AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2846792151
Éditeur : Ginkgo (20/03/2013)

Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes)
Résumé :
La vie grise et presque tranquille des locataires d'une HLM, " l'un de ces anonymes et gigantesques immeubles des banlieues roumaines ", va brutalement se trouver bouleversée : l'ascenseur est en panne, coincé au huitième étage. Ce ne serait pas un problème insoluble, s'il n'était. occupé par leur voisin Siméon. Pour désavouer le chacun-pour-soi de ses semblables, il a choisi de s'y cloîtrer. Son geste suscite, tour à tour, la perplexité, l'agacement, la curiosité, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Tandarica
  13 décembre 2018
Ce roman de presque 400 pages est paru en Roumanie en 2001, ce qui le rend, par certains aspects, un peu dépassé. Il s'intitule, de manière provocatrice, «Siméon l'Ascenseurite, roman avec anges et Moldaves». S'il n'y a pas trop d'anges finalement, des Moldaves y il en a en grand nombre: des personnages eux-mêmes, puisque l'action se déroule dans un immeuble de huit étages de la rue des Moutons à Bacău, durant quelques jours de l'automne 1997.
Pour revenir au titre et à sa référence à Siméon le Stylite, notre personnage éponyme est un cordonnier qui décide de s'enfermer dans l'ascenseur bloqué au huitième étage pour une bien étrange ascèse, d'où le néologisme plein d'humour «ascenseurite». C'est le roman d'un profond changement de statut pour Siméon qui devient d'un banal occupant d'une garçonnière au rez-de-chaussée dudit immeuble, un parfait ascète, pour disparaître ensuite, en compagnie de l'enfant Thémistocle, devenu son disciple, on ne sait où…
Une impressionnante galerie de personnages, qui sont donc, les occupants de l'immeuble ou bien des personnes en lien étroit avec eux, avec en prime des mentions fréquentes de Moldaves (mais pas que) célèbres et de tous horizons professionnels. Pour ne donner qu'un seul exemple Tristan Tzara (p. 190) né à Moinești. de généreuses notes de bas de page de la traductrice éclairent utilement ces cas de figure.
On rit beaucoup, mais on rit jaune, quand on ne pleure pas, dans ce microcosme de la société roumaine de la première décennie après la révolution de 1989. Les discussions sont enflammées et concernent des sujets aussi divers que la politique, les problèmes du quotidien, des questions culturelles qui appellent des noms comme Kant, Nietzsche, Kierkegaard et Stéphane Lupasco, Horia-Roman Patapievici ou Mircea Cartarescu. Ce bavardage polyphonique est d'un grand comique. L'autre moteur du comique est le contraste entre le dérisoire de la situation des occupants de l'immeuble et la métamorphose spirituelle de Siméon, l'Église orthodoxe étant (faut-il le rappeler?) omniprésente dans la société roumaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
nathalie_MarketMarcel
  15 avril 2013
Ce livre m'a d'abord tapé dans l'oeil par son titre. Ayant eu quelques cours sur les premiers chrétiens, je connais Siméon le Stylite, personnage historique ayant vécu au Ve siècle en Syrie, ayant choisi de vivre en haut d'une colonne, s'exilant ainsi du monde et attirant à lui les pèlerins.
Bref, je m'attendais à une version burlesque de cet acte de foi, je n'ai pas été déçue.
La plupart des personnages ont des noms appartenant aux premiers siècles du christianisme : Siméon, Pélagie, Hélène, Alice, Basile, Thémistocle… Je suppose que saisir ces allusions apporte quelque chose mais on peut aussi simplement sourire du contraste entre ces noms ronflants et les personnages associés. M. Nicostrate est ainsi un professeur de yoga, option éveil sexuel, dont Melle Zénobie est une fervente disciple. Quant aux pèlerins de Siméon, il s'agit ici des locataires venant boire des bières dans la cage d'escalier.
Le roman est riche, il y a beaucoup de personnages, dans lesquels on se perd un peu, mais il suffit de retenir les principaux. le livre se moque des personnages, de leurs faiblesses, mais exprime un attachement pour leur sursaut, leurs espoirs, leurs petites joies, ils sont humains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lecturespartagees49
  15 décembre 2017
(Lecture partagée de 2013)
Littérature roumaine
Critique à venir
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
TandaricaTandarica   04 décembre 2018
Le Seigneur combla derechef d’autres nations de toutes sortes de dons, chacune selon ses besoins, promettant aux fils de chacune la prospérité, ou la paix, ou d’autres bienfaits, qui rendraient leur vie plus facile et plus agréable. Promesses qu’Il tint en tous points.
Comme d’habitude, le Roumain passa en dernier, quand Dieu avait déjà fini la distribution ; ainsi, tout ce qu’il put lui donner fut la Miorița* et un bout de fil de fer, qui, par je ne sais quel hasard, traînait là, lui disant : «Prends ! J’en suis désolé pour toi, car tu as bon cœur, mais, c’est tout ce qui me reste de tous les dons que j’avais apprêtés. [...] ce petit bout de fil de fer, je sais qu’il t’épargnera force pépins et tracas ; et tes fils, aux abois, bricoleront avec tout et n’importe quoi, de sorte que ce que l’Allemand, l’Anglais, le Juif, le Grec, le Français ou qui que ce soit d’autre, tiendra pour endommagé sans remède, tes fils y trouveront leur compte, et que ce que les autres jetteront comme périmé et inutilisable, tes fils le ramasseront et s’en serviront, comme si c’était du neuf et du prêt à l’emploi. »
(p. 327)

*une ballade populaire
https://www.babelio.com/livres/Dumitrescu-Busulenga-miorita-mioritza/696494
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
TandaricaTandarica   06 décembre 2018
Un jour, le grand poète Nichita Stănescu se vit poser la question suivante : « Quel est le plus beau poème que vous ayez jamais écrit ? » À quoi il répondit : « C’est l’Ode en mètre antique de Mihai Eminescu*. » Mais, c’est quoi, cette histoire ? s’interrogea Siméon, longtemps après cela. Qu’est-ce que le grand poète voulait dire au juste par là ? Et c’est l’un de ses clients, venu lui confier une paire de chaussures à ressemeler, qui finit par lui fournir la réponse : « Rien, sinon qu’il fallût, avant de lire l’Ode en mètre antique, l’avoir d’abord écrite par-devers toi, c’est-à-dire, avoir hébergé au moins une petite étincelle de l’âme d’Eminescu, l’avoir laissé emménager dans ton âme. [...]»
(p. 249)

*postée en citation ici : https://www.babelio.com/auteur/Mihai-Eminescu/274834/citations/1612613
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   15 avril 2013
Jusqu’en 1989, les Roumains ignoraient ce qu’une campagne électorale signifiait au juste ; en revanche, ils savaient que, chaque fois que les magasins d’alimentation proposaient du salami et de la feta, il fallait voter CeauSescu.
Commenter  J’apprécie          40
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   15 avril 2013
Cette méthode à validité universelle, unanimement connue sous le nom de « pipeau », prouve en toute circonstance son efficacité.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : ascenseurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14773 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre