AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Louis Postif (Adaptateur)
EAN : 9782702401057
188 pages
Éditeur : Le Masque (30/11/-1)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 259 notes)
Résumé :
En cherchant une balle de golf, le fils du pasteur découvre, au pied des rochers un individu tombé de la falaise. Avant de passer de vie à trépas, l'homme ne dit qu'une petite phrase : «Pourquoi pas Evans ? » Le tribunal d'enquête, réuni le lendemain, conclut à l'accident. Un accident, c'est vite dit.
Qui, dans ce cas, aurait eu intérêt à fourrer, un peu plus tard, huit grains de morphine dans la bière du témoin ?
L'amie du garçon, la jeune comtesse Fr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
Ptitgateau
  30 novembre 2019
Pourquoi pas Evans ? Telle est la question, question qui restera en suspens tout au long de ce roman d'Agatha Christie, question qui m'a préoccupée un bon moment et ce pour une question de traduction, jusqu'à ce que je voie le titre anglais : « Why Did'nt they ask Evans ? » plus parlant.
Cette question est la dernière parole de la victime, parole qui ne permet aucunement de faire le lien ni avec un éventuel meurtre, ni avec les personnages et ce pendant tout le roman, question qui reviendra la tête du lecteur jusqu'au dénouement.
Le mystère reste donc entier pendant un long moment et l'on se demandera bien comment une enquête pourra-t-elle se greffer sur cette mort que le tribunal d'enquête explique par un suicide, le suicide d'un certain Mr Prichard.
Le crime parfait aurait pu être ici commis, si deux personnages ne s'y étaient pas intéressé : Bobby Jones, le fils du pasteur de Marchbold, petite station balnéaire du pays de Galles, témoin de l'accident survenu par un matin brumeux (toute une ambiance !), alors qu'il s'essayait au golf et qui entendit un cri sur la falaise, et Lady Frances Derwent jeune femme entreprenante et perspicace qui sera à l'origine de l'enquête grâce à certaines déductions judicieuses
Merveilleuse Agatha Christie qui sait nous régaler d'enquêtes complexes aux rebondissements multiples incitant le lecteur averti à la méfiance quant aux personnages : deux règles d'or pour jouer le lecteur détective : les bonnes personnes ne sont pas forcément celle auxquelles on s'attache, le criminel est toujours celui auquel on s'attend le moins. Or dans ce roman, il y a beaucoup de bonnes personnes et beaucoup de personnages susceptibles de brouiller les pistes.
L'écriture m'a fait parfois sourire : un style naïf, des personnages qui opèrent avec les moyens du bord, faisant ressembler leur enquête à un de ces jeux auquel les enfants aiment se livrer, une histoire qui n'est pas sans rappeler vaguement les investigations du club des cinq, en plus étudié tout de même.
Des personnages qui témoignent en utilisant le passé simple, sans doute en usage dans les dialogues en 1937 lorsque le roman fut rédigé, à moins que ce soit encore une question de traduction, mais qui fournit un certain charme aux conversations.
Un bon petit roman bien prenant et agréable à lire que je suis heureuse d'avoir découvert.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          699
Yanoune
  04 décembre 2019
Pourquoi pas Evans ?... Ou le roman où a vingt-huit ans t'es revenu crécher chez ton père, et où l'amitié compte plus que le salaire...
Pitch :
Le golf... ah le golf... le sport de gentleman par excellence... un fer ou un bois ? Et je fais le par ? Un birdy ?... le golf... et la concentration... il faut qu'il se concentre, lui c'est Bobby Jones, il fait une partie avec le docteur Thomas, et franchement le docteur le regarde un peu désabusé, limite plein de sollicitude, avec conseils en prime, et dieu que ça l'agace.. le golf et ses pièges.. le bunker et puis la foutue falaise... quand il arrive à la falaise pas de bol.. à chaque coup ça ne manque pas, y a comme qui dirait un truc et sa balle ou bien est-ce lui inconsciemment qui est attiré par le vide... et bing rebelote... faut dire il a frappé un peu comme un bourrin.. il faut du doigté au golf, pour que la balle puisse rouler sur le green.. là non, en plus il a entendu un cri, pourvu qu'il n'ai pas éborgné un promeneur sur le petit sentier qui suit le parcours.. Non il n'a éborgné personne, il retrouve sa balle dans les ajoncs, mais il trouve aussi un monsieur en contrebas de la falaise, il est tombé ? Pauvre monsieur, Thomas va chercher de l'aide, même s'il n'y a plus grand chose à faire, sa colonne est en miette et le laisse là pour surveiller le mourant... quand soudain l'infortuné, ouvre ses yeux bleus le regarde et lui sort « Pourquoi pas Evans ? ».. Oui pourquoi pas, mais comme dernières paroles on a trouvé mieux, ou trouvé plus spirituel, la mort c'est quand même un truc étrange...
Bien sûr Bobby raconte son aventure à son amie d'enfance Lady Frances, mais elle préfère qu'on l'appelle Frankie, et elle le comprend si bien... mais le truc bizarre.. quand même si franchement bizarre, c'est que pas très longtemps après ce triste drame, cet accident, et bien en premier lieu on lui offre une situation de mille livres par an en Amérique du sud, qu'il refuse parce qu'il a déjà un truc sur le feu avec pote, une histoire de garage.. mais qu'ensuite surtout on essaye de l'assassiner... Mais pourquoi ?...
Pourquoi a-t-on essayé de l'assassiner ?... Il ne comprend rien, Frankie ne comprend rien non plus..
Et ça pour ces deux jeunes gens c'est inadmissible !
Ni une ni deux les voilà qui mènent l'enquête !
Un Agatha sans Poirot, et sans Marple, mais avec deux jeunes gens, qui deviendront par la force des choses des détectives amateurs. Tout deux issus de milieux différents. L'un est fils de pasteur organiste à ses heures et bidouillant des trucs, l'autre Frankie est issue de la bonne, de la haute société du coin, vit dans le château et a des connexions un peu partout.. ça sera franchement utile.. Et si elle n'en a pas, elle saura trouver des stratagèmes pour pourvoir arriver à ses fins...
Deux jeunes enquêteurs, plein de courage, de hardiesse, bonne volonté mais aussi complètement téméraires, impétueux et franchement imprudents. Oui tout cela est si dangereux, ils ne s'en rendent pas vraiment compte.. Enfin ils s'en rendront bien compte à un moment..
Je me demande d'où vient cette idée que les hommes tombent toujours en pâmoison au premier regard.. Hop une jolie fille, et c'est le drame les voilà complètement retournés, dans l'incapacité la plus totale de réfléchir et de voir ce qui les entoure.. une belle fille et hop foutu ! ^^
Le coup de foudre... Dis Agatha ça te vient d'où, cet amour pour les coups de foudre et la romance sucrée ? C'était comme ça que ça se passait à ton époque ? C'était la norme ?...
C'était choupi ^^
Une histoire un peu tarabiscotée... Mais pas tant que ça, j'ai vu bien pire dans d'autres Agatha...
Quand Agatha n'écrit pas de roman où viennent Poirot et Marple, elle se lâche, nous sommes dans de l'aventure débridée.. on grimpe sur les murs, ont a des accidents d'auto, il y a des motos... C'est sûr que la vieille Marple à moto ça marcherait moins bien... ^^
Oui sans Poirot et Marple c'est place à l'action !
Même si aussi la réflexion s'invite, ils réfléchissent ces deux-là... Enfin plus Frankie que Bobby.. Bobby a un peu le cerveau retourné par une jeune femme très belle.... Qu'il faut sauver bien sûr..
Ah, la demoiselle en détresse, ça marche toujours ! ^^
Frankie elle, les demoiselles en détresse bon.. ça marche un peu moins, elle connaît le truc ^^... Mais ok si tu veux Bobby... on va la sauver aussi...
... Je me rends compte au fil de mes relectures, que j'aime beaucoup les Agatha qui sont dans les « premiers »... celui-là 1934... Donc pas vraiment premier quand même vu que Agatha a commencé à écrire en 1920... mais quand même, il y a une ambiance, une atmosphère, une vie. Les intrigues ont encore cette fraîcheur, Agatha se creuse encore la tête pour en trouver des nouvelles, des différentes, des qui se tiennent tout en étant surprenantes... même si elle sont un peu dingues.. Ce qui admettons-le ne sera plus vraiment plus le cas vers la fin, où ses romans deviennent très fluctuants, le pire côtoie le bon...
Ici il y a encore tant d'énergie, une énergie qui se ressent tant dans l'écriture que dans ses personnages...
Agatha s'attaque aussi à la drogue, fléau, qui elle le montre bien, n'épargne personne. Agatha je pense a une idée plutôt moderne de la chose, les addicts ne sont pas les fautifs, mais ceux qui leur vendent leur dose, les accrochent et les font tomber dans cette spirale infernale, dans cette dépendance, oui eux sont les fautifs qu'il faut éradiquer. Ce sont eux qui se servent de la fragilité de leur proie.. on est quand même dans ce roman en 1934, et je ne suis pas certaine que c'était l'idée la plus en vogue, ou bien elle a évolué au fil du temps... pour Agatha à ce moment-là les addicts sont de pauvres malheureux et les cures de désintoxication considérées comme quelque chose de monstrueux dans la façon de faire... et franchement je pense que ça devait être le cas à l'époque...
Mais il est vrai que sa perception changera au fil du temps aussi, et si elle reparlera de la drogue et s'en servira de nouveau dans plusieurs autres romans, elle sera bien moins tendre avec ceux qui en use et abuse, le monde du cinéma ne serra pas épargné, et les jeunes non plus, mettant en avant l'effet de mode...
Ce que j'aime avec Agatha Christie ( en plus des histoires policières) c'est que ses romans sont inscrit dans un temps, une époque avec tout ce que cela comporte... et vu qu'elle a écrit longtemps, si longtemps l'on voit les moeurs, les idées changer, évoluer. Et je trouve cela intéressant, même si je ne prends pas tout pour argent comptant, non plus.
Il est aussi amusant de constater, avec ces relectures que avant je ne jurais que par Poirot et Marple et étais hautement déçue quand ils n'étaient pas-là.. Maintenant je redécouvre avec plaisir les romans où justement ils ne sont pas là, et je n'en suis nullement déçue, voir même le contraire.. c'est drôle comme on change..^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
sevm57
  29 novembre 2020
Ce roman ne met en scène ni Hercule Poirot, ni miss Marple, c'est pour cela que je le lis tardivement, néanmoins il est de bonne facture.
C'est un roman d'aventures policières pimentées par quelques incursions dans la comédie amoureuse.
Les héros sont deux sympathiques jeunes gens, Bobby Brown, le fils du pasteur de Marchbolt, qui a découvert le corps de la victime, et Lady Frances Derwent, la fille d'un duc, qui s'intéresse à l'enquête.
L'intrigue est bien conçue et les rebondissements sont nombreux jusqu'à l'explication finale où on comprend enfin le titre du livre.
Une lecture plaisante.
Commenter  J’apprécie          190
MarieLywood
  12 janvier 2021
Bonne question que pose le titre de ce roman et qui reste en suspens jusqu'aux dernières pages du livre.
Ni Hercule Poirot, ni Miss Marple dans cette enquête mais deux jeunes gens téméraires qui ne vont pas hésiter à aller au devant du danger pour découvrir l'identité d'un mystérieux inconnu retrouvé mort et son meurtrier. En cela, ce roman fait immanquablement penser à d'autres d'Agatha Christie comme Mr Brown ou encore Les sept cadrans dans lequel les enquêteurs sont des amateurs qui se retrouvent à enquêter par hasard, par curiosité et peut-être un peu pour tromper la monotonie de leur quotidien. Les deux personnages principaux sont attachants. Ils enquêtent avec les moyens du bord et commettent des erreurs assez rudimentaires qui prêtent à sourire et pimentent le récit en apportant de nombreux rebondissements. Agatha Christie y ajoute une petite histoire d'amour bienvenue.
Ce n'est pas le type d'enquête que je préfère mais cela reste une lecture plaisante dans laquelle je me suis laissée prendre et avec un dénouement qui, bien que rocambolesque, a le mérite d'être inattendu et surprenant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Rebus
  13 décembre 2017
Publié en 1934, Pourquoi pas Evans ? renoue avec les romans d'aventure d'Agatha, comme Mr Brown ou L'homme au complet marron. Deux jeunes détectives amateurs mènent l'enquête : un rythme enlevé, des rebondissements à foison , fausses pistes et coups de théâtre, des héros attachants... Une fois de plus, Agatha Christie nous mène par le bout du nez. Tous les ingrédients sont là pour nous faire passer un joli moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
genougenou   15 août 2015
Bobby Jones posa sa balle sur le terrain et, ramenant lentement sa crosse en arrière, l’abattit d’un coup sec et rapide.
La balle décrivit-elle une trajectoire parfaite, pour atterrir heureusement au quatorzième trou ?… Non !… mal lancée, elle ricocha sur le sol et alla se perdre dans un buisson.
L’unique témoin de ce coup maladroit, le docteur Thomas, ne manifesta aucune surprise. C’était explicable : le joueur n’était pas un champion illustre, mais le quatrième fils du pasteur de Marchbolt, petite station balnéaire située sur la côte du pays de Galles.
Bobby étouffa un juron.
C’était un charmant garçon de vingt-huit ans. On n’aurait pu dire qu’il était beau, mais il avait le visage sympathique et de bons yeux marron de chien fidèle.
— Je joue de plus en plus mal ! murmura-t-il, dégoûté de lui-même.
— Vous jouez trop vite, observa son compagnon, homme d’âge mûr, aux cheveux gris, au visage rose et aimable.
Ils prirent un nouveau départ.
Le docteur Thomas joua le premier : il donna un bon coup, droit, mais pas très fort.
Bobby posa sa balle, balança longuement sa crosse, la rejeta brusquement en arrière, ferma les yeux, leva la tête, abaissa l’épaule droite, en un mot fit tout le contraire de ce qu’il convenait de faire, et la balle, frappée avec une force terrible, s’enfuit à angle droit.
— Si vous aviez lancé ce coup correctement… bigre ! fit le docteur Thomas.
— Si… répéta Bobby, dépité. Tiens ! Il me semble avoir entendu un cri ! J’espère que la balle n’a pas blessé quelqu’un. Il scruta des yeux la droite du terrain. Le soleil, à son déclin, projetait une lumière oblique. Un léger brouillard montait de la mer. Le bord de la falaise se dressait à quelques centaines de mètres plus loin.
— Le sentier longe la falaise, dit Bobby, mais la balle n’a pu rouler jusque-là. Cependant, je crois bien qu’on a crié… Le médecin n’avait rien entendu.
Bobby courut à la recherche de sa balle. Il la découvrit enfin au milieu d’une touffe d’ajoncs.
La partie continua. Le dix-septième trou, cauchemar de Bobby, n’offrait pas une grande distance à parcourir ; toutefois, il fallait passer au-dessus d’un précipice et chaque fois l’attraction des profondeurs s’avérait irrésistible.
Bobby respira fortement et frappa sa balle qui, après quelques ricochets, disparut dans le vide.
— Chaque fois cela m’arrive ! C’est stupide ! grogna le jeune homme.
Il suivit le bord du rocher et fouilla du regard le pied de la falaise où l’eau scintillait.
Soudain Bobby se redressa et appela son partenaire.
— Hé ! docteur ! Regardez donc là.
À une dizaine de mètres au-dessous d’eux ils distinguèrent une masse sombre, rappelant un paquet de vieux vêtements.
— Quelqu’un est tombé du haut de la falaise, dit le docteur Thomas. Vite, allons à son secours !
Les deux hommes descendirent péniblement le rocher, Bobby, plus jeune, vigoureux et sportif, aidant le médecin. Ils atteignirent enfin le sinistre paquet. C’était un homme d’environ quarante ans, qui respirait encore, mais qui avait perdu connaissance.
Le médecin s’agenouilla près de l’inconnu...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
GrouchoGroucho   26 mars 2015
- Bonjour, dit la jeune fille. Venez donc vous asseoir en face de moi.
- Mon billet n'a pas la couleur voulue.
- Peu importe, ça s'arrangera.
.../...
Au même instant un énorme bonhomme en tenue bleue apparut à la porte du couloir.
- Laissez-moi faire, conseilla Frankie.
Elle adressa un gracieux sourire au contrôleur qui porta la main à son képi et poinçonna le billet qu'elle lui tendait.
- Mr Jones vient d'entrer dans mon compartiment pour me dire un mot. Vous n'y voyez aucun inconvénient, n'est-ce pas ?
- C'est parfait, Votre Seigneurie. Monsieur ne restera pas longtemps, j'espère. Il toussa avec tact et ajouta : je ne repasserai pas avant la gare de Bristol.
- Ce qu'une jolie femme peut obtenir avec un sourire ! ... observa Bobby, lorsque l'employé se fut retiré.
Lady Frances Derwent hocha la tête pensivement.
- Je doute que ce soit l'effet du sourire. J'attribue plutôt mon succès à la générosité habituelle de mon père envers les employés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SharonSharon   23 janvier 2011
C'est comme si on débarquait sur scène, en plein milieu du deuxième acte, pour jouer des personnages qui n'ont pas été prévus et ce qui rend ntore jeu encore plus difficile, c'est que nous n'avons pas la moindre idée de ce qui s'est passé au premier.
Commenter  J’apprécie          50
SharonSharon   23 janvier 2011
J'ai l'impression que nous nageons entre les pages d'un roman - au beau milieu d'une histoire qui n'est pas vraiment la nôtre. C'est un sentiment extrêmement troublant.
Commenter  J’apprécie          50
YanouneYanoune   01 décembre 2019
Une ombre de gêne flottait dans les rapports entre les jeunes gens. Les Derwent se montraient peut-être un peu plus familiers qu'il ne seyait de l'être, comme pour signifier qu'il n'existait entre eux aucune différence. Les Jones, de leur côté, affectaient une certaine raideur, pour bien marquer qu'ils ne sollicitaient rien.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Agatha Christie (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agatha Christie
Pour terminer en beauté cette troisième saison dans les coulisses du genre, Nicolas Perge, auteur-réalisateur, immense fan de polars à l'âme de collectionneur, partage avec nous sa passion pour la Reine du crime et nous dévoile ses coups de cœur, pêchés comme des trésors dans le fonds des éditions du Masque. Du Agatha Christie, bien sûr, mais également de pures pépites méconnues de la littérature noire, écrites par Catherine Arley, Celia Fremlin ou encore Kyril Bonfiglioli. De quoi alimenter vos longues soirées d'hiver au coin du feu... Bonne écoute ! 🎧
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Agatha Christie

Quel surnom donne-t-on à Agatha Christie ?

La Dame du Crime
La Reine du Meurtre
La Dame de l'Intrigue
La Reine du Crime

10 questions
1272 lecteurs ont répondu
Thème : Agatha ChristieCréer un quiz sur ce livre

.. ..