AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290156078
Éditeur : Editions 84 (21/03/2018)

Note moyenne : 2.92/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Dans l'outback australien, un ouvrier d'une mine est retrouvé mort. Atterré par le désintérêt de la police, le régisseur décide de faire appel à un vieil ami, le journaliste Anthony Argos. Dans ce lieu insolite, ce dernier comprend très vite que l'affaire est liée à la drogue et aux ravages de la métamphétamine.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  24 février 2017
Toute personne de ma génération connait forcément Hervé Claude, journaliste qui a présenté le journal d'Antenne 2, puis France 2, de 1975 à 1994. Il travaille depuis cette date sur Arte.Hervé Claude a écrit une dizaine de romans. dont la trilogie "Mort d'une drag-queen".en Australie. Depuis près de quinze ans, tous les romans d'Hervé Claude ont pour décor l'Australie, un pays qu'il connaît fort bien ou il vit plusieurs mois de l'année.
Cette fois encore, c'est l'Australie et plus précisemment Perth, situé dans le nord-ouest de l'Australie qui sert de décor à ce polar noir.
Une ville qui a pour surnom Cristal city n'est ni plus ni moins que le surnom de Perth ; le crystal (methamphamine). circule au vu et su de tout le monde,
Meurtre dans "l'Australie profonde":
Un mineur est tué. le supérieur hiérarchique de la victime appelle son ami, Argos journaliste , afin de faire la lumière sur cette affaire qui se

mble liée aux trafics de methamphamine. ;




Traversé d'articles du journaliste sur le crystal meth et de chapitres sur l'enquête proprement dite, ce polar sombre et parfaitement tenue nous emmène dans une Australie que l'auteur nous fait découvrir et retranscrire avec force détails et véracité, de la chaleur qui suinte au décor aux tenues des protagonistes.
Un polar sombre, documenté et bien tenu qui explore un milieu assez sombre de la société australienne .
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Herve-Lionel
  04 mai 2017
La Feuille Volante n° 1134
CRYSTAL CITY – Hervé Claude – L'aube noire.
Dans une mine surchauffée du désert australien, l'outblack, Ross, le responsable, vient de découvrir le corps d'un mineur. Bien sûr il a appelé la police mais il a aussi passé un coup de fil à son copain, le journaliste Anthony Argos de la grande ville de Perth, parce que c'est un professionnel de l'investigation mais surtout sans doute aussi parce que c'est aussi est un emmerdeur, un marginal divorcé et vaguement homo, qui semble supporter cette atmosphère violente. Il faut bien dire que les flics ne donnent pas l'impression de vouloir faire leur travail avec beaucoup de conviction et Anthony est grandement à son affaire parce que, depuis longtemps il est largement aussi efficace qu'eux et que sa carte de presse semble aussi respectée qu'une plaque d'officier de police.
Dans ce microcosme professionnel où les ouvriers sont bien payés à cause de la dureté du travail, la violence, l'alcool et la drogue font partie du décor. Ce n'est pas pour rien qu'on surnomme Perth « Crystal city », chrystal (menth ou ice), l'autre nom de la drogue ! L' appel de Ross à son ami le journaliste pouvait paraître anachronique mais il tombait plutôt bien eu égard au peu d'empressement de la police locale à enquêter sur cette mort qui, pour elle, n'était seulement qu'un accident. La victime, Melville Barnes était un modeste employé d'origine anglaise mais n'était pas un inconnu pour le journaliste, il sévissait dans le milieu gay sous un autre nom. Tel est le point de départ de ce thriller où vont s'entrecroiser un flic un peu bizarre, la mort non moins énigmatique d'un mafieux dont on a seulement retrouvé seulement la tête, la personnalité mystérieuse de la belle Chairmaine, le tout sur fond de bars gays et lesbiens, de cette drogue de synthèse qui tue, de labos clandestins, de violence, de prostitution, de testostérone, de drague, de dollars, d'ambiance chaude, d'armes et d'explosifs qui circulent sous le manteau, de suicides et de morts violentes, d'univers interlope des « bikers » où la vie de chacun qui ne tient qu'à un fil, une délinquance bien ordinaire dans ce pays, le tout sous l'oeil des caméras de surveillance, des cartes d'une voyante et de l'action parfois hésitante de la police contre la drogue.
Je me souviens très bien d'Hervé Claude présentant le 20 heures sur Antenne 2 , c'était au siècle dernier et ça ne nous rajeunit pas. J'ignorais qu'il écrivait des romans policiers et qu'il vivait plusieurs mois de l'année en Australie. Cela dit, j'ai été happé au début par le rythme et le dépaysement de ce thriller, écrit dans un style rapide, entrecoupé d'articles de presse, de portraits de trois personnages de plus en plus mystérieux et d'analepses qui entretiennent le suspens jusqu'à la fin. l'ambiance homo dans laquelle baigne ce roman, ces gens qui changent de nom et disparaissent aussi vite qu'ils sont venus, les fausses pistes, les flics ripoux et les désinformations tissent l'atmosphère particulière de ce polar haletant.
L'auteur évoque des plages paradisiaques où évoluent les surfeurs mais aussi au large les requins et des serpents venimeux cachés dans le sable des dunes, les araignées et autres varans. Pas vraiment attirant tout cela ! Quant à l'ambiance surchauffée et abreuvée de bière de la mine, elle réserve bien des surprises autant par la faune des mineurs que parce qui s'y passe! J'ai pourtant été un peu déçu à la fin.
© Hervé GAUTIER – Mai 2017. [http://hervegautier.e-monsite.com]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
moijelisetvous
  24 février 2019
Me voilà à nouveau avec Hervé Claude, découvert avec Riches, cruels et fardés, j'ai découvert son nouveau héros Anthony Argos à travers Crystal City.
Mon dieu qu'il fait chaud 🔥, nous sommes dans l'outback australien en plein coeur de mines gigantesques à ciel ouvert.
On découvre les bogans : ces ouvriers qui viennent des villes voisines pour 6 mois en autarcie, au volant de camions titanesques, avec des salaires extravagants et la drogue bien présente malgré le silence de la direction.
Car il faut tenir, 8h au volant de ces convoyeurs, sans musiques, avec pour seul obsession ce travail à faire par une chaleur écrasante...
On retrouve un soir, un bogan au pied de son camion, assassiné... Ross, le directeur de la mine ne comprenant pas le manque d'intérêt de la police, fait appel à son ami Anthony Argos, un journaliste s'intéressant de très près au trafic de ce crystal qui gangrène l'Australie.
Comme à son habitude, Hervé Claude, nous présente un personnage haut en couleurs, avec ce journaliste : buveurs de bières, gay, une pugnacité rare à découvrir la vérité parfois dans des conditions extrêmes 😉
Un simple bogan assassiné va plonger Anthony Argos dans les trafics, les ravages de la méthamphétamine, la prostitution, l'argent enfin bref dans une Australie nécrosée.
Rudement bien menée, cette enquête vous fera transpirer jusqu'au bout : une Australie méconnue mais bien réelle, un journaliste qui n'hésite pas à donner de sa personne et les bas fonds de cette économie parallèle stupéfiante 🤪 dépaysement assuré...
Merci Hervé Claude, revu au festival de Vienne, et ce conseil de lecture réussi encore une fois.
#crystalcity
#herveclaude
#jailu
#thriller
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
alpaugre
  05 octobre 2016
Livre lu dans le cadre de l'opération Masse Critique.
Le désert australien, l'outback, la chaleur, la mine, un mort. C'est le point de départ de Crystal City. Une mise en bouche plutôt alléchante, à défaut d'être originale. Malheureusement, la suite du livre confirmera de plus en plus le manque d'originalité et de moins en moins le côté alléchant.
L'enquête est menée par le responsable de la mine avec l'aide de son ami de toujours, journaliste d'investigation de la grande ville voisine de Perth.
Si la construction du livre sort un peu de l'ordinaire : des articles du journaliste alternent avec l'histoire, l'ambiance et les personnages manquent cruellement de profondeur. L'intrigue a lieu dans des milieux durs, le trafic de drogue, l'exploitation minière, le désert australien, et on a l'impression d'être au camping de Palavas-les-Flots avec monsieur et madame tout le monde en vacances : la plupart des personnages sont lisses, les situations sont convenues, même les 55°C de l'outback semblent supportables !
Si vous voulez une vraie ambiance dans le fin fond de l'Australie, lisez plutôt Piège Nuptial de Douglas Kennedy
J'aimais bien Hervé Claude le journaliste, Hervé Claude le romancier m'a déçu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nilebeh
  10 décembre 2016
Nous sommes au fin fond de l'Australie occidentale, dans un désert brûlant où des hommes venus de loin s'échinent à extraire de précieux minerais du sous-sol ? Oon les appelle les FIFO : flighting in flighting out, ils prennent l'avion pour aller travailler comme d'autres le train inter-cités en France. D'énormes machines excavent, extraient, broient, font rouler sur des tapis roulants des matériaux bruts qui enrichiront propriétaires et actionnaires.
C'est dans ce décor fantastique et effrayant qu'un matin on trouve, adossé aux énormes roues d'un truck gigantesque, le corps de Melville Barnes. le responsable du chantier, Ross, est ahuri de constater à quel point la police reste inactive pour élucider ce qui ressemble bien à un crime. Par ailleurs, la société d'exploitation aimerait bien voir cette mort requalifiée d'accidentelle. Il invite alors son vieil ami journaliste bourru mais efficace pour débrouiller les fils de l'histoire.
Nous connaissions bien le journaliste Hervé Claude pour son humour, sa présentation du JT mais sans trop savoir qu'il écrivait des romans noirs. Ici il nous entraîne dans ce pays étonnant où il vit en partie, entre le désert qui rend fou et épuise et la ville (Perth) dans les milieux gays, le monde nocturne des bars, de la prostitution, et surtout de la drogue, notamment la méthamphétamine.
Un livre bien construit, écrit de façon agréable et dépaysant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
gruzgruz   09 octobre 2016
Tout commençait et tout finissait au bar. Comme toujours. Comme si la vie de la mine se résumait à ces quelques heures entre chien et loup, entre soleil déclinant et nuit étoilée.
Le reste de la journée, c'était juste inhumain. Des hommes face à des machines gigantesques et à un nature inhabitable. Des engins démesurés, une terre qui ne voulait pas d'eux et que, par vengeance, ils massacraient.
Commenter  J’apprécie          20
BazartBazart   24 février 2017
"De loin, dans le nuage de poussière que soulevait son haul truck, son camion surdimensionné, il avait perçu Karlee, alias Charmaine. Elle était avec son groupe, des mineurs et des ingénieurs aux casques de couleurs différentes. Ils parlaient avec animation, en tendant le bras vers une colline le long de la route. En réalité, c'est elle qui parlait, elle avait bien vu ,et les autres écoutaient."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BazartBazart   24 février 2017
“C’était donc tout cela qui avait transformé Perth. Les centaines de mines qui essaiment partout dans ce désert vide, dans ce trou noir, ont bouleversé la capitale de l’Australie de l’Ouest. D’une ville tranquille, elle est devenue hystérique, florissante, arrogante, violente… et bien d’autres choses encore.”
Commenter  J’apprécie          10
Herve-LionelHerve-Lionel   03 mai 2017
A 40 ans à peine, Kerry avait déjà été marié trois fois et le journaliste ne savait jamais s'il était en train de divorcer ou de tomber amoureux.
Commenter  J’apprécie          30
mimipinsonmimipinson   08 octobre 2016
Vous savez, ici, les morts sont toujours accidentelles. Même quand les accidents sont provoqués par les autres.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Hervé Claude (1) Voir plusAjouter une vidéo

Pierre Desproges : "Des femmes qui tombent"
Pierre DESPROGES interviewé par Monique ATLAN et Claude HERVE, présente son dernier livre, son premier roman : "Des femmes qui tombent". Il le présente comme "un long cri d'amour à 150 000 exemplaires". le sujet du livre, la disparition des femmes est une métaphore de la fin du monde. Il dit que le rire est sa façon d'exorciser ses angoisses : Lorsqu'un de ses proches est mort d'un cancer...
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1709 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre