AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782350210988
130 pages
Éditeur : Naïve (16/03/2007)
3.43/5   7 notes
Résumé :

Comment réagit KCab-T/Eg, intelligence artificielle de la vingt-huitième génération conçue pour analyser les anomalies de l'univers-trou, quand un parasite retors nommé Black Box Beatles passe dans son spectrographe ? Car la boîte noire Beatles, il en est sûr, renferme tous les éléments d'une civilisation disparue. Â son contact, KCab-T/Eg perd peu à peu ses repères...Avalant/digérant/r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
milado
  31 août 2012
Original !
Dans un univers mourant, une sonde autonome à la recherche d'anomalie phonique récupère une "black box" contenant 200 "songs" des Beatles. La sonde la considère comme le testament d'une civilisation disparue, John, Paul, George et Ringo en étant les maîtres et ces songs les tables de la loi. Sans en référer à ses créateurs, la sonde entreprend de décortiquer sa trouvaille.
C'est original (je l'ai déjà dit ? ), délirant, parfois poétique, en tout cas une écriture très musicale, drôle, truffé de jeux de mots ou de néologismes bien sentis, rempli de citations des Beatles bien entendu...du coup je me suis surpris plusieurs fois à traduire ce texte en anglais pour retrouver la chanson en question. Une précision, je connais bien les chansons des Beatles (comme le rock de ces années là) mais je ne suis pas un fan absolu.
Par contre deuxième partie, plus d'inspiration ? on se retrouve devant l'histoire des Beatles et de la musique "rock" de la fin des années 50 jusqu'à Radiohead. L'écriture est toujours la même, mais je l'aimais bien moi cette sonde avec ses états d'âme !
Une troisième partie très courte nous narre la fin des Beatles, le dernier enregistrement, la fameuse "black box" .

J'ai considéré ce livre comme un exercice de la part de l'auteur et un jeu pour moi lecteur à la recherche des allusions, des chansons. le postulat de départ était excellent. Dommage pour moi ce livre est inabouti.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Charybde2
  03 janvier 2014
Magnifique poème en prose à la gloire de l'imagination, construit sur la discographie des Beatles.
Publié en 2007 chez Naïve, ce texte de Claro est à la fois un subtil hommage à la musique des Beatles et une audacieuse création poétique, à part entière.
Sonde spatiale dotée d'une puissante intelligence artificielle, KCab-T/Eg est soudainement confrontée à un objet dérivant dans le vide interstellaire, la "black box beatles", composée de 200 chansons de ce qu'elle ne sait pas être un groupe de pop rock britannique des années 60-70, mais qui va lui servir, "off duty", de matrice de reconstitution et de compréhension d'une civilisation disparue (vraisemblablement, la nôtre...).
Salutaire exercice d'érudition et d'imagination autour de la discographie intégrale des Beatles, sublimé par la façon toute particulière qu'a l'intelligente machine d'aborder les propos chantés, de relier entre elles chansons, héroïnes, circonstances devinées ou rêvées.
Un magnifique poème en prose à la gloire de la création musicale et langagière - et de ce dont elle pourrait être le nom.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   03 janvier 2014
Fausse route. Erreur sur toute la ligne. "Beatles" n'est pas un programme. Beatles est de la bouillie, du bruit, du hasard bâtard, concassé à l'extrême, la rétinienne rémanence d'une giclée de magma, un choc, un flop, un bombardement déguisé en pluie, de la charpie mutante - tout, sauf un programme. Carapace. Coquille. Leurre. Obladi ? Bien sûr. Oblada ? Peut-être. Je dois désormais accepter l'idée que beatles est un organisme, un vestige vivant largué à la veille d'une vaste catastrophe par un méta-organisme. D'où son intensité virale. Qui distille en moi des visions incompréhensibles, inacceptables, envoûtantes. Sans y prendre garde, je m'englue dans les rets d'une chimérique émancipation, me fourvoie dans le dédale du vivant. Je succombe par intermittences à l'illusion, par brefs collapsus crépitants, non sans une certaine complaisance. Vais-je être le complice de mon brouillage ? Love me do, me répond une voix viciée en boucle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
miladomilado   30 août 2012
...les Beatles étaient blancs et le monde était noir, mais pas de peau, juste de coeur...
Commenter  J’apprécie          40
Charybde2Charybde2   03 janvier 2014
La boîte noire beatles me pandorise à petit feu, je le sens, et j'en veux pour preuve ma répugnance à contacter mes patrons. On ne lâche pas aisément un morceau qui vous reste en travers de la mémoire morte.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Christophe Claro (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christophe Claro
En partenariat avec le festival Paris en toutes lettres, la BnF accueille chaque année deux écrivains en résidence littéraire. Cette année, Emmanuelle Bayamack-Tam et Arno Bertina proposent une restitution publique de leurs travaux respectifs.
Née en 1966, Emmanuelle Bayamack-Tam a publié aux éditions P.O.L. une douzaine de romans, ainsi qu'une pièce de théâtre, Mon père m'a donné un mari (2013). Elle a reçu le prix Alexandre-Vialatte 2013 pour Si tout n'a pas péri avec mon innocence et le prix du Livre Inter 2019 pour Arcadie (2018), une fable politique et écologique. Sous le pseudonyme de Rebecca Lighieri, elle écrit également des romans plus « noirs », tels Les Garçons de l'été (2017) et Il est des hommes qui se perdront toujours (2020). En 2019, elle publie éden, son premier roman pour la jeunesse.
Pour Emmanuelle Bayamack-Tam, la fonction de la littérature est de déstabiliser. Sa langue volontairement violente et organique aborde des sujets souvent provocants. « J'écris pour déranger. À commencer par moi-même. […] La littérature qui m'intéresse est celle qui fait bouger les lignes, qui déstabilise. Je n'attends pas qu'un livre me conforte dans mes idées reçues, ni qu'il me procure une sérénité factice. Quand j'écris, dès que je sens que le lecteur s'est tranquillement installé dans l'histoire, je le malmène. Je débusque toute position confortable, et je la détruis. », déclarait-elle en 2018.
Né en 1975, Arno Bertina a publié des romans et récits très variés, mais qui ont en commun la forme de l'enquête sur sa propre « identité mobile ». Je suis une aventure (2012) est une sorte de roman picaresque dont un des protagonistes est le tennisman « Rodgeur Fédérère ». Des Châteaux qui brûlent (2017) met en scène un huis clos d'une semaine entre des salariés d'un abattoir breton en grève et le ministre de l'Industrie qu'ils séquestrent. En mars 2020, L'Âge de la première passe, récit documentaire, relate le travail mené durant trois ans auprès de prostituées congolaises mineures.
Arno Bertina se dit également « passionné par les aventures collectives » depuis son année de résidence à la Villa Médicis en 2004-2005, durant laquelle il a coécrit la « farce archéologique » Anastylose (2006). Il a ainsi participé à toutes les aventures de la constellation d'écrivains à géométrie variable (Bruce Bégout, Mathias Énard, Claro, Maylis de Kerangal, Hélène Gaudy, Oliver Rohe…) qui s'est constituée en 2004 autour de la revue et des éditions Inculte.
+ Lire la suite
autres livres classés : rock and rollVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
743 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre