AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782743629526
86 pages
Éditeur : Payot et Rivages (14/01/2015)
2.9/5   21 notes
Résumé :
Un road-book halluciné et macabre, au rythme haletant, porté par une écriture tendue et nerveuse, et traversé par les ombres d'un passé familial. 
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
2,9

sur 21 notes
5
1 avis
4
3 avis
3
2 avis
2
2 avis
1
1 avis

xst
  03 novembre 2015
Ce livre est le récit d'une grande souffrance et celui de la révolte finale d'un émigré de deuxième génération racontée d'une écriture crue, violente et efficace. Récit qui s'achève inévitablement tristement mais dans un apaisement d'une grande douceur.
Des phrases courtes, souvent sans verbes qui dessinent de manière forte l'atmosphère glauque de la fuite vers le néant de cet inadapté de la langue qu'il maîtrise pourtant parfaitement que ce soit la langue de son pays d'adoption ou celle de son pays d'origine.
Seulement voilà, il souffre de ce qu'il ressent comme un double ostracisme au vu de sa condition d'Espagnol émigré en France qui a appris le français de la classe ouvrière et celui d'un Andalou dont le parler épais se heurte au Castillan: "l'Andalou n'est pas une langue, pas un dialecte, juste une vilaine façon de parler l'espagnol" (p.60)
Totalement inadapté par, peut-être, une extrême sensibilité au regard des autres, une conscience aigüe de sa condition (réelle ou supposée) il ne cherchera pas à s'intégrer et finira par se révolter.
À souligner l'usage bien choisi du "tu" pour la narration du récit du fils et du "il" pour celle de celui du père. Dont on ne connaîtra le nom ni de l'un ni de l'autre et sans que cela soit d'une quelconque importance. Et à la fin, on peut se demander si l'acte commis a justifié la fuite ou s'il n'a été qu'un acte de bravoure à la mémoire de ce père qu'il a haï pour sa condition d'émigré, héros déchu à ses yeux d'enfant.
« Il te parlait parfois du camarade Staline, de la révolution qui là-bas avait vengé l'homme. Pourtant, ce n'est pas cela que, de manière diffuse, il t'inculquait. C'était bien autre chose. Réussite, confort, fuir l'usine. L'oublier. Sans jamais prononcer ces mots qui auraient fait de lui un esclave, un vendu, quoi. Tu as entendu pourtant.' (p.44-45)
Excellent premier roman, même si parfois on s'essouffle face au rythme haché imposé par l'écriture. Mais, il est en fuite et le style sied à la course...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
MarianneL
  10 janvier 2015
Depuis la sortie d'un garage parisien, un homme s'enfuit d'une traite dans une berline volée, lestée d'un paquet qui encombre son coffre, sur le long ruban autoroutier de Paris à Cadix, la ville de son père.
«Conduire la nuit t'est une plaie ouverte, purulente. Tes yeux suintent à scruter l'obscurité. Les phares puissants de l'automobile n'atténuent en rien cette appréhension permanente du prochain virage et de ce qui pourrait en surgir.»
Dans l'habitacle de cette berline confortable aux fauteuils de cuir gras, les souvenirs, émaillés de colère, de dégoût et parfois de tendresse, ressurgissent comme des bulles qui éclatent, l'histoire de son père immigré espagnol, l'humiliation reçue en héritage, l'enfance à la trajectoire coupée par le départ d'Espagne, et l'entrée au forceps dans la langue française, une langue qui refusait de se donner, comme une amante blessante et insaisissable.
«L'enfance a été banale. Toutes les enfances sont banales. Tes uniques points de comparaison étaient les copains du quartier. Arabes, Yougoslaves, Manouches, et Français. La plupart d'entre vous possédaient deux langues et méprisaient le pays d'origine. La langue des parents était chez tous une langue inculte, une langue au gout de terre, de poussière et de fuite, une langue crasseuse qui fait honte.»
La langue est le conducteur de ce récit d'une redescente dans les plis d'une mémoire douloureuse, après l'explosion d'une humiliation si longtemps ravalée et soudain métamorphosée en poussée de haine.
«Il faudra qu'il tente de la faire entrer dans sa bouche, cette langue française, mais elle résiste, trop grosse, trop épaisse, comme une énorme tranche de pain de mie.»
Le premier roman attachant et intense d'un écrivain à suivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
BookShellFairy
  29 juin 2015
J'ai découvert ce livre dans le journal l'Humanité, il y a quelques mois en arrière. Sa présentation m'avait fortement intriguée : Cette histoire d'immigration, de langue trop lourde à parler et à porter.
Comme tous les livres que j'ai adoré, je vais avoir énormément de mal à en parler. Alors je serais brève : C'est un livre incontournable, à lire de toute urgence !
Le style d'écriture, le choix du sujet, la manière dont il est traité avec cette sensation d'être à la place de mec (dont on ne saura jamais le prénom), tout est fait pour nous mettre mal à l'aise... Et à la fois, nous donner envie de rester agrippés au bouquin.
Quelle claque ! Ça n'est pas un livre drôle, loin s'en faut. Pourtant, je me suis facilement attachée au narrateur, à cette alternance entre lâcheté et courage quotidien.
Terriblement humain ! A lire de toute urgence, un roman qui sort des schémas stéréotypés.
Commenter  J’apprécie          90
trust_me
  25 avril 2015
Une narration à la deuxième personne qui s'adresse à un homme filant sur l'autoroute en direction du sud-ouest : Bordeaux, Bayonne, puis l'Espagne, jusqu'à Cadix. Dans le coffre de sa voiture, un paquet qui « cogne au moindre virage. » On comprend vite que ce voyage signe une rupture avec le quotidien, un retour vers le pays du père. Ce père qui a fui le franquisme pour venir s'installer en France avant de pouvoir y accueillir sa famille. Les chapitres alternent le présent dans l'habitacle de la berline et le passé de l'histoire familiale. de stations-service en bars de province, de parkings de supermarché jusqu'à l'océan, le conducteur se rend là où "la terre se termine", là où il pourra enfin livrer son colis et lui redonner sa liberté...
Un premier roman qui n'a rien d'original mais se lit sans déplaisir. le Road-Trip aux airs de déjà-vu se tient grâce à une écriture nerveuse, tendue, affûtée comme une lame. Les flash-back sur l'enfance et la trajectoire paternelle apportent un plus au récit, même si, là encore, on navigue en terrain connu. Une réflexion sur l'immigration, l'intégration, la langue, la misère, l'identité, la précarité. Un premier roman à lire d'une traite, entre deux péages (du moins si on est sur le siège passager). Court mais efficace. Court mais prometteur. Par contre, 15 euros pour 85 pages (75 pages même, puisque le texte commence à la page 11), même si je sais que les livres ne se vendent pas au poids, ça me semble excessif, vraiment excessif.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
myriampele
  21 avril 2015
ce livre, je l'ai lu en quelques heures-de nuit- et je n'avais de cesse que d'en voir la fin. C'est noir, morbide, et terriblement angoissant...
Et pourtant, le style en est clair, soigné, l'auteur tutoie son héros et le rend ainsi très proche de nous.
C'est une histoire de cavale, avec un cadavre dans le coffre de la voiture.
Au fur et à mesure que les kilomètres défilent, l'angoisse monte jusqu'à l'évidence de la mort.
Mais en cours de route, l'auteur s'adresse à son héros, l'aide à reconstruire son histoire, à mettre des mots sur ses souffrances, à expliquer son geste.
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   17 décembre 2014
Défilent les portes, les panneaux, tu ne sais pas exactement quel itinéraire tu vas suivre. La route, tu vas la faire au souvenir. La dose d’adrénaline qui a jailli dans tes veines à les en faire exploser paraît avoir diminué. Ça cogne moins fort dans ta poitrine. Une sortie t’indique Bordeaux. Tu y trouves ton premier jalon. Jusque-là, le chemin n’a rien de très compliqué. Une fois sur l’A 10, une vague de soulagement t’envahit. Devant toi, six cents kilomètres d’abrutissement. Se laisser glisser sur l’asphalte, dégringoler comme on se laisse tomber d’un monticule en joyeuses galipettes. La tension que te procure systématiquement la route s’estompe un peu, elle aussi. Scruter la jauge du carburant. Le réservoir est pratiquement plein. Ne pas s’arrêter avant d’avoir besoin d’essence. Quantité de lumières étoilent le tableau de bord. Elles clignotent, s’allument, s’éteignent sans que tu saches pourquoi. Fais confiance à la mécanique allemande. Tu sourirais presque. Allemand solide, Italien peu fiable. C’est ta conception héritée de la voiture. Un acquis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Charybde2Charybde2   17 décembre 2014
L’enfance a été banale. Toutes les enfances sont banales. Tes uniques points de comparaison étaient les copains du quartier. Arabes, Yougoslaves, Manouches, et Français. La plupart d’entre vous possédaient deux langues et méprisaient le pays d’origine. La langue des parents était chez tous une langue inculte, une langue au goût de terre, de poussière et de fuite, une langue crasseuse qui fait honte.
Le discours familial, l’héroïsme de classe, n’existaient pas. Pas encore. La notion même de classe était parfaitement étrangère. Les riches étaient loin, et ils n’étaient que les riches.
Ce n’est que plus tard, à l’adolescence, qu’il t’avait inculqué des choses, le père. Des choses confuses et brutes. L’oppression, les patrons, la classe ouvrière, les combats de la guerre d’Espagne. Des enseignements inutiles au milieu des enfants qui, comme vous, vivaient dans cette petite pauvreté que l’on ne dirait pas misère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
xstxst   03 novembre 2015
Un corps que la mort est en train d'aspirer à la paille, par petites gorgées ...
... Elle l'a fait tant attendre, cette dame. Elle est venue le chercher une fois laid.
Commenter  J’apprécie          83
myriampelemyriampele   21 avril 2015
Tu l'aimes, cette langue, tu l'aimes virile, tu aimes l'entendre, tu aimes regarder ses nerfs quand ils sont à vif, et leur crissement aigu est la plus belle des musiques.
Commenter  J’apprécie          20
xstxst   03 novembre 2015
Le fond de la cour est occupé par un foyer de travailleurs maliens. Trois fois plus de travailleurs que de lit. Renault avait inventé les 3x8, les marchands de sommeil avaient aligné leur offer.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Alexandre Civico (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Civico
Payot - Marque Page - Alexandre Civico - Atmore, Alabama
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2188 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..