AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Asaoka Suzuka (Traducteur)Alex Pilot (Traducteur)
EAN : 9782845997233
180 pages
Éditeur : Pika Edition (16/05/2007)
4.35/5   65 notes
Résumé :
La nouvelle année s’annonce bien pour Watanuki et pourquoi donc ? Parce que son premier rêve de l’année était une aubergine !
Une histoire plutôt loufoque où notre héros se retrouve malgré lui à acheter les rêves de Doméki et Himawari ; décidément il n’en rate pas une !
La suite du tome porte sur la mystérieuse rencontre entre notre héros et une petite exorciste qui semble avoir les mêmes visions que lui.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  04 décembre 2020
Ce que j'aime beaucoup avec XXX Holic, c'est le puits d'informations que les Clamp ont intégré pour nous permettre d'en apprendre plus sur le Japon, ses us et ses coutumes. Je suis, depuis toute petite, très intéressée par ce pays, et grâce à XXX Holic, je découvre plein de petites choses. Cela fait partie des raisons pour lesquelles j'adore cette série. Les Clamp parle bien entendu beaucoup de la religion et des croyances shintoïstes, mais en même temps, cela ne me dérange vraiment pas, alors que je ne suis pas spécialement fan du côté religieux dans les oeuvres que je lis habituellement. J'aime le fait que tout peu avoir une explication, même ce qui touche à l'occulte (c'est sûrement ma part scientifique qui parle !).
Le tome neuf met en scène pour la première fois Kohane-chan. Dès ma première "rencontre" avec elle, il a été tout de suite naturel de l'apprécier, tout comme Watanuki le fait d'ailleurs. Elle nous apparaît comme une petite poupée fragile et pourtant, elle a cette force immense en elle, malgré ce qu'elle peut vivre au quotidien. Nous n'en apprenons pas forcément beaucoup sur elle, mais déjà, le lecteur pressent qu'elle aura de l'importance par la suite, c'est indéniable. J'ai d'ailleurs hâte de la revoir. A mon avis, elle sera d'une grande aide pour Watanuki (et vice versa) dans son parcourt initiatique.
Une chose aussi surprenante que je n'avais pas remarqué jusque là, c'est la similitude entre Watanuki et le Shaolan que l'on voit apparaître dans ce tome neuf. Si mes souvenirs sont bons, c'est le double de Shaolan (le "méchant", je crois), et lui aussi a perdu son oeil droit, tout comme Watanuki dans le tome précédent. Je n'oserais pas dire que c'est une coïncidence, vu que Yuuko dit qu'il n'y a pas de coïncidence dans ce monde, mais c'est un fait qui est quand même sacrément étrange. N'est-il pas ? Il faudrait que je relise les tomes de Tsubasa Reservoir Chronicles, d'ailleurs... C'est un peu le "soucis" avec les oeuvres des Clamp en général. Quand vous lisez une première fois une de leurs séries, vous la trouvez géniale (oui, c'est une évidence...), mais il faut la relire en entière par la suite, car il y a toujours pleins de petits détails qui nous échappent et qui ont pourtant beaucoup d'importance. Je le remarque une nouvelle fois en relisant XXX Holic, et il en sera sûrement de même avec Tsubasa Reservoir Chronicles .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Presence
  04 décembre 2014
Ce tome est le neuvième dans une série qui en compte 19, et qui forme une histoire complète ; il vaut mieux avoir commencé par le premier tome. Il est publié dans le sens japonais de lecture (de droite à gauche), en noir & blanc. Il a été réalisé par le collectif Clamp : Nanase Ōkawa, Mokona, Tsubaki Nekoi, et Satsuki Igarashi. Initialement ces 19 tomes ont fait l'objet d'une prépublication de 2003 à 2011 au Japon, pour une parution de 2004 à 2011 en France.
Première histoire : Watanuki fait un rêve, il s'agit du premier de l'année. Au Japon on dit que le premier rêve après le nouvel an est prémonitoire. Son rêve comprenait Mokona habillé en sumo, avec une aubergine. Watanuki se demande bien pourquoi l'aubegine vient en troisième position des signes de bonheur (toujours au Japon). Himawari commence à lui raconter son premier rêve : elle était poursuivie dans le noir par quelqu'un. Dômeki a rêvé de son grand père et d'un cheval. Watanuki va expérimenter de première main le caractère prémonitoire de ces rêves.
Deuxième histoire : lors d'un piquenique entre Watanuki, Dômeki et Himawari, cette dernière évoque une émission de télévision au cours de laquelle une jeune fille pratique des exorcismes. Peu de temps après Watanuki et elle l'aperçoivent au pied d'un cerisier. Sa mère intervient pour la soustraire à l'influence de ces 2 jeunes gens dont la pureté n'est pas sure, ce qui pourrait porter atteinte à ses dons surnaturels.
Premier interlude : sous la pluie, Yûko attend l'arrivée de Shaolan qui a un service à lui demander. Deuxième interlude : Watanuki, Yûko, Mokona et Dômeki font une partie de mah-jong sous le plus bel arbre du jardin du temple où réside Dômeki.
En ouvrant ce neuvième tome, le lecteur ne sait plus trop à quoi s'attendre. Il est devenu manifeste que les Clamp ne respectent pas une structure identique d'un tome à l'autre. Ici, il y a essentiellement 2 histoires principales (mais sans cliente), et 2 interludes.
La première histoire part d'un dicton japonais dont le lecteur occidental éprouve toujours quelques difficultés à apprécier le degré de notoriété, voire il est parfaitement impossible de l'apprécier sans baigner dans la culture japonaise. Les Clamp raconte une gentille fantaisie au cours de laquelle Watanuki va se retrouver le jouet de rêves qui semblent avoir une incidence directe dans la réalité.
Il est visible que les Clamp s'amusent bien que ce soit au travers de dictons typiques (On dit souvent qu'il n'y a que les imbéciles qui ne s'enrhument jamais. - Vieux dicton japonais), de vocabulaire pointu (Buttobii : perdant régulier au mah-jong), de créations saugrenues (l'oeil dans le ciel), ou d'images improbables. le lecteur peut donc apprécier cette inventivité : de cet énorme tourbillon noir (page 30), à cet acheteur de rêve à la morphologie aussi décalée que celle de Raijû dans le tome précédent, en passant par un tireur à l'arc à cheval, une partie de balançoire, ou l'apparition inattendue d'un ancêtre de Dômeki.
La deuxième histoire sort un peu de l'ordinaire puisqu'il n'y a pas de client, ni de développement centré sur l'un des personnages principaux. le cas surnaturel est réglé en 2 coups de cuillère à pots (il ne faut pas cligner de l'oeil si on ne veut pas le rater). L'histoire de la jeune exorciste (Kohané Tsuyuri) n'est pas très substantielle, ni même originale. Pour un peu le lecteur pourrait se croire revenu dans le tome 6 avec l'histoire étirée de la cliente triste. Il doit donc faire un petit effort et s'interroger sur le pourquoi de l'existence d'une telle histoire dans la série.
Petit à petit le lecteur se rend compte que la situation de Kohané Tsuyuri est une variante de celle de Watanuki. Voilà une enfant capable de voir les esprits, mais qui bénéficie du soutien de sa mère, alors que Watanuki a dû faire sans ses parents. Les Clamp attirent l'attention du lecteur sur le parallèle entre ces personnes, en expliquant que le nom de l'exorciste peut aussi se lire "7 mai", ce qui crée une nouvelle résonnance avec Watanuki dont le patronyme peut également se lire comme une date "Premier avril". Avec cette idée en tête, le lecteur comprend mieux l'empathie immédiate de Watanuki pour Kohané, et la comparaison qui s'établit entre les 2 personnages.
Les 2 interludes jouent un rôle fonctionnel, le premier pour établir un élément de continuité avec la série "Tsubasa reservoir chornicles", le second comme épilogue de la deuxième histoire.
Bien aguerri, le lecteur se concentre pour détecter les éléments récurrents de la série. Cette fois-ci les Clamp ont intégré une référence à Jeu, set et match. le mystère planant sur Himawari persiste et n'avance pas d'un pouce. Yûko interroge quand même Watanuki pour savoir ce qui lui plaît chez elle, mais la réponse est désarmante de candeur : elle est mignonne et gentille. Yûko continue de faire des comédies et de boire comme un trou. Il y a une référence à un personnage rencontré précédemment : le renardeau croisé à l'oden du renard.
Au-delà de ces éléments récurrents, le lecteur attend également de voir quels nouveaux axes philosophiques ou moraux les Clamp vont aborder. La barrière culturelle empêche de savoir si l'oeil dans le ciel est une référence à la Bible, ou s'il s'agit dune coïncidence fortuite.
Le lecteur finit par déceler ces perles de savoir. La première énonce que le hasard n'est pas de ce monde, ce qui arrive était inéluctable (= une forme de prédestination). La seconde est prononcée par Watanuki qui indique qu'il a arrêté de culpabiliser (en référence directe au tome précédent). La suivante est prononcée par Yûko : "Mieux vaut apprécier les limites de ses capacités. Même si cela ne changera pas le résultat final, on aura quand même avancé.". Cette dernière est certainement la plus simple à apprécier, puisque Watanuki la met en pratique immédiatement en appelant la petite exorciste par son prénom.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Kenehan
  28 février 2015
Challenge Petits Plaisirs 2014/2015
Neuvième volume de la série, Clamp s'intéresse cette fois aux rêves. Qu'ils soient agréables ou désagréables, les rêves sont notre quotidien nocturne. le sujet n'est pas tellement approfondi ici mais n'échappe pas à l'incarnation surnaturelle. Pas de Marchand de sable ici mais un acheteur de rêves. La symbolique des mots et des actes n'est pas en reste non plus, comme dans toute la série. La mise en évidence d'actes, même a priori anodins, se révélant lourd de conséquence est importante. On ne mesure pas toujours la valeur et la portée de ce que l'on fait ou on dit dans notre quotidien.
En deuxième partie, Watanuki rencontre Kohané, une jeune exorciste rendu célèbre par la télévision. Si les auteures ont à plusieurs reprises intégré des protagonistes manifestant certains dons (dont celui de la charlatanerie) ici, on note que le doute est presque accessoire et s'évapore rapidement. En revanche, une nouvelle facette propre aux dons exceptionnels apparaît ici : "l'objectisation" de la personne. Kohané n'est plus une petite fille. Personne ne la voit réellement comme tel. Elle est un phénomène et un phénomène qui rapporte beaucoup d'argent. Pour les médias et le public c'est une attraction, pour sa mère c'est une source de revenu. Cette dureté, cette rupture dans le lien avec la mère, cette métamorphose du sujet en distributeur de billet n'est au fond pas propre aux dons surnaturels, mais peut s'étendre à tous les talents : musique, danse etc. Une violence supplémentaire envers les enfants que cette façon de les déshumaniser pour nourrir sa cupidité et répondre à ses désirs personnels aux détriments de ceux de l'enfant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LunaZione
  10 juillet 2013
J'ai apprécié ce tome même si il retourne au schéma plus classique de la série, du coup, il m'a moins surprise que les 2-3 précédents. Cela dit, comme les deux histoires proposées sont très agréables, j'ai tout de même passé un très bon moment avec ce livre.

La première histoire tourne autour des rêves et surtout du fait qu'on puisse les vendre ou les acheter. Ce qui arrive par mégarde à Watanuki qui achète sans faire attention le cauchemar de la jolie Himawari. Cette intrigue est toute bête, mais j'ai beaucoup apprécié le côté poétique de certaines scènes et de leur illustration (je pense notamment au vendeur de rêve).

La deuxième histoire m'a moins charmée. En fait, elle m'a assez laissé un goût d'inachevé : j'ai l'impression qu'il n'y a pas vraiment de fin à cette intrigue, du coup, j'espère revoir Kohané dans le prochain tome. D'autant plus que la fillette est très mystérieuse et que j'aimerais en savoir un peu plus sur ses dons de médium...

Comme d'habitude, j'ai beaucoup apprécié les différentes illustrations du manga : elles sont vraiment très jolies et sophistiquées. de plus, j'ai encore une fois trouvé la narration de l'histoire très agréable.
Ce neuvième tome mérite d'être lu !
Lien : http://lunazione.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ValentineF
  27 février 2014
Encore un tome riche d'information sur la culture nippone, pour le plus grand plaisir du lecteur.
Mais c'est aussi un tome qui ouvre une porte sur un nouveau personnage que l'on espère voir et revoir dans les prochains tomes : Watanuki s'est trouvé une âme soeur, pas une petite copine, mais quelqu'un qui lui ressemble.
Il y a dans cette relation une inversion des rôles, là où Yuko porte Watanuki (Sans en avoir l'air), cette fois-ci c'est Watanuki la figure forte, d'une façon très différente, guidé par sa générosité, il devient une ancre pour sa nouvelle amie.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
florencemflorencem   27 mai 2012
Je sais, mais je supporte mal que des gens prennent des décisions irréversibles juste pour moi.
Commenter  J’apprécie          60
florencemflorencem   27 mai 2012
En écoutant le rêve de quelqu'un et en lui donnant quelque chose en échange, on prend possession de ce rêve.
Commenter  J’apprécie          20
PresencePresence   04 décembre 2014
Mieux vaut apprécier les limites de ses capacités. Même si cela ne changera pas le résultat final, on aura quand même avancé.
Commenter  J’apprécie          10
florencemflorencem   27 mai 2012
Nous devons croire en notre avenir et en ses enfants.
Commenter  J’apprécie          30
PresencePresence   04 décembre 2014
On dit souvent qu'il n'y a que les imbéciles qui ne s'enrhument jamais. - Vieux dicton japonais
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Clamp (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Clamp
Blood-C The Movie: The Last Dark Trailer
autres livres classés : mangaVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
1050 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre