vous deviez désormais vous accommoder, dans ce vénérable quotidien, d’invraisemblables et inexplicables solutions de continuité. Deux pages étaient soudain consacrées à un voyage à Capri agrémenté d’illustrations, et le sport y tenait une place beaucoup plus importante que par le passé. Les nouvelles judiciaires et la nécrologie étaient restées un peu plus conformes à la tradition. Les naissances, les mariages et les décès – qui avaient à une certaine époque accaparé l’attention de Miss Marple – avaient émigré en un nouvel endroit, avant d’être récemment rejetés à la dernière page.
La vieille demoiselle s’absorba d’abord dans la lecture des principales informations qui s’étalaient à la une, mais elle ne s’y attarda pas outre mesure, car elles étaient sensiblement la réplique de ce qu’elle avait lu le matin même, quoique peut-être présentées avec un peu plus de componction. Puis elle retourna le journal, afin de jeter un coup d’œil rapide aux naissances, mariages et décès, se proposant après cela de rechercher la page consacrée à la correspondance où elle trouvait presque toujours quelque chose à son goût. Elle parcourait ensuite la chronique mondaine et les annonces de la salle des ventes, qui se trouvaient sur la même page. Il y avait aussi là un article scientifique, mais elle le laisserait de côté, car elle n’y comprenait généralement rien.
Elle passa rapidement sur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Patience82Patience82   19 juin 2016
Le vieille demoiselle s'interrogea avec humilité. Elle était curieuse, elle posait des tas de questions, c'était un fait. Pour ce genre de chose, on pouvait certes faire appel à un détective privé, mais rien ne valait un vieille fille ayant l'habitude de bavarder et de fouiner.
Commenter  J’apprécie          150
GrouchoGroucho   31 mars 2015
- Pardonnez-moi Miss Marple, dit Miss Cooke en se penchant un peu vers la vieille demoiselle, mais si j'étais à votre place, je ne boirais pas de café à cette heure-ci. Cela vous empêchera de dormir.
- Oh ! croyez-vous ? Je suis parfaitement habituée à prendre du café le soir.
- Sans doute. Mais celui-ci est très fort, et je vous conseille vivement de ne pas le boire.
Commenter  J’apprécie          30
YanouneYanoune   20 novembre 2019
- Vous savez, quand un rocher dégringole du haut d'une falaise et tombe sur quelqu'un, ce n'est pas toujours l'oeuvre de la nature. A ma connaissance, les rochers ont plutôt tendance à rester à l'endroit où ils se trouvent.
Commenter  J’apprécie          50
pandarouxpandaroux   05 septembre 2018
Vous savez, quand un rocher dégringole du haut d'une falaise et tombe sur quelqu'un, ce n'est pas toujours l'oeuvre de la nature. A ma connaissance, les rochers ont plutôt tendance à rester à l'endroit où ils se trouvent.
Commenter  J’apprécie          51

Videos de Agatha Christie (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agatha Christie
Pour terminer en beauté cette troisième saison dans les coulisses du genre, Nicolas Perge, auteur-réalisateur, immense fan de polars à l'âme de collectionneur, partage avec nous sa passion pour la Reine du crime et nous dévoile ses coups de cœur, pêchés comme des trésors dans le fonds des éditions du Masque. Du Agatha Christie, bien sûr, mais également de pures pépites méconnues de la littérature noire, écrites par Catherine Arley, Celia Fremlin ou encore Kyril Bonfiglioli. De quoi alimenter vos longues soirées d'hiver au coin du feu... Bonne écoute ! 🎧
autres livres classés : miss marpleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Agatha Christie

Quel surnom donne-t-on à Agatha Christie ?

La Dame du Crime
La Reine du Meurtre
La Dame de l'Intrigue
La Reine du Crime

10 questions
1274 lecteurs ont répondu
Thème : Agatha ChristieCréer un quiz sur ce livre

.. ..