AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782917817353
90 pages
Éditeur : Editions La Contre Allée (03/03/2015)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Au fil d’une déambulation composée de plusieurs tableaux, parfois fantasmagoriques mais toujours ancrés dans la réalité, Christos Chryssopoulos enquête et observe les symptômes d’un mal qui nous ronge. Il y pose le constat d’une société de surveillance, qui isole et oppose. Où l’incommunicabilité grandit au point que la colère s’impose (à nous) comme ultime possibilité de sortir de soi et fait de nous sa première victime. Nous sommes ainsi tour à tour confrontés aux... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
nadejda
  30 mai 2015
Un petit livre que j'ai trouvé très fort, un coup de poing qui nous fait traverser la colère car nous sommes actuellement "des habitants de la Terre de colère" nous dit Christos Chryssopoulos.
L'auteur décortique la colère, la montre à l'oeuvre au fil de rencontres : des immigrés qui attendent devant un gare que l'on vienne les choisir pour du travail ; au sein d'une entreprise, un call center où se heurtent cadres supérieurs et employés, lors d'affrontements entre CRS et manifestants, quand un gamin met le feu chez lui et se retrouve face à un conseiller pédagogique, entre un homme et une femme, entre deux voyageurs, au téléphone.
Un petit livre dense, angoissant et fascinant qui nous fait prendre conscience de la dictature de la colère.
" ... bien souvent la colère crée un lien entre deux êtres. La colère produit la colère et a besoin d'une colère en face pour être supportable. Parce qu'il se produit également ceci : la colère dont on souffre le plus n'est pas celle que l'on subit, mais la sienne propre que l'on dirige contres les autres sans pouvoir la maîtriser. Et quand on est dans l'incapacité d'en affronter la cause, la seule solution, alors, est de faire en sorte que l'autre en face y soit sujet à son tour, et que le tort en revienne à chacun tout autant.
Sauf qu'ainsi, la fureur ne s'annule pas, comme deux forces contraires. La colère de l'un ne réduit pas à néant celle de l'autre. Ce qui se passe, c'est que le matériau est multiplié par deux. Il s'accumule et devient plus pesant." p 87 88
A chacun de savoir jusqu'où il peut supporter une société qui engendre ce poids et choisit l'affrontement....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          485
Warrenbismuth
  11 juillet 2020
Un roman bref, quelques dizaines de pages, et des dialogues, souvent à deux, en vis-à-vis ou pas. Toutes des situations du quotidien ayant comme thème la colère, la violence.
Des immigrés près d'une gare en hiver, ils attendent puis sont embarqués dans des véhicules comme on embarque des chiens errants. « Toujours silencieux, toujours immobiles, toujours des hommes jeunes, alignés. En rang. À attendre. Leur seul contact avec le monde extérieur est leur téléphone portable ».
Deux employées d'un centre d'appel, un collègue harceleur, réflexions sexistes, dégueulasses, l'homme est convoqué par le directeur général de l'entreprise. Fin de mission.
Des C.R.S. en état de légitime défense malgré la violence gratuite de leur geste – l'assassinat d'un jeune -, coup de feu, comme ça, sans même dire bonjour. En fond, la colère des opprimés immigrés héritée de génération en génération après que les aïeuls aient souffert eux aussi.
Un jeune type met le feu à des papiers sur un moment de colère, tout s'embrase autour de lui. Puis dialogue avec un conseiller pédagogique. Silence puis profond ressentiment du jeune. Pour ses parents, pour sa vie entière. Un mari et sa femme, violences conjugales, malheureusement tellement banales, homme tourmenteur et humiliant, femme réduite à être soumise. Pour éviter le pire.
Deux voyageurs dans un train puis une femme au téléphone. On n'entend que ses propres répliques, elles sont suffisantes, la dispute est violente et le mal profond. Intervention de l'auteur : « La colère dont on souffre le plus n'est pas celle que l'on subit, mais la sienne propre que l'on dirige contre les autres sans pouvoir la maîtriser. Et quand on est dans l'incapacité d'en affronter la cause, la seule solution, alors, est de faire en sorte que l'autre en face y soit sujet à son tour, qu'il soit mis sur le même plan que soi, et que le tort en revienne à chacun tout autant ».
Entre tous ces dialogues présentés comme de très brèves pièces de théâtre, des réflexions de l'auteur sur les raisons ou les éventuelles explications de la colère, de la violence de l'Homme. Dans ces parties l'écriture est posée et fluide, alors que dans les dialogues, les cris et les disputes, elle est empreinte d'une forte oralité prise sur le vif, comme si l'auteur avait lui-même été témoin de tous ces incidents (ce qui est d'ailleurs peut-être le cas). Les échanges sont crus, les mots grossiers frappent dans le bide, dans les mâchoires, sur les fesses de ces femmes persécutées.
À lire comme un témoignage écrit dans l'urgence, issu en direct de la brutalité ordinaire, potentiellement présente en tous lieux, à tout moment, inexorable et tellement sous-estimée. La magnifique traduction du grec est signée Anne-Laure BRISAC et donne une identité peut-être encore plus vive à ses dialogues, parfois de sourds. Livre paru dans la très belle collection Fictions d'Europe de chez la Contre Allée en 2015.
https://deslivresrances.blogspot.fr/

Lien : https://deslivresrances.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gromit33
  14 mars 2019
Des saynètes de la vie au travail, dans les transports, dans la vie personnelle et intime, des dialogues entre deux personnages, chiffrée et nommée de façon quasiment anonyme (employé 1 employé 2) et des moments de colère verbale et physique.
Un court texte mais si dense dans la description de nos sociétés actuelles et surtout de la place de chacun et surtout de la gestion de la colère, de la rage de chaque individu. Une vie de violence entre les êtres, d'agressivité les uns contre les autres. Une vie d'humiliation, des rapports humains si difficiles que seule l'expression d'une colère, d'une rage semble soulager les hommes et les femmes.
Chacun semble seul face à sa colère, à sa rage intérieure, à une humiliation ressentie face aux autres. Des rapports à fleur de peau où la violence personnelle ne peut s'exprimer que dans les cris, dans des gestes violents.
Un constat lucide de nos sociétés actuelles : pourquoi tant de haine dans nos vies intimes, dans le monde du travail, dans les rues de nos villes. Des individualités qui semblent que capables d'heurter les autres, dans une violence physique et verbale.
« Terre de colère » est un cri de colère face à l'évolution de nos vies et quelle tristesse face à ce texte si lucide sur nos vies actuelles et semble bien pessimiste face à nos façons de faire face aux colères et rages que l'on contient comme on peut face à l'évolution de nos sociétés.
J'avais déjà lu de cet auteur, un autre texte sur la situation actuelle en Grèce. « Une lampe entre les dents », dont j'avais déjà apprécié l'écriture et sa façon de nous narrer ce qu'il voit et ce qu'il ressent face aux changements sociaux dans sa ville.
Je vais sûrement continuer à découvrir cet auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
dvan
  15 mai 2016

Comment qualifier ce petit livre : fable, essai social...je ne sais .En tout cas l'auteur au décours de plusieurs saynètes y développe la vision d'une société frileuse, raciste ,sexiste et repliée sur elle-même ...forcément par les temps qui courent ça fait écho ! L'indifférence aux autres, l'isolement ,l'incommunicabilité entraînent des comportements coupables de harcèlement, qui leur confère une portée universelle d'agression voire de meute. Chrystos Chryssopoulos ne situe pas géographiquement ses saynètes ce qui leur confère une portée universelle.

Commenter  J’apprécie          20
Alcesto
  15 janvier 2020
Nous vivons sur une terre de colère où la colère voyage d'individu en individu. Terre de colère est un livre court mettant en exergue les pensées et l'analyse de l'auteur sur les comportement humains face à la colère. L'analyse et les pensées de l'auteur sont illustrés par différents tableaux de dialogues courts au langage impulsif et violent. Un livre simple de lecture qui plaira aux petits lecteurs.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
PiatkaPiatka   11 août 2016
Bien souvent la colère crée un lien entre deux êtres. La colère produit la colère et a besoin d’une colère en face pour être supportable. Parce qu’il se produit également ceci : la colère dont on souffre le plus n’est pas celle que l’on subit, mais la sienne propre que l’on dirige contre les autres sans pouvoir la maîtriser. Et quand on est dans l’incapacité d’en affronter la cause, la seule solution, alors, est de faire en sorte que l’autre en face y soit sujet à son tour, qu’il soit mis sur le même plan que soi, et que le tort en revienne à chacun tout autant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
PiatkaPiatka   03 septembre 2016
Il est difficile de contrôler la colère. Tout le monde sait cela. C'est la raison pour laquelle la colère est la méthode de victimisation la plus radicale. Ce n'est peut-être pas un hasard si en grec les mots "colère" (thumos) et "victime" (thuma) sont si proches...Parce que la colère engendre la victime avant d'éclater.
Commenter  J’apprécie          190
SachenkaSachenka   16 janvier 2019
Notre colère, nous y faisons face seuls. Chacun pour soi. Elle s'accumule et nous rend fous. Nous avons même peur de notre ombre. Nous cherchons un moyen de canaliser le trop-plein de violence qui nous submerge à l'intérieur de nous-mêmes.
Commenter  J’apprécie          120
gromit33gromit33   14 mars 2019
Nous vivons dans un territoire clos et soumis à une surveillance sévère. Sur un continent pour ainsi dire cerné de tous côtés par des barrières. Voilà pourquoi aujourd’hui nous finissons par être en colère en permanence. Mais nous vivons seuls les uns avec les autres, nous ne voulons personne à nos côtés et notre colère se retourne inévitablement contre nous-mêmes.
… Même quand nous ne disons rien, notre silence ressemble à une explosion de rage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Christos Chryssopoulos (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christos Chryssopoulos
Christos Chryssopoulos - La tentation du vide (Shunyata) .Christos Chryssopoulos vous présente son ouvrage "La tentation du vide" aux éditions Actes Sud. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/chryssopoulos-christos-tentation-vide-shunyata-9782330060633.html Notes de Musique : Chris Zabriskie "Virtues Inherited, Vices Passed On" - Free Music Archive Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3142 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre