AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782221156056
254 pages
Éditeur : Robert Laffont (31/07/2014)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Il y a cent ans, dans le Limousin, naissait Catherine Charron, une petite fille comme tant d'autres, tendre et craintive, habituée à chercher dans les bras de sa mère un refuge contre les espiègleries de ses aînés. Son père, c'était le maître de la métairie, celui qui pétrit le pain, l'image de la toute-puissance, de la justice et de la bonté.
Alors, pourquoi faut-il brusquement quitter cet univers de paix et de bonheur? Pourquoi des parents aimants doivent-i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Shan_Ze
  24 septembre 2014
Les Charron sont une famille limousine dans la France des années 1870. Jean et Marie, les parents, sont de simples fermiers. Mais la vie est rude et suite à plusieurs coups du sort, ils se retrouvent dans un quartier pauvre, cherchant tous les moyens de gagner leur vie. C'est par les yeux de Cathie que l'auteur nous fait découvrir une époque, une famille, une région.
C'est la vie de beaucoup de gens à l'époque, essayer de nourrir une famille, travailler dur, élever leurs enfants… J'ai beaucoup aimé suivre cette famille et cette Cathie, souvent rêveuse, qui se retrouve vite avec des responsabilités d'un autre âge. J'ai été étonnée de voir à quel point la religion comptait beaucoup en ces temps-là : s'il y avait des soucis de santé, c'était d'abord les prières aux saints et messes qui étaient d'abord demandés avant d'appeler un médecin. Ou de voir que la communication avec les enfants était quasi-absente : Cathie soupçonne les soucis de ses parents, découvre la naissance d'un frère ou soeur…
C'est vraiment les temps durs pour la famille Charron et le titre le pain noir représente bien la misère de l'époque. Je regrette de ne pas avoir plus de marquages temporelles, parfois l'âge des enfants est difficile à deviner surtout qu'ils ont dès le plus jeune âge, des tâches à accomplir. Je me suis attachée à cette Cathie (apparemment la grand-mère de l'auteur) et à sa famille, je poursuivrai cette saga familiale même si le premier tome finit assez tristement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
GuyMontag
  05 mai 2019
Dans ce roman qui décrit la vie des « gens de peu », l'auteur s'attache plus particulièrement au destin de sa grand-mère qu'il renomme Catherine Charron. L'action se déroule dans la campagne aux alentours de Limoges puis dans la ville de Limoges de 1871 à 1950. C'est un roman historique, social et philosophique, mais aussi politique et réaliste dans lequel on retrouve les idéaux du romantisme concernant la nature humaine. Georges-Emmanuel Clancier nous livre une peinture très précise de la vie à la campagne dans la France de la fin du XIXe siècle, puis de la condition ouvrière du début du XXe siècle dans l'industrie de la porcelaine.
Georges-Emmanuel Clancier nous montre la misère, il la décortique, il l'explique. Il donne sa voix au peuple. C'est très juste, très bien écrit, très émouvant.
L'auteur rend un magnifique hommage à sa grand-mère qui apprendra finalement à lire passé 50 ans grâce à la ténacité et à l'amour que lui porte son petit-fils.
Je place ce roman au même niveau que « Les misérables » de Victor Hugo. Il est dommage que cette oeuvre magnifique demeure aussi peu connue, malgré la série télévisée en huit épisodes dont la diffusion avait débuté en décembre 1974 pour s'achever en février 1975. Ce roman en quatre volumes devrait constituer un des piliers de la littérature française, dont il constitue une oeuvre emblématique. Je suis sûr que petit à petit l'avenir découvrira la grandeur de ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
allard95
  22 août 2019
G.E.Clancier nous a quittés en 2018, plus que centenaire. Originaire du Limousin, il a écrit une quadrilogie "Le Pain noir", dont nous ne parlons ici que du premier tome.
Dans ces campagnes de France, dans les années 1870, une famille de métayers très pauvres se trouve aux prises avec l'adversité sous toutes ses formes: abus des puissants, cynisme des filous, misère totale, maladie, accidents…..
Les parents ne savent pas lire, ils n'envoient pas les filles à l'école; s'il y a un malade, on appelle un rebouteux incapable, on adresse des prières à Saint Exupère, mais on n'appelle pas le médecin, et le mal progresse…..
Les naissances se succèdent, et l'on doit envoyer les "grands" faire office de serviteurs chez les riches dès qu'ils ont huit ans, car on ne peut pas nourrir toutes les bouches.
G.E.Clancier décrit cette vie misérable avec un réalisme touchant, et dans une langue parfaite, colorée, riche de mots oubliés, dont on prend du plaisir à décrypter le sens. Les jours de fête, par exemple, on fait des "dorées", sorte de galettes grillées odorantes et succulentes…..
Le livre est écrit au travers du regard d'une enfant, dont le fond est bon et généreux, et qui assiste à une succession de malheurs avec l'innocence et l'incompréhension liées à son âge. Et, en ville, elle voit de loin les maisons des riches, les manières de ceux-ci, leurs attelages et leurs habits recherchés.
Ce roman délicat décrit la misère d'un autre siècle. Mais, si elle a changé de visage (aujourd'hui les enfants vont à l'école, on appelle le médecin,....), la misère n'a pas disparu. Les pauvres restent résignés. Le pain n'est plus forcément noir, mais il y a encore du noir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Wyoming
  02 août 2018
Premier tome d'une série de quatre, ce pain noir est vraiment dur à avaler pour une fillette qui connaît des malheurs familiaux dans la France rurale de la deuxième moitié du XIXème siècle. Epoque difficile à vivre où le malheur s'abat vite sur les pauvres gens. Belle écriture pour démarrer cette saga.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Shan_ZeShan_Ze   24 septembre 2014
C'était donc ça la mort ? Ce silence après tant de plaintes, cette paix après tant d'angoisse, ce bonheur et cette justice des mains et des traits après tant de misères ?
Commenter  J’apprécie          150

Videos de Georges-Emmanuel Clancier (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges-Emmanuel Clancier
Le 29 avril 2013, pour l'émission “Sur les docks”, un portrait du poète français, Georges-Emmanuel Clancier était diffusé sur les ondes de France Culture. Une merveilleuse anthologie de poèmes, “Le Paysan céleste - Notre part d'or et d'ombre (Poèmes 1950-2000)” a paru dans la collection Poésie/Gallimard en 2008. Un documentaire de Stéphane Bonnefoi et Christine Robert. Georges-Emmanuel Clancier, né le 3 mai 1914 à Limoges, est un écrivain et poète français. Aujourd'hui âgé de 99 ans, l'auteur du “Pain noir” ne veut pas désespérer du monde, en dépit des atrocités d'un siècle que le dernier membre de la résistance poétique a traversé de part en part... Poète, romancier, essayiste, conteur, homme de théâtre et de radio… Georges-Emmanuel Clancier est un auteur insaisissable, à l’image de ce que furent ses amis Jean Tardieu et Raymond Queneau. Ces visages multiples finalement s'unissent pour n'en former qu’un : celui de l’homme-poète. Né quelques jours avant la déclaration de la première guerre mondiale, Georges-Emmanuel Clancier connaît une adolescence « proustienne » à Limoges. Atteint d’une maladie grave, il est alité durant de longs mois et entre, plein de fièvre, en poésie à l’âge de 15 ans. Il en sortira 80 ans plus tard avec la publication de “Vive fut l’aventure” (2008), recueil testamentaire. « Ce recueil sera le dernier. La poésie doit être la marque d’une certaine… jeunesse » assure, plein de malice, cet éternel amoureux qui partage depuis 75 ans son quotidien avec la psychanalyste Anne Clancier, sa femme âgée de 100 ans. Tours et détours avec celui qui n'aura eu de cesse de vouloir réconcilier le temps vertical du poème avec le temps horizontal du roman, de son appartement parisien où s'entasse un siècle de souvenirs, jusqu'à Limoges, sa ville natale qui l'honore jusqu'au 11 mai 2013. Merci à Jean-Philippe Navarre. Production : Stéphane Bonnefoi Réalisation : Christine Robert Prise de son : Yann Fressy
Thèmes : Information| Littérature Française| Poésie| Roman| Georges-Emmanuel Clancier| Stéphane Bonnefoi
Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2275 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre