AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Jean-Michel Alamagny (Traducteur)
EAN : 9782253118619
985 pages
Le Livre de Poche (29/08/2007)
4.07/5   118 notes
Résumé :
Auteur pilier "Du Masque", depuis 1927, Agatha Christie est toujours considérée comme la reine du crime. Cette "Autobiographie"indisponible depuis 15 ans, a fait l'objet d'une nouvelle traduction et a été enrichie par deux cahiers photos inédits.

"Je suis censée m'atteler à un roman policier mais, succombant à la tentation naturelle de l'écrivain d'écrire tout sauf ce dont il est convenu, me voilà prise du désir inattendu de rédiger mon autobiographie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
4,07

sur 118 notes

Lorraine47
  06 décembre 2012
Cela fait quinze jours que nous avons rendez-vous, toutes les deux à divers moments de la journée, je le sais, tu aurais sûrement préféré que je te consacre plus de temps mais que veux-tu: c'est charrette en ce moment, il faut boucler l'année mais je n'ai pas ton talent, je ne sais pas finir mon travail comme toi tu aurais bouclé tes valises en deux coups de cuillère à pot.
Agatha, tu es une coquine car en toi a toujours survécu la petite fille que tu fus et dont tu nous parles si bien dans ton autobiographie.
Tu n'as jamais mis les pieds dans une école et pourtant tu as su lire avant six ans toute seule car ta mère ne s'était pas empressée de t'instruire comme tes deux aînés: elle a voulu te laisser du temps et moralité, toi qui t'es toujours plainte de ta lenteur on peut dire que dans ce domaine tu fus précoce.
Qu'est-ce qui t'a décidée à écrire des romans policiers?
L'exemple de tes prédécesseurs, tu parles de Gaston Leroux et de son Rouletabille,d'Arsène Lupin mais sous ta plume naîtront un gros détective belge d'un certain âge Hercule Poirot et une vieille fille pleine de sagacité LA Miss Marple.
Tu invoques aussi la nécessité de gagner ta vie après que ton Archie Christie t'ait fait faux bond. Mais celui-ci t'a laissé un beau fruit: la petite Rosalind prunelle de tes yeux que tu laisseras pourtant en pension pour faire tes beaux voyages à bord de l'orient express.
Ces voyages vers l'orient te permettront de trouver ton chevalier servant le beau Max qui fut séduit par ta capacité à t'endormir dans les pires circonstances et à te pas te laisser abattre même par le "coup de la panne" en plein désert! En tous cas entre vous pas besoin de recoller les bouts, les fouilles, la céramique, l'amour de l'archéologie seront le ciment de votre amour.
Ton histoire s'achève bien avant la fin de ta vie, tu avais la conviction que plus rien ne se passerait après tes 75 ans tu dis que maintenant tu vis "en sursis"!
Élégante amie je vais reprendre tes mots pour finir: "J'ai toujours admiré les Esquimaux. Un jour arrive où l'on prépare un délicieux repas pour la vieille maman, puis elle s'en va sur la banquise- et ne revient jamais..." Nous sommes en 1965 et tu ne le sais pas, il te reste plus de dix ans à vivre et à écrire, écrire écrire... pour quitter la scène peu après ton cher Hercule Poirot!
Un ouvrage qui donne envie de lire ou de relire l'oeuvre de cette grande Dame!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          580
mumuboc
  27 septembre 2021
"On se demande d'où viennent ces élans - ceux qui s'imposent à vous. Je me dis parfois que c'est dans ces moments qu'on se sent le plus près de Dieu, car il vous est donné d'éprouver un peu de la joie de la création pure, de faire quelque chose qui n'est pas vous-même. Vous êtes un peu à l'image du Tout-Puissant au septième jour, lorsque vous constatez que ce que vous avez fait est bien. (p609)"
Qui était vraiment Agatha Christie ? La reine du mystère se dévoile dans cette autobiographie écrite de 1950 à 1965 et publiée en 1977, après son décès en Janvier 1976, enfin elle se dévoile je devrai plutôt dire qu'elle ne dit que ce qu'elle a envie de porter à notre connaissance car elle gardera pour elle au moins une réponse : celle de la raison de sa disparition après la mort de sa mère, Clara, et la trahison de son premier mari, Archie. Mais ne faisons pas la fine bouche, elle nous offre, dans cette autobiographie qui se lit comme un roman, beaucoup et je dois avouer que j'ai découvert une femme particulièrement sympathique.
Une enfance heureuse, choyée voire privilégiée auprès de ses parents, Frédérick (américain) et Clara (britannique) Miller, ayant un amour immense pour son père qu'elle perdra à l'âge de 11 ans et qui marquera la fin d'une époque, celle où l'argent ne se comptait pas. Elle était la cadette des trois enfants : l'ont précédés Madge et Monty. La maison de son enfance, Ashfield, restera son lieu privilégié de résidence et de coeur et elle gardera toute sa vie le goût des maisons, des déménagements et de la décoration.
Elle s'étend longuement sur son enfance et l'on ressent tout le bonheur de celle-ci, égrainant de nombreux souvenirs liés à ses jeux, son éducation, ses lectures, le personnel employé à l'entretien de la demeure. Puis elle évoque ses deux mariages : le premier avec Archie Christie, rencontré alors qu'elle n'était qu'une enfant et dont elle eut une fille, Rosalind, le second avec Max Mallowan, archéologue avec lequel elle participa à de nombreuses campagnes de fouilles principalement au Moyen-Orient qui lui permettaient d'assouvir son attrait pour les voyages mais également pour le dépaysement que lui offraient les paysages et civilisations.
Je dois avouer que j'ai été surprise par la qualité de la narration, alternant dialogues et souvenirs, la multitude de détails
donnés mais également sur certaines prises de position ou réflexions que ce soit sur son travail d'écriture mais également sur l'amitié, les femmes ou même son opinion sur sa vision du traitement à appliquer aux criminels.
"Sans férocité, sans cruauté, sans une totale absence de pitié, l'homme aurait peut-être cessé d'exister : il aurait été rapidement balayé de la surface de la Terre. L'homme mauvais d'aujourd'hui est peut-être le héros du passé. Seulement s'il était nécessaire à l'époque, il ne l'est plus de nos jours : il est maintenant devenu un danger pour l'humanité. (p535)"
Elle se révèle comme une femme à la fois sensible mais déterminée, ironique, sélective et fidèle dans ses amitiés, observatrice de ce qui l'entoure, relevant de détails (noms, lieux etc....) pour s'en servir afin de construire ses romans, pièces de théâtre et nouvelles. Une femme curieuse de tout et en particulier des arts : elle adorait chanter, jouer du piano, à tenter le dessin et la sculpture mais avoue n'avoir que peu d'aptitudes dans ces domaines. Son poste d'infirmière durant la première guerre mondiale lui permit de manipuler des substances pouvant se révéler des poisons, devenant une spécialiste de celles-ci et que l'on retrouvera dans nombre de ses romans.
Bien sûr elle évoque son travail d'écrivaine, les règles qu'elle s'imposait pour la rédaction de ses romans, la vitesse à laquelle elle les rédigeait  (mais la présence de bonnes, nurse etc... aide), ses lieux d'écriture (n'importe où du moment qu'il y avait une table, une chaise) sans oublier de glisser ici ou là ses conseils pour devenir un écrivain à succès :
"Le seul reproche que je saurais faire à un écrivain en herbe serait de ne pas avoir calibré son produit en fonction du marché (...) Si vous étiez menuisier, il serait ridicule de fabriquer une chaise dont le siège se trouverait à un mètre cinquante du sol : ce n'est pas ce que les gens veulent pour s'asseoir. (p404)"
Mais elle ne s'est pas contentée d'une vie de femme, de mère, d'écrivaine : elle fut également une voyageuse infatigable, exploratrice-archéologue  se passionnant dans les fouilles au Moyen-Orient, passion dont qu'elle partageait avec Max.
Une autobiographie qui se lit comme un roman, certes un peu long (650 grandes pages) mais mon attention ne s'est jamais relâchée (à la différence de mes bras qui pliaient parfois sous le poids du livre) tellement elle possède l'art de la narration, restituant les dialogues et anecdotes amenant parfois des pensées plus intimes ou réflexions personnelles parfois teintées d'humour.
"Il n'est pas bon de se prendre dès le départ pour un génie-né - ils sont très rares -. Non, nous sommes des artisans, les artisans d'un commerce fort honorable. Il faut apprendre les techniques, et là, dans le cadre de ce commerce, vous pourrez appliquer vos propres idées créatrices. Tout en vous soumettant à la disciple de la forme. (p404")
Certes c'est une autobiographie et elle s'est peut-être dresser un portrait flatteur mais finalement j'ai beaucoup aimé cette dame, so british, très moderne, n'écoutant que son goût dès l'enfance pour l'aventure, courant parfois après l'argent et trouvant la solution en écrivant vite fait un roman pour le faire entrer, aimant sa fille mais n'hésitant pas à l'abandonner entre des mains familiales ou domestiques pour courir le monde. Elle s'est servi de toutes ses passions pour bâtir ses romans : ses voyages dans l'Orient-Express, le Moyen-Orient, les poisons, les maisons. J'ai aimé ce ton, sans fard, vivant, abordant toutes les facettes de sa vie, avouant sa timidité dont elle n'a jamais pu se libérer et qui rendait ses prises de parole en public difficiles.
J'ai lu nombre de ses romans dans mon adolescence, les enchaînant les uns après les autres, étant à chaque fois admirative de la manière dont elle avait retenue mon attention, avait fait frissonner n'ayant parfois qu'une envie la retrouver, elle et la fluidité de son écriture sans parler de la résolution des énigmes qui me laissait sans voix.... Je pensais à chaque fois avoir trouvé la solution et à chaque fois c'était elle qui détenait le trousseau des clés. 
J'ai beaucoup aimé et j'ai ressorti ma collection de recueils de ses romans achetés dans une brocante et comme pour d'autres auteur(e)s (Jane Austen par exemple) je les lirai dans l'ordre de leur écriture maintenant que je connais pour certains la petite "cuisine" de la reine du mystère et des énigmes.
Lien : https://mumudanslebocage.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
jmb33320
  03 novembre 2019
Le mot “une” voudrait-il indiquer qu'Agatha Christie aurait pu choisir de relater d'autres pans de sa vie ? Le doute me reste à l'esprit, parvenu à la fin de cette vaste autobiographie bien composée, maîtrisée mais un peu terne, où l'auteure reste trop souvent à la surface de choses.
Je me réjouissais d'en apprendre un peu plus sur elle car je dois dire que j'ignorais tout de sa vie, à l'exception de sa fameuse fugue sur laquelle tant d'articles de journaux, et même des fictions, ont été écrits. Les spéculations ont pu continuer car elle n'aborde même pas cet épisode !
Pour autant elle a rempli tout à fait le contrat implicite avec un lecteur de biographie : faire un retour sur son existence, plus ou moins chronologique. Elle a eu visiblement beaucoup de réticences ou de difficultés à dater précisément les événements qu'elle a choisi de raconter, ce qui est compréhensible au moins pour ses années d'enfance, sur lesquelles elle se révèle prolixe.
Pour quelques pages où elle se livre un peu (ses détestations et ses préférences, son goût pour les voyages, sa francophilie, son expérience d'infirmière pendant la première guerre mondiale) beaucoup d'autres abordent dans le détail des sujets que je juge moins intéressants, et dont pour tout dire je me serais bien passé (au fil du temps la liste complète de ses employés de maison, les bons comme les mauvais, l'énumération elle aussi quasi exhaustive des appartements et maisons qu'elle a occupé avec leur décorations et commodités).
Il lui a fallu beaucoup de temps pour se reconnaître comme écrivaine professionnelle. Alors que le succès était au rendez-vous depuis des années elle préférait encore se définir comme mère au foyer. L'échec de son premier mariage a sûrement été un traumatisme majeur dans sa vie, mais elle ne s'appesantit guère sur ces années difficiles.
Elle semble avoir rencontré plus de satisfactions dans son second mariage, qui l'a amené à se prendre de passion pour les fouilles archéologiques de son mari en Mésopotamie. Il y a dans cette autobiographie de très belles pages sur les voyages et les campagnes de fouille qu'ils ont fait ensemble.
J'attendais aussi des révélations sur son oeuvre. Et là aussi je reste sur ma faim. le lecteur potentiel de cette autobiographie doit savoir que les anecdotes amusantes y sont rares, ses rapports avec ses concurrent(e)s écrivain(e)s carrément ignorés. Elle est plus diserte sur ses rapports avec les comédiens, notamment ceux qui ont joué dans ses pièces de théâtre.
Agatha Christie ne m'a pas donné l'image d'avoir été une femme timorée, ou hésitante, dans bien des domaines (elle a été une des premières à voler dans un aéroplane, à une époque où ils s'écrasaient souvent). Je ne peux donc que regretter que son autobiographie reste si corsetée.
En filigrane s'y révèlent ses préjugés, fruits d'une éducation victorienne. Certaines considérations donnent d'elle l'image d'une femme fort peu sympathique…
Mais cette autobiographie reste l'unique référence de sa main puis qu'elle ne semble pas avoir tenu de journal. Achevée en 1965 elle n'a pourtant été publiée qu'en 1977, un an après sa mort. Pour cela elle mérite amplement d'être lue.
#UneAutobiographie #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          225
Rebus
  12 décembre 2014
L'envie lui est venue un jour de raconter sa vie, au fil de ses souvenirs, sans contrainte de dates et au gré de ses envies.
A la lecture de cette autobiographie, j'ai pris conscience de qui était Agatha : une petite fille née à l'époque victorienne, dans une famille fortunée, libre de ses mouvements et libre de laisser cours à son imagination déjà trépidante. C'est une femme qui a également connu les deux guerres, la perte d'êtres chers très tôt. Une femme qui a aussi connu l'amour et le divorce, une femme qui a su, enfin, rester libre.
Elle nous fait part de ses souvenirs, mais aussi de ses réflexions et de ses convictions. L'écriture de ses romans y tient finalement peu de place dans le récit : elle s'attache plus à sa vie personnelle, à ses voyages et ses rencontres, même si elle nous parle avec bonheur de la naissance d'Hercule Poirot ou de Miss Marple.
C'est un récit très intéressant, plein de tendresse et d'humour, que nous livre Agatha Christie. Une belle relecture
Commenter  J’apprécie          280
Albertine22
  03 novembre 2019
La lecture de cette autobiographie aura été un véritable bonheur, me permettant de découvrir une étonnante personnalité au caractère bien différent de celui que j'avais prêté à "la reine du crime". Enfant rêveuse, d'une grande timidité, elle souffrira toute sa vie quand il lui faudra sacrifier aux mondanités ou, comble de l'horreur, s'exprimer en public. Pour raconter sa vie, elle choisira donc assez naturellement de l'écrire, prévenant tout de suite le lecteur que son ouvrage, hormis l'aspect chronologique, ne sera pas forcément un modèle d'autobiographie. Elle y travaille de temps en temps, trouvant plaisir à se remémorer des épisodes marquants de sa vie. Comme il ne s'agit pas d'une commande, et qu'elle l'écrit à un moment de son existence où elle n'a plus besoin de publier pour subvenir à ses besoins, la rédaction s'étale sur des dizaines d'années et n'obéit pas à un schéma strict. Les souvenirs nous parviennent comme ils affleurent à sa conscience, et certains, particulièrement marquants, reviennent plusieurs fois dans son récit.
Un biographe se penchant sur le destin incroyable de cette femme contextualiserait à coup sûr tous les événements, avec force détails historiques. Agatha Christie se libère de ces contingences, ne balisant sa vie que de quelques dates clés et la scindant ensuite en grandes parties (qu'elle nomme chapitres) pour aller de ses premiers souvenirs d'enfant à ses soixante-quinze ans. Née en 1890 dans un milieu aisé, petite dernière choyée, son éducation se fera au gré des toquades de sa mère et des ennuis d'argent dus à de mauvais placements paternels. Elle apprend à lire toute seule, acquiert quelques notions de mathématique auprès de son père et complétera ensuite sa "formation" dans des écoles privées en France et en Angleterre. Ce parcours "scolaire" peut choquer de nos jours. A l'époque, c'était la "norme" dans leur milieu, une jeune fille devait en savoir juste assez pour "harponner" un prétendant. Très attachée à ses parents, elle ne les voit pourtant que peu. Son univers se limite à la nursery et au jardin, et son quotidien est assuré par une série de nounous qui la marqueront plus ou moins. Ses frère et soeur étant en pension, elle meuble sa solitude en s'inventant des mondes, le premier a pour habitant des "Chatons", les suivants des enfants auxquels il arrive de nombreuses aventures. Sa propension à la rêverie et sa capacité à se suffire à elle même laissent déjà deviner avec quelle facilité elle se glissera dans la peau d'un écrivain.
Agatha Christie porte sur ses premières années un regard amusé, nous dévoilant les us et coutumes d'une époque victorienne jetant ses derniers feux. Paz de critique au vitriol de son milieu, simplement une description détaillée de ses journées. Elle se tiendra à cette relative neutralité pour toutes les périodes de son existence. Agatha Christie n'a pas l'âme d'une suffragette et si elle agit de façon non conformiste, ce n'est jamais avec la volonté de changer le sort des femmes ou de faire évoluer la société. Autre caractéristique de son récit une pudeur que d'aucuns qualifieront de britannique, qui l'incite à ne mettre en avant que le meilleur, éludant ou rappelant seulement par quelques mots les moments les plus durs de son existence.
Agatha Christie le répète souvent, l'écriture n'occupera pas une place centrale dans sa vie. Cette "activité" pour laquelle elle a des facilités lui apparaît au début comme un passe-temps, puis après comme un moyen très simple de se procurer de l'argent par exemple pour acheter une voiture ou une nouvelle maison. Jusqu'au bout, le titre d'écrivain lui paraîtra usurpé. Elle n'a pas le sentiment d'être légitime et continuera longtemps à se présenter comme une femme au foyer. L'écriture de ses romans n'est que la prolongation des histoires qu'elle inventait avec ses Chatons. Elle aime "entrer en rêverie", imaginer des personnages et une intrigue qui plairont à ses lecteurs. La naissance d'Hercule Poirot est un véritable régal à lire, que je vous invite à découvrir.
Les voyages, en revanche, seront au coeur de son existence. Elle découvrira par exemple Bagdad dans les années trente au cours d'un périple qu'elle entreprendra seule, ce dépaysement devant lui permettre d'oublier le chagrin de son divorce. Elle, si "empotée" lors des soirées, affrontera les aléas du voyage avec un flegme sidérant. C'est ce qui séduira séduire Max Mallowan, jeune archéologue de quatorze ans son cadet. Leur mariage, contrairement aux prédictions de certains grincheux sera des plus heureux, Agatha l'accompagnant et l'assistant lors de ses nombreuses missions au Moyen-Orient.
Cette autobiographie, dense et parfois brouillonne, nous donne à voir une rêveuse paradoxalement douée pour l'action, une femme dotée d'un formidable appétit de vivre et d'une indéfectible espérance dans le devenir de l'homme. Quand on compare la situation de la Syrie ou de l'Irak au moment où elle y séjourne avec celle d'aujourd'hui, il est difficile de partager son optimisme sur la nature humaine.
Quand j'ai refermé ce livre, le sourire aux lèvres, j'ai imaginé une dernière fois Agatha Christie à Honolulu dans les années 20, sur sa planche de surf et attendant avec impatience la "bonne" vague. Une image bien loin de la vieille dame anglaise aux tailleurs de tweed et à la permanente frisottée.
Une lecture coup de coeur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61

Citations et extraits (67) Voir plus Ajouter une citation
Lorraine47Lorraine47   29 novembre 2012
Il y a des gens qui se produisent mieux en public qu'en privé. Et puis il y en a pour lesquels c'est exactement le contraire. J'appartenais à cette dernière catégorie. Il est évident que j'ai choisi la bonne carrière. Ce qui est merveilleux, quand on est écrivain, c'est qu'on peut travailler chez soi et au moment qui vous convient. Même si c'est parfois un véritable casse-tête, si vous devenez folle à force d'essayer de donner à votre intrigue une direction où vous savez qu'elle peut et doit aller, au moins n'avez-vous pas à vous montrer et à vous rendre ridicule devant tout le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Lorraine47Lorraine47   24 novembre 2012
Il m'a toujours été difficile de trouver les mots pour m'exprimer. "Agatha est tellement lente! " s'écriait toute la famille. Ce n'est que vers 20 ans que je compris que les exigences de la famille en la matière étaient très élevées, et que, en fait, j'étais tout aussi vive sinon plus que la moyenne.
Les difficultés à parler, je les aurais néanmoins toujours. C'est sans doute l'une des raisons qui m'ont fait devenir écrivain .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Lorraine47Lorraine47   30 novembre 2012
J'aurais dû savoir à ce moment-là , que, quand un homme prend des airs de mouton dépressif, qu'il paraît complètement dans la lune, ahuri et incapable de comprendre ce que vous lui dites, c'est, pour parler vulgairement, qu'il en pince pour vous.
Commenter  J’apprécie          330
Lorraine47Lorraine47   08 décembre 2012
Agatha Christie évoque la maison de son enfance à Ashfield:
Je ne pouvais même pas retrouver l'emplacement exact où la maison s'était dressée. C'est alors que je vis le seul indice : les restes insolents d'un araucaria qui luttait pour subsister au fond d'une cour encombrée.
-Brave araucaria lui dis-je avant de tourner les talons.
Petit clin d'oeil à notre chère Araucaria...
Commenter  J’apprécie          210
annelyonannelyon   30 mai 2016
Il y a des gens qui se produisent mieux en public qu'en privé. Et puis il y en a pour lesquels c'est exactement le contraire. J'appartenais à cette dernière catégorie. Il est évident que j'ai choisi la bonne carrière. Ce qui est merveilleux, quand on est écrivain, c'est qu'on peut travailler chez soi et au moment qui vous convient. Même si c'est parfois un véritable casse-tête, si vous devenez folle à force d'essayer de donner à votre intrigue une direction où vous savez qu'elle peut et doit aller, au moins n'avez-vous pas à vous montrer et à vous rendre ridicule devant tout le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Agatha Christie (66) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agatha Christie
Extrait du livre audio "La Mystérieuse Affaire de Styles" d'Agatha Christie lu par Samuel Labarthe. Parution CD et numérique le 14 septembre 2022.
https://www.audiolib.fr/livre/la-mysterieuse-affaire-de-styles-9791035407452/
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature anglaise et anglo-saxonne>Littérature anglaise : textes divers (270)
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Agatha Christie

Quel surnom donne-t-on à Agatha Christie ?

La Dame du Crime
La Reine du Meurtre
La Dame de l'Intrigue
La Reine du Crime

10 questions
1382 lecteurs ont répondu
Thème : Agatha ChristieCréer un quiz sur ce livre