AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Brigitte Pérol (Traducteur)
EAN : 9782070384174
416 pages
Éditeur : Gallimard (05/11/1991)
4.17/5   9 notes
Résumé :

Kafka est l'un des mythes majeurs et les plus énigmatiques de notre siècle. Kafka avait le sentiment d'être un homme sans patrie ni famille, une lacune, une pure négativité, un jongleur marchant dans le vide. Aussi seul qu'un animal ou qu'un objet abandonné dans une soupente, il avait conscience d'être l'Etranger. Il vivait et écrivait dans sa geôle intérieure, tandis que la nuit glissait sur ses épa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
dido600
  29 novembre 2020
Qui mieux que Frantz Kafka peut incarner les angoisses du monde actuel ? Disparu trop tôt à l'âge 41 ans, il est, à juste titre, considéré comme l'un des grands philosophes de l'absurde bien que ce concept ne fît son apparition qu'au milieu du 20e siècle et que Kafka n'ait écrit que des oeuvres littéraires loin de la formalisation canonique d'une discipline comme la philosophie. En cela, il est quelque part, le précurseur d'Albert Camus dont la pièce ‘'Caligula'' nous plonge dans un monde aussi angoissant qu'angoissé comme il annonce aussi l'ambiance étrange de ‘'La Nausée'' de Sartre.
« Je tente toujours de communiquer quelque chose qui n'est pas communicable, et d'expliquer quelque chose qui n'est pas explicable », écrivait-il. A force de faire partie de notre univers, l'absurde finit par faire corps avec notre corps. Il est ‘'reconnu, accepté l'homme s'y résigne et, dès cet instant, nous savons qu'il n'est plus l'absurde'', note Camus.
Né en 1924 à Prague, Frantz Kafka est issu de la bourgeoisie commerçante juive germanisée, vivant au sein d'une population thèque sous la domination de l'Empire austro-hongrois. Il fut marqué par ce triple héritage culturel. Bien qu'il s'élevât contre la rigidité de certaines traditions juives, il se délectera de la littérature yiddish (germano-hébraïque), de la Bible et des textes religieux hassidiques. Il se montrera aussi intéressé par le mouvement sioniste qui a commencé à prendre de l'ampleur à la fin du 19e siècle par l'installation des premières colonies juives en Palestine. de l'héritage de l'Europe moderne, il a apprécié les auteurs russes comme Dostoïevski et les mouvements socialistes et anarchistes et il a profondément plongé dans la culture et la littérature germaniques.
« Enrichissante, cette situation fut aussi pour Kafka profondément troublante : elle rendit plus aigu le sentiment de sa différence et presque impossible une véritable intégration dans un des milieux pragois. Mais l'existence de Kafka était menacée par une insécurité plus originelle et plus profonde qui pesa sur lui depuis son enfance. Toute sa vie, en effet, fut dominée par le conflit qui l'opposa à son père, comme en témoigne ‘'La Lettre au père'' écrite en 1919 mais jamais envoyée. Réaliste, incarnant ‘'la force, la santé l'appétit, le contentement de soi, le sentiment d'être supérieur au monde'', cet homme ne pouvait ni comprendre ni approuver le tempérament inquiet, vulnérable, épris de justice de son fils, moins encore son génie littéraire », écrit de lui Anne-Françoise Nessman.
Véritable document biographique et synthèse des réflexions de Kafka sur le sujet de l'éducation, ‘'La Lettre au père'' nous en apprend sur le personnage autant, sinon mieux que les écrits de pure fiction de l'auteur lui-même. La lettre fut écrite en 1919, c'est-à-dire à l'âge de trente-six ans, ce qui montre l'importance du message qu'il a bien voulu faire passer et des répercussions profondes de la relation problématique qu'il avait entretenue avec son père : ‘'Tu as pris à mes yeux ce caractère énigmatique qu'ont les tyrans dont le droit ne se fonde pas sur la réflexion, mais sur leur propre personne (…)Tu ne peux traiter un enfant que selon ta nature, c'est-à-dire en recourant à la force, au bruit, à la colère (…) Par ta faute, j'ai perdu toute confiance en moi, j'avais gagné en échange un infini sentiment de culpabilité''.
Privé de tout appui, de tout conseil réel, frustré de sa singularité Kafka garda toujours le sentiment d'avoir été élevé dans la plus totale méfiance à l'égard de lui-même, dans une culpabilité permanente qui menaçait jusqu'à sa liberté intérieure. Cet être de faible constitution physique et psychique, sujet aux maux de tête et aux insomnies bien avant d'être atteint de tuberculose, cet être qui ne put s'affranchir totalement de la tutelle et de l'image paternelle tenta désespérément de lutter contre tout ce qui pouvait le dominer, l'asservir, mais ce fut au prix d'une solitude de plus en plus complète, d'une rupture toujours plus grande entre son moi intime, sa vie intérieure et le monde indéchiffrable, hostile, les autres.
Entré à six ans à l'école primaire allemande, Kafka en sort à seize ans pour faire ses humanités classiques dans un lycée allemand. Dans cet univers studieux où sont enseignés le grec, le latin et la littérature allemande, le jeune Kafka se sent quelque part à l'étroit par rapport à son tempérament et à ses ambitions. La rencontre avec son camarade Oscar Pollak sera d'un grand intérêt pour lui puisqu'elle lui permettra de s'extérioriser quelque peu, lui le garçon timide et effacé.
C'est vers 1997/98 que Kafka commence à écrire. Ses premiers manuscrits furent détruits. Son ‘'Journal'' signale l'état d'esprit dans lequel il composait ses premiers essais.
Au cours des dernières années du lycée, il a essayé de se débarrasser du mythe du judaïsme par lequel il fut élevé. Il se fait d'autres guides spirituels en lisant par exemple Darwin et en s'attachant à certains idéaux socialistes.
Il s'inscrit pour…15 jours en spécialité Chimie pour se consacrer au droit. Au bout d'un semestre, il optera pour la littérature allemande dont le module était assuré par le professeur Auguste Sauer. Déçu par cette branche, il retournera, sans grand enthousiasme, au droit d'une façon définitive après s'être inscrit sans suite à l'université de Munich.
A l'université de Prague, Kafka fréquente les théâtres, suit des conférences, participe aux activités de divers cercles, notamment du ‘'Cercle du Louvre''. Là il prend part aux discussions philosophiques avec les disciples de Brentano dont l'influence sur sa pensée est certaine. Il fréquentait assidûment le ‘'Cercle culturel des étudiants allemands'' où il fera une connaissance dont la fidélité demeurera jusqu'à la mort et même au-delà puisque Max Brod- après avoir encouragé son ami, chez qui il découvre génie et talent, à continuer d'écrire et à conserver ses écrits- publiera après la mort de Kafka les derniers romans de celui-ci à titre posthume : ‘'L'Amérique'', ‘'Le Procès'' et ‘'Le Château'', trois oeuvres adaptées plus tard à la scène et au théâtre.
Malheureusement, les écrits de jeunesse de Kafka- ceux qu'il réalisa pendant ses années de lycée- ne sont pas conservés. C'est lui-même qui les a détruits.
En 1906, alors qu'il avait vingt-trois ans, il obtint son doctorat en droit.
A partir de 1912, Kafka s'enferme dans un isolement qui le coupe du reste du monde, dans une ‘'pétrification intérieure qui le conduira même imaginer des tentations suicidaires (comme dans ‘'Le Journal'' où il parle souvent de vouloir sauter par la fenêtre).
L'isolement auquel il s'est astreint semble être propice à l'activité littéraire. Il s'emploiera à partir de 1912 à rédiger ‘'Le Disparu'' dont la version finale donnera ‘'L'Amérique ‘' et ‘'La Métamorphose'', et ensuite ‘'Le Verdict'' qu'il achèvera en une nuit.
Bien que l'écriture lui ait procuré une satisfaction certaine, Kafka demeurait rongé par le doute et l'angoisse. Sans doute que la littérature y fût pour quelque chose. Il pense que cette activité l'isole davantage de la vie normale et lui pleine conscience de sa condition en le faisant plonger dans l'absurde. Même la tentative de mariage qu'il fit se solda par un échec. Malgré les explications qu'il a essayé de donner de cet échec, les analystes voient que le plus grand obstacle à une vie conjugale durable de Kafka c'est Kafka lui-même. Catherine Macé écrit à ce propos dans ‘'Analyses et réflexions sur Kafka'' (éditions Ellipses-1984) : «Il croit que le mariage s'oppose à sa recherche de pureté absolue et à la conduite ascétique qu'il s'est désormais assignée (il ne boit pas, ne fume pas, dort dans une chambre glacée, est végétarien…). D'autre part, il considère l'acte de chair comme étant propre à détourner l'homme de son chemin (…) En somme, ce qu'il aimerait trouver dans le mariage, c'est une présence et une affection sans les contraintes matérielles de toutes sortes qui lui sont inhérentes…une vie ascétique à deux !» Kafka finira par l'avouer dans son ‘'Journal'' (page 336) : «Je n'ai pas pu me marier… Tout en moi s'est révolté contre le mariage… C'est principalement le désir de préserver mon travail littéraire qui m'en a empêché car je croyais ce travail menacé par le mariage».
En 1917, est diagnostiquée chez lui la maladie de la tuberculose. Il quitte alors la ville de Prague et abandonne son père, sa fiancée, son bureau et se réfugie chez sa soeur Ottla à Zürau, dans une ferme.
Pendant les dernières années de sa vie, Kafka rencontre Milena Jesenska Polak, une jeune femme tchèque qui lui a demandé de traduire certaines de ses oeuvres. Lui, condamné par sa maladie qui a évolué en une laryngite tuberculeuse, elle, femme mariée, les blessures et la déception furent leur lot tous les deux. Il lui confie son ‘'Journal'' en 1921 et écrit ‘'Le Château'', ‘'Un Champion de jeûne'' et entreprit des ébauches de nouvelles. Il meurt le 9 juin 1924 au sanatorium de Kierling près de Vienne et est inhumé le 11 juin à Prague dans le vieux cimetière juif de la ville.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130


Video de Pietro Citati (1) Voir plusAjouter une vidéo

Pietro Citati : Portraits de femmes
Entre Paris et Venise, à bord du Venice Simplon Orient Express, Olivier BARROT présente le livre de Pietro CITATI "Portraits de femmes" publié dans la collection Folio. L'écrivain italien y fait le portrait de femmes célèbres comme Jane Austen, Lou Andréa Salomé, Virginia Woolf ou Katherine Mansfield.Ce sujet est illustré par des photographies de Pietro CITATI et de ses héroïnes.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Romans, contes, nouvelles (879)
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1189 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre