AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782731611861
60 pages
Éditeur : Les Humanoïdes associés (21/07/2007)
3.83/5   99 notes
Résumé :
Une ville de rêve, où les enfants sont rois, les femmes libres, les hommes égaux, heureux et sans souci. Où l'on vérifie une nouvelle fois que l'utopie comme l'enfer ont ceci de commun qu'ils sont tous deux pavés d'excellentes intentions.

C'est la crise dans cette ville minière du Nord. Le vieux patron est mort et les syndicats ne savent pas qui est cette nouvelle héritière en chaise roulante.

Pourtant le pari de cette femme dépasse l'i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,83

sur 99 notes
5
4 avis
4
5 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis

jamiK
  18 juin 2018
Mon premier Bilal, à moins que ça ne soit le vaisseau de Pierre, mais toujours est-il que je l'ai acheté au moment de sa sortie, et il m'a fortement marqué, c'était l'époque de l'avènement de ma conscience politique. J'aimais ce côté utopique, cette façon différente de voir les choses, idéaliste, anti-capitaliste, mais j'étais un peu baba cool en ce temps là.
Maintenant, avec le recul, quelques points un peu trop forcés me sautent aux yeux, l'ouvrier qui ne peut vivre sans son joug, le curé ouvertement complice de l'exploitation des pauvres par les riches, le majordome méprisant pour les classes sociales inférieures... c”est présenté de façon caricaturale, mais cela n'est pas très important. Ce que je trouve formidable, c'est la manière de Christin et Bilal pour parvenir à créer une ambiance énigmatique, futuriste, fantastique. le dessin mêle le réalisme social, celui des cités désoeuvrées du nord de la France, avec un délire surréaliste, d'où semble surgir l'Art Nouveau catalan de Gaudi. le trait de Bilal en est encore à la colorisation post ancrage, les hachures marquent les ombres, les couleurs jouent sur le côté chaleureux, doré de l'utopie et les gris de la région sinistrée. Je me demande d'ailleurs si je ne préférais pas le Bilal de cette époque, plus cru, plus dur, moins évanescent.
Le thème, ce n'est pas tant l'utopie que la capacité à la désirer, à en tirer un quelconque bonheur.
L'histoire démarre par un rêve, et c'est la réalisation d'un rêve qui nous est racontée dans ce récit, mais la fin est pessimiste, un rêve réalisé n'est alors plus un rêve. J'ai aimé la structure de l'histoire, du suspense, du drame social et du drôle de happy end. Cette lecture nous laisse comme un début de réflexion, de questionnement. du haut de mes 14 ans, j'ai vraiment été marqué par cette bande dessinée., et c'est un bonheur de la relire pour la enième fois... Et je crois encore aux rêves, j'ai bien le droit, non !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          241
gill
  22 février 2016
Que sait-on de l'homme qui, aux cotés de Madeleine, traverse "la ville qui n'existait pas" ?
Les autorités ignorent toujours son identité réelle.
Elles l'ont "classé" 5022/B faute de mieux !
Cet homme est une légende, une légende en chair et en os.
Malheureusement, il n'existe que quelques photos de lui, le plus souvent mauvaises.
Sous le nom de Guesdin, il a certainement fréquenté le quartier latin dans les années soixante ...
Sous le nom de Guidoni, on l'a rencontré à l'Ecole Normale Supérieure, gravitant autour de groupuscules gauchistes ...
On le retrouve à Cuba, peut-être sous le nom de Baltinski ...
Puis avec le Che dans un maquis ...
Une affection aux yeux lui fait jouer les aveugles mendiants en Amérique Centrale ...
Un français se serait trouvé ensuite parmi les panthères noires du ghetto de Watts ? ...
Deux individus, Pierre Christin et Enki Bilal, prétendent, dans le journal mensuel "Pilote", avoir évoqué trois de ses hypothétiques aventures :
- "la croisière des oubliés" en 1975, "le vaisseau de pierre" en 1976 et "la ville qui n'existait pas" en 1977 -
"La ville qui n'existait pas" est le dernier volet de ces trois "histoires fantastiques".
C'est un récit splendide et pathétique, sombre, contestataire et pessimiste.
Quelque part dans le Nord, Madeleine Hannard, à la mort de son père, hérite de son empire industriel vacillant.
Mais elle semble plus s'intéresser au sort des ouvriers qu'aux préoccupations des autres actionnaires.
Et, aidée de celui que la police nomme 5022/B, elle projette de mettre en place un étrange projet ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
gill
  22 février 2016
Que sait-on de l'homme qui, aux cotés de Madeleine, traverse "la ville qui n'existait pas" ?
Les autorités ignorent toujours son identité réelle.
Elles l'ont "classé" 5022/B faute de mieux !
Cet homme est une légende, une légende en chair et en os.
Malheureusement, il n'existe que quelques photos de lui, le plus souvent mauvaises.
Sous le nom de Guesdin, il a certainement fréquenté le quartier latin dans les années soixante ...
Sous le nom de Guidoni, on l'a rencontré à l'Ecole Normale Supérieure, gravitant autour de groupuscules gauchistes ...
On le retrouve à Cuba, peut-être sous le nom de Baltinski ...
Puis avec le Che dans un maquis ...
Une affection aux yeux lui fait jouer les aveugles mendiants en Amérique Centrale ...
Un français se serait trouvé ensuite parmi les panthères noires du ghetto de Watts ? ...
Deux individus, Pierre Christin et Enki Bilal, prétendent, dans le journal mensuel "Pilote", avoir évoqué trois de ses hypothétiques aventures :
- "la croisière des oubliés" en 1975, "le vaisseau de pierre" en 1976 et "la ville qui n'existait pas" en 1977 -
"La ville qui n'existait pas" est le dernier volet de ces trois "histoires fantastiques".
C'est un récit splendide et pathétique, sombre, contestataire et pessimiste.
Quelque part dans le Nord, Madeleine Hannard, à la mort de son père, hérite de son empire industriel vacillant.
Mais elle semble plus s'intéresser au sort des ouvriers qu'aux préoccupations des autres actionnaires.
Et, aidée de celui que la police nomme 5022/B, elle projette de mettre en place un étrange projet ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
alouett
  07 janvier 2013
Début des années 80 dans les Flandres. Une petite ville ouvrière vit une crise sans précédent. Les ouvriers manifestent contre le plan de restructuration de l'usine. La grève qu'ils ont engagée semble s'enliser et les syndicats restent prudents sur les garanties qu'ils pourront obtenir.
Paulo est un enfant d'une dizaine d'années. Il observe les événements sans en maitriser les tenants et les aboutissants. Ce qu'il voit sur le quotidien, c'est que les jours sans solde de son père obligent sa mère à travailler au noir pour assurer un minimum de rentrées d'argent.
C'est alors qu'on apprend la nouvelle du décès du PDG de l'usine. Compte-tenu de la mentalité des directeurs des différents pôles, l'entreprise familiale risque bien de péricliter. Mais le testament du vieux Hannard prévoit que ce soit sa petite fille qui reprenne les rennes de la société. Cette dernière est bien décidée à apporter quelques réformes…
-
Dernier récit de la trilogie des Légendes d'aujourd'hui, il a été publié en 1977. L'album dispose d'un scénario impeccable, les principaux protagonistes font progressivement leur apparition et au tiers de l'album environ, le lecteur a une vision complète de la situation. A l'instar des deux autres albums de la série (La croisière des oubliés et le vaisseau de pierre), on évolue de nouveau dans l'huis-clos d'une petite bourgade rurale. Cependant, la trame fantastique n'est pas la même que les deux opus précédents ; nous sommes plutôt en présence d'une uchronie qui se construit autour d'éléments réalistes (ville ouvrière, scission entre le prolétariat et la classe dirigeante, chômage) et des concepts visionnaires. Pierre Christin réutilise des personnages déjà présents dans les deux premiers tomes. Ainsi, l'un d'eux pourrait bien être 50/22B que nous avons vu dans La croisière des oubliés et qui pourrait également être le jeune étranger qui s'était installé dans le village breton du Vaisseau de pierre. Je ne suis pas sûre d'avoir déjà fait ce lien par le passé et je n'aurai pas fait cette passerelle aussi facilement sans un échange que j'ai eu avec Lunch suite à sa chronique sur La croisière des oubliés. Quoiqu'il en soit, cet ouvrage offre un scénario très bien ficelé qui tient le lecteur de bout en bout.
Côté graphisme, les dessins d'Enki Bilal sont ici beaucoup plus maîtrisés que dans les précédents tomes. le dessin gagne en précision, il s'est affiné. L'ambiance graphique n'écoeure plus, on sent que le trait est moins gras ce qui offre beaucoup plus de fluidité aux visuels (mouvements, expressions…).
Des trois histoires des Légendes d'aujourd'hui, La ville qui n'existait pas m'avait toujours laissé un bon souvenir. Cette lecture ne fait que confirmer ce ressenti, un très bon album que je vous invite à découvrir.
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
saphoo
  10 mars 2016
Très belle BD très beau graphisme avec des couleurs harmonieuses.
L'histoire est intéressante, elle démarre sur le rêve d'un gamin et s'achève à l'inverse : il vit son rêve mais il rêve de sa condition d'avant.
Dans une ville du Nord de la France, gravement touchée par la crise du textile et industrielle, c'est la grève générale. le fondateur décède, sa petite-fille reprend le flambeau. Mais attention, elle ne veut pas continuer comme son grand-père. Elle modifie tout au tout, allant jusqu'à construire une ville sous une "cloche". Tout semble parfait dans le meilleur des mondes. Mais l'utopie tant attendue, est-elle si parfaite pour un être humain. Plus d'ambition, plus de bataille, plus de désir, ni d'envie, de rêves farfelus, l'ennui gagne la population. le gamin finit par s'enfuir pour retrouver son père qui n'avait pas adhérer à cette ville qui n'existait pas...
Dommage, car cette femme a tout fait pour redonner de l'espoir à la classe ouvrière, fini le dur travail mal payé, fini les galères pour boucler les fins de mois. Une belle initiative mais qui ne suffit pas sans doute à vivre heureux.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
ArnoTArnoT   09 octobre 2021
« Qu’est-ce que tu vois d’intéressant là-dedans ? demanda-t-il. Un trou, c’est un trou. »
Commenter  J’apprécie          00
gillgill   18 février 2016
Dépêchons-nous les feignants !
Vous voulez tous finir O.S. comme vos pères ou quoi ?
En rang par deux ! ...
Commenter  J’apprécie          60
jovidalensjovidalens   20 septembre 2013
- Avoir trimé toute sa vie pour s'élever au-dessus de sa condition et voir ces crétins récolter du tout cuit, quand même, ça me chagrine...
- Ah mon pauvre Lucien...Moi aussi ça me chagrine...La religion sans l'effort, qu'est-ce qu'il va en rester ?
Commenter  J’apprécie          20
gillgill   22 février 2016
Dépêchons-nous les feignants !
Vous voulez tous finir O.S. comme vos pères ou quoi ?
En rang par deux ! ...
Commenter  J’apprécie          10
Erik_Erik_   03 décembre 2020
La solidarité n'existe pas : n'existe qu'une coalition d'égoïsmes. Chacun reste avec les autres pour se sauver soi-même.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Pierre Christin (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Christin
Chaque année depuis 2013, la revue de littérature du SoBD offre un panorama des ouvrages consacrés à la bande dessinée parus depuis sa dernière édition. Mettant en avant les études et les discours sur la BD, elle propose une approche critique et argumentée d'une sélection d'ouvrages importants. En février 2021, la 8e édition de la revue de littérature s'est tenue dans le cadre du e-SoBD à la BPI. Introduite par Nathanaël Travier (00:00), elle rassemblait (de gauche à droite sur la vignette) Antoine Sausverd, Florian Rubis, Renaud Chavanne, Manuel Hirtz et Harry Morgan. Après un rappel de ce qu'est la Revue de littérature (00:00:47), suivi d'une présentation des intervenants (00:02:00) et du panel général des livres pris en considération en 2020 (00:03:15), les participants reviennent longuement sur les entretiens entre Juan Sasturain et Alberto Breccia, paru chez Rackham, un livre qui a été récompensé par le Prix Papiers Nickelés SoBD en 2020. Puis la discussion s'arrête (00:26:10) sur les différentes collections qui publient plus ou moins régulièrement des livres sur la bande dessinée, et plus particulièrement sur « Mémoire Vive » aux éditions PLG (00:32:40), sur titres des Impressions nouvelles et sur « Iconotextes » des Presses Universitaires François Rabelais de Tours (00:38:48). Les éditions L'Harmattan sont également évoquées à cette occasion (00:45:25), et notamment au travers du livre de Sandra Federici, L'Entrance des auteurs africains dans le champ de la bande dessinée européenne française (00:46:06). La conversation aborde ensuite les catalogues d'exposition (00:51:20), et notamment ceux édités à l'occasion du FIBD 2020 et des expositions sur l'oeuvre de Tsuge (Être sans exister - 00:52:52) et de Calvo (Un maître de la fable - 00:59:54), puis évoque l'ouvrage collectif Histoire de la bande dessinée polonaise (01:05:45) et s'interroge sur la multiplication des essais sur la bande dessinée (01:09:18), dont par exemple ceux du « Club de la bande dessinée », une collection de la maison Aédon, ou ceux de « La Fabrique de héros » des Impressions nouvelles (01:12:33). Quelques-uns de ces essais, consacrés à Batman, Barbarella et Astroboy, sont commentés par les intervenants. Les échanges sont plus courts concernant le Guerre civile espagnole et bande dessinée (01:30:54), de Michel Matly (Presses universitaires Blaise Pascal). Puis les intervenants abordent deux ouvrages portant sur les dessinateurs de presse (01:34:20) : Traits engagés de Fabienne Desseux (01:36:20) et Les Dessinateurs du peuple d'Henri Pinaud (01:44:50). Enfin, la revue de littérature s'achève sur une monographie consacrée à Pierre Christin (01:49:20), co-éditée par la maison Caurette et la revue dBD.
+ Lire la suite
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4143 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

.. ..