AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de alexbouquineenprada


alexbouquineenprada
  21 juin 2017
Prenons une minute si vous le voulez bien pour commenter cette couverture : WAHOU ! J'ai été subjuguée par cette japonaise de dos, faisant glisser son kimono de soie sur ses épaules, et par ce couple qui s'embrasse dans un parc aux couleurs de l'automne, sans se soucier du vent qui souffle…

Bon, mais qu'en est-il du contenu ?

Autant vous le dire d'entrée, ce n'est pas un coup de coeur. Je ne sais pas exactement à quoi je m'attendais en ouvrant cette BD, mais j'ai été très surprise durant ma lecture. Pour commencer, le récit est très court, alors je sais qu'il ne s'agit pas d'un roman et que l'action ne peut pas être autant développée, néanmoins les scènes s'enchaînent beaucoup trop rapidement, à la manière d'un battement de paupière. Nous allons suivre Ludwig, un allemand marié et père de famille qui se trouve être également traducteur pour le parti Nazi. En 1945, il va être envoyé au Japon pour traduire des documents confidentiels, qui ne concernent non pas des tests sur des produits chimiques comme annoncé, mais bel et bien les résultats des immondes expériences menées dans les camps de concentration… Les tensions et meurtrissures de l'âme vont s'accumuler dans son corps et cela va le mener dans un salon de massage dans lequel il va faire la connaissance d'une jeune femme dont il va tomber amoureux. Les deux amants vont se retrouver la nuit venue, dans le parc qui borde les bureaux dans lesquels Ludwig est employé. Là, dans l'herbe, ils vont s'aimer de toutes les manières possibles. Malheureusement, l'ombre de la guerre va s'abattre sur la ville…

Ce récit est très poétique et nous parle d'amour, de la quête de rédemption, mais aussi de la guerre. Je ne souhaite pas trop vous en dévoiler, mais la conclusion est autant dramatique que lyrique. J'ai appris quelque chose sur la bombe atomique, et cela m'a donné beaucoup de grain à moudre. Les dessins sont assez impersonnels, dans le sens qu'ils n'incarnent pas vraiment les personnages, le visage de Ludwig par exemple est toujours dissimulé derrière le reflet de ses lunettes. Je pense que cela participe à la création d'une ambiance proche du conte philosophique : ce n'est pas tant les personnages que les messages et les émotions véhiculés qui comptent. du moins, c'est ainsi que je l'ai interprété.

Mon avis complet, c'est par ici :
Lien : http://alexbouquineenprada.b..
Commenter  J’apprécie          90



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Ont apprécié cette critique (8)voir plus