AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2277117994
Éditeur : J'ai Lu (26/02/2001)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 130 notes)
Résumé :
La Guerre froide.
Russes et américains se livrent une âpre compétition : quelle sera la première nation à conquérir l'espace ? Aucune car, à la veille du décollage des premières fusées, l'impensable survient. De gigantesques vaisseaux envahissent la Terre. Et l'humanité trouve ainsi réponse à l'une de ses plus cruciales questions : elle n'est pas seule dans l'univers. Une fois débarqués, les suzerains ne tardent pas à imposer leur volonté de procéder à un dés... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Le_chien_critique
  21 août 2017
Des aliens bienveillants, mais asociaux et taiseux, veulent à tout prix faire notre bonheur. Il est où le loup ?
Un début qui happe le lecteur : Les américains et les soviétiques se lancent dans une course à l'espace, alors que le décompte débute, des vaisseaux apparaissent dans le firmament terrestre. La futile tentative humaine de défier l'espace stoppe net devant la démonstration de notre petitesse face à la technologie alien.
Les extraterrestres sont bienveillants mais du genre taiseux et asocial : ils ne se montrent pas et quand à dire les raisons de leur présence, si ce n'est un lapidaire nous sommes là pour votre bien... Cependant, ils apportent avec eux une haute technologie qui va modifier radicalement le mode de vie terrestre : la baisse du temps de travail entrainent une hausse spectaculaire des loisirs festifs ou formatifs; la société politique se métamorphose, un gouvernement planétaire voit le jour, les conflits stoppent. le bonheur à l'état pur. mais tout cela est régi par les fameux suzerains à la main de fer dans un gant de velours. Une utopie dictatoriale ou une dictature bienveillante, à vous de voir. Certains sont dubitatifs sur la bienveillance alien mais l'"ignorance" des extraterrestres quand aux actes violents est redoutablement efficace. Voilà pour la première partie excellente.
Première incursion chez Mr L'Odyssée de l'espace et suite à la lecture de ces premières pages, je me demande comment j'ai pu passer à côté de cette pépite autant d'années.
Mais, mais...
Autant la première partie m'a emballé, la deuxième m'a assoupi et la dernière m'a laissé pour le moins perplexe. L'intrigue s'étale sur une centaine d'années, les protagonistes changent, le rythme s'en ressent et l'auteur choisit de changer radicalement le fil de son récit, le paranormal vient à la rescousse et on se demande où veut nous amener l'auteur.
Puis les choses se gâtent sérieusement. Arthur C. Clarke a passé une bonne partie du roman à nous tuer Dieu par la science pour nous le remplacer par une spiritualité scientifique et mystique. Ah quoi bon ? C'est vraiment dommage car les idées sont très intéressantes et il y a de très bonnes trouvailles : ah la fameuse apparence des aliens ! La construction du récit est efficace, chaque interrogation du lecteur trouve sa réponse dans le final. Cependant, le plan du récit est un peu trop visible, le lecteur remarque les différentes pièces du puzzle (sans pour autant voir le dessin/dessein final) et leur ajustement manque cruellement de sens.
Après quelques recherches, il s'avère que la première partie était une nouvelle dont l'auteur a quelque années plus tard tiré un roman en y ajoutant les deux autres parties...
Assez frustrant au final car sans cette mystique et avec une construction mieux faite dans les deux dernières parties, nous aurons eu affaire à un chef d'oeuvre. Néanmoins, après la dernière page, les idées restent et la réflexion se poursuit. Et que dire de cette fameuse apparence alien ? Certains éléments de l'histoire m'ont fait penser au film Alien Prometheus.
Le titre original Childhood's End, la fin de l'enfance, correspond mieux, bien que le titre français soit aussi évocateur.
Une série Childhood's End a été tiré du roman et Robert Charles Wilson en a fait une réécriture. Si vous ne connaissez pas ces romans, lisez la première partie de Clarcke, puis passé au roman de Wilson.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
domisylzen
  28 décembre 2015
Alors que Russes et Américains se tirent la bourre pour être les premiers dans l'espace, des vaisseaux extraterrestres prennent position au-dessus des principales villes de la planète. Quasi personnes ne les rencontrent, ni ne les voient, mais bientôt s'immenses bienfaits son prodigués sur la Terre.
Publié en pleine guerre froide, ce roman de science-fiction, n'a pas pris une ride. Mais si l'histoire est plutôt bien trouvée, son traitement n'est guère emballant. Peu de fluidité nuise au rythme de la lecture. Un bouquin à lire sans beaucoup d'interruption pour ne pas perdre le fil. Très occupé professionnellement pendant cette période, j'ai eu toutes les peines à m'accrocher.
Commenter  J’apprécie          190
Neurot
  13 octobre 2014
Cela part d'une excellente idée, de gigantesques vaisseaux extraterrestres arrivent sur terre et se mettent en vol stationnaire sur les plus importantes villes du globe. Ils ne se montrent jamais, communiquent très peu, ne disent rien sur leur but, mais ils éradiquent la maladie, la guerre et font rentrer la terre dans un incroyable age d'or le plus pacifiquement du monde, malgré quelques rares interdits. Mais qui sont ils vraiment, et pourquoi font ils cela ? La plupart s'en fiche, mais la curiosité humaine est ce qu'elle est.
Il y avait vraiment matière à faire un livre plein de suspense, d'interrogation et de tension. Mais c'est un peu raté, la faute à un rythme mal géré et une construction bien trop académique et mollassonne. On est spectateur, il n'y a aucune empathie pour les personnages qui changent souvent et qui ne sont pas vraiment approfondis. Reste une intrigue principale sympathique avec un dénouement métaphysique inattendu que certains trouveront tarabiscoté mais qui pour le coup sort des sentiers battus. le livre pose aussi des questions intéressantes sur l'évolution, la vie quand on vous donne tout si facilement et le manque de créativité que cela provoque. Mais là encore c'est un peu trop effleuré, pas assez approfondi pour convaincre. le style d'écriture ne sauve pas les meubles, cela manque de relief, de finesse, certaines phrases sont même carrément mal tournées (traduction boiteuse ?), c'est quand même assez rare heureusement.
Un livre qui vaut pour son idée de départ et son intrigue intéressante, mais qui souffre d'une mise en forme hasardeuse et d'un manque d'intensité terrible. A réserver aux fans de Clarke.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
lizzouille
  09 mai 2016
Il est toujours drôle et intéressant de lire un livre de science fiction et futuriste qui se projette dans la période où nous vivons actuellement ou presque, surout quand on a une formation d'historien. C'est le cas des Enfants d'Icare qui débute dans les années 1950 avec l'arrivée sur Terre d'extraterrestres bienveillants stoppant net tous conflit, crimes, famine et pauvreté. Par la sutie, le récit se poursuit 100 ans plus tard, dans les années 2050 avec toutes les avancées technologiques que le peut attendre d'une telle intervention. Les aliens sont toujours là et leur présence reste mystérieuse. Quel est leur but final ?
J'ai donc trouvé très intéressant de voir ce que l'auteur envisageait comme évolution technologique pour l'avenir. Il a par exemple pris en compte l'omniprésence de l'ordinateur dans bien des aspects de la vie et la mécanisation des choses, mais il n'a bien évidemment pas pu prédire l'arrivée d'internet et sa révolution. Ainsi, le papier a encore toute sa place dans son futur et en particulier les journaux.
Il s'agit l'un d'un exemple pris au hasard de plein d'autres petits détails qui m'ont amusé tout au long de ma lecture. L'histoire en elle-même est sympathique. On se laisse facilement emporter par les différents mystères qu'elle nous propose. D'abord, qui sont ces extraterrestres et à quoi ressemblent-ils ? Puis, Quel est l'objectif de leur présence sur Terre ? Après le style est un peu lourd par moment, voire longuet, mais le récit m'a porté jusqu'au bout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Aaliz
  09 juillet 2012
Le roman qui a inspiré une des séries TV qui ont marqué ma jeunesse, il suffit de lire le résumé pour faire le rapprochement, je parle bien sûr de la série « V » dont j'étais totalement fan étant gamine.
Je m'attendais donc à du déjà-vu et c'est là que j'ai été surprise car, si en effet le point de départ du roman a été repris pour la série, le développement, lui, reste totalement différent.
Comment réagirait l'Humanité face à l'arrivée inattendue d'une civilisation extra-terrestre ? Que faire surtout lorsque cette dernière reste totalement silencieuse sur les raisons de sa présence sur Terre et refuse de se montrer ? Avec le temps, les humains finissent par accepter cette domination étrangère et continuent leur vie. Certains restent indifférents, d'autres enthousiastes, mais quelques-uns sont curieux et cherchent les réponses à leurs questions et sont prêts à tout pour les obtenir. Jan Rodrick décide de s'embarquer clandestinement à bord d'un vaisseau suzerain.
L'intrigue est donc particulièrement originale mais en revanche la façon dont c'est traité … mais quel ennui ! le style est plat, creux, sans aucun relief, aucune émotion, c'est vraiment dommage. Impossible de s'attacher à un personnage en particulier puisqu'il n'y a pas vraiment de personnage principal. On ne se sent pas du tout impliqué dans l'histoire, le lecteur reste spectateur et complètement passif, on a la sensation de survoler ce récit beaucoup trop court alors que l'intrigue est d'une extrême richesse.
Il n'y a pas de suspense, pourtant ce ne sont pas les occasions qui manquent mais l'effet tombe à plat à chaque fois. Je ne sais même pas pourquoi je parle d'effet puisqu'il n'y a même pas de tentative de produire un quelconque effet. le journal régional me procure plus de sensations.
Je ne sais pas ce que donne 2001 L'odyssée de l'espace, le grand succès de l'auteur mais si c'est écrit de la même façon, je vais passer mon chemin.
Pour moi ce roman est un immense gâchis, je l'ai trouvé complètement bâclé, voir un tel potentiel qui part en fumée comme ça, j'enrage !
A lire quand même car l'histoire vaut le détour mais ne pas s'attendre à vibrer d'émotions.

Lien : http://booksandfruits.over-b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   21 août 2017
Vous rendez-vous compte que les programmes de radio et de télévision fournissent au total plus de cinq cents heures d’écoute quotidienne ? Si vous n’aviez aucune activité et si vous ne dormiez pas, vous ne pourriez capter que le vingtième des programmes qu’un bouton qu’il suffit de tourner met à votre disposition ! Il n’est pas étonnant que les gens soient devenus des sortes d’éponges passives qui absorbent mais ne créent pas. Saviez-vous que chaque personne passe désormais en moyenne trois heures par jour devant le petit écran ? Bientôt, on cessera purement et simplement de vivre. Suivre les épisodes des divers feuilletons familiaux, voilà qui sera avant longtemps un travail à plein temps !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
gillgill   03 février 2013
"Les enfants d'Icare", d'Arthur C Clarke, est, en dépit de quelques longueurs surtout perceptibles dans la troisième partie, un roman de SF que tous les amateurs du genre doivent lire, car il aborde un des problèmes les plus troublants puisque éternel, théoriquement inexplicable, de l'humanité.
Je regrette de ne pouvoir m'étendre plus longuement là-dessus, mais ce serait détruire un des plus beaux coups de théâtre qu'ait jamais conçu auteur de SF.
Qu'il me suffise de dire qu'un beau jour, le jour précisément où l'homme croit enfin avoir atteint le moyen de s'envoler vers les astres, la planète est envahie par une armada de navires intersidéraux dont les occupants établissent une paix durable, effacent les frontières, suppriment la misère, bref, créent à la surface de la Terre un véritable âge d'or.
Mais au bout d'un certain nombre d'années, voilà que les enfants des hommes se mettent à avoir d'étranges rêves, à "voir" des mondes inconnus.
Devant l'inquiétude universelle, les "suzerains" révèlent aux parents atterrés le "grand secret" : notre vieux monde est condamné, mais les enfants, suivant une évolution accélérée, porteront le flambeau de l'ancienne race.
Sur ce très beau thème, Clarke, qui est un des meilleurs auteurs de SF du moment, a écrit un ouvrage en tous points admirable, d'une extraordinaire finesse, que je vous recommande chaleureusement.
(article de "Ici, on désintègre - la revue des livres" signé par Alain Dorémieux et extrait du numéro 42 de "Fiction" paru en mai 1957)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Th0uar_V1kTh0uar_V1k   01 février 2014
Imaginez l'esprit de chaque homme comme une île au milieu d'un océan. Toutes ces îles paraissaient isolées alors qu'en réalité l'assise rocheuse dont elles sont les surgeons les unit entre elles. Si l'océan disparaissait, il n'y aurait plus d'îles. Elles feraient toutes partie d'un seul et même continent mais elles auraient perdu leur individualité.
Ce que vous avez appelé télépathie est quelque chose de comparable à cette image.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
lizzouillelizzouille   02 mai 2016
Le XXIe siècle était un âge entièrement laïcisé. De la totalité des religions qui existaient avant l'arrivée des Suzerains, seule survivait une version épurée du bouddhisme - qui était peut-être la plus austère de toutes les confessions. [...]
Souvent, Karellen était sollicité de définir son point de vue en la matière, mais il se bornait à répondre que la foi regarde chaque individu dans la mesure où elle ne porte pas atteinte à la liberté d'autrui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
domisylzendomisylzen   27 décembre 2015
La criminalité avait pratiquement disparu. Elle était devenue inutile et impossible. Quand personne ne manque de rien, le vol est sans objet.
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Arthur C. Clarke (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arthur C. Clarke
Rendezvous avec Rama
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2555 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
.. ..