AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Luc Carissimo (Traducteur)
ISBN : 2352943639
Éditeur : Bragelonne (21/01/2010)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 73 notes)
Résumé :

En un instant, une force inconnue a morcelé la Terre en une mosaïque d'époques, de la préhistoire à l'an 2037. Un gigantesque puzzle qui résume l'évolution de l'espèce humaine. Depuis, des sphères argentées planent sur toute la planète, invulnérables et silencieuses. Ces objets mystérieux, issus d'une technologie prodigieuse, sont-ils à l'origine de ces bouleversements ? La réponse... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
  08 avril 2019
Premier tome d'une trilogie écrite à deux cerveaux.

Sous la surveillance constante de sphères mystérieuses, la terre a été « reconstruite » avec différentes époques, géologiques et humaines. Ce premier tome verra s'opposer Alexandre le Grand et Gengis Khan, sous l'oeil de quelques militaires du 19ième et une poignée de soldats du 21ième siècle.

Même s'il est saupoudré d'un peu de hard science (la partie de Baxter), surtout à la fin, pour expliquer le pourquoi du comment et qui est responsable, le roman porte surtout l'empreinte de Clarke à mon sens.
C'est un roman très accessible, même facile à lire je dirais, qui fait une belle part à l'action militaire.
Les personnages sont bien identifiés, utiles et agréables à suivre. Pas un seul Joe le pénible. Tout est à sa place.
Tout s'enchaîne, c'est fluide, et même un peut trop en fait. J'ai trouvé en fait que cela manquait un peu de puissance narrative. De tripes quoi. De réalisme cruel et désabusé, comme Baxter sait le faire, mais à priori, ce n'était pas lui le chef dans cette association.

Il n'empêche que c'est un bon roman dont on a envie de connaître la suite. On peut le lire avant de s'endormir, pas de cauchemars ou de questions existentielles en perspective.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          894
BazaR
  01 août 2015
Voilà un roman bien distrayant ! Compte tenu de ma faible vitesse de lecture, je dirais que je l'ai dévoré.
Un « jour », le monde est découpé en tranches spatio-temporelles et reconstruit à partir de tranches appartenant à des époques différentes. Des êtres de temps divers se rencontrent, s'allient ou s'affrontent pour découvrir pourquoi, observés par des sphères translucides impassibles : les Oeils.
La liste des éléments que j'apprécie dans les livres et qui se retrouvent réunis ici est longue.
Tout d'abord les éléments de nostalgie qui rendent hommage à l'ainée Odyssée de l'Espace : le premier chapitre mettant en scène un australopithèque, la valse de Strauss accompagnant le départ du Soyouz de la Station Spatiale Internationale, les Oeils qui sont le pendant des Monolithes – avatars extraterrestres surpuissants et sans émotion, jusqu'à l'IA du portable de l'héroïne moderne qui évoque Hal.
Ensuite les éléments historiques mêlés. C'est un plaisir énorme de voir les réactions dans la découverte de l'autre, quand l'anglaise moderne rencontre le soldat britannique du 19ème siècle, le journaliste américain du 19ème découvre le Macédonien du temps d'Alexandre, ou le cosmonaute russe communique avec le nomade Mongol. Je mets ces mots au singulier mais ce sont bien des groupes qui se rencontrent, entrainant méfiance, communication difficile, compréhension ou opposition. J'ai été marqué par le fait que les « modernes » trouvent les « anciens » puants, au sens original du mot : ils schlinguent ! La documentation historique sur autant d'époques est sérieuse mais n'étouffe pas le flot du récit.
Les amateurs d'action ne seront pas déçus. Qui n'a pas rêvé de voir les deux plus grands conquérants de l'Histoire engagés dans un affrontement à mort ? La bataille est une peinture grandiose et sanglante. Et, tendance atavique ou pas, l'on ne peut s'empêcher de prendre parti pour les Grecs fondateurs de notre civilisation contre les Mongols dont les ravages contre les villes se répètent dans ce nouveau monde.
Enfin, vu le CV des auteurs, ils ne pouvaient éviter un saupoudrage de type hard science. L'utilisation de la relativité restreinte pour justifier le synchronisme d'évènements éloignés ou les tentatives d'extrapolation de la théorie des cordes pour expliquer le monde reconstruit et les Oeils sont de vrais régals sous ma langue.
Mais ce roman est bien plus que cette simple décomposition en sous-éléments que je viens de vous imposer. C'est une histoire prenante, aux personnages principaux touchants ou à gerber. Elle évoque pour les connaisseurs des récits tels que le Déchronologue de Stéphane Beauverger, le Fleuve de l'Éternité de Philip José Farmer, Éon et Éternité de Greg Bear ou encore les Légions de l'Enfer de Carolyn J. Cherryh. Si j'avais un seul regret, ce serait l'utilisation d'un narrateur omniscient pour passer au lecteur des informations qu'aucun des protagonistes ne serait susceptible de connaître ; je trouve toujours le procédé un peu facile.
Vivement la suite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
Lutin82
  16 août 2017
L'équipage du Little Bird accomplit une mission de routine pour les Nations Unies. En 2037, l'Afghanistan demeure une zone délicate ou de nombreux intérêts divergent. A son bord, Casey, Abdikadir et Bisesa sont abattus par le tir d'une roquette alors qu'un phénomène hors norme les surprennent. Ils se crachent à proximité d'un fort qui aurait dû être en ruine, le fort Jarmund, mais qui présente une apparence des plus saine.
Ses occupants sont fort éberlués de voir cette machine volante s'écraser à proximité. de leurs côtés, ils ont noté l'apparition d'une sphère réfléchissante juste un peu avant. Cet étrange phénomène et un bond du soleil dans le ciel.
Une fois la tension et la méfiance légèrement sous contrôle les uns et les autres font connaissance. Nos trois « modernes » rencontrent ainsi des britanniques dirigés par le capitaine Grove; il leur explique que ce matin le journal affichait une date en mars 1885… Parmi eux se trouve un jeune auteur en devenir : Rudyard Kipling.
Nos naufragés du XXI° siècle parviennent à entrer en contact avec deux russes et une américaine (Zabel) en mission sur la station internationale (en 2037 également). C'est avec soulagement que ces derniers accueillent ce premier contact en provenance de la Terre alors que la station s'était évanouie brutalement. Lors de leurs rotations autour de notre planète, l'absence des signes de civilisation humaine s'est imposée, et seuls quelques maigres foyers persistent en Asie, à Chicago et en Irak. le seul autre signal électromagnétique (artificiel) reçu provenait de ce dernier pays et plus exactement de l'antique Babylone.
Notre planète a été éparpillée puis réassemblée avec des morceaux provenant de diverses époques et périodes de l'année. Cet ajustement chaotique provoque une réaction en chaîne climatique violente puisqu'une plaque de l'ère glaciaire peut côtoyer une autre bien plus avancée dans le temps. Les auteurs ont cherché la vraisemblance des effets d'un tel chamboulement jusque dans le noyau terrestre. Agencé au petit bonheur la chance, ce dernier modifie radicalement le champ magnétique de la Terre et son aptitude à dévier les vents solaires (et à indiquer un nord).
Ces réactions thermodynamiques ne sont pas les seuls éléments spectaculaires présents dans le roman puisque nos protagonistes côtoient non seulement Gegis Khan et Alexandre la Grand, mais également des mammouths, des tigres à dents de sabre, des hommes de Néandertal,…. Et partout les sphères veillent.
Ce n'est plus notre bonne vieille Terre. Et en cela, c'est assez bien construit et amené. Que reste-t-il donc à nos naufragés, ces Crusoés d'un genre nouveau? Est-ce entre deux grands conquérants de l'Histoire que le choix s'opérera ou existe-t-il une troisième voie ?
Le roman a du potentiel sur le fond avec une intrigue s'appuyant sur des bases solides. D'une part, le mystère des sphères perdure jusqu'à la fin. Nous en apprenons davantage lors de la dernière trentaines de pages, et les premiers éléments sont amenés assez brutalement par un des protagonistes qui dévoile sa théorie. J'aurai préféré que les clés soient étalées en raison de l'impression d'une fin de roman trop rapide.
Les personnages sont globalement réussit et même pour certain très soignés tels que Bisesa, Abdikadir, Josh et Kippling. En revanche, je n'ai pas adhéré à celui de Zabel une astronaute qui vire démente rapidement
Au final, il s'agit d'un très bon roman de SF, pas tout à fait la claque que j'attendais avec deux pointures de la SF aux manettes. Il prend de l'ampleur avec la lecture ou le visionnage de son illustre prédécesseur auquel il est connecté – mais peut parfaitement se lire seul. le voyage dans le temps est abordé d'une manière différente, captivante avec une nuance uchronique sans son pendant du paradoxe temporel. Il offre une vison spectaculaire de notre planète malmenée par les éléments. Je regrette simplement une mise en place un tantinet longuette ainsi qu'une fin un poil précipitée.
Critique plus complète sur mon blog
Lien : https://albdoblog.com/2017/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
Shan_Ze
  04 juin 2015
Je connais de nom le fameux Odyssée de l'espace du même Arthur C. Clarke sans l'avoir pourtant lu et vu. Mais je ne pense pas que L'Odyssée du temps ait un rapport avec son prédécesseur sinon pour le clin d'oeil.
L'auteur jette le lecteur dans le feu de l'action : c'est Fureteuse, une de nos ancêtres qu'on découvre. Puis, d'autres hommes d'époques plus récentes… les différentes époques se sont mélangées, des Britanniques du XIXe siècle côtoient aussi bien des hommes de Néerdanthal que ceux du XIXe siècle, des Russes du XXe siècle rencontrent du mongols du XIIe siècle.
Une véritable encyclopédie historique qu'on aurait démonté puis remonté en combinant les époques. Vraiment fascinant ! Les différentes rencontres sont assez cocasses qu'intéressantes. Les personnages sont bien décrits : Bisesa a beaucoup de caractère mais reste mystérieuse, Kolya oppose son rationalisme à la soif de puissance…et finalement, des personnages célèbres ne jouent que les seconds rôles (mais quels rôles !).
J'ai beaucoup aimé ce livre coécrit par deux grands auteurs de science-fiction qui met en scène des paradoxes temporels et cultive en même temps son lecteur avec des moeurs des peuples d'époque (les mongols sont assez flippants). Je ne sais pas quel auteur a écrit quelle partie mais le livre est vraiment bien documenté et construit. Juste dommage qu'on ne retrouve pas une carte qui met en scène la nouvelle Terre, Mir, ainsi que les différents mouvements des personnages. A suivre évidemment, j'ai bien envie de savoir le mystère qui plane derrière ces terribles yeux de métal qui observent froidement l'humanité…
Merci à Masse Critique et à Milady pour cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
bina
  17 mai 2015
Quand Alexandre le Grand rencontre Gengis Kan, c'est le choc des titans. Mais quand se joignent à eux des anglais des années 1885 et quelques hommes et femmes du XXIes, rien ne va plus.
Comment ont pu se rencontrer ces représentants de différentes époques sur terre, de la Préhistoire à 2037 ? A quoi servent ces grosses boules métalliques qui parsèment la planète à intervalles réguliers ?
Quand le temps s'emmêle les pinceaux et se détraque, ce sont les hommes qui trinquent. Mais ce qui fait le plus peur, c'est de se dire qu'une intelligence supérieure fait de la terre son terrain de jeu et nous espionne, avant de la morceler en une mosaïque d'époques. Sont-ils nos amis ou nos ennemis ? Que veulent-ils nous montrer ?
Les personnages et le lecteur s'interrogent sur la relation des hommes à leur passé et à leur futur. A-t-on le droit d'influencer ou de remodeler le passé pour jouer sur l'avenir ? On est bien tenté de dire au jeune Ruddy de 19 ans qu'il va devenir le grand Rudyard Kipling, mais s'il meurt avant d'avoir publié, que va-t-il se passer ?
Après ce premier voyage inter-temporel, j'ai hâte de lire la suite, pour voir ce que vont devenir les personnages de ce premier tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
fnitterfnitter   11 avril 2019
Malgré leurs défauts, les religions sont une tentative pour répondre aux questions les plus fondamentales de l’existence. Même si elles ne nous apprennent rien sur Dieu, elles nous en apprennent certainement beaucoup sur l’essence de l’humanité.
Commenter  J’apprécie          351
fnitterfnitter   10 avril 2019
Les Russes étaient patients. Ils avaient un dicton : « Ce sont toujours les cinq cents premières années les plus difficiles. »
Commenter  J’apprécie          403
fnitterfnitter   09 avril 2019
Les hommes iront toujours à la guerre, parce que ce seront toujours des hommes et que la guerre sera toujours distrayante.
Commenter  J’apprécie          350
BazaRBazaR   31 juillet 2015
Les Mongols ne trouvèrent pas grand-chose à piller... Quand ils prenaient une ville, leur habitude était de choisir des artisans et autres individus qualifiés pouvant plus tard leur être utiles, mais à Bichkek ils ne furent pas capable de reconnaître grand-chose de ce qu'ils trouvèrent: les compétences d'un horloger, d'un comptable ou d'un avocat n'avaient aucun sens à leurs yeux. Peu d'hommes furent laissés en vie. La plupart des enfants et certaines des plus jeunes femmes furent fait prisonniers, et beaucoup de ces dernières violées. Tout cela était accompli mécaniquement, sans y prendre plaisir, même aux viols ; c'était juste leur façon de faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
BazaRBazaR   23 juillet 2015
Chaque allumage des propulseurs éloignait un peu plus le Soyouz de la station. Le contact radio finit par se dégrader et, en guise d'adieu, l'équipage de l'ISS leur mit de la musique. Tandis que tourbillonnait la valse de Strauss, métallique au milieu des sifflements et des parasites, Kolya se laissa un peu plus emporter par la nostalgie.
Commenter  J’apprécie          161
Videos de Arthur C. Clarke (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arthur C. Clarke
Rendezvous avec Rama
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2681 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
.. ..