AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221136446
Éditeur : R-jeunes adultes (17/10/2013)

Note moyenne : 4.13/5 (sur 310 notes)
Résumé :
Kai et Jem sont inséparables. Jem aime secrètement son meilleur ami, qui serait l’homme idéal s’il ne préférait les garçons… À la fin d’une soirée d’ivresse chez des amis communs, Jem rentre seule chez elle, Kai demeurant étonnamment introuvable. C’est le lendemain que tout bascule : la jeune fille reçoit un email de la part de ce dernier, avec en pièce jointe une vidéo de lui en compagnie d’un garçon qu’il a trouvé postée sur Internet. Cette vidéo plus que comprome... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (132) Voir plus Ajouter une critique
pititecali
  20 octobre 2013
Vraiment touchant, même si j'attendais encore plus d'émotion !

J'ai reçu ce livre il y a quelques jours, en SP de la part de la Collection R, que je remercie infiniment pour cette très jolie lecture, très touchante et dont on ne ressort pas tout à fait le même.
Certains de mes camarades blogueurs avaient déjà pu découvrir ce roman, et ne tarissaient pas d'éloges dessus, mettant en avant la vive émotion qu'il avait suscité en eux, voire, carrément le choc, le qualifiant de dévastateur et obsédant (Chronique de Wandering World, citée sur la quatrième de couverture). J'étais donc ravie et hyper pressée de l'ouvrir, pressée de pouvoir enfin pleurer avec un livre. Evidemment, pour changer, ce ne fut pas le cas. Mes canaux lacrimaux sont peut-être défectueux, pourquoi ne sais-je pas pleurer avec une lecture ? MERDE !
Bref. Quand on l'a reçu, avec Marion, ma copinaute chroniqueuse à La vie des livres, on a très vite décidé de le lire rapidement, et conjointement. le temps de terminer nos lectures en cours, nous nous sommes donc jetées sur ce roman comme la crise économique sur la France, pour une petite LC improvisée.
Dès le début du roman, on sent qu'on va être touché tout le long par l'amitié entre Kai et Jem, et surtout la fin tragique de celle-ci. Comme toujours (ou presque) avec les romans de la Collection R, le style est d'une fluidité incomparable et les pages défilent toute seule, à vitesse grand V. Alors, par contre, comme toujours (ou presque aussi, cf La 5e vague), on est ici dans la catégorie Young-Adult, plutôt versée côté ado... C'est toujours ce petit côté qui me dérange un peu, pas au point que je n'aime pas les livres, mais probablement que je les aimerais encore davantage si je sentais moins l'immaturité, les soucis du lycée me paraissent tellement loin qu'il m'est presque impossible de m'identifier ou vraiment m'attacher aux personnages. En l'occurrence, plutôt que de m'identifier à Jem, ce qui m'aurait permis de "vivre" encore plus cette histoire, je l'ai plutôt vécue de l'extérieur, comme si Jem avait été ma fille quoi, ou une nièce... C'est un peu dommage pour moi, cela dit, ce n'est absolument pas imputable à l'auteure, mais plutôt au genre. Même si certains auteurs parviennent tout de même à me faire oublier totalement ce côté "trop ado" (car je ne cherche pas forcément de la très grande littérature dans le style d'écriture, en revanche, il me faut des personnages auxquels m'identifier/m'attacher. BREF (qu'est-ce que je bavasse !)
Ce petit défaut (pour moi) mis à part (qui explique ma note), j'ai vraiment passé un excellent moment. Assez bizarre d'ailleurs de dire ça d'une histoire passablement triste, ça fait un peu malsain de dire qu'on "aime", mais bon, j'ai été très prise dans ma lecture, toujours mon livre à la main ou presque, l'ouvrant dès que j'avais 3 minutes pour en lire une page ou deux. Ce comportement est en général très très bon signe. Cela veut tout simplement dire que je suis complètement dans l'histoire et que je veux absolument poursuivre et savoir ce qui va arriver.
J'avais déjà lu Cruelles, de cette auteure, qui m'avait fait à peu près le même effet. Cat Clarke semble avoir une prédilection pour les thèmes choc, la mort chez les ados, les persécutions subies par les jeunes...
Une nouvelle fois, on m'avait prédit que je pleurerais, ce ne fut pas le cas, même si j'ai tout de même terminé cette lecture avec une petite boule dans la gorge, et assez surprise par la fin, ce qui ne fut pas pour me déplaire, bien au contraire :)
Jem et Kai sont tellement attachants, (oui, leur relation est vraiment attachante, à défaut de m'être attachée totalement aux persos) même par-delà la mort de Kai dans des circonstances tragiques, victime de la malveillance d'un élève mystère concernant son homosexualité, qui le poussera à se suicider de manière très violente, laissant Jem, sa meilleure amie de toujours, seule, et incroyablement en colère.
Ce livre relate tout le processus de vengeance qui émerge dans la tête de Jem, qui ne supporte que très mal la vie sans son "âme-soeur". Je ne dévoilerai rien de plus que ce qui se trouve déjà sur la quatrième de couverture, l'angoisse du spoil planant toujours au-dessus de ma tête. (je vous vois bien, prêts à me tomber dessus avec vos faux et vos flambeaux !)
Une histoire assez glauque et sombre, finalement, si on se fie à ce petit résumé. A la lecture, pas tant que ça. Cat Clarke arrive à ne pas tomber dans le pathétique et nous aide à relativiser. L'histoire n'en est pas moins grave évidemment, surtout quand on sait que c'est tiré d'un fait réél. le thème est dur, il nous montre à quel point nos gosses vont en chier dans la vie, dès qu'ils se sentiront différents ou à part, et à quel point les autres sont violents dans leurs réactions, dans leurs idées.
Toujours est-il qu'on est littéralement happé par cette histoire, avide de connaître les responsables, presque aussi désireux de les voir payer pour ce qu'ils ont fait. Avide de savoir comment Jem va s'en sortir, et SI elle va s'en sortir, vu ses projets. le cours de l'histoire est parsemé de lettres de Kai, qu'il a écrites à Jem juste avant de se jeter du pont. Une lettre par mois, à la date anniversaire de sa mort. Ces lettres, terriblement touchantes, permettent à Jem de ne pas perdre son objectif de vue, car elle pourrait bien se laisser prendre autrement à cette petite vie qu'elle se construit pour mener son plan à exécution.
C'est une histoire triste, effrayante aussi quand on est parent et qu'on se dit que ça pourrait arriver à nos enfants. Je la termine assez choquée de savoir que ça peut encore se produire de nos jours, de se faire rejeter et humilier parce qu'on est différent, parce qu'on ne couche pas avec le sexe opposé, parce qu'on a des goûts autres que ceux qu'on voudrait nous imposer. Que peut-il bien y avoir de risible dans l'homosexualité, je vous le demande ? Je n'ai qu'un souhait pour l'avenir de mes petits, de ne jamais les voir dans un rôle ou dans l'autre de cette histoire. S'ils devaient s'avérer homosexuels, qu'ils arrivent à le vivre de manière épanouie, à claquer le bec des abrutis, des "bien-pensants" et vivre leur vie pleinement. Et s'ils devaient assister au harcèlement d'un homosexuel par des petits cons, qu'ils ne se laissent pas basculer sur cette pente horrible, mais trouvent au contraire le courage de s'insurger, et de tenter de mettre fin à ces comportements intolérants et cruels.
Limite je leur ferai lire Revanche avant l'heure, si ça peut leur faire comprendre la gravité de tels actes. du coup, je me dis (enfin je pense) que le message de Cat Clarke est bien passé.
D'ailleurs, je vais tout de suite faire un petit apparté, pour vous parler de l'association le Refuge.
(montage et texte ci-dessous réalisés par Karen du blog Au boudoir écarlate)
Revanche de Cat Clarke sorti le 17 octobre, dans la Collection R, un roman magnifique, sublime, poignant, malheureusement directement inspiré d'un fait divers :
Le suicide de Tyler Clementi, 18 ans : http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2010/10/06/l-adieu-sur-facebook_1421117_3222.html
Une occasion de parler de l'ostracisme et des abus, aussi bien physiques et moraux, que peuvent subir les jeunes homosexuels au quotidien. Il existe en France une association qui s'occupe des jeunes victimes d'actes homophobes : LE REFUGE.
Fondée en 2003 par Nicolas Noguier, l'association le Refuge accueille des garçons et des filles de 18 à 25 ans exclus du domicile familial du fait de leur homosexualité ou de leur transexualité.
L'association, qui dépend pour moitié des dons et pour l'autre de subventions, dispose d'appartements-relais et de places d'hôtel en Ile-de-France, à Marseille, à Lyon et à Montpellier.
L'antenne de Paris, ouverte en 2008, héberge ainsi vingt-et-un jeunes "de 20 ans en moyenne" pour une période de six mois, le temps d'essayer de trouver un travail et un logement.
Le Refuge propose également un accompagnement social et psychologique, ainsi qu'une ligne d'urgence : 06 31 59 69 50.
1er chapitre du roman par ici : http://fr.calameo.com/read/00091354492d0653a19dd

Le message étant passé, reprenons le cours normal de notre chronique, pour le petit focus sur les détails :
- La couverture : Comme trèèèèès souvent, dans cette collection R, on n'est vraiment pas déçu par la couverture ! Absolument superbe, Et tellement en osmose avec le contenu. Elle attire l'oeil et on ne peut plus la quitter des yeux. J'y suis personnellement revenue souvent, au cours de ma lecture, parce qu'elle me touche plus que je ne l'aurais cru au premier abord, tellement représentative de ce qu'on lit à l'intérieur. Elle est magnifique, rien à redire là dessus, les couleurs, la composition, la police, la mise en page. Tout est parfait. Ce n'est toutefois pas un coup de coeur, ici non plus.
- le style : Un seul mot. Facile. Un bon et un mauvais point en même temps. Facile, ça veut un peu dire pas forcément très recherché, pas forcément très nourrissant, littérairement parlant. Mais facile, ça veut aussi dire hyper fluide, une lecture qui coule toute seule, sans effort, sans contrainte, à toute vitesse, les brides sont lâchées et on lit ce livre au grand galop.
- L'histoire : Passionnante et émouvante. Pas jusqu'aux larmes cependant (mais je commence vraiment à me dire que cela doit venir de moi), mais néanmoins très forte, triste, choquante. Bref, elle ne laisse pas indifférent. Si seulement elle n'avait pas concerné des lycéens (mais je crois que l'effet n'aurait vraiment pas été le même, en même temps) je m'y serais projetée tellement fort que je ne m'en serais pas remise.
- Les personnages : Jeunes mais terriblement touchants. Des ados normaux, en somme, face à un drame ou à la différence. Face à la colère, à l'incompréhension, à la soif de vengeance. Face à la méchanceté, à la cruauté, à la jalousie... Comme dans beaucoup de romans Young-adult, on ne peut pas dire que leur psychologie soit hyper fouillée ou travaillée, mais ce n'est pas grave, ce n'est pas ce qu'on en attend. On passe vraiment une année avec Jem et le "groupe populaire" dans le présent, dans le maintenant. Quasiment le seul élément du passé dévoilé (quasiment hein) seront la mort de Kai et quelques souvenirs de leur amitié. Mais on n'a pas besoin de plus pour ressentir la puissance des choses, et comprendre le déroulement des évènements. Mes persos préférés sont Jem et Kai, évidemment, qui s'aiment tellement fort et profondément qu'on le sent dans chacune de leurs paroles, et j'ai aussi beaucoup aimé Lucas et Sasha, qui feront bientôt partie de la "nouvelle vie" de Jem. de sa nouvelle vie ou de son plan ?
- L'édition : Niveau correction, je dirais de ce roman qu'il est comme l'ensemble de la collection. Pas complètement parfait, mais pas loin, il ne reste que 2 ou 3 coquilles. Il est de toute façon excessivement rare de trouver un livre qui n'en contient aucune.
Niveau mise en page et compagnie : Confort ! C'est un gros livre oui, mais la police est large, la mise en page aérée, les marges conséquentes. C'est un point commun à toute la collection R qui me plaît, cette mise en page confortable ajoute encore au plaisir de la lecture, selon moi.

En résumé : J'ai hésité à mettre 4 ou 5 coeurs car si j'ai vraiment passé un super moment au point de presque oublier les quelques petits défauts, ils me sont quand même restés en tête. Cela dit, le plaisir de la lecture a été présent et bien présent, et j'ai dévoré ce livre avec passion, surtout vers la fin où tout s'accélère et où la tension devient palpable, où on va enfin comprendre...
Je recommande ce livre à tous, il vous fera dans tous les cas passer un bon (à très bon) moment.

Cali
Lien : http://calidoscope.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Allison
  04 janvier 2014
Habituellement lectrice de fantasy, j'ai encore une fois choisi de m'éloigner de mon genre de prédilection grâce à Masse Critique, en demandant Revanche de Cat Clarke. Pour tout vous dire, j'ai été complètement influencée par ...tout le monde ! Ce livre a été un coup de coeur pour d'innombrables blogueurs. Malheureusement, le charme n'a pas du tout opéré sur moi...

Je ne sais pas trop pourquoi, finalement. Rien ne m'a plu, ni touchée, et si le livre n'était pas si court ou si je n'avais pas été en partenariat, j'aurais surement abandonné ma lecture. En vrac, j'ai trouvé le sujet mal traité, les personnages plats et pas du tout attachants, et l'héroïne d'une bêtise affligeante. Et surtout, moi qui suis hyperémotive, je n'ai pas versé une larme, je n'ai même pas été vaguement émue. Et ce, uniquement de la faute de Jem, agaçante, malheureusement bête et têtue, mauvaise et intolérante... J'ai trouvé le tout bancal et absolument pas dans l'émotion. La fin était TÉLÉPHONÉE au possible et la grande révélation de fin, je l'ai vue arriver dès le deuxième chapitre... une grosse déception vu que j'en attendais beaucoup.

L'histoire tourne autour de sujets tabous ou graves, et le tout est super mal traité. L'homosexualité de Kai est presque une excuse, quelque chose qui n'influe pas du tout sur l'histoire, juste un déclencheur comme un autre qui, une fois le garçon disparu, n'intervient quasiment plus. le harcellement aussi est un sujet qui aurait pu être plus exploité, mais qui est assez survolé. En fait, le thème principal, peut être le seul thème, est la vengeance.

Kai et Jem sont inséparables, meilleurs amis depuis toujours. Jem est folle amoureuse de Kai, et a accepté l'idée qu'ils ne seront rien d'autres que des amis. Un jour l'homosexualité du jeune homme est affichée en ligne d'une façon qui viole totalement son intimité. Il ne le supporte pas et met fin à ses jours, laissant Jem anéantie, avec pour seule consolation douze lettres qu'elle doit ouvrir chaque mois suivants le décès de Kai. Très vite sa peine est remplacée par une colère terrible et elle n'a en tête qu'une chose : trouver qui a détruit la vie de Kai et se venger.

Comme je l'ai dit, le principal défaut du roman est son héroïne. C'est une jeune fille mauvaise, égoïste et sectaire qui est finalement bien pire que ceux qu'elle méprise. L'auteur a peut-être sous entendu qu'elle était tolérante ou je ne sais quoi, étant la gentille qui comprends que son ami soit gay là où d'autres auraient pu être choquées blablabla... Et après ? Elle fout tout le monde dans des cases, « les populaires » ou autres. C'est un tout, la tolérance, et Jem est une extrémiste immature insupportable. Et, en plus de tout ça, elle a fait tous les mauvais choix, quand elle aurait pu mieux s'en sortir, à tout moment. Vraiment à tout moment, et c'est ça le plus frustrant. C'est sa bêtise qui gâche tout.

Le personnage de Kai est super bancal. Incohérent même. C'est un jeune homme chaleureux, joyeux, gentil et drôle. Admettons qu'il veuille se suicider et que sa décision soit murement réfléchie. On parle de mettre fin à ses jours là, d'une souffrance si grande que rien d'autre ne lui semble envisageable. Eh bien, la veille de sa mort, le garçon se pose sur sa chaise avec une tasse de café et écrit douze lettres à sa meilleure copine en lui disant, entre autres, de se teindre les cheveux ou d'améliorer son maquillage. de qui se moque-t-on ? Et le pire c'est que Jem s'y colle, à ces défis. Elle devient soudain plus belle, plus sure d'elle, et rapidement plus populaire. Pratique, quand on sait qui est la cible de sa vengeance. À aucun moment elle ne doute d'elle, alors que c'est FLAGRANT qu'il y a un problème, qu'elle fonce dans le mur.

Histoire de ruiner mon immersion dans le roman à 100%, nous suivons Jem à la première personne, avec sa vision des choses bancale et son idiotie sans fin. Et quand finalement la fin arrive, elle déçoit. Mais le pire c'est qu'on s'y attend énormément.

Aussi, le livre en lui même souffre à mes yeux de défauts, comme la couverture, qui me déplait énormément. Je la trouve tout sauf esthétique, peu représentative du livre finalement. Bon, ça c'est un goût personnel. Et le livre fait environ 500 pages, mais est écrit en quoi, corps 16 ? Il aurait pu facilement faire 200 pages avec un corps normal et il se lit facilement en quelques heures. le style est celui d'une jeune fille de 16 ans, parfois cru et vulgaire, normal en somme. Il est très facile à lire et finalement assez fluide.

Bon voilà, un avis négatif au milieu de centaines de coups de coeur. J'ai regretté que certains sujets ne soient pas mieux traités, je n'ai pas du tout éprouvé d'empathie envers l'héroïne et j'ai trouvé le tout un peu trop téléphoné. Mais, encore une fois, c'est un avis personnel. Je suis convaincue que le roman peut plaire et beaucoup toucher, je n'ai simplement pas été convaincue. Je remercie tout de même Babelio et la Collection R pour ce partenariat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          274
Emyline
  28 mars 2014
J'ai pas mal entendu parler de Revanche, qui semble avoir beaucoup plu à ceux qui l'ont lu. le thème me plaisant, je n'ai pas hésité, et je ressors satisfaite de cette lecture.
L'histoire suit Jem, adolescente de 16 ans amoureuse depuis toujours de son meilleur ami, Kai, qui est gay. Bien qu'elle en soit un peu triste au fond d'elle, elle s'est faite à l'idée et tient énormément à leur amitié. Mais, un jour, une vidéo de Kai avec un garçon est postée sur le net, forçant brutalement son coming-out qu'il ne comptait pas faire de suite. Il ne le supporte pas et se suicide, ce qui plonge Jem dans la souffrance. Elle est bien décidée à trouver les responsables et à leur faire payer à tous.
Le récit est découpé en 2 parties et introduite par un prologue au ton différent, à la narration différente.
La première partie nous présente Jem après la mort de Kai. Elle se remémore son meilleur ami, leur rencontre, leur amitié, etc. Il lui manque terriblement, et ça ne fait qu'un mois qu'il est mort. Cela laisse présager sa souffrance future. Elle nous raconte également ce qu'il s'est passé, pourquoi il s'est suicidé, ainsi que son « retour à la vie » un mois après sa mort. Son Plan de vengeance se met doucement en place.
Dans la seconde partie, plus conséquente que la première, Jem s'infiltre dans le Groupe populaire. C'est à partir de là que l'on apprend à mieux connaitre ce groupe. Jem change beaucoup, tant physiquement que moralement, des changements qu'elle finit par ne plus supporter. C'est pour son Plan qu'elle fait ça, qu'elle devient une manipulatrice dans l'ombre, ce qui n'est pas forcément une bonne chose. Par moment, elle nous agacerait presque.
L'élément déclencheur de cette histoire, outre le suicide de Kai, ce sont les lettres que Jem obtient un mois après sa mort, écrite de la main de son meilleur ami, à ouvrir tous les mois à la date de sa mort pendant un an. Ces lettres sont des confidences de Kai, son soutien pour qu'elle s'accroche, qu'elle continue sa vie sans lui, ainsi que quelques missions qu'il lui donne (missions qui influent sur son changement de look). J'ai vraiment aimé ces lettres que j'ai trouvé amusantes, émouvantes et surtout très réelles. Elles sont écrites dans une police manuscrite et certaines phrases sont même rayées pour accentuer l'impression de vrai.
C'est après la lecture de la première que Jem se reprend et décide de trouver les coupables pour leur faire payer, tout en lisant mois après mois les lettres suivantes qui sont pleines d'espoir concernant l'avenir de Jem. Mais, il y a une chose qui reste omniprésente concernant ce futur, c'est qu'il sera court car Jem l'a décidé ainsi. L'avenir sans Kai lui semble bien trop difficile.
En résumé, elle tient surtout à mettre son Plan à exécution, et non pas à penser à son futur. Toutefois, elle se fait prendre au piège de ce Plan, ce qu'elle n'avait pas du tout prévu. Après s'être intégrée au groupe, elle se met à faire semblant d'aimer Lucas, de sortir avec lui. Mais elle n'avait pas prévu que son coeur se mêle de tout cela. C'est pourquoi les derniers chapitres sont si terribles car tout est dévoilé, elle perd ce qu'elle a acquis pendant une année, et contre toute attente elle en souffre. Preuve en est qu'en un an, malgré sa détermination, elle a tout de même changé.
Jem et Kai se connaissent depuis qu'ils ont 7 ans. Kai était un jeune homme drôle, intelligent et très gentil, ce qui se ressent très bien à travers ce qu'en dit Jem, ainsi que par les lettres qu'il lui a écrites. du coup, j'étais très triste qu'il ne soit pas présent dans l'histoire, même si elle n'aurait pas eu lieu d'être sans son suicide en fait.
Jem, quant à elle, était une enfant assez timide lors de sa rencontre avec Kai. Puis il est devenu son seul ami, son confident, l'homme de sa vie en sommes. A ses 3 ans, elle a changé de look pour aller vers le style emo, gothique, qu'elle a gardé ensuite. Ce qui arrive à Kai éveille un désir irrépressible de vengeance.
Quant aux autres personnages, hormis les familles des personnages, il s'agit du Groupe Populaire du lycée, composé de Lucas, Sasha, Stuart (alias Stu), Bugs, Amber, Max et Louise (la soeur cadette de Kai, en froid avec Jem car elle n'accepte pas du tout l'homosexualité de son frère). Ce groupe est très présent dans l'histoire car au centre de la vengeance de Jem. Ainsi, on apprend à connaitre peu à peu chacun des membres, et certains prennent plus d'importance que d'autres.
La fin et ses révélations (un peu prévisibles au final) sont… frappantes. de la façon dont cela est écrit, on reste vraiment bouche bée, on est bouleversés par tout ce qui se passe dans les derniers chapitres, comment tous les personnages atteignent un point culminant de souffrance.
J'avais vraiment les larmes aux yeux durant les toutes dernières pages. C'est un roman fort, empli d'émotions qui nous touchent profondément, et que je ne peux que conseiller.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
orbe
  13 décembre 2013
Le meilleur ami et seul ami de Jem vient de se suicider. Elle souhaite bientôt le rejoindre mais avant, son projet est de le venger. Pour cela, il va lui falloir infiltrer la bande des élèves les plus populaires du lycée et faire semblant de les apprécier. Arrivera-t-elle à assouvir sa vengeance? A quel prix?

Un roman fort qui file tout le long le thème du suicide et évoque avec clarté l'attirance de certains jeunes pour cette terrible porte de sortie. Alors que le début du livre est brouillon et dérangeant avec cette idée forte de l'héroïne de l'espérance du suicide, le récit s'ouvre progressivement avec l'apparition d'autres enjeux comme la peine des familles endeuillées ou encore la possibilité d'une seconde chance avec les nouveaux liens que tissent Jem vers les autres. Mais sera-t-elle assez forte pour apercevoir le bonheur? Un très beau livre pour parler, partager, et s'émouvoir car la fin vous éclate à la figure.

Lien : http://cdilumiere.over-blog...
Commenter  J’apprécie          310
Cece_
  02 décembre 2013
Je crois qu'il n'est plus vraiment utile de présenter ce livre et son auteur tant on en parle sur le net depuis quelques temps. Malheureusement j'avais peut-être placé trop d'espoir en Revanche. Après Cruelles, je m'attendais à la septième merveille du monde et je me suis retrouvée face à un livre pour adolescent assez banal en fin de compte.
C'est toujours délicat de parler d'un livre que l'on a pas, ou peu, apprécié. Ça l'est encore plus lorsque l'on veut argumenter sa déception sans trop en dévoiler pour autant à ceux qui n'auront pas encore eut le livre entre les mains. Ah ! Quelle affreuse situation ! Je me sens mal, vraiment mal.
Posons tout d'abord les bases de l'histoire. le résumé dit presque tout, seulement pour que je puisse en parler plus facilement je rajouterais deux petits détails. Il faut savoir que Jem ouvre, chaque mois, une lettre écrite par Kai avant de mourir. Lettres dans lesquelles il parle de choses diverses et variées. Ensuite, chose importante, pour accomplir une vengeance, il faut avoir un but, un objectif, une « victime ». Pour Jem, ils s'agit du groupe populaire de son lycée. Assez rapidement, elle se met en tête que les bourreaux de Kai sont trois garçons populaires. Elle décide alors de faire son possible pour être accepter dans un groupe qu'elle hait du plus profond de son être et ce dans l'unique but de venger son meilleur ami. Acte plein de compassion, de courage et de… stupidité.
Je sens que je ce n'est pas maintenant que je vais me faire des amis mais, suis-je vraiment la seule à avoir trouvée Jemina complètement stupide ? Ôh ! frustration. Que c'est horrible, je ne peux m'expliquer clairement sans révéler des bouts de l'intrigue et ça je ne le veux pas. Il faut que je m'en sorte en en disant le minimum… J'accepte le défi.
Jem c'est une fille au look emo-gothique, qui se maquille à outrance, se teint les cheveux en noir depuis trois ans et ne connais pas la couleur. Pourtant dès lors que Kai se donne la mort, elle devient une fille ravissante, gâtée par la nature comme toute les héroïnes de YA banals. J'étais assez contente au début, de voir un personnage assez spécial et pourtant…
Elle se lance dans une vengeance personnelle comme une enfant en colère. Oui. C'est exactement cela, une enfant en colère. Absolument toute les cartes sont dans sa main mais elle est tellement obsédée par sa revanche qu'elle ne se rend pas compte que la vérité est énorme et juste sous ses yeux. Elle ne réfléchit jamais, monte des « mauvaises blagues » pour faire payer les garçons mais, honnêtement, ses sois-disant vengeances sont des index pointés bien droit vers elle. Absolument tout ce qui arrive aux garçons la désigne comme coupable mais personne, je dis bien personne (à croire que tout le monde est aveugle dans ce livre) ne réalise qu'elle n'est qu'une fouine au coeur de granit.
Parce que oui, parlons en de son coeur. Qu'elle soit touchée par la mort de son meilleur ami, voire plus étant donné les sentiments qu'elle éprouvait pour Kai, je peux le comprendre. Ça me touchait même au début. Mais quand on apprend ce qu'elle compte faire au final (non ne rêvez pas je ne le dirais pas) on se rend clairement compte que derrière ses airs de pauvre amoureuse meurtrie se trouve un être égoïste et malsain au possible. Et elle nous le rappelle assez souvent, des fois qu'on éprouve un peu de compassion pour elle entre deux chapitres. J'avais l'impression qu'elle me disait « Non, n'essaye pas de me comprendre ou de m'apprécier, c'est perdu d'avance je suis juste stupide et irrationnelle. »
Je parle beaucoup de Jemina, mais il faut garder en tête qu'elle est le personnage principal de ce roman, que l'on est, sans avoir eut le choix, propulsé dans sa tête malade et triste et qu'on doit la supporter elle et ses actions sans queue ni tête.
Heureusement, Jem n'est pas le seul personnage du roman. Ainsi j'ai pu supporter ses folies à l'aide de Sasha et Lucas, deux personnes au coeur immense malgré leur popularité tant jalousé. J'ai adoré Sasha en réalité. Plus que je ne l'aurai cru au début. Elle m'a d'autant plus que Jem a réussi à prouver que l'on peut être populaire et gentille aussi aisément que l'on peut être solitaire et détestable.
On parle beaucoup de sexe, peut-être un peu trop à mon goût. Les pensées de Jemina sont parfois à la limite du familier (pour ne pas dire vulgaire) et j'avoue ne pas en être extrêmement fan. J'ai aimé la voir devenir ce qu'elle déteste, la voir se faire happé par son Plan de vengeance. Elle ne vit plus que pour ça et finit par devenir exactement comme les personnes qu'elle traque sans relâche. Cat Clarke nous rappelle sans cesse que Jem fait tout ça pour le Plan, comme un bourrage de crâne qui n'en finit pas. Se perdre avec Jem, j'imagine que c'est ce qui a tant plu, dommage que je n'ai pas sombré avec elle.
Malgré le fait que je m'y attendais, la fin a su me surprendre. Pas forcément dans le bon sens, certes, mais j'admets avoir ouvert la bouche de stupeur, ne comprenant pas pourquoi tout arrivait. Tout survient si vite qu'on est dépassé par les événements, on cherche à se rattraper à quelque chose mais tout s'effondre soudainement et on plonge tête baissée dans la folie, toujours en compagnie de Jem.
Je pense que ce livre aurait été parfait pour moi si Jem n'avait pas été Jem. Plus j'y réfléchie et plus je me rends compte que tout le problème vient d'elle. Je n'ai pas réussi à l'apprécier ne serait-ce qu'un minimum, rendant ma lecture vraiment difficile. Si j'étais encline à comprendre les problèmes de Kai, je l'étais beaucoup moins face à la transformation de Jem qui est une véritable aberration à mes yeux. Tout le monde n'interprète pas de la même façon le sujet de l'intimidation et, bien que, ici, on se base sur la sexualité de Kai, c'est surtout Jem qui m'a choqué. Je peux vous l'assurer, une fille gothique et solitaire ne devient pas populaire en changeant de couleur de cheveux et de maquillage, loin de là. Si les problèmes de Kai sont bien traités, ceux de Jem sont bâclés voire simplifiés d'une façon presque insultante et ça, je ne l'ai pas supporté.
En bref, il faut retenir que…
J'ai haï du plus profond de mon être l'héroïne principale, Jemina. Dont les agissements sans fondements me faisaient horreur. Dont les multiples répliques d'auto persuasion « Je fais ça pour Kai » l'ont transformé à mes yeux en une sorte de démon qui n'avait plus rien d'humain. Et dont l'égoïsme insondable m'a terrassé.
En revanche je me suis attachée plus que je ne le pensais à Lucas et Sasha, deux personnages qui, eux, étaient des êtres relativement bons sans une once de méchanceté.
On ne traite pas assez de l'homosexualité de Kai à mes yeux. Ce n'est que le déclencheur de l'histoire, basée, elle, sur la seule vengeance de Jem. du coup dire que le sujet principal du roman est l'homosexualité me gêne vraiment.
L'idée de la correspondance de Kai en revanche m'a vraiment plu, j'étais contente de trouver chaque mois, avec Jem, une de ses nouvelles lettres, j'étais d'autant plus heureuse d'avoir deviné le contenu de la dernière (quelle devin je fais).
Et surtout, surtout, tout est beaucoup trop prévisible. Car deviner la fin de l'histoire au bout de 150 pages c'est assez décevant. Il n'y a que Jem pour ne pas voir l'énormité de ce contre quoi elle est censée se battre.
Lien : http://julycece.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (76) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   20 mai 2014
"Kai, tu es sûr que ça va ? Tu es un peu bizarre..."
Il m'a embrassée sur le front. "Ah, Jemima ! Ce côté bizarre fait partie de mon charme, mais je ne t'apprend rien." Il m'a prise dans ses bras et serrée si fort que j'ai failli tourner de l’œil.
J'allais m'écarter, mais il m'a serrée encore plus fort. "Ah non, a-t-il murmuré à mon oreille. Je n'ai pas encore envie de te lâcher. Je trouve ça particulièrement bon, aujourd'hui."
Nous sommes restés debout sur le seuil de l'entrée pendant au moins deux minutes. Un moment plutôt agréable. J'avais toujours la sensation que le monde était un endroit meilleur, plus sûr, quand Kai me prenait dans ses bras. Kai ne sentait pas aussi bon que d'habitude. Un arôme de vieux café se mélangeait à son odeur, ce qui expliquait bien sa bizarrerie - Kai et la caféine n'ont jamais bien cohabité.
Il a fini par me lâcher, au bout d'un moment, et par poser ses mains sur mes épaules, mais pas comme Stu dans le couloir du bahut. "Je t'aime, Jem. Si j'étais un de ces horribles hétéros, je te violerais sur place !" Sur ces paroles, il a enfoui son visage dans mon cou et fait semblant de me... violer,bref, vous voyez ce que je veux dire.
Je me suis tortillée avant de me dégager d'un bond. "Bas les pattes, espèce de crétin ! Et arrête de mentir - si tu étais hétéro, tu sortirais avec Sasha Evans ou une nana dans le genre."
Il a penché la tête sur le côté et réfléchi un instant à ce que je venais de dire. "Ouais, tu dois avoir raison. Je suis trop bien pour toi." J'ai tenté de le frapper, mais il a réussi à esquiver le coup. "Si tu faisais quelque chose avec ces cheveux, y aurait peut-être moyen, par contre..."
J'ai secoué la tête et commencé à redescendre l'allée. "Hé ! Je plaisante... Jem ! Tu es magnifique." Sa voix m'a paru différente, cette fois ; plus grave. J'ai fais un demi-tour sur moi-même. Le visage de Kai avait lui aussi changé - plus sérieux.
"Tu n'es qu'un sale menteur, Kai McBride." Sur ces mots, je lui ai tiré la langue.
Je suis partie sans me retourner.
Je ne l'ai plus jamais revu, après ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
MelMMelM   30 novembre 2013
Il me manque tellement. Ça ne devient pas plus facile. Peu importe ce que les gens disent, le temps ne guérit pas les blessures. Il vous montre simplement de nouvelles, et encore plus douloureuses manières de souffrir de l'absence de quelqu'un. Plus cette personne est partie depuis longtemps, pire c'est, parce qu'on commence à oublier son sourire, sa façon de pencher la tête lorsqu'elle réfléchissait, de vous regarder et de deviner ce à quoi vous pensiez. Bientôt, on se met même à avoir la sensation que les souvenir sont étés remplacés par des images photographiques - comme si la seule façon de se rappeler cette personne se trouvait désormais sur un cliché, et qu'elle devenait bidimensionnelle. Et comme ça déchiré le cœur rien que d'y penser, on évite de le faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
CielvariableCielvariable   20 mai 2014
Un camion passe à toute allure près de moi. Le courant d’air qu’il soulève m’arrache la feuille des mains et l’emporte loin de moi. Je fais un mouvement brusque vers l’avant, sens mon centre de gravité basculer. Tout le haut de mon corps se retrouve par-dessus le garde-fou. Mon bras tendu me fait mal tandis que mes doigts caressent le vide pour rattraper la page. Je n’ai plus qu’un pied sur la route, mais si je pouvais étirer encore un peu le bras, je pourrais…
Je commence à tomber. Durant un moment, un moment complètement délirant, j’ai l’impression que je vais réussir à saisir la lettre, l’atteindre et la serrer dans ma main en chutant. Comme ça, au moins, je la tiendrai contre moi lorsque je mourrai. Je n’aurai qu’à fermer les yeux et me laisser disparaître dans l’oubli. Je heurterai peut-être les mêmes rochers que lui ? Mon sang se mêlera peut-être au sien ? Peut-être qu’il y a vraiment une vie après la mort, et que Kai m’attend là-bas, les bras tendus comme moi en cet instant ?
Mais…
Je ne veux pas mourir.
J’essaie de me retourner lorsqu’une douleur atroce se diffuse dans mon cou.
Il est trop tard.
J’ai choisi la vie trop tard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
CielvariableCielvariable   20 mai 2014
Deuxio : je suis désolé. Désolé à un point que je ne peux même pas exprimer. Les gens n’arrêtent pas de s’excuser pour des conneries. Mais il y a une chose que j’aimerais que tu saches : je suis super méga désolé. Désolé genre dix sur l’échelle de Richter. J’espère que tu me pardonneras un jour. Tu risques de me détester pendant un certain temps, et je ne te le reprocherais pas. Je serais carrément furax, à ta place. Ce que j’essaie de te dire, c’est que je comprends ce que tu ressens, là tout de suite, mais que ça ne durera pas cent sept ans. Fais-moi confiance. Si jamais mes paroles ne suffisent pas à te convaincre, pense à mon sourire ravageur. Ça devrait t’aider. Ou alors, regarde la photo dans ton téléphone. Allez, arrête, tu sais très bien laquelle. « D’une beauté diabolique... » Ton commentaire, mot pour mot, si je me rappelle bien. (S’il ne s’agissait pas d’une note écrite et si je n’étais pas franchement contre ce genre de truc débile, je parierais que tu es grave émue, avec les paupières qui palpitent et tout...)Ne t’inquiète pas, je ne t’ai pas écrit une lettre de suicide. Je ne vais pas me la jouer « pauvre Kai ! » ni quoi. Tu sais très bien pourquoi je fais ça. Je n’ai rien à « gagner » là-dedans. Ce qui est fait est fait. Mais au moins, tu pourras lire ces lettres, après tout ça... Sauf si j’ai trop flippé et que je me suis dégonflé. Dans ce cas, tu n’auras pas ces mots sous les yeux parce que j’aurai tout balancé dans le broyeur du bureau de papa. Mais je ne me dégonflerai pas. Pas du tout, même. Je suis désolé. T’inquiète, j’arrête de m’excuser comme ça sans arrêt, mais putain, Jem, ce que tu vas me manquer !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
orbeorbe   07 décembre 2013
Kai qui nous aimait autant l'une que l'autre, souhaitait juste qu'on s'entende sa sœur et moi. Il n'a jamais vu son rêve se réaliser. Il ne passera jamais son permis. Il n'ira plus boire de coups au pub. Il ne votera pas non plus.
Kai ne fera rien de tout ça. A cause de ce qu'ils lui ont infligé.
Commenter  J’apprécie          270
Videos de Cat Clarke (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cat Clarke
L'amitié, c'est comme une allumette...... il suffit d'une étincelle pour se brûler les doigts.
"J'ai sombré quand ma soeur jumelle est morte, et mes amies m'ont reconstruite, morceau par morceau. Depuis, je pensais que jamais rien ne pourrait nous séparer. Jusqu'à ce que débarque cette nouvelle fille..."
Entrez dans l'univers de Cat Clarke, la reine du thriller émotionnel !
Coup de c?ur de Zoella pour son Book Club 2017
autres livres classés : suicideVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Revanche

Où Jem et Kai se rencontrent pour la première fois?

Dans le jardin de Kai
A la rentrée du collège
A l'emménagement de Kai
Dans le jardin de Jem

10 questions
36 lecteurs ont répondu
Thème : Revanche de Cat ClarkeCréer un quiz sur ce livre
. .