AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Geneviève Coulomb (Traducteur)
EAN : 9782845383807
300 pages
Éditeur : Panini France (15/09/2004)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 13 notes)
Résumé :

Le professeur Charles Xavier espère voir un jour les hommes et les mutants vivre dans la paix et l'harmonie. Pour que son rêve devienne réalité, il réunit autour de lui une équipe de héros dotés d'un gène X qui fait d'eux des êtres supérieurs, les X-Men. Mais la route vers la paix est longue et difficile... Dans ce sixième volume, Chris Claremont et Dave Cockrum envoient les X-Men dans l'espace o... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Barbuz
  18 février 2021
Le sixième tome de l'intégrale consacrée aux X-Men par Panini Comics compile tous les "Uncanny X-Men" de 1982, du #153 de janvier au #164 de décembre, ainsi qu'un "Uncanny X-Men Annual" (le #6, de novembre). L'épais recueil cartonné compte treize numéros et comprend entre trois cents et trois cent dix planches.
Chris Claremont écrit tous les scénarios, de la série régulière comme de l'annuel. Dave Cockrum, redevenu l'illustrateur principal depuis le départ de John Byrne, laisse le #159 et l'annuel à Bill Sienkiewicz, et le #160 à Brent Anderson. Josef Rubinstein encre le premier épisode, puis le second avec Bob Wiacek, qui devient l'encreur attitré du mensuel. Don Warfield, Bob Sharen, Janine Casey et Glynis Wein (surtout elle) réalisent les mises en couleurs.
À l'issue du tome précédent, Ororo reprend son corps, et force Emma Frost à réintégrer le sien. Les deux femmes décident d'une trêve. Pour Sebastian Shaw et le Club des Damnés, c'est la défaite.
L'École pour Jeunes Surdoués du professeur Xavier n'est plus que débris. Colossus, Cyclope et Wolverine travaillent dur sous l'oeil attentif de leur mentor. Près de la piscine, Carole Danvers soigne et désinfecte le visage d'Ororo ; suite à son combat contre Emma Frost, Tornade a dû malmener son propre corps. Diablo, de son côté, a terminé son inspection des lieux. Il se téléporte auprès de Xavier pour lui faire son rapport ; la Salle des Dangers, l'ordinateur central et une aile du bâtiment sont en ruines. le hangar et l'avion de l'équipe n'ont subi que des dégâts superficiels. Diablo ajoute que les X-Men ne disposent ni des outils ni des compétences nécessaires aux réparations ; il demande conseil au professeur. Celui-ci sait que Diablo a raison. L'équipe et son organisation doivent faire face à des difficultés physiques et financières, et Charles lui-même ne voit pour le moment aucune solution au problème. Plus loin, Kitty traverse le toit et hèle Diablo et Colossus. Elle informe Piotr que sa petite soeur Illyana est au lit et lui demande s'il vient la border et lui souhaiter bonne nuit...
Les épisodes de 1981 étaient en demi-teinte ; le départ de Byrne avait-il enlevé à la série une part de créativité ? En 1982, Claremont travaille sur deux orientations, la science-fiction (il s'inspire allègrement de "Star Wars" ou "Alien") et le surnaturel (vampires, avec Dracula, magie et démonisme, avec Belasco). Si le premier épisode est un conte de fées infantile qui offre une satire niaise des X-Men, Claremont prouve ensuite que l'imagination est toujours au rendez-vous. Il conçoit une intrigue cosmique pour la survie et la lutte du pouvoir - un genre qui sied bien aux X-Men - dans laquelle nos mutants font la connaissance des Broods, des extraterrestres ailés hideux qui tiennent autant de l'insecte que de la créature du film "Alien". Les Broods (ou sleazoïdes) ont tout du cauchemar : ils sont intelligents, tenaces, retors, belliqueux, technologiquement avancés, et leur reine implante ses oeufs dans des corps étrangers afin d'assurer la reproduction de l'espèce. Les X-Men vont en faire les frais dans des épisodes qui les relèguent au rang de cobayes ; un parallèle avec les expérimentations des camps nazis ? Côté caractérisations, Claremont continue à mettre en avant le personnage de Kitty, un peu moins que dans le tome précédent. Kitty - sauf dans les histoires de vampires - permet à l'auteur de présenter une facette moins tragique de son univers et de rendre l'atmosphère plus légère. Une rivalité - peu exploitée - germe entre Cyclope (qui renoue avec son père) et Tornade pour le leadership de l'équipe. le scénariste met Charles Xavier en retrait, puis revient sur sa première rencontre avec le futur Magneto. Wolverine est plus bestial que jamais. Les numéros avec Dracula sont peu intéressants et peu dynamiques. Graphiquement, Cockrum réalise un travail satisfaisant et régulier, sans être en mesure de faire oublier Byrne. Les épisodes opposant les X-Men à Dracula, dessinés par Sienkiewicz, présentent une rupture, dans un style plastiquement plus abouti, moins classique, mais à l'expressivité exagérée, et au mouvement manquant de fluidité.
C'est Geneviève Coulomb qui effectue la traduction. La forme négative est souvent maltraitée et quelques fautes viennent se glisser dans les bulles. Ces traductions-là sont une catastrophe pour l'oeuvre, tournée en dérision par les textes de Coulomb.
Malgré des défauts, des ratés, et un programme déséquilibré, les aventures de 1982 sont riches en événements et en révélations. Elles opposent les X-Men à un nouvel adversaire sérieux, aussi haineux que coriace et qui va les faire souffrir, les Broods.
Lien : https://les-bd-de-barbuz.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
hellrick
  13 septembre 2019
Cette nouvelle intégrale des Etranges X Men (Uncanny X-Men 153 à 164) comprend, en guise de plat principal, la célèbre saga des Broods, typique de son époque et fortement influencée par les sagas cinématographiques de l'époque. En effet, il s'agit d'une sorte de space-opéra horrifique comprenant une touche de « Star Wars » et une grosse louche d'« Alien ». L'ensemble joue donc la carte du soap stellaire : Cyclope y retrouve son père, Corsaire, que l'on pensait décédé, devenu une sorte de pirate de l'espace au grand coeur façon Han Solo. Confronté aux méchants alien, Wolverine se montre partisan de l'extermination des extraterrestres mais le reste de l'équipe demeure fidèle au crédo « X men don't kill » (ce qui s'avère un poil stupide pour le coup)
Si ces épisodes ont quelque peu vieilli ils restent très plaisants et demeurent fort sympathiques à lire. Parmi les bémols citons les couleurs criardes, les costumes un brin ridicules (la bande à Corsaire) et l'influence souvent trop prégnante du long-métrage de Scott (les Broods placent eux aussi des oeufs dans les corps de leurs victimes transformées en « mère porteuse »). Cependant, la présence de Caroll Danvers, ex Miss Marvel devenue Binary, s'avère un petit « plus » appréciable qui égalise les forces en présence tant les Broods paraissent puissants.
Aujourd'hui, les nouveaux lecteurs prendront sans doute tout cela avec du recul en se disant que les comics ont beaucoup changés (en bien ou en pire, le débat reste ouvert) mais les anciens, nostalgiques des années Strange et des albums X Men grand format des années '80 (BELASCO et LA SAGA DES BROODS), devraient apprécier ce voyage cosmique. Toutefois, ils devront attendre l'intégrale suivante pour en connaitre le dénouement.
A côté de cette saga principale, on redécouvre aussi l'épisode qui voit la jeune soeur de Colossus, Magyk, kidnappée aux Enfers et un affrontement plutôt plaisant (mais un peu anecdotique) entre Tornade et Dracula, à l'époque intronisé parmi les grands méchants de l'univers Marvel. Parmi les autres épisodes marquants citons un très réussi flashback qui confrontent Xavier et Magnéto.
En résumé, une Intégrale tout à fait satisfaisante qui se lit (ou se relit) avec bonheur.

Lien : http://hellrick.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Meps
  13 mai 2017
Grand fan des X Men, ayant picoré dans mon enfance les exemplaires trouvés au gré des braderies, je redécouvre avec plaisir l'ensemble de l'oeuvre via les intégrales. Ce travail de regroupement est très appréciables pour les connaisseurs, permettant de se réapproprier l'histoire dans sa continuité. La continuité est ici un peu mise à mal, les aventures dans l'espace étant entrecoupés de certains épisodes terrestres plus rares. Une discontinuité présente aussi au niveau des dessinateurs qui se ressent surtout sur les épisodes sur Dracula. J'ai été moins passionné par les intrigues spatiales, pourtant dessinées par l'habituel Dave Cockrum, que par les épisodes plus traditionnellement "terre à terre" dont certains sont de Bill Sinkiewicz. le numéro le plus réussi est néanmoins celui de Septembre, évocation d'un évènement du passé du professeur Xavier. Bref, mes réticences sont sans doute dues à la difficulté pour les aficonados à bien apprécier la nouveauté pour leurs personnages favoris !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


Videos de Chris Claremont (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Chris Claremont
LES NOUVEAUX MUTANTS Bande Annonce VF (2020)
autres livres classés : comicsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Comics : Les héros de Marvel

Elle peut se dématérialiser, et ainsi traverser les objets solides, les murs, les plafonds ... Il s'agit bien sûr de ...

Kate Winslet
Kitty Pryde
Hello Kitty
Katy Perry

10 questions
195 lecteurs ont répondu
Thèmes : comics , super-hérosCréer un quiz sur ce livre