AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 280944773X
Éditeur : Panini France (15/10/2014)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Dans la prison militaire d'Abou Ghraib, le soldat Mallory Grennan a commis des actes qu'elle préférerait oublier. Lorsqu'elle rentre chez elle, la jeune femme essaie d'entamer une nouvelle vie. Mais le sentiment de culpabilité persiste, comme si la mort et la violence laissaient dans leur sillage une empreinte indélébile...

Thumbprint est l'adaptation BD d'un récit de Joe Hill signée Jason Ciaramella et Vic Malhotra. Un voyage poignant dans l'horreur ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Crossroads
  05 septembre 2016
Si Stephen King privilégie le surnaturel, l'univers de Joe Hill, le fiston, s'ancre ici dans un réel bien sordide.
Point de départ, le scandale relatant les tortures pratiquées dans la prison d'Abou Ghraib par des soldats américains sur des détenus irakiens.
Le soldat Mallory Grennan s'y entendait pour faire parler l'ennemi.
Mais ça, c'était avant.
Avant son retour au pays, l'esprit gangréné par les remords.
Désormais barmaid, poursuivi par les avances lourdingues du boss et des regrets bien tardifs, elle tente de reprendre pied, hanté par ses fantômes et un danger bien plus tangible.
S'appuyant sur un scénario solide de Ciaramella, le coup de crayon expressif de Malhotra, les décors de Roger Hart et les costumes de Donald Cardwell, de mémoire, Thumbprint, tout droit issu de l'esprit fertile d'un Joe Hill véritablement inspiré, allie histoire contemporaine et climat anxiogène avec brio.
Une étude psychologique convaincante appuyée par un trait épuré qui fait le job et c'est avec un contentement certain que l'on suit les malheurs de Mallory qu'a vraiment rien à envier à la cousine Sophie.
A noter la revisite originale de l'homme qui a vu l'ours en cadeau bonus, y a pas de mal à se faire du bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
boudicca
  14 janvier 2015
Décidément, le duo Joe Hill et Jason Ciaramella est une équipe qui roule ! Après « The Cape », adaptation en comic du texte éponyme de Joe Hill, Jason Ciaramella remet le couvert et s'attelle cette fois à « Thumb Print », nouvelle sombre et sanglante consacrée à la découverte au début des années 2000 des actes de torture commis par des soldats américains à la prison d'Abou Ghraib, en Irak. L'ouvrage proposé par les éditions Panini a l'avantage de réunir à la fois le comic et la nouvelle d'origine par laquelle il est, à mon sens, préférable de commencer afin de se faire sa propre représentation des personnages et des événements relatés. On y fait la connaissance de Mallory Grennan, ancienne soldate mobilisée en Irak et dont on apprend qu'elle fait partie de ces Américains ayant torturé des prisonniers. le texte est court mais fait mouche, dévoilant toute l'horreur de cette guerre dont les bourreaux sont aussi les victimes. Les scènes ayant lieu dans la prison d'Abou Ghraib sont difficilement soutenables, aussi bien en raison de la cruauté à laquelle font face les détenus, mais aussi et peut-être surtout à cause du détachement total des tortionnaires, abrutis de fatigue et d'excitants et comme déconnectés de la réalité.
La nouvelle est donc réussie et, dans une moindre mesure, l'adaptation aussi. La plupart des changements opérés par Jason Ciaramella ne gênent en rien la teneur du récit, mais on pourrait malgré tout en regretter certains qui changent un peu la perception que l'on peut avoir de Mal, l' « héroïne » du récit. le comic a en effet un peu trop tendance à la présenter comme plus sympathique et plus « éveillée » que dans la nouvelle où la jeune femme paraît, à l'inverse, presque fonctionner en pilotage automatique, comme si tout ce qu'elle avait pu être, tout ce qui faisait d'elle un être humain avait disparu dans les geôles d'Abou Ghraib. Or c'est justement là que le récit de Joe Hill est à mon sens le plus troublant. Je n'ai pas non plus été particulièrement enthousiasmée par les graphismes de Vic Malhotra, trop dépouillés et sans émotion. L'ouvrage se termine par le résultat de la toute première collaboration entre Jason Ciaramella et Joe Hill, l'adaptation de « Kodiak » illustrée par Nat Jones. Rien à voir avec l'Irak ou les États-Unis puisque le récit est ici d'ambiance médiévale et est consacré à la mésaventure vécue par un cracheur de feu s'étant approché de trop près de la soeur d'un homme puissant. Divertissant et visuellement plus attractif que « Thumb Print ».
Une histoire troublante comportant une bonne touche de gore mais aussi et surtout de psychologie. Thumb Print » est donc un ouvrage de qualité valant le coup d'oeil, moins pour l'adaptation de Jason Ciaramella que pour la nouvelle de Joe Hill qui se suffit parfaitement à elle-même. Âmes sensibles s'abstenir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
odin062
  03 janvier 2015
Panini sort pour notre plus grand plaisir, le résultat d'une nouvelle collaboration entre Joe Hill et Jason Ciaramella. Nous connaissions « The Cape » qui fut leur seconde collaboration, réussite, mais en revanche, nous ne connaissions pas l'origine de cette alliance et celle-ci nous est offert dans cette édition sous le nom de « Kodiak » jusqu'à maintenant inédite en France. Ainsi, c'est du deux en un ! Que dis-je ? du trois en un car la nouvelle inédite de Joe Hill « Empreintes de pouces » est également glissée dans l'ouvrage ! On a ainsi la nouvelle et sa version comics ! Bref vous l'aurez compris, c'est une très belle édition que m'ont offert Panini et Babelio en l'échange d'une critique et je les en remercie.
Etant un fan de Joe Hill, je n'ai pu m'empêcher d'ouvrir le livre à la page 77 pour lire la nouvelle inédite avant de parcourir les planches à dessins. L'histoire repose sur le retour d'un soldat, Mal, qui a maltraité une foule d'Irakien dans la prison d'Abou Ghraib durant son séjour en Irak. L'histoire est inspirée du scandale des photos révélées par la presse en 2004 : Celle où nous voyons des soldats américains humiliant et maltraitant des prisonniers Irakien. Joe Hill a décidé de balancer et je dois dire que c'est tout à fait réussi. le mystère est maintenu jusqu'à la fin de la nouvelle et nous jette dans une chute à laquelle on ne s'attend pas. La fin est toutefois très… brève. Au final, vous l'aurez compris, ce n'est pas une histoire toute rose. On est plongé dans la cruauté de l'armée, un monde qui me répugne au plus au point.
Ainsi, nous ne restons pas sur une telle fin et passons à la bande dessinée qui en découle. Outre les quelques changements scénaristiques bien menés (le fait d'avoir la nouvelle et la BD dans le même ouvrage permet également de suivre la progression artistique de ce projet, c'est génial !), le comics rend bien compte de la nouvelle de Joe Hill. Au dessin, nous avons Vic Malhotra, avec un style réaliste et brouillon à la fois. Je dois dire que j'avais une préférence pour Zach Howard (The Cape) mais le style de dessin de cet ouvrage est également pas mal du tout. Une bande dessinée réussie en somme.
Enfin, le comics inédit « Kodiak » change complètement du style de Joe Hill. Epoque médiévale, légendes et combats épiques pour cette histoire très courte. Les dessins signés Nat Jones sont très réussis et nous plonge dans un univers à la Game of Thrones. On regrettera que ce ne soit qu'un one-shot !
Hill et Ciaramella signe une nouvelle fois avec succès un ouvrage graphique que je vais ranger aux cotés des « The Cape ». En espérant un jour voir une suite à ce qui se présente plutôt comme un One-Shot.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
sofynet
  01 février 2015
Voici une histoire qui relève du thriller horrifique, mais qui s'ancre dans une très difficile réalité de l'histoire contemporaine américaine. On devine assez vite le pourquoi de ce qui se passe pour Mallory, le lien entre ses actions et le présent, mais on ne lâche cependant pas l'ouvrage, pour savoir. Ce qui nous tient en haleine fait la force du récit.
L'album ? Chez Panini Comics, un format moyen, couverture cartonnée, 128 pages. Un beau livre
Le dessin ? le dessin de Vic Malhotra n'est pas ce que j'ai le plus apprécié dans cet ouvrage. Même s'il sait parfaitement retranscrire la noirceur et l'ambiance du récit, j'ai un peu de mal avec ses lignes, et ses personnages. Mais cela ne m'a pas empêché d'apprécier la lecture tout de même. le dessin de Nat Jones dans la nouvelle "bonus" est beaucoup plus à mon goût... peut-être parcequ'il est beaucoup plus proche de ce que j'apprécie en BD franco-belge ....
Donc j'en retiens... que c'est une très bonne idée de Panini Comics de regrouper à la fois le comics et la nouvelle de Joe Hill dans le même ouvrage (et d'y ajouter, en bonus, une autre nouvelle très joliment illustrée comme je l'ai dit plus haut). La nouvelle est très dure et très noire, et l'illustration rend bien hommage à cette ambiance. le texte proposé ensuite, le texte d'origine de Joe Hill donc, est un tout petit peu différent (mais ce ne sont que des détails). Cela permet de comparer et d'imaginer les difficultés d'adaptation de la nouvelle en image. Quand à la nouvelle bonus, sur un texte de Joe Hill également,"Kodiak" elle m'a vraiment charmée, tant par le dessin et que par l'histoire en elle-même. Bref, un album à ne pas mettre entre toutes les mains par son contenu, mais qui est vraiment à mon sens un très bon comics, et une édition très complète, très intéressante.
Et je l'ai lu grâce à... à une opération Masse Critique de Babelio. Merci donc à Panini Comics et à toute l'équipe de Babelio pour cet envoi.
Lien : http://sofynet2008.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
stefjoe
  07 juillet 2015
Mallory Grennan vient de rentrer aux Etats-Unis après avoir servi dans l'armée américaine en Irak, en particulier à la prison d'Abou Ghraib. La vie reprend mais pas tout à fait comme avant…
Cet album aborde une des pages sombres de l'armée américaine avec l'habileté d'un Michael Cimino du Voyage au bout de l'enfer. Car c'est moins les exactions commises en mission ou en prison, que les séquelles psychologiques qu'elles engendrent, dont il est question. Elles nous sont brossées sans ménagement, à l'aide d'un dessin efficace et sombre à souhait, les auteurs ne proposant aucune échappatoire, ni à leurs personnages, ni à leurs lecteurs.
Cette histoire est l'adaptation d'une courte nouvelle de Joe Hill, le fils de Stephen King, en l'occurrence digne fils de son père !
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (2)
BDGest   09 décembre 2014
Même si certains aspects mériteraient d’être plus explorés, la réalisation est convaincante et il en ressort un thriller tendu. Cet aspect est renforcé par le dessin réaliste de Vic Malhotra. Son graphisme s’attache surtout à donner corps aux ambiances et à distiller la tension du récit.
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD   30 octobre 2014
Violent et perturbant tant dans les démonstrations graphiques de Vic Malhotra que dans des dialogues ne nous épargnant pas un langage peu châtié, Thumbprint réussit à capter l’attention du lecteur en s’attardant sur des événements que l’on préférerait sûrement occulter. Même si l’on regrette un certain manque d’approfondissement sur quelques points de l’histoire.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
boudiccaboudicca   11 janvier 2015
Mal s'en réjouit. Elle voulait quitter la prison, les couloirs sombres des blocs 1A et 1B, leur odeur de vieille pierre humide, d'urine et de scrotums suintants. Elle voulait quitter les villages de tentes qui abritaient l'ensemble de la population carcérale, les foules enchaînées qui la suppliaient, quand elle longeait le périmètre à pied, tandis que des mouches noires leur sillonnaient le visage. Destination : putain de partout ailleurs que sur cette planète.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
odin062odin062   03 janvier 2015
Adapter l'oeuvre d'un autre auteur est un exercice angoissant. Imaginez que vous toilettiez un ours pour un cirque, essayant de peigner sa fourrure emmêlée pendant qu'il dort, ronfle, pète. L'adaptation, en gros, c'est aussi relaxant que cela.
Commenter  J’apprécie          110
odin062odin062   02 janvier 2015
Quand elle avait appris qu'elle partait pour l'Irak, elle n'avait pas imaginé qu'on vous payait cela pour plus que le simple fait de risquer votre vie. Il ne s'agissait pas seulement de ce qu'il pouvait vous arriver. Il s'agissait aussi de ce qu'on pouvait vous demander de faire aux autres.
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
autres livres classés : paranoïaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1577 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre