AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Michel Le Houbie (Autre)
EAN : 9782253032328
244 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/2003)
3.69/5   239 notes
Résumé :
Victoria Jones a beaucoup de défauts, mais au moins trois qualités : elle est très jolie, elle est courageuse, et elle aime l'aventure.
Qu'avec cela, une heure après avoir été licenciée de son emploi de dactylo, cinq minutes après avoir rencontré un séduisant jeune homme, elle décide de le suivre à Bagdad, ce n'est pas étonnant. Ce qui l'est plus, c'est le tourbillon d'aventures d'espionnage qui l'attend là-bas, dans l'inquiétante atmosphère d'un Orient bouil... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
3,69

sur 239 notes
5
12 avis
4
20 avis
3
8 avis
2
2 avis
1
0 avis

Biblioroz
  06 novembre 2020
« — Bon, bon, je n'ai rien dit !... Seulement, Victoria, vous admettrez que tout ça ressemble à un roman d'aventures ! […] Avouez que ça ne fait pas vrai ! »
Voilà une réflexion d'un des personnages qui colle parfaitement à cette petite intrigue mêlant un zeste d'espionnage dans un contexte mondial incertain, des mésaventures pas du tout prévues par une amoureuse qui n'a pas froid aux yeux, des situations à la MacGyver, des fausses pistes dans lesquelles chacun peut être potentiellement perçu comme un espion et un décor oriental.
Bon, je ne cherche pas des histoires vraisemblables en lisant Agatha Christie mais je préfère, et de loin, ses intrigues policières car celles d'action et d'espionnage me passionnent beaucoup moins.
Nous sommes en pleine guerre froide et une conférence doit se tenir à Bagdad pour tenter de maintenir la paix malgré les idéologies bien différentes des capitalistes et des communistes. Mais il semblerait bien qu'un groupe bien puissant soit déterminé à entretenir une mésentente visant à créer un nouveau chaos mondial.
Donc, après pléthore de personnages qui se dirigent vers Bagdad et qui nous sont livrés à la queue leu leu en nous perdant quelque peu, nous nous attachons aux pas de Victoria, une jeune fille fraîche et jolie qui vient de se faire remercier par son patron pour avoir imité sa femme avec un peu trop de talent. Sténodactylo ayant quelques lacunes en orthographe, elle sait en revanche manier le mensonge avec art et beaucoup d'imagination. Et puis, elle tombe également amoureuse en un éclair, juste avec quelques mots échangés sur un banc et s'envole à Bagdad pour retrouver le bel Edward. Elle a aussi le don pour se mettre dans des situations inextricables.
Quelques côtés amusants sauvent un peu cette lecture qui n'a pas réellement de consistance. C'est lorsque Victoria raconte ses péripéties avec franchise qu'elle semble, pour ses interlocuteurs, le moins crédible vu l'invraisemblance de ses mésaventures. Il y a aussi le petit clin d'oeil de l'auteure à la passion des fouilles avec un archéologue uniquement préoccupé par son travail et faisant preuve d'une distraction attendrissante (bien qu'exaspérante) pour tout le reste.
L'ensemble se veut très léger et s'étire un peu en longueur avec des redites qui comblent un peu les pages, pas de grande surprise non plus dans le dénouement. Dans le même style d'intrigue de Dame Agatha j'ai préféré Destination inconnue, peut-être parce que je l'ai lu avant celui-ci, ou alors parce qu'il est plus abouti du fait de sa date de publication postérieure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          246
Musardise
  19 février 2015
« Rendez-vous à Bagdad » n'est pas à ranger à proprement parler dans les romans policiers d'Agatha Christie, mais dans ses romans d'espionnage, genre dans lequel elle est loin d'exceller, à mon sens (un bon exemple : « Le cheval à bascule »). Pourtant, c'est un de mes préférés. le personnage de Victoria Jones, l'héroïne du livre, n'y est pas pour rien. Très attachante aux yeux du lecteur, celle-ci se révèle d'une incroyable naïveté, au point de se se croire folle amoureuse du premier venu et de se lancer à ses trousses de Londres jusqu'en Irak ; pays qui la décevra forcément (mais pas tant que ça, finalement...), puisqu'il ne se révélera pas à la hauteur de l'ambiance forcément sensuelle et mystérieuse que son imagination fertile lui laissait entrevoir. Bagdad et l'Irak deviendront pourtant rapidement pour elle le théâtre d'aventures en cascade (aventures dont elle se serait bien passée ; quoique, finalement...).
On comprend très vite que Victoria va se fourrer dans un pétrin sans nom ; et le roman pourrait tourner au burlesque façon « Imogène », si notre héroïne n'était aussi pétillante, charmante, énergique et pleine de ressources. On a donc grand plaisir à suivre les péripéties qu'elle traverse avec naïveté et entrain. J'ai à chaque fois lu et relu avec délices ce roman, en anglais et en français. Un livre rafraîchissant, drôle, avec un petit côté désuet qui fait beaucoup à son charme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
Neneve
  22 novembre 2019
C'est toujours un plaisir de se retrouver dans un livre de Christie... cette fois, pas de Marple ou Poirot, ni de meurtres à résoudre. Mais il n'en était pas moins bon pour autant. Ici, nous nous retrouvons dans un roman d'espionnage, où la rivalité USA / URSS tisse la toile de fond. D'ailleurs, le roman a été écrit pendant cette période et ça se sent. Nous suivons Victoria, jeune femme mythomane, qui pense avoir trouvé le grand amour sur un banc de parc, juste après s'être fait jeter à la porte par un patron qui n'a pas apprécié ses talents d'imitatrice. Elle rencontre donc Frank, ancien aviateur, qui se voit dépêcher à Bagdad pour une mission. Elle fera des pieds et des mains pour aller le retrouver... et se trouvera mêlée à une histoire plus complexe qu'elle le croit. Bref, un Christie un peu à côté de ce qu'elle nous propose habituellement, mais très intéressant. Bémol pour les nombreux coups du destin qui teintent l'histoire et qui nous semblent bien invraisemblables... Mais une lecture doudou, tout de même !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
sevm57
  31 mars 2020
Rendez-vous à Bagdad fait partie des quelques romans d'espionnage d'Agatha Christie, et ce n'est pas dans ce genre que je la préfère.
D'ailleurs, ici, l'intrigue est relativement confuse et use d'une série de coïncidences un peu exagérées. Il manque également des éléments sur la nature de l'organisation en cause et le rôle de certains personnages.
Mais ce qui fait l'interêt et le charme de ce livre, c'est sans conteste le personnage très attachant de Victoria Jones: menteuse invétérée, à la fois naïve et pragmatique, qui va se débrouiller pour suivre à Bagdad un jeune homme dont elle est tombée amoureuse dans un parc et va ainsi se retrouver au coeur d'une histoire d'espionnage rocambolesque. On ne s'ennuie pas une minute à ses côtés.
Commenter  J’apprécie          240
taleofacity
  18 juin 2021
Rendez-vous à Bagdad est une petite pépite ! Agatha Christie dévoile ici une facette plus légère de ses talents de romancière.
Nous suivons les aventures de Victoria Jones, une jeune femme au caractère bien trempé, qui quitte du jour au lendemain son travail de secrétaire, pour se retrouver dans le plus grand des hasards, à voyager pour Bagdad. Une coïncidence n'arrivant jamais seule, il se trouve justement qu'un homme beau et charmant qu'elle vient de rencontrer à Londres, s'y trouver aussi !
Sans en dévoiler plus, Agatha Christie nous embarque dans une histoire d'espionnage, drôle et remplie de quiproquo des plus divertissants !
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
fanfan50fanfan50   16 avril 2015
Pour Victoria, Babylone fut une déception. Ces tas de briques calcinées, ces montagnes de décombres n'évoquaient rien. Elle attendait des colonnes, des arcs de triomphe, quelque chose qui ressemblait aux photos qu'elle avait vues des ruines de Baalbek. On était loin du compte...
Peu à peu, pourtant, elle finit par s'intéresser aux explications du guide, dont elle avait tout d'abord écouté le verbiage d'une oreille distraite. Les figures d'animaux fantastiques moulées en relief sur les murs, la voie majestueuse qui conduit à la Porte d'Ishtar, d'autres vestiges encore, attestant la grandeur passée de la cité morte, éveillèrent sa curiosité et, quand ils s'assirent au pied du Lion fameux, pour faire honneur au déjeuner froid qu'Edward avait eu la précaution d'apporter, elle eût voulu tout savoir de la Babylone antique. Le guide s'éloigna, par discrétion, après avoir dit qu'ils devaient, dans l'après-midi, visiter le musée.
Croyez-vous que ce soit indispensable ? demanda Victoria. Des objets étiquetés et placés sous vitrines, ça ne signifie rien ! Je suis allée une fois au British Museum. Ce que j'ai pu m'y ennuyer !
Le passé est toujours ennuyeux, déclara Edward. L'avenir est autrement intéressant.
- Ici, c'est intéressant, reprit Victoria. On a le sentiment qu'on est devant quelque chose de grand... Est-ce que vous connaissez le poème qui dit : "Quand tu étais roi dans Babylone et quand j'étais moi, une esclave chrétienne..." ? Qui sait ? Ce roi et cette esclave, c'étaient peut-être nous ?
Edward sourit.
- Je ne suis pas très fort sur les dates, mais il me semble bien qu'il n'était plus question de rois de Babylone quand on a commencé à parler des chrétiens...
- Qu'est-ce que cela fait ? Ca vous aurait plu, d'être roi de Babylone ?
- Certainement !
- Alors, disons que vous l'avez été et que vous êtes la réincarnation d'un souverain de l'antiquité.
- En ce temps-là, les rois connaissaient leur métier et la façon de l'exercer ! Ils gouvernaient et le monde ressemblait à quelque chose.
- Je ne sais pas, dit Victoria, songeuse, si j'aurais tellement aimé être une esclave, chrétienne ou pas !
Edward, lui aussi, suivait sa pensée.
- Milton était dans le vrai, quand il écrivait : "Mieux vaut régner en Enfer que servir au Paradis." J'ai toujours admiré son Satan.
Victoria avoua qu'elle connaissait mal Milton.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
GrouchoGroucho   28 mars 2015
Dans l'antichambre du consulat, Richard Baker attendait d'être reçu.
.../...
C'était quelque chose d'indéfinissable, qui ne correspondait à rien de concret, mais qu'il sentait. Ce quelque chose, il le sentait. C'était dans l'air. Et l'impression n'était pas pour lui absolument neuve. Il l'avait déjà éprouvé, notamment pendant la guerre, un jour avant qu'il soit parachuté, à l'aube, en terrain ennemi...
Il se rappela. Ce qu'il sentait, c'était l'odeur de la peur...
Quelqu'un dans cette petite pièce, avait peur. Terriblement peur...
Il regarda ses voisins : un Arabe, qui portait une tunique kaki dépenaillée et qui faisait couler entre ses doigts les perles d'ambre d'un collier ; un Anglais au visage rubicond et à la grosse moustache blanche, qui jetait des chiffres sur un petit calepin, un représentant de commerce, sans aucun doute, un homme à la peau très brune, qui semblait recru de fatigue et paraissait tout heureux de bénéficier d'un siège confortable ; un autre, qui devait être un scribe irakien, et enfin, un Persan d'un certain âge, dans une robe d'un blanc de neige. Aucun d'eux n'avait l'air de s'occuper de lui.
L'Arabe égrenait toujours ses perles d'ambre. Elles tombaient une à une entre ses doigts, et soudain Richard eut le sentiment très net que le bruit qu'elles faisaient lui rappelait quelque chose. Un trait... un trait... un point... Aucun doute ! C'était du morse. L'alphabet lui était familier. Il l'avait assez pratiqué pendant la guerre, quand il était dans les transmissions. Il pouvait encore lire au son. HIBOU. F-L-O-R-E-A-T-E-T-O-N-A. La devise d'Eton ! Floreat Etona ! Qu'est-ce que cette histoire-là ? La devise d'Eton épelé par un Arabe en loques ! et il continuait ! HIBOU, ETON, HIBOU :
Le Hibou ! C'était le surnom qu'on lui donnait à Eton parce qu'il portait de grosses lunettes.
Il regarda mieux l'Arabe. L'homme était pareil à des centaines d'autres, qu'on rencontrait dans les souks et sur les quais du port. Ses yeux restaient fixés droit devant lui. Rien ne semblait indiquer qu'il connût Baker. Mais les perles d'ambre continuaient à cliqueter.
Ici, le Fakir. Je compte sur toi. Bagarre !
Le Fakir ? Quel fakir ? Mais, bien sûr, le fakir Carmichaël, qu'on appelait comme ça parce qu'il était né ou qu'il avait vécu à l'autre bout de la terre, au Turkestan ou en Afghanistant !
Richard tira sa pipe de sa poche, souffla dedans, examina le fourneau, puis le frappa délicatement à plusieurs reprises, sur un cendrier.
Message reçu.
.../...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sevm57sevm57   30 mars 2020
Plusieurs personnes attendaient déjà dans la pièce. Richard leur accorda à peine un coup d'oeil. En tout état de cause, l'humanité dans son ensemble ne l'intéressait pas vraiment. Un fragment de poterie antique le passionnait toujours plus qu'un vulgaire péquenot né à un moment quelconque du XXème siècle après JC.
Commenter  J’apprécie          90
GrouchoGroucho   28 mars 2015
- Un Anglais qui se rendait en automobile de Perse en Irak est assassiné par des bandits... Ils ont beau dos, les bandits ! ... Un marchand kurde qui descendait des montagnes est tué dans une embuscade. Un autre Kurde, Abdul Assan, suspecté de se livrer à la contrebande des cigarettes, est abattu par un gendarme. On retrouve, sur la route de Rowanduz, le cadavre d'un inconnu identifié par la suite comme étant celui d'un conducteur de camion, un Arménien.
Fait à noter, pour tous ces individus, le signalement est le même, à peu de chose près, et il correspond à celui de Carmichaël. Ils veulent l'avoir et, dans le doute, ils ne s'abstiennent pas. Dès qu'il sera en Irak, les risques seront pour lui plus considérables encore. Il lui faudra se méfier de tout le monde : du jardinier de l'ambassade aussi bien que du valet de pied du consulat, comme des employés de l'aérodrome, de la douane, des gares, des hôtels, etc. Un cordon, je vous dis, et serré !
Crosbie n'essayait pas de dissimuler sa surprise.
- Vraiment aussi serré que vous le dites, Monsieur ?
- Aucun doute là-dessus répondit Dakin. Même chez nous il y eu des fuites et c'est ce qui est grave. Comment serais-je sûr que les dispositions que nous avons prises pour assurer le retour de Carmichaël à Bagdad ne sont pas déjà connues de l'adversaire ? Comment pourrais-je affirmer qu'il n'y a pas dans notre organisation, des gens qui sont à la solde des autres ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MissAlfieMissAlfie   26 mars 2012
Comme la plupart d'entre nous, Victoria avait ses qualités et ses défauts. On pouvait porter à son crédit qu'elle était généreuse, chaleureuse et courageuse. Son goût pour l'aventure pouvait être jugé critiquable plutôt que méritoire, à une époque où l'on faisait grand cas de la sécurité. Son principal défaut était une tendance à raconter des mensonges, à bon comme à mauvais escient. La fiction la fascinait nettement plus que la réalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Agatha Christie (54) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agatha Christie
2e épisode de la série sur lancée par le site www.lapagesix.fr Catherine Graciet, libraire à la librairie Darrigade à Biarritz, nous présente l'auteur qui l'a fait plonger dans la littérature : Agatha Christie.
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Agatha Christie

Quel surnom donne-t-on à Agatha Christie ?

La Dame du Crime
La Reine du Meurtre
La Dame de l'Intrigue
La Reine du Crime

10 questions
1291 lecteurs ont répondu
Thème : Agatha ChristieCréer un quiz sur ce livre