AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782866429287
224 pages
Éditeur : Cahiers du cinéma (14/05/2014)
4.8/5   5 notes
Résumé :
Remarquée dès ses débuts pour son court métrage Peel : An Exercise in Discipline (1982, Palme d’Or du court métrage au Festival de Cannes en 1986), Jane Campion (née en 1954 en Nouvelle-Zélande) s’affirme à travers son œuvre et se revendique inlassablement comme femme, tout en refusant le ghetto du « film de femme ». La Palme d’or qu’elle a remportée en 1993 avec La Leçon de piano lui a donné un statut symbolique puisque aucune réalisatrice auparavant (ni après) n’a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
LiliGalipette
  06 octobre 2020
J'ai découvert le travail de Jane Campion en 2003, 10 ans après qu'elle ait obtenu la Palme d'Or pour La leçon de piano, et précisément en regardant ce film. Je ne compte plus le nombre de fois où j'ai visionné cette oeuvre et écouté la magnifique bande originale composée par Michael Nyman. Si je devais choisir mon film préféré, ce serait celui-là. Et le réalisateur dont j'admire le plus le travail, ce serait évidemment Jane Campion. Toute son oeuvre m'émeut, films et séries. « Elle sait aussi montre comme nulle autre le corps désirant d'une femme pour l'autre sexe. » (p. 8)
Cette femme produit des oeuvres avec des femmes – devant et derrière la caméra –, mais pas des films de femmes ou pour les femmes. Il n'y a pas de guerre des sexes sur ses pellicules, mais des recherches profondes et existentielles. « La femme est au centre de la vie et de l'oeuvre de Jane Campion. Chacun de ses films a en son centre une protagoniste qui lutte pour son autonomie psychique et sensuelle et qui est en quête de sa subjectivité. » (p. 8)
Ce très beau livre rassemble des analyses détaillées de Michel Ciment sur chacun des courts-métrages, films et séries de Jane Campion. Suivent des interviews avec la réalisatrice, riches d'anecdotes sur sa réflexion et ses motivations. « Un homme aurait pu mettre en scène cette histoire, parce qu'il aurait pu imaginer ce qu'une femme ressent, mais moi, je le sais. » (p. 154) le tout agrément de clichés pris pendant les tournages ou d'images extraites des films. Je garde cette somme cinématographique à portée de canapé, pour la sortir quand je rerereregarderai un film de Jane Campion. Et il est prévu qu'elle adapte prochainement le pouvoir du chien, nouvelle qui me réjouit au plus haut point.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
yoshi73
  26 août 2014
Avant toute chose, il est important de préciser que ce livre est un très beau livre, en qualité d'objet. Agrémenté de nombreuses photos en grand format (la cinéaste a ouvert ses archives ce qui permet de découvrir des photos et des documents inédits), ce livre fait son poids et trouvera une place de choix dans toute bibliothèque digne de ce nom.
Avant de me plonger dans ce pavé, je ne connaissais que peu de choses sur Jane Campion, tant son histoire que ses sources d'inspiration. Toutefois, les films de cette réalisatrice m'ont toujours enchantés, que se soit le devenu classique « La leçon de piano » ou le romantique « Bright star ». J'avais donc tout à découvrir sur cette femme.
Le livre est construit de manière chronologique et consacre un chapitre à chacun des films de Jane Campion. En lisant de façon linéaire, on voit l'évolution de cette réalisatrice depuis ses premiers courts métrages et ses sujets de prédilection (la femme, les relations familiales, le passage de l'enfance à l'âge adulte, ...). le lecteur peut aussi faire le choix de lire les chapitres de façon aléatoire, chacun se suffisant à lui-même.
La particularité de Jane Campion est sa capacité à s'être imposée dans un monde très masculin (elle est la première femme à avoir remporté une palme d'or à Cannes en 1993 avec le film « La leçon de piano »). Mais plus que le fait d'être une femme, c'est sa façon de filmer, tout en émotion, avec simplicité et en goûtant à l'onirisme qui font que cette femme se démarque sensiblement dans le monde du cinéma. On plonge au coeur de son enfance, en Australie, marquée par le divorce de ses parents et par la compétition pleine de jalousie qui l'oppose à sa soeur, Anna. Alors que ses parents évoluent dans le théâtre, Jane cherche à se démarquer d'eux en faisant des études d'anthropologie. Elle est finalement rattrapée par ce qui ressemble à une prédestination familiale.
Dans cet ouvrage, chaque film est analysé, « disséqué ». Chaque analyse se termine par une interview de Jane Campion donnée au moment de la sortie du film, ce qui permet d'avoir un nouvel éclairage sur ce qu'elle a voulu retranscrire et sur les choix faits, notamment pour les adaptations de romans (coupes de certains chapitres, choix d'en mettre d'autres en avant, …). le lecteur se trouve plongé au coeur de chaque film. Et, irrémédiablement, j'ai ressenti l'envie de voir les films de Jane Campion et de revoir ceux déjà visionnés à la lumière des explications données tant par l'auteur que par la réalisatrice elle-même.
Ce magnifique livre plaira aussi bien aux adeptes de Jane Campion qu'à ceux qui souhaitent découvrir son univers.
Je remercie les éditions les cahiers du cinéma de m'avoir fait parvenir ce livre dans le cadre de l'opération masse critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
RJuillet
  30 juin 2014
Ah quel magnifique livre que ce "Jane Campion par Jane Campion" édité par les Cahiers du Cinéma. D'abord, on le soupèse, il pèse au moins une tonne (!). Ensuite on le caresse, il est si doux. Puis on admire sa photo de couverture : Holly Hunter sur la plage, son piano à sa gauche et sa fille faisant le poirier à sa droite, magnifique. Et après seulement on tourne les pages avec curiosité et avidité et on découvre tous les films de Jane Campion, des photos magnifiques, des commentaires, des interviews.
Après l'avoir feuilleté du début à la fin, j'avoue avoir lu ce magnifique livre dans un désordre le plus total prise d'une brusque fébrilité. Je sautais d'un chapitre à l'autre, d'une photo à l'autre, en poussant des cris de joie. Il y a bien longtemps qu'un livre ne m'avait pas autant enthousiasmée. Enthousiasmée !! C'est le mot exact.
J'ai commencé par dévorer le chapitre sur la série "Top of the Lake" que j'ai adoré l'année dernière lors de sa diffusion sur ARTE. Retrouver les photos et les commentaires m'a replongée immédiatement dans l'univers de la série. Dans la foulée, j'ai dévoré les 4 petits et délicieux écrits par Jane Campion ("Le Pli", "Big Shell", "Ciel Bleu", "John Keats et moi" auxquels s'ajoute un texte relatant "les souvenirs éclatés de Holly Hunter" tous découverts en fin de livre, comme la petite surprise juste là pour vous rebooster alors que vous pensez que le livre est déjà terminé !
Après je me suis lancée dans la lecture des commentaires sur "LA LECON DE PIANO", film vu et revu à l'infini pour enchainer avec le film "THE CUT" et Meg Ryan.
J'ai admiré ensuite les magnifiques photos qui jalonnent ce recueil. Et je me suis replongée plus sereinement dans les autres films de Jane Campion dont certains m'étaient totalement inconnus.
Je ne vais pas rabâcher ou plagier les critiques et éloges déjà écrites sur Jane Campion. Sa réputation est faite depuis longtemps. Ses qualités reconnues par tous. Pour ma part, je l'ai vraiment découverte dans la leçon de piano. Les scènes de Holly Hunter sur la plage avec sa fille resteront des scènes gravées dans ma mémoire. Et mon admiration s'est cristallisée avec "Top of the Lake", dernièrement.
Bizarrement, je lisais juste avant de recevoir ce magnifique ouvrage une interview de Xavier Barral, éditeur, qui expliquait sa façon de "fabriquer un ouvrage", sa façon d'agencer des photos. Faut-il les mettre dans un cadre blanc ou en pleine page ? Que selon ce choix, les photos dégageaient avec évidence un message différent. Je n'ai pas cessé en feuilletant cet ouvrage d'y penser.
Les photos pleine page vous sautent au visage, vous submergent, certaines vous engloutissent tant elles sont magnifiques. Celles plus petites, encadrées de page blanche, commentées parfois sont plus posées, demandent réflexion.
J'ai adoré ce livre. Je l'avais choisi sans vraiment espérer le recevoir, quel magnifique cadeau. Je ne cesse de l'ouvrir, de le lire et de le relire. de me plonger dans le texte, de découvrir des commentaires qui souvent donnent un éclairage nouveau sur ce qu'on avait cru comprendre au visionnage de telle ou telle scène et donnent envie de voir et/ou revoir tous ces films. Tout semble rester à découvrir ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
RJuilletRJuillet   30 juin 2014
Jane Campion est comme la bonne fée du Nord dans le Magicien d'OZ. Elle apparaît et, avec un mouvement de sa baguette magique, elle nous rend plus sensibles à la beauté de cette planète.

Harvey Keitel, message à Michel Ciment.
Commenter  J’apprécie          30
BazartBazart   24 septembre 2014
"Le point de vue d'une rebelle amoureuse.
Commenter  J’apprécie          150
LiliGalipetteLiliGalipette   06 octobre 2020
« La femme est au centre de la vie et de l’œuvre de Jane Campion. Chacun de ses films a en son centre une protagoniste qui lutte pour son autonomie psychique et sensuelle et qui est en quête de sa subjectivité. » (p. 8)
Commenter  J’apprécie          10
LiliGalipetteLiliGalipette   06 octobre 2020
« Un homme aurait pu mettre en scène cette histoire, parce qu’il aurait pu imaginer ce qu’une femme ressent, mais moi, je le sais. » (p. 154)
Commenter  J’apprécie          20
LiliGalipetteLiliGalipette   06 octobre 2020
« Elle sait aussi montre comme nulle autre le corps désirant d’une femme pour l’autre sexe. » (p. 8)
Commenter  J’apprécie          11

Videos de Michel Ciment (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Ciment
Vidéo de Michel Ciment
autres livres classés : cinemaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
6035 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre