AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Émile Brehier (Traducteur)
EAN : 9782070349449
112 pages
Gallimard (03/01/2008)
3.24/5   21 notes
Résumé :
«Dans la vie, il faut, je crois, observer la loi qui est gardée dans les festins des Grecs : "Qu'il boive ou qu'il s'en aille!" C'est raisonnable : que l'on jouisse comme les autres et avec eux du plaisir de boire ; ou bien que l'homme sobre ne se heurte pas à la violence des ivrognes et qu'il s'en aille d'abord ; de même quitte, en prenant la fuite, les injustices du sort si tu ne peux les supporter.»
Avec clarté et pragmatisme, Cicéron se propose de nous g... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Allantvers
  13 janvier 2020
De la limite des textes proposés par la collection Folio à 2 euros: quand la brièveté d'un texte, nécessairement décontextualisé par son format court, rencontre mon inculture abyssale en matière d'écrits philosophiques, il en ressort une frustration pénible et la sensation d'en ressortir aussi bête que j'y suis entrée.
Certes, quelques notions de sagesse, de vertu et d'honnêteté, des notions de stoïcisme mises en perspective avec d'autres pensées comme celles de Socrate et des péripatéticiens. Mais pas assez de repères pour me permettre d'accrocher les bons concepts aux bons courants, et un format de dialogue dans lequel je n'ai jamais pu démêler qui répondait à qui.
Bref, une expérience de lecture très frustrante qui me donne envie de tout reprendre à zéro avec un manuel scolaire de philo!
Commenter  J’apprécie          100
DonaSwann
  09 février 2016
J'ai, vis-à-vis de cette collection Folio 2€, une attitude mitigée. Je lui concède qu'elle offre des livres à la fois jolis, légers et qui n'éveillent aucune frayeur préalable chez celui qui manque de temps, d'envie... Il sent bien que ce livre ne sera pas chronophage et que, s'il éveille l'ennui, celui-ci sera de courte durée et qu'il pourra donc au besoin le lire comme on s'en débarrasse, sans devoir capituler en bonne et due forme, c'est-à-dire, en abandonnant le livre !
Mais ils ne sont que les extraits d'oeuvres plus conséquentes - l'éditeur daigne me dire que ces quatre-vingt-seize pages sont extraites du volume des Stoïciens, publié chez Tel -Gallimard. Autrement dit, et d'après des calculs que j'ai déjà lus sous la plume d'autres, j'obtiens, pour deux fois plus cher la page, beaucoup moins bien. En effet, l'éditeur, pour ce prix, s'est déjà gentiment fendu d'une biographie-type de Cicéron, où sa vision philosophique n'est pas explicitée, ni même l'oeuvre dont est extrait "Le Bonheur dépend de l'âme seule", titre fagoté à partir d'un des titres de chapitres.
Je répare : ces quelques pages viennent du livre V des Tusculanes, que je me suis toujours promis de lire en entier, tant les extraits lus dans ma jeunesse m'avaient enchantés. Les Tusculanes sont un recueil de conversations, une sorte de compilation de discussions qui eurent lieu dans une villa que Cicéron possédait à Tusculanum, entre amis philosophes. Il prend la forme de dialogues, parfois de "fiches" synthèse par auteur, par idée. Comme je trouve que la philosophie qui consiste en une sagesse, c'est-à-dire notre tradition philosophique antique, est moins aride à lire que celle qui joue sur les mots, je me suis laissée porter assez volontiers. Cicéron est stoïcien, fan absolu de Carnéade, mais, comme Sénèque, il ne méconnaît pas sa dette envers Épicure auquel il accorde une force d'âme bien paradoxale (pour leurs contempteurs, bien sûr).
A partir de là, il ne dit rien de bien nouveau : l'important, pour avoir une bonne vie, c'est de se laisser guider par l'amour de la vertu, de l'honnêteté et de s'y tenir. Celui-ci s'obtiendrait, comprends-je, de la satisfaction narcissique, esthétique, d'avoir eu une belle vie d'un point de vue moral, sans s'être donné d'excuses banales (peur, instinct de conservation, cupidité, sensualité...) pour y déroger ; pour être anachronique, il y a une sorte de dandysme moral, dans le stoïcisme. Bien entendu, et c'est toute la différence, le détachement pour les biens matériels, y compris les plus personnels, est nécessaire.
Lien : http://aufildesimages.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Bchara
  04 mai 2016
Le texte reproduit dans ce livre est un extrait des Tusculanes de Cicéron, il s'agit du cinquième et dernier livre de cette oeuvre du célèbre penseur et politicien romain.
Pour commencer, le texte est reproduit, en toute simplicité, sans notices ou introduction ou préfaces ou autres explications; 2 ou 3 notes de bas de pages sont tout ce qu'il y a pour aider le lecteur (je peux comprendre que le format de la série - aux titres fort intéressants, au demeurant - consiste à proposer les textes originaux sans ajouts, mais la logique des notes m'échappe: pourquoi éclairer tel nom propre et pas un autre?).
Quand aux idées du livre, j'ai pu comprendre que Cicéron défend la thèse selon laquelle le sage, c'est-à-dire celui qui vit vertueusement, est heureux, mais pas seulement ça: la vertu est le seul moyen d'être heureux. Et que pour pouvoir mépriser les douleurs de ce monde, nous devons aussi mépriser les biens externes, d'où, le seul véritable bien que nous avons est le bien interne: les vertus. C'est donc une apologie stoïcienne. Cicéron conclut en observant que les enseignements de Platon et d'Aristote rejoignent ceux des stoïciens, mais en usant d'autres appellations.
L'argumentation se déploie à la manière socratique, comme l'annonce Cicéron lui-même, et prend la forme d'un dialogue, or, il m'a semblé que Cicéron parle plutôt comme orateur, et au lieu de la maïeutique à bas profil de Socrate, il use de la rhétorique. Les notions de bonheur ou de vertu ne sont pas définis préalablement, mais comme le texte est un extrait d'un ouvrage plus grand, peut être qu'elles ont été définies plus tôt. Un vague quant aux notions est entretenu cependant, ce qui correspond mieux à un rhéteur.
J'ai toujours lu, ici et là, que le stoïcisme avait correspondu au caractère romain, et que les romains faisaient grand cas de leurs vertus. Or, ce texte de Cicéron, politicien, orateur, juriste, et philosophe romain de la fin de la République, et l'un des penseurs les plus représentatifs de Rome, permet de corroborer ces constatations mentionnées plus haut, par la lecture des pensées d'un témoin, voir plutôt d'un acteur, de cette civilisation qui a façonné le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
IdeesLivresMandarine
  03 octobre 2021
C'est le premier livre de Cicéron que je lis et en plus sans filet (sans explication ni note) Alors soyons honnêtes, ce livre concentre seulement quelques extraits des Tusculanes écrits vers la fin sa vie. Mais il y a un début à tout.
On trouvera des pistes pour arriver au bonheur et comment le conserver au quotidien. Qu'est ce qui pourrait l'atténuer, le faire disparaître ?
Mais ce qui m'a le plus plu, c'est d'entrevoir l'homme qu'était Cicéron, il est évidemment érudit, intéressant, il maitriser la langue, les idées et l'argumentation mais on ressent aussi une certaine fragilité, ces derniers mots en témoignent.
Je ne sais pas si je lis "comme il faut" la philosophie, mais j'y prends du plaisir et cela m'interpelle. Je ne peux que vous conseiller ce petit livre.
Commenter  J’apprécie          10
Acerola13
  20 août 2012
Court, parsemé de passages intéressants parmi d'autres barbants, ce petit livre a l'avantage de ne coûter que deux euros et de nous ouvrir les portes du style littéraire et de la pensée de Cicéron.
Le sujet ne m'a pas passionnée, mais quelques remarques pertinentes ont agrémenté ma lecture de touches positives !
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
fanfan50fanfan50   07 août 2022
Page 50 : Denys fut tyran de Syracuse pendant quarante-deux ans, ayant pris le pouvoir à 25 ans.
Page 52 : Comme Damoclès, un de ses flatteurs, lui parlait en conversation de ses richesses, de ses ressources et de la magnificence des demeures royales et qu’il disait que personne n’avait jamais été plus heureux que lui, il lui dit : « Veux-tu, Damoclès puisque ma vie te plaît tant, y goûter toi-même et faire l’épreuve de ma fortune ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
fanfan50fanfan50   07 août 2022
Conclusion :
XLI
Dans la vie, il faut, je crois, observer la loi qui est gardée dans les festins des Grecs : « Qu’il boive ou qu’il s’en aille ! ». C’est raisonnable : que l’on jouisse comme les autres et avec eux du plaisir de boire ; ou bien que l’homme sobre ne se heurte pas à la violence des ivrognes et qu’il s’en aille d’abord ; de même quitte, en prenant la fuite, les injustices du sort si tu ne peux les supporter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
fanfan50fanfan50   07 août 2022
Les femmes de l’Inde, à la mort de leur mari, rivalisent entre elles pour qu’on juge laquelle a le mieux aimé son mari ; selon la coutume en effet, chaque homme a plus d’une épouse, celle qui l’a emporté, toute joyeuse et escortée des siens, est placée sur le bûcher à côté de son mari ; celle qui est vaincue est dans l’affliction et se retire.
Commenter  J’apprécie          00
fanfan50fanfan50   07 août 2022
Epicure – Son opinion sur la mort en effet est que l’âme se dissout et que la conscience s’éteint, et il juge que, étant privé de toute conscience, cet état ne nous concerne en rien.
Commenter  J’apprécie          00
DonaSwannDonaSwann   09 février 2016
[Les Épicuriens] font, sur le régime de vie, des remarques analogues ; ils rabaissent la valeur des repas magnifiques et coûteux, parce que la nature se contente de peu de bien-être. Et en effet qui ne voit que, en tout cela, l'assaisonnement véritable, c'est le besoin ? Lorsque Darius, dans sa fuite, buvait de l'eau bourbeuse et souillée par les cadavres, il dit qu'il n'avait jamais bu avec autant de plaisir ; c'est qu'il avait toujours bu sans avoir soif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Cicéron (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Cicéron
En librairie le 1er septembre 2021.
Nous sommes à Rome, au septième siècle. C'est la capitale du monde, une ville immense et monstrueuse où s'observent et se haïssent Crassus, Cicéron, Catulle, Pompée, César ou Caton. Cicéron a fait de la morale son fonds de commerce, se présentant comme la voix du peuple alors qu'il est un défenseur acharné du Sénat et des intérêts de l'aristocratie. Publius Claudius Pulcher, héritier de la famille la plus noble de Rome, se fait adopter par un esclave, change son nom en Clodius, est élu tribun de la plèbe et chasse Cicéron de Rome. Cicéron prend le parti de Pompée, Clodius celui de César. La guerre entre eux dura dix ans et la République n'y survivra pas. Leur lutte est racontée ici par un philosophe grec, Metaxas, l'ami le plus brillant et le plus sarcastique de Clodius, qui le fait venir d'Athènes à Rome pour écrire les discours qui lui permettront d'affronter Cicéron à armes égales dans des joutes oratoires où se décide le sort de la Cité. Voici ses Mémoires, qui racontent la chute de la République romaine et la mort de Cicéron. Une allégorie de notre propre décadence ?
+ Lire la suite
autres livres classés : stoïcismeVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Cicéron

Quel est le véritable nom de Cicéron ?

Marcus Tullius Cicero
Marcus Tulius Cicero
Marcus Tuliius Cicero

10 questions
47 lecteurs ont répondu
Thème : CicéronCréer un quiz sur ce livre