AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Bernard Ferry (Traducteur)
EAN : 9782226093905
279 pages
Éditeur : Albin Michel (28/08/1997)

Note moyenne : 3.27/5 (sur 154 notes)
Résumé :
Sur la Terre brillent désormais deux soleils. Le réchauffement de la planète condamne les hommes à vivre dans quatre tours baptisées Afrique, Amérique, Asie et Pacifique, hautes de trente-six mille kilomètres, et qui s'élèvent jusqu'à l'orbite géostationnaire. Du 10 000e étage de la tour Afrique, Frank Poole, l'un des astronautes de Discovery, contemple ce monde étrange qui fut le sien et qui n'en finit pas de le surprendre. Il est vrai qu'il vient de renaître à la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
BrunoA
  18 avril 2018
Quatrième et dernier volet de la saga des odyssées de l'espace d'Arthur C. Clarke, ce roman d'une précision appréciable, clôt magnifiquement la série.
Alors que le troisième tome était plutôt décevant pour le lecteur, ce dernier volume, en rendant vie à Frank Poole, disparu mille ans plus tôt, nous offre un roman plein de rebondissements et de détails foisonnants.
On y trouve des tours géantes érigées sur la terre, le long de l'équateur, et reliées entre elles par un anneau aussi long que la moitié de la distance terre-lune.
On y rencontre des créatures de la mystérieuse Europe, satellite de la non moins mystérieuse Lucifer, issue de Jupiter.
On y retrouve aussi Dave Bowman et HAL 9000 qui apportent leur aide à Frank Poole dans la résolution de problèmes dont les données excèdent de loin les capacités cognitives de l'humanité.
Un excellent dernier volume qui fait quitter la série à regret.
Heureusement, il demeure possible de visionner le chef d'oeuvre de Kubrick en détenant, cette fois, toutes les clefs de compréhension de la fameuse scène de la porte des étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
raynald66
  29 décembre 2014
J'ai tenu absolument à finir la quadrilogie d'Arthur Clark mais si je peux donner un conseil à ceux qui veulent connaître cet auteur, ne lisez que les deux premiers tomes (2001 et 2010). Les deux derniers tomes se laissent lire mais sans plus !
Commenter  J’apprécie          100
Anis0206
  15 juin 2020
Le clap de fin sur la merveilleuse saga de l'odyssée de l'espace écrite par l'un des grands maîtres de la science fiction : le britannique Arthur C Clarke.
Dans ce dernier tome,l'astronaute de Discovery, Frank Poole découvre une nouvelle Terre, celle de l'an 3001 dans laquelle la Lune est éclipsée par un nouveau soleil et surtout que l'humanité vit dans quatre tours hautes de trente six mille kilomètres à cause du réchauffement de planète. Frank se retrouve complètement désorienté dans ce nouvel monde étrange et se voit confier une dernière mission qui le mènera sur Jupiter.
Une magnifique saga interstellaire qui nous offre une fantastique aventure cosmique dans laquelle le virtuel surpasse la réalité.
Commenter  J’apprécie          30
davzen
  16 novembre 2014
Avec ce dernier tome je viens de finir le cycle des odyssées.....
2oo1 et 2010 m'ont captivé , 2061 m'a ennuyé et 3001 m'a laissé un peu perplexe.
Cela est souvent le cas avec les cycles.
Par contre dés que possible je lirai le cycle de rama.....
Commenter  J’apprécie          50
magenest
  15 janvier 2014
Une fois qu'on a lu 2001, 2010 et 2061, aussi bien lire 3001. 2061 a bien failli m'en décourager, mais heureusement 3001 est quand même meilleur. Vraiment pas aussi bon que 2001 et 2010 mais au moins il y a du nouveau et il y place à réflexion. La comparaison entre la société du futur et notre époque actuelle amène l'auteur à formuler plusieurs critiques personnelles. C'est intéressant, mais cela prend trop de place à mon avis.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
Marc21Marc21   15 novembre 2014
Imaginez que vous êtes un extraterrestre intelligent, intéressé uniquement par les vérités vérifiables. Vous découvrez une espèce divisée en milliers, non, en millions de groupes tribaux professant une incroyable variété de croyances à propos de l'origine de l'univers et de la manière de s'y conduire. Même lorsqu'ils sont d'accord à 99 %, il suffit justement de ce 1 % qui reste pour qu'ils se massacrent et se torturent les uns les autres à propos d'obscurs points de doctrine totalement incompréhensibles au reste des mortels.
» Comment expliquer une telle conduite irrationnelle ? Lucrèce a vu juste en déclarant que la religion était le fruit de la peur, une réaction à un univers mystérieux et souvent hostile. Pendant la plus grande partie de la préhistoire, c'était peut-être un mal nécessaire, mais pour¬quoi fallait-il que ce soit plus mauvais que nécessaire, et pourquoi a-t-elle survécu alors qu'elle n'était plus nécessaire ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
GuyMontagGuyMontag   28 juin 2016
Comme, par exemple, ce jour où il dînait (chez lui, heureusement) en compagnie d’Indra et du Pr Anderson. Conçus pour répondre à ses besoins physiologiques, les repas concoctés par l’autochef se révélaient toujours parfaitement acceptables. Mais ils n’avaient rien de bien excitant et auraient fait le désespoir d’un gourmet du XXIe siècle.
Et puis, un jour, un plat inhabituellement goûteux fit son apparition, réveillant des souvenirs de gibier et de barbecues de son enfance. Pourtant, la saveur et la texture de ce plat présentaient quelque chose de curieux, en sorte que Poole posa l’inévitable question.
Anderson se contenta de sourire, mais Indra sembla sur le point de vomir. Elle réussit pourtant à se maîtriser et dit à Anderson :
— Expliquez-lui, vous. Mais… après le dîner. Qu’est-ce que j’ai encore dit ? se demanda Poole. Une demi-heure plus tard, tandis qu’Indra se trouvait à l’autre bout de la pièce, absorbée à dessein par une projection vidéo, il accomplit des progrès décisifs dans sa connaissance du troisième millénaire.
— Déjà, de votre temps, on commençait à moins manger de cadavres, expliqua Anderson. Élever des animaux pour – erk ! – s’alimenter a fini par devenir économiquement impossible. Je ne sais combien d’hectares de terre étaient nécessaires pour nourrir une seule vache, mais en cultivant la même surface on pouvait nourrir au moins dix êtres humains. Et probablement une centaine avec les techniques hydroponiques.
Pourtant, ce qui a mis un terme définitif à cette pratique horrible n’a pas été l’économie mais la maladie. Ça a commencé avec le gros bétail, avant de se répandre parmi les autres animaux d’élevage, une sorte de virus, je crois, qui s’attaquait au cerveau et entraînait une mort particulièrement terrible. On a fini par trouver un médicament, mais il était trop tard pour revenir en arrière, et de toute façon les aliments synthétiques étaient devenus infiniment moins chers, et on obtenait toutes les saveurs qu’on désirait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JoualvertJoualvert   15 août 2015
- Au fait, vous êtes au courant des rumeurs qui circulent ici à propos de notre arrivée ?
- Lesquelles ?
- Nous serions une commission spéciale chargée d'enquêter sur le crime et la corruption dans cette ville-frontière. Il paraît que le maire et le shérif sont morts de peur.
- Comme je les envie ! dit le colonel Jones. Il est parfois rassurant de s'inquiéter pour des choses bien triviales.
Commenter  J’apprécie          50
SpilettSpilett   01 avril 2010
- Estimez-vous que toute personne qui possède de fortes convictions religieuses est folle ?
- Techniquement, au sens strict, oui, si elle est sincère et pas hypocrite. Mais je soupçonne quatre-vingt-dix pour cent des croyants d'être des hypocrites.
Commenter  J’apprécie          70
JoualvertJoualvert   14 août 2015
- (...) Et n'oubliez pas : ''La politique est l'art du possible.''
- C'est assez vrai. Voilà pourquoi seuls les esprits médiocres s'y consacrent. Les génies, eux, cherchent à atteindre l'impossible.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Arthur C. Clarke (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arthur C. Clarke
Emily St. John Mandel (Station Eleven - Prix Arthur C. Clarke, finaliste au National Book Award) remercie le Magazine LIRE et ses lecteurs pour l'attribution de Révélation étrangère de l'année à son roman publié chez Alto au Québec et chez Rivages en France.
editionsalto.com/catalogue/station-eleven/
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3528 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre