AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782718607429
215 pages
Galilée (06/09/2007)
4.21/5   7 notes
Résumé :
Frontispice et culispice de Pierre Alechinsky


PRÉSENTATION
« Hier j’ai dit que j’irais peut-être à Alger. Avec une voix distraite, sans couleur : J’irai peut-être à Alger. Je ne peux même pas affirmer l’avoir dit moi-même. C’est plutôt l’autre voix qui a prononcé ces mots comme pour les essayer. J’ai entendu l’hésitation. La probabilité d’aller à Alger m’était si faible. Je n’ai pas dit : j’irai. Je ne sais pas pourquoi j’ai avancé cett... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
sterster   12 juin 2011
Je connais un poète qui est mort dans l'escalier, le jour où il partait dans un pays où il n'était plus plus jamais revenu. Tous ces pays dont on ne revient pas où on ne revient pas où on va revenir où on revient tellement en pensée qu'il est difficile de faire la différence entre aller, ne pas aller, et aller ne pas aller, on passe des années dans la lumière lunaire de l'aéroport. On y est attaché par le pacte le plus antique et le bien moins connu, le pacte d'être un né ou un mort de ce pays. Il n'y a pas d'explication. Il y a un cordon ombilical. C'est une ombre de cordon, un cordon immatériel dont on sent l'effet planté dans le cervelet. Nous sommes des conséquences. Il y a les cellules, dit mon aimé. Moi, je songe à aller à Alger depuis une dizaine d'années. Par précaution j'utilise le verbe " aller". Mes cellules ne suivent pas. Elles font comme si je disais : "retourner". J'attends.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
sterster   12 juin 2011
Le monde est plein de ces dames à hostilité. Elles savent que je ne suis pas une maladie mais elles font comme si elles pouvaient m'attraper. Il y en a toujours une qui dit : Cixous c'est quoi comme pays? Je réponds : c'est allemand. Quand j'étais jeune je disais naïvement : c'est juifkabyle. Maintenant je leur demande pourquoi on ne s'arrête pas à Paris. Une des femmes s'écarte et pince fortement des lèvres. Une des femmes me répond finalement, avec réticence. Elle est dans l'eau qui est la mer elle-même infinie, dans laquelle nagent des chats et des chiens grands comme des dés à coudre. Elle me dit la vérité. On ne sait pas si on va arriver. Quoi ?! Elle me dit : vous entendez ? J'entends : la coque de la Ville craque. C'est une question d'heures. J'en suis stupéfaite. On va couler ? Tout à l'heure. Amère je me dis que si je n'avais pas franchi la première ligne du front je n'aurais même pas su que nous allions à la fin du monde, ces dames m'auraient pris ma mort. Que faire ? Le bateau est en discussion m'apprend la dame. Litige avec le gouvernement américain. On pourrait venir nous secourir en hélicoptère. C'est loin cette mer et on perd du temps avec des gouvernements. Les informés ont pris un avocat. Mais j'ai des amis dis-je. J'ai un ami avocat. Nous sommes sur le même bateau quand même. Cette idée les fait rire. Je me sens deux fois impuissante, de la situation et de l'hostilité. La pincée me fait une gueule terrible. Évidemment elle me hait encore plus d'avoir été privée d'une petite satisfaction friande : moi, si elle avait réussi, j'aurais coulé tout autrement. Alors je tente une sortie : " ce n'est pas le moment d'avoir des antipathies", dis-je. Quand il y a guerre, par principe je ne lâche pas, je vais jusqu'au bout vers la paix. Surtout si c'est encore une fois la fin du monde. Quand il n'y a plus rien à faire, il n'y a plus de terre, il y a la mer, il n'y a plus de mer, il y a le naufrage, moi je cherche un dé de raison dans l'océan. "Quelle est la cause?" dis-je. C'est à la pire que je m'adresse. Elle pincée dit : "Les croissants." "Les croissants !?" Voilà une réponse. Il y a donc une cause. Il y a deux minutes j'avais l'espérance de confondre l'injustice. Là j'étais mat. Fin. Coupable. Une culpabilité interloquée m'a saisie. Comment rejeter une accusation si extraordinaire. Si inattendue. Si précise. Il y a des croissants contre moi. Je reste interdite. Je n'ose pas nier. Prenais-je trop de croissants ? La semaine dernière ? Dans le passé ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
alzaiaalzaia   26 décembre 2014
Il fut un temps. Ce temps je le sais d'un savoir désaffecté. J'ai voulu arriver en Algérie, il aurait peut-être mieux valu moi que j'y atteigne, mais c'était impossible. Si bien que j'ai atteint l'impossibilité et cela sans l'avoir calculé.(...) "Atteindre l'impossibilité" n'est ni un but, ni une possibilité, c'est une impossibilité délivrée en notre absence. Ai-je jamais cru, espéré, décrocher le faîte du désir ? (...) il se peut qu'ai couvé en moi l'ombre d'une sensation de vanité, une de ces formes furtives de pressentiment que l'on chasse d'un souffle(...) Ces retropressentiments de fatalité, je leur ai accordé une importance décisive en 1993, l'année où je n'ai plus réussi à faire obstacle à l'entrée de la Chose Algérie dans mes livres. Reconnaître que je n'avais jamais crû arriver un jour en Algérie, en vérité, et tenter de m'approcher de la Chose par les puissants moyens de la littérature, les deux faits se sont produits à la même époque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
alzaiaalzaia   28 décembre 2014
(...) A chaque pas on s'enfonce, les mots pivotent, à commencer par le mot Algérie (...) C'est parce que "Je suis née en Algérie" J'hésitai. C'est un fait. Devais je le classer à droite? ou à gauche? Naturellement, chacun la sienne, il y a des millions d'Algéries. Que je sois née en Algérie c'est un fait d'un certain point de vue incontestable. Je ne nierai jamais être née en Algérie. Toutefois il suffit que je dises ces mots "Je suis née en Algérie" pour éprouver un léger décollement de mon être, comme une sensation de contrebande, et même un soupçon de roman (...) Chaque fois que je fais ma déclaration je m'étonne. Ce n'est pourtant qu'un fait probable. Et pourtant en moi se lève une légère incrédulité. C'est mon statut de spectre qui traverse mon crâne et décolle sous son effleurement toutes les modalités d'y croire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
alzaiaalzaia   26 décembre 2014
Cette prise de pouvoir par la catastrophe cette tyrannie pure, absolue, de l'injuste je suis dans l'incapacité physique et mentale de l'admettre. Je lui oppose une incroyance de chien, une croyance de païen. Je ne la crois pas, je lui dispute la réalité. La mort de mon père, je ne l'ai pas crue, j'ai cru plus fort en sens inverse, j'ai fait un bon en arrière, je me suis enfermée dans une réalité autre, instituée par moi. J'ai tenu un raisonnement très fort jusqu'à la dernière minute.(...) J'ai toujours su que je savais qu'il ne reviendrait pas, mais savoir ne pèse rien à côté de vouloir, inventer, maintenir. Ce que je sais n'est rien. C'est ce que je veux ce que je peux (sentir) qui est la vraie réalité. Je disais : il n'est pas mort. Ce n'était pas moins vrai que le contraire. Jusqu'au jour. J'ai oublié. Le jour où j'ai dit : mon père est mort, je ne m'en souviens pas.(...) Ces fougues, ces douleurs ne s'éloignent même pas. Elles rentrent sous la couverture de carton, se taisent, sont, tues, n'ont jamais été. Le passant à qui l'on raconterait le secret de cette tombe n'éprouve pas plus de pitié que pour une feuille morte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Hélène Cixous (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hélène Cixous
Ce 28 mars 2022, Les Rencontres Philosophiques de Monaco ont organisé une soirée de solidarité avec le peuple ukrainien et de soutien aux intellectuels, chercheurs et étudiants victimes de la guerre en Ukraine. Cette soirée était l'occasion pour les intervenants comme pour le public d'exprimer la profonde solidarité politique et morale avec le peuple ukrainien, de saluer son courage et de soutenir l'Ukraine dans l'épreuve qu'elle traverse actuellement.
Interventions de Abd al Malik, Dov Alfon, Charlotte Casiraghi, Barbara Cassin, Catherine Chalier, Hélène Cixous, Marc Crépon, Georges Didi-Huberman, Michel Eltchaninoff, Maria Galkina, Zoriana Haniak, Luba Jurgenson, Jean-Jacques Roche, Constantin Sigov et Raphael Zagury-Orly. Vous aussi pouvez faire un don sur philomonaco.com/ukraine #philomonaco
+ Lire la suite
autres livres classés : déconstructionVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura