AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782845999398
180 pages
Éditeur : Pika Edition (08/10/2008)

Note moyenne : 4.31/5 (sur 67 notes)
Résumé :
Dans ce volume, Watanuki rencontrera plusieurs de ses vieilles connaissances. Il croisera à nouveau la route de sa chère Zashiki Warashi, du petit renardeau cuisinier mais aussi de la
jeune exorciste, exploitée par une mère plus intéressée par l'argent que par le bonheur de sa fille.
Dans ce volume, Clamp distille avec une maîtrise parfaite toutes les saveurs qui font de xxx Holic un de leurs manga les plus mystérieux et envoûtants.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  09 juin 2012
Même si ce tome douze est très triste, je l'ai beaucoup aimé. Je sais que cela peut paraître paradoxal, mais je pense qu'avant toute chose, XXX Holic est une histoire triste. Malgré tous les moments très drôle comme le passage de l'échange du sorbet contre des fleurs avec Tampopo, la série des Clamp est un drame ésotérique avant tout. Et il y avait tellement de choses intéressantes qu'il est difficile d'en faire un résumé complet. C'est comme si ce tome douze était le tournant, non seulement de XXX Holic mais aussi de Tsubasa Reservoir Chronicles.
Tout d'abord, lors des premières pages, lorsqu'ils fêtent tous l'anniversaire de Watanuki, Yûko semble très triste à un moment donné. Watanuki s'en veut car c'est en partie à cause d'une chose qu'il a dite, mais cela est plus profond, du moins, il me semble. Voir Yûko triste est une première d'ailleurs. C'était un peu comme si elle ne pouvait pas prouver son amour pour Watanuki par des choses concrètes, qu'elle était obligée de lui faire comprendre de manière détournée et qu'il ne comprenait pas encore cela. D'ailleurs en parlant de l'anniversaire de Watanuki, la révélation que nous donne Sakura est assez étrange. Shaolan, Sakura et Watanuki sont tous les trois nés un 1er avril. Connaissant les Clamp, mais aussi la culture japonaise, ce détail n'est pas anodin. En mettant tous les petits détails, un à un, les uns à la suite des autres, je pense de plus en plus que les trois protagonistes sont liés de manière très proches. Des parents peut-être, des réincarnations... Je ne sais pas trop encore, mais je vais regarder cela de plus près et faire attention à certains détails.
Le retour de Kohané-chan est aussi un plaisir. J'ai hâte de la revoir plus souvent. Elle semble réveiller quelque chose en Watanuki. Il prend de plus en plus conscience des sentiments des autres. Il essaye de faire attention à lui pour ne pas blesser ceux qu'il aime et comme le dit Yûko, cela est très important. Je pense que Kohané est dans le même changement. le fait qu'elle tienne tête à sa mère de façon si violente (même si ce n'était que verbal) est sûrement l'amorce d'un changement pour elle. Espérons juste que cela se finisse bien.
La fin du tome est bouleversante. Je pense que Watanuki doit être le seul à jamais avoir demandé à Yûko qu'elle était son voeu à elle. Rencontrer Watanuki semble avoir été une réalisation partielle de ce voeu. Elle semble de plus en plus attaché à lui, un peu comme une mère envers son fils, même si elle le cache derrière son attitude désinvolte. Je m'attends de moins en moins à une fin heureuse, mais j'espère quand même. le "ne disparais pas" qu'entend Watanuki me fait d'ailleurs très peur comme les doutes de Watanuki concernant la réalité de sa vie. C'est angoissant. Mais c'est aussi ce qui fait que les oeuvres des Clamp soient si appréciées. Elles sont justes, elles nous font ressentir des sentiments... C'est ce que j'apprécie dans mes lectures variées et diverses, ressentir quelque chose car cela veut dire que je m'implique dans ma lecture et c'est sûrement la première chose qui prouve qu'une oeuvre est bonne, du moins pour son lecteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Presence
  06 décembre 2014
Ce tome est le douzième dans une série qui en compte 19, et qui forme une histoire complète ; il vaut mieux avoir commencé par le premier tome. Il est publié dans le sens japonais de lecture (de droite à gauche), en noir & blanc. Il a été réalisé par le collectif Clamp : Nanase Ōkawa, Mokona, Tsubaki Nekoi, et Satsuki Igarashi. Initialement ces 19 tomes ont fait l'objet d'une prépublication de 2003 à 2011 au Japon au Japon, pour une parution de 2004 à 2011 en France.
Comme les tomes précédents, celui-ci se décompose en plusieurs chapitres. Premier chapitre : c'est le premier avril, et donc le jour de l'anniversaire de Watanuki qui reçoit plusieurs cadeaux, et qui rencontre Sakura en rêve. Deuxième chapitre : Watanuki rencontre à nouveau Sakura en rêve. Puis, il rend visite à Kohané (la jeune exorciste) avec Dômeki. Celle-ci est la cible d'une campagne de dénigrement, et la façade de sa maison a été taguée de slogans injurieux (par exemple "Exorciste bidon").
Quatrième chapitre : Watanuki rencontre à nouveau Sakura en rêve et prend conscience qu'il ne sait pas quels étaient les prénoms de ses parents. Cinquième chapitre : Dômeki et Watanuki vont s'abriter de la pluie dans une étrange auberge tenue par un groupe de jeunes femmes. Sixième chapitre : Himawari et Watanuki font un piquenique (avec Tampopo), mais une main surgit de nulle part pour chaparder leur nourriture. Dernier chapitre : en rêve, un garçon fait observer à Watanuki à quel point il est harcelé par les phénomènes surnaturels.
À la lecture de ce tome, il y a 3 composantes qui ressortent. La première réside dans le parti pris narratif de centrer toutes les scènes autour de Watanuki : il n'y en a pas une où il n'apparaisse pas. La deuxième est le retour en force de la connexion avec la série Tsubasa reservoir chonicle. Les Clamp insèrent des indices plus précis sur la nature du lien qui unit Watanuki avec l'un des personnages de Tsubasa. Elles développent également le lien affectif naissant entre Sakura et Watanuki.
La troisième composante qui fait son retour en force est de nature philosophique, avec une abondance de sentences, de nature variée (quelques exemples suivent).
- Seuls les sentiments peuvent se donner sans compensation en retour.
- Avoir le pouvoir de changer sa personnalité, c'est avoir le pouvoir de changer l'avenir.
- Les rêves sont tous liés entre eux.
- Les gens ont tendance à penser que la majorité à toujours raison.
- Elle va être contente si elle ressent tous les sentiments que tu as mis dans ce repas.
Le lecteur observe le même phénomène que dans les tomes précédents. Les Clamp ont conçu un récit au long cours dont les séquences successives viennent nourrir ces sentences. C'est-à-dire que ces dernières sont comme un écho d'événements mis en scène précédemment. La phrase sur les sentiments pourrait être la maxime de Watanuki, ou même le thème de son chemin de vie depuis qu'il travaille pour Yûko. Toute impression de superficialité présente dans les premiers tomes a disparu ; il se dessine un regard cohérent sur la nature des émotions et de la vie émotionnelle. le lecteur occidental a même la surprise de pouvoir établir des liens avec un ou deux concepts philosophiques familiers, tel l'inconscient collectif développé par Jung (avec la phrase sur le lien entre les rêves). Sous des dehors évanescents et peu consistants, cette série possède une colonne vertébrale solide et intelligente.
Au-delà de ces 3 composantes principales, les Clamp continuent de surprendre le lecteur. le ton devient plus mélancolique et plus grave, plusieurs personnages ayant dû payer une compensation significative, ou ayant perdu quelque chose qui leur était cher (et pas seulement leur innocence d'enfant). Les regards de Yûko se font plus tristes, tout en restant énigmatiques (elle est toujours magnifique dans chaque case où elle apparaît). Il n'y a pas que l'ambiance qui évolue, la nature même des récits déconcerte. Outre ces rêves réguliers avec Sakura, l'interlude dans l'auberge hantée est aussi bref qu'inattendu. La vision de l'intérieur de la maison de Kohané et sa mère attriste le lecteur qui ne s'attendait pas à ça.
Le parti pris graphique des Clamp reste inchangé. Les personnages restent figés dans leur apparence et dans le registre limité des expressions de leur visage, en particulier pour les coiffures (et plus spécifiquement celle d'Himawari). Cela donne l'impression d'une immuabilité des individus, alors même que l'un thème principaux de la série est l'évolution intérieure de Watanuki.
Dans chaque séquence, les Clamp accordent énormément de place aux visages et aux bustes des personnages. Elles conçoivent également leur découpage de telle sorte à insérer le décor une fois de temps en temps, et à pouvoir disposer de la pace pour réaliser des dessins pleine page. Parmi les décors ou arrières plans les plus remarquables, il y a les ombres chinoises sur la paroi de papier chez Yûko (page 47), la façade la maison de Kohané (page 76), ou encore le motif des draps de Watanuki (page 166). Parmi les pleines pages, les Clamp maîtrisent comme peu d'artistes l'art de mettre les éléments en mouvement autour de personnages emportés par une forte émotion, ou d'une compréhension consciente ou inconsciente (Ah ! ces pétales de cerisier virevoltant en tout sens).
Le lecteur prend lui aussi conscience que les Clamp ont inséré un thème visuel annonciateur de changements à venir : celui du papillon. Non seulement, Yûko a expliqué à Watanuki le rêve de l'individu qui rêve qu'il est un papillon qui lui-même rêve qu'il est un homme, mais en plus le motif d'ailes de papillon revient à plusieurs reprises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Kenehan
  04 mars 2015
Challenge Petits Plaisirs 2014/2015
Voilà un tome bien déstabilisant. Peut-être parce que le changement annoncé se concrétise de plus en plus. Watanuki a bien changé et il n'est plus besoin que ceux croisant son chemin depuis le début nous le disent. Pas de client cette fois. Juste une orientation de plus en plus vers quelque chose de triste. Faut-il se préparer à un deuil ? le deuil dans le sens d'acceptation d'une perte, quelle qu'elle soit ? Les évènements semblent de plus en plus difficile pour les protagonistes et ce autant dans xxxHolic que dans Tsubasa Reservoir Chronicle. Watanuki découvre petit à petit, aux côté de Sakura, qu'il lui manque un certain nombre de souvenirs, certains triviaux comme le fait qu'il n'est jamais goûter ses propres plats (alors qu'il n'a pas arrêté de cuisiner depuis le premier tome !), d'autres plus importants comme le nom de ses parents.
Pour Kohané, le changement est brutal. Tout le monde se retourne contre elle, la traite de menteuse. Sa mère est de plus en plus violente et les passages à l'acte physique augmentent en intensité. Dans le même temps, Kohané s'affirme par une prise de position ferme et lourde de menace.
Le rêve s'immisce de plus en plus et la frontière en réalité et onirisme s'étiole complètement dans ce tome. Comme Watanuki, nous sommes perdus mais nous pressentons également que quelque chose de capital est sur le point de se révéler. On sait bien que Watanuki est spécial. Qu'il est unique pour un humain. Reste à savoir en quoi il est si spécial. Mais une explication concrète est-elle vraiment nécessaire après tout ce que nous avons vu au fil des 11 tomes précédents ?
Ce tome est venu raviver mon envie de poursuivre la lecture de Tsubasa Reservoir Chronicle. J'avais déjà tiqué dans le tome 4 de TRC sur le fait que la date d'anniversaire de Sakura était le 1er avril et qu'elle avait choisi la même date pour celui de Shaolan. Sachant que les deux séries sont entremêlés, je ne pouvais passer devant un tel détail. La lecture de ce douzième tome n'a fait que confirmer cette étrange coincide. Mais comme le dit si bien Yûko, le hasard n'existe pas, tout est inéluctable.
Pour terminer, je reviendrais sur la dernière page de ce tome 12. C'est probablement la plus belle et la plus émouvante de toute la série. Cet instant où Yûko et Watanuki sont dans les bras l'un de l'autre alors que Watanuki vient d'assurer à Yûko qu'il ferait tout pour exaucer le voeux qu'elle formulerait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Ori
  23 novembre 2008
XXXHolic, tome 12 de CLAMP, Pika
Les Clamp ont encore frappé, une révélation de plus, une révélation encore, et c'est ma frontière entre rêve et réalité qui bascule. le héros de ce manga, Watanuki, fait une étrange constatation, il ne se souvient jamais de ses cours, il se demande même s'il va vraiment à l'école, fait encore plus étranges il ne se souvient plus du nom de ses parents, de ses autres camarades de classe... Il ne garde en mémoire que ses rencontres avec ses amis liés au monde du paranormal, de ses rencontres avec des êtres étranges, comme Sakura échapppée du manga de Tsubasa chronicle... Et si finalement sa réalité n'était qu'un rêve et ses rêves sa réalité... et si...
Et si toute cette histoire que nous suivons depuis le début n'était qu'un leurre et si en fait, je ne lisais pas ce manga, mais que j'étais en réalité en train de rêver.
Un tome magnifique!
QUEL REGRET que les CLAMP ne dépassent pas la sphère des mangafans acharnés! Prenez n'importe quel manga de CLAMP et laissez-vous porter, parce que chez elles ce que l'on croit n'est jamais vrai!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ValentineF
  27 février 2014
Ah dans ce sens tome, on réalise plus que jamais l'importance de suivre en parallèle la série Tsubasa Reservoir Chronicle (Voir avoir lu Sakura en préquel), l'histoire se fait de plus en plus triste, voir tragique, notamment avec les Shaolan et Sakura, j'en viens à redouter leur apparition.
Mais bien que Watanuki évolue sur le fil du rasoir, j'ai toujours la sensation que son combat paye et qu'il s'en sort.
Je ne peux m'empêcher d'espérer une fin heureuse pour chacun des personnages. Mais on se rapproche inexorablement de la fin de la série, et hélas, les indices semés en route ne semble pas des plus heureux.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
florencemflorencem   13 avril 2011
Est-ce que tu as fait quelque chose, un jour, qui t'aurais' valu la gratitude d'un oiseau ?
- ...Quand j'étais en primaire, on avait élevé un poulet, en classe...
- Ah oui ? Et vous avez été gentils, avec ce poulet ?
- On l'a mangé !
- Mais c'est pas gentil du tout, ça !
Commenter  J’apprécie          90
florencemflorencem   09 juin 2012
Le plus souvent, les gens préfèrent nier ce qu'ils ne peuvent pas comprendre. Si une chose ne correspond pas à leur vision idéale de la vie, ils jugent qu'elle est forcément mauvaise. Alors que si on ne comprend pas, il suffirait de dire qu'on ne comprend pas, tout simplement.
Commenter  J’apprécie          50
florencemflorencem   09 juin 2012
-Un jour, tu m'avais emmené chez une voyante... Elle m'avait dit que le papillon était le signe d'un changement, que c'était un élément déclencheur. Et M. Haruka m'a parlé d'un papillon que je connaissais bien, qui passait sa vie à attendre en rêvant. Ce papillon... C'est toi, Yûko-san ? Dans ce cas, ce rêve est-il le mien ? Ou bien est-ce le tien ?
-Ça revient au même. Car les rêves sont tous liés entre eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
florencemflorencem   09 juin 2012
-C'est parce qu'elle le sait mieux que quiconque...
-Elle sait... quoi ?
-Que seuls les sentiments peuvent se donner sans compensation en retour.
Commenter  J’apprécie          40
florencemflorencem   09 juin 2012
Je me moque de ce que tu peux me faire du moment que tu ne t'en prends qu'à moi. Mais si tu fais du mal à ceux que j'aime, tu me le paieras...
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Videos de Clamp (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Clamp
Blood-C The Movie: The Last Dark Trailer
autres livres classés : mangaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
915 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre