AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2371021997
Éditeur : Lumen (17/01/2019)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Et si on pouvait vraiment créer un monde avec de l'encre et du papier ?
En s'armant d'encre et de papier, il est désormais possible de voir naître sous ses doigts des univers entiers. Il suffit, pour accomplir ce miracle, de respecter les règles complexes d'une discipline toute récente, la scriptologie. Elsa est l'un de ces nouveaux savants aux pouvoirs vertigineux. Quand elle découvre avec stupeur que sa mère a mis au point un livre capable de modifier le mo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
LesReveriesdIsis
  25 février 2019
J'attendais la suite D'Encre, de Verre et d'Acier avec impatience car j'avais très envie de connaître le fin mot des aventures d'Elsa, de Léo, Porzia et de tous les autres. Je n'ai donc pas vraiment hésité une fois mes vacances venues! Et je l'ai lu en quelques jours à peine.
Ce deuxième tome nous entraîne à la suite des héros, à la recherche du méta-livre, seul objet capable d'altérer le monde réel. Il est donc impératif de ne pas le laisser entre de mauvaises mains, mais c'est aussi le moment où les personnages doivent se remettre des trahisons et des coups bas pour avancer et de tenter de sauver ce qui peut l'être… sans pour autant risquer de détruire le monde. Une lourde charge les attend donc.
Tout d'abord, j'ai beaucoup aimé le début de ce deuxième tome. Je trouve en effet que l'autrice a semé habilement les rappels du tome 1, qui nous aident à retrouver le fil. Nous ne sommes donc absolument pas perdus, et très vite, nous retrouvons nos marques dans cet univers. Nous retrouvons les luttes de pouvoir autour des pazzarellones, de la scriptologie, de l'alchimie, du génie mécanique aux accents steampunk, sur fond de luttes pour la réunification italienne. Les alliances nouées dans cette suite ne sont pas très étonnantes en soi, mais elles fonctionnent à merveille et restent savoureuses. Certains nouveaux personnages deviennent d'ailleurs très vite attachants.
C'est le cas de Pasca que nous découvrons, et dont les particularités ne manquent pas de nous émouvoir. Vincenzo est lui aussi intéressant. Lors de ses premières apparitions, il ne manque pas de soulever de nombreuses questions, et il aurait pu être un personnage clef. Mais son rôle reste malgré tout assez ténu, et il met bien plus en valeur Elsa qu'autre chose. Je l'ai un peu regretté, mais qui sait, si un troisième tome devait voir le jour, nous le retrouverions peut être!
Les éléments clefs ici sont les révélations autour de la famille de Léo. Aris se dévoile dans toute son inhumanité teintée de génie. Cet être est étonnant, à la fois manipulateur, pervers, cruel et terriblement génial. Il a plusieurs facettes et malgré tout, il aime sincèrement des gens (enfin, assez peu, et son aveuglement est à la hauteur de son génie). C'est un mélange étonnant… mais qui n'a toujours pas réussi à le me rendre sympathique. le père de Léo, quant à lui, est de plus en plus détestable, et ce ne sont pas les informations concernant ses expériences scientifiques qui viennent redorer son blason. C'est un être cruel, asservissant les autres selon son bon vouloir, il est extrêmement manipulateur et calculateur, bref, c'est ici la figure du méchant par excellence, et je regrette que le personnage ne soit pas plus nuancé, comme l'est Aris. Cela ne l'aurait pas rendu plus sympathique, mais il aurait été moins monolithique. Enfin, Léo bien entendu complète le portrait de cette famille dysfonctionnelle, et s'il souffre au début pour des raisons que je tairais, il prend de l'assurance et peu à peu. Il se révèle à lui même. J'ai apprécié cette maturité qui s'installe progressivement, même si sa pleine transformation reste tardive.
Vous l'aurez donc compris, la part belle est encore une fois faite à Elsa, qui est prête à tout pour accomplir sa mission. Elle est encore une fois l'héroïne forte, intelligente, déterminée, et elle m'a semblé un peu moins nuancée également. Si elle se reproche certains choix et certaines décisions, elle ne dévie pas de son axe, et je l'ai trouvée plus dure ici. Elle m'a donc un peu moins plu. Par contre, j'ai aimé que Porzia, Faraz, l'alchimiste et Skandar prennent de l'ampleur et qu'on leur réserve une part plus conséquente dans l'histoire.
Enfin, je terminerai sur le fait que ce roman est très fluide. Il se lit aisément, d'une traite : les aventures sont bien là, les rebondissements sont légions, certains détails sont captivants, comme la mystérieuse créature qui veille sur les fils Garibaldi. Pourtant, j'ai trouvé que ce tome rentrait davantage dans les clous du récit d'aventures et qu'on perdait un peu de l'originalité de l'univers… à moins que je ne me sois tout simplement habituée à l'univers tout court! Pour autant, si je trouve que ce tome reste un peu plus classique, cela ne gâche en rien le plaisir pris à lire et la fin laisse présager d'autres aventures. Je sens déjà que l'histoire de nos amis n'est pas terminée.
Ainsi, j'ai beaucoup aimé retrouver les personnages de ce roman et je me suis immergée dans leurs aventures avec délectation. Tous les ingrédients sont réunis pour que l'on passe un bon moment de lecture et l'ensemble est très efficace.
Lien : https://lesreveriesdisis.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ElineTirant
  25 mars 2019
J'ai bien aimé me replonger des l'univers de l'auteur Gwendolyn Clare pour retrouver Elsa, Leo, Porzia et tous les autre personnages quittés dans le tome précédant sur une fin des plus accrocheuse. Cependant je dois avouer que j'ai été déçue sur quelques petits points de l'histoire.
Tout d'abord, j'ai trouvé que le début était beacoup trop lent et que l'intrigue prenait trop de temps à prendre une ligne droite, alors qu'on a quitté nos personnages sur une scène pleine et révélation et de surprise, on les retrouve à tourner en rond ce qui est assez décevant pour commencer.
Ensuite, il y a quelques passage, où on utiliser la scriptologie ou encore quand on se retrouve dans un livre-monde aux propriétés particulière, qui sont difficiles à comprendre même après plusieurs relecture. C'est assez frustrant de louper toute une partie de l'information et de se demander à la fin qu'est ce qui c'est passé.
Apart ça, c'est les deux seuls reproches que je pourrai faire à ce roman.
Les personnages ont évolués, surtout Porzia et Leo qui sont devenu plus adultes, qui prennent plus de risques, qui se décident à prendre les choses en main... On ne peut que être bluffé par le changement de Porzia quand on la compare à sa rencontre avec Elsa et au dernier moment où on la voit. C'est une fille plus forte, complètement changée (en bien) qu'on quitte.
De son côté Elsa met tout en oeuvre pour récupéré le méta-livre, quitte risquer sa propre vie, elle se met en danger et part en territoires inconnus pour mener à bien sa mission. On découvre ici des aspects d'Elsa qu'on ne connaissait jusqu'à lors pas.

L'auteur à fait preuve d'énormement d'imagination pour ce tome. En effet, toutes les inventions, les différents livres scripter, la création du danger, l'inventivité des personnages... On se demande où elle a trouver de telles idées.
Et pour terminer, elle nous a servie une fin assez surprenante pour la conclusion de cette saga mais très bien choisie.
Bref, bien que cette série ne soit pas un de mes coups de coeur, j'ai apprécier la lire même si il y aurait deux trois petites choses à améliorer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DreamBookeuse
  05 mars 2019
En droite ligne du premier tome Gwendolyn Clare nous plonge directement dans l'action. Ici pas de pages introductives mais un prologue intrigant mettant en scène un ange mécanique aux longues griffes venu veillé sur un homme endormi. le tout reste nappé dans une brume de mystère pendant presque trois cent pages avant qu'enfin n'apparaisse la vérité. Avec de subtiles rappels destinés à remettre son lecteur autant que son personnage sur les traces de Léo Garibaldi, l'autrice ne s'embarrasse pas des quelques deux cents pages qui avaient parues si longues dans le premier tome. Dans ce second et dernier volume c'est la précipitation, la fuite en avant, l'échappée belle qui prédomine, la corde est tendu et tous marchent sur un fil, prêts à basculer dans le vide.
Funambule virtuose Elsa n'hésite pas une seule seconde à échafauder un plan qui a tout d'une démarche désespérée pour récupérer le Livre-monde tant convoité. D'ailleurs rien ne fonctionnera comme prévu et rebondissement en rebondissement, de portails en portails, nous suivons avec délice notre personnage se perdre dans les méandres du plan diabolique conçu par sa créatrice... On en prend plein les yeux, entre monstres marins et nuages de cendres gigantesques, folie artificielle et révélations chocs. Les pages défilent à une vitesse folle et après commencé ma lecture à minuit je l'achève, le souffle coupé, à trois heures du matin. Waouh. Les romans de Lumen me font souvent cet effet, de véritable page turner qui n'oublient pas de développer des univers intéressants et captivants. Bravo !
Et cette fois-ci, les points négatifs que j'avais relevé dans le premier tome se sont envolés comme par enchantement, et on s'attarde un peu plus sur les personnages secondaires notamment Porzia, Léo et Faraz qui laissent davantage entrevoir leur psychologie. Oui j'aurais aimé en voir plus, en apprendre plus mais on ne peut décemment pas décrire un univers aussi vaste, présenter une héroïne aussi complexe et ensuite jongler avec perfection entre tous les autres personnages... Non on ne peut pas, mais la tentative est réussie et on se laisse facilement prendre au jeu et...j'adore le personnage de Porzia.
Je ne reprocherai qu'une seule chose : le manichéisme évident du grand méchant, Garibaldi, qui m'a un peu déçue... Mais Aris, son fils, rattrape le coup avec son génie machiavélique et pourtant cette espèce de tendresse que l'on ne peut s'empêcher d'éprouver pour son égoïsme dévastateur. Peut être que je plains ce personnage trop puissant, dont le génie n'a été que la seule raison qui a gardé son père près de lui. Quand on vit sans amour, peut-on seulement être autre chose qu'un monstre ?
D'autres détails viennent renforcer la trame initiale et lui donner davantage de consistance sans que l'on sache lesquels sont importants ou non notamment les éléments uchroniques de la révolution italienne. L'écriture est fluide quoique soutenue parfois et nous entraîne avec brio d'un monde à l'autre sans nous perdre, entre jargon scientifique et émerveillement scriptologique, on continue de s'enrichir de cette histoire troublante où se mêlent sentiments, familles et politiques.
Quant à la fin... et bien. Je ne sais pas quoi en penser. Pour moi, elle présente tous les éléments pour envisager une suite, peut-être avec un autre personnage. D'ailleurs de multiples détails nous invitent à le penser notamment avec une certaine prophétie... qui ne s'est pas encore réalisée. Alors Gwendolyn Clare & Lumen, que nous réservez-vous encore ?
En résumé
De Brume, de Métal et de Cendres est un second tome parfaitement maîtrisé qui nous entraîne sur un rythme affolant dans la gueule du loup. Sur les traces d'Elsa, Léo et Porzia on sursaute, on frissonne et on se réjouit avec eux. Si le roman souffre parfois de manichéisme, il se rattrape largement avec une plume fluide et agréable et des personnages profondément attachants. Si vous voulez un page turner efficace, un univers à couper le souffle et un dépaysement total pendant près de 400 pages...vous frappez à la bonne porte.
Lien : https://lesdreamdreamdunebou..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LesFantasydAmanda
  27 juin 2019
--- Se lancer dans un tome 2, pas toujours facile ? ---
En commençant ce deuxième volet, je n'avais que très peu d'attentes. En effet, dans le premier, il y avait du bon comme du moins bon ; mon coeur balançait ainsi entre les sciences insolites (scriptologie, alchimie… ) et les personnages stéréotypés.
Or, les débuts de de brume, de métal et de cendre m'ont semblé un peu longs. Il faut dire que replonger dans cette histoire n'a pas été de tout repos. Par chance, l'auteure n'hésite pas à rappeler les éléments-clefs de son intrigue.
--- Une chose est sûre, on ne s'ennuie pas ! ---
Dans un premier temps, les actions des personnages, destinées à résoudre leurs problèmes, m'ont laissée un peu perplexe. J'avais du mal à comprendre leurs motivations. Mais, mais, mais… Certaines révélations m'ont bluffée !
En outre, l'action est constante. Encore une fois, le côté aventures à la Indiana Jones m'a largement convaincue. C'est d'ailleurs pour cette raison que ma note a légèrement augmenté.
--- Un personnage un peu atypique ---
Souvenez-vous : dans ma chronique du tome précédent, j'avais évoqué la Casa della Pazzia, la maison dans laquelle habitent les enfants surdoués. Or, cette dernière prend son rôle de protectrice très au sérieux, au point de causer quelques tracas…
Je ne vous en dirai pas plus, mais sachez que les chapitres consacrés à cet aspect de l'histoire m'ont beaucoup plu !
--- de véritables adolescents ! ---
Et oui, les protagonistes de ce diptyque sont jeunes, peut-être même un peu trop. Alors que l'heure est grave, ils se laissent souvent envahir par leurs sentiments. Pour, ensuite, tenter de jouer les héros de façon inconsidérée. Bref, ils m'ont beaucoup énervée !
Mais, pour être honnête avec vous, je m'y attendais ; les amitiés rapidement nouées et la romance peu crédible du premier numéro m'avaient déjà agacée. du coup, pas d'évolution de ce côté-ci.
--- Quand la fin se profile dangereusement… ---
Prise dans les péripéties de nos héros, je voyais les pages défiler. Et plus je les tournais, plus je m'inquiétais de la fin. À raison ! En effet, l'intrigue était loin d'être résolue alors que j'atteignais les derniers chapitres.
Sincèrement, le dénouement est complètement bâclé. Je ne peux évidemment pas vous en révéler davantage, mais sachez que j'ai terminé cette duologie sur une note négative.
Lien : https://lesfantasydamanda.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Dup
  20 mars 2019
Replonger dans cet univers de folie créé par Gwendolyn Clare fut un vrai plaisir. Un univers fortement teintée de l'Italie du XIXe siècle, mais avec des pezzarellones = des fous ( pour les explications, c'est par ici: tome 1) aux capacités intellectuelles qui frôlent la magie. Retrouver l'imagination débordante de l'autrice qui nous surprend encore plus qu'avec le tome 1, c'était génial !
Le récit continue, en alternant toujours les points de vue entre Elsa, Léo et Porzia. Or donc, lorsqu'on a quitté cette petite troupe, Léo venait de trahir tout le monde en ralliant le clan de son père Ricciotti Garibaldi tout en lui offrant le méta-livre… Pour Elsa, Porzia et même Faraz, l'ami de Léo, c'est la consternation, l'amertume, voire la haine. Chacun réagit différemment et inévitablement le ciment qui les reliait s'effrite.
Cependant le lecteur est omniscient dans cette affaire et sait bien que le geste de Léo n'avait pour but que de sauver Elsa et sa mère Jumi des griffes de Garibaldi… du coup, supporter tous les noms d'oiseaux ou les malédiction proférées à l'encontre de Léo fut difficile. C'était voulu bien sûr : l'empathie vis-à-vis de ce personnage est à son comble.
Elsa va mettre tout en oeuvre pour retrouver ce méta-livre, et c'est devenu en plus une course contre-la-montre : en l'état, personne ne peut s'en servir car il est scripté en juvanien. Mais elle ne doute pas des capacités de polymathe d'Aris, le frère de Léo, à analyser et comprendre rapidement les complexités grammaticales et linguistiques de sa langue natale.
Il lui faut donc découvrir où la famille de Léo se cache, s'y rendre, s'emparer du livre qui sera forcément caché et le mettre en sûreté. Tout cela en restant vivante : une paille bien sûr… D'autant qu'il faut rajouter à cela une Casa (l'IA qui gère la maison des pezzarellones) qui pète les plombs !
Ce qui m'a le plus plu dans ce tome 2 c'est l'imagination de l'autrice. Mention spéciale pour le monde-labyrinthe scripté par Aris pour y cacher… et non, pas le méta-livre ! Héhé, z'avez qu'à le lire ! Un monde-labyrinthe où il a semé partout des champs gravitationnels différents. le passage d'Elsa et Léo dans ce monde m'a donné le tournis et vaut vraiment le détour !
Bref, je me suis régalée et je suis bien triste de devoir quitter cet univers. Oui c'était juste un diptyque, snif ! L'écriture de Gwendolyn Clare est fluide et entraînante, son imagination débordante. Rien que le principe de la scriptologie, créer un monde avec du papier et de l'encre, c'est juste énorme et je ne peux que vous conseiller de le découvrir ! En plus, vous avez vu les couvertures comme elles sont belles !?

Lien : https://bookenstock.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Gwendolyn Clare (1) Voir plus




Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1380 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre
.. ..