AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782070360260
218 pages
Gallimard (08/02/1972)
3.54/5   169 notes
Résumé :
Après deux premières versions sous le titre La Jeune Fille Violaine, L'Annonce faite à Marie (1912) a encore été reprise par son auteur tard dans sa vie. Ce " Mystère en quatre actes et un prologue ", à l'action touffue, mystérieuse, raconte l'ascension vers la sainteté de Violaine, lépreuse par charité (c'est le baiser à l'architecte Pierre de Craon), persécutée par les siens, et notamment par sa soeur Mara, abandonnée par son fiancé, et qui accomplit un miracle, s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
3,54

sur 169 notes
5
2 avis
4
7 avis
3
8 avis
2
4 avis
1
1 avis

Nastasia-B
  03 mars 2013
C'est toujours un peu la même chose avec ces auteurs pro religieux chrétiens les Georges Bernanos, Les Julien Green et Cie, ou aujourd'hui les Paul Claudel.
Qu'est-ce que je m'y ennuie ! (Et encore c'est parce que je tiens à rester absolument polie que j'emploie " ennuyer " car à la vérité, ce n'est pas le premier verbe qui m'est spontanément venu à l'esprit.)
On se dit qu'on ne veut pas mourir ignorante (car idiote, malheureusement, ça c'est presque acquis déjà à l'heure qu'il est). On se dit que ça pourrait être intéressant, pourquoi pas ? Alors on se laisse prendre encore une fois et fatalement, encore une fois l'on est déçue !
Aaah ! C'est à vous décourager de la lecture et, comme disait Brassens, peut-être même d'autre chose. (Pour mémoire et pour ceux qui avaient oublié le passage de Misogynie À Part : " Au lieu de s'écrier : " Encore ! Hardi ! Hardi ! " Elle déclame du Claudel, du Claudel, j'ai bien dit, alors ça, ça me fige ! Elle m'emmerde, elle m'emmerde, j'admets que ce Claudel soit un homme de génie, un poète immortel. J' reconnais son prestige mais qu'on aille chercher dedans son oeuvre pie un aphrodisiaque, non, ça, c'est d' l'utopie ! Elle m'emmerde, vous dis-je...")
Bref, nous voilà donc plongés dans cette tragédie en quatre actes et l'on s'ennuie ferme dès le prologue et pendant un bon bout de temps mais, au moment où déjà on ne l'espérait plus trop, coup de théâtre, et l'intérêt décolle un peu lors de la scène 3 de l'acte II lorsqu'on apprend que Violaine est porteuse de la lèpre. Qu'en dira son fiancé Jacques Hury ? Accélération du rythme, sursaut dramatique, on pense : " Ouf ! on l'a échappé belle ! "
Mais non ! Non, on l'a rien échappé du tout et la chienlit revient aussitôt après, et au triple galop même, vous embourber, vous engluer dans un jus d'évangile et de confiteor.
Or voilà, moi j'ai toujours préféré le beurre au confiteor sur mes tartines et c'est sans grand appétit que je les avale en pareil cas. Les passages de résurrection, les versets bibliques ou les extraits de messe en latin sont mortellement ch... euh ! ennuyeux, oui, c'est ça le bon mot ou bien alors un tantinet lassants voire très faiblement captivants, comme vous voudrez.
Le message de Paul Claudel est simple, limpide, clair, net et précis. Vous le voulez ? Tenez ! le voici, il est pour vous :
" Croyez en Dieu. Chiez-en autant que vous pouvez (et même plus si possible). Endurez votre destin merdique et vos souffrances sans broncher. (Parce que si, en plus, vous aviez trouvé le moyen d'être heureux, ça n'aurait pas été drôle, voyons !) Aimez sans condition (un peu les hommes, en passant, mais surtout Dieu, bien sûr). Pardonnez tout ce qu'on vous fait subir et rendez-vous à l'heure de l'ultime soupir avec la Mort, unique planche de salut en ce bas monde. Alors, vous vous retrouverez avec tous vos semblables, tous potes, à jouer aux billes avec les angelots au pied du trône de votre bienaimé Seigneur, qui vous couvera d'un oeil bienveillant pour des siècles et des siècles. Amen "
Splendide ! Merci Popaul ! J'insiste, merci vraiment, car sans ça, je ne sais réellement pas comment on aurait pu s'en sortir.
Sans rire, je me demande sincèrement comment on pouvait encore écrire un tel tissu de conneries en 1912. de la part d'un évangéliste, religieux fanatique à tendance sectaire d'il y a deux mille ans, passe encore. Mais de la part d'un haut fonctionnaire, diplomate appelé à représenter la France en qualité d'ambassadeur dans différents pays et pas des moindres (États-Unis, Brésil, Japon, Belgique), après l'identité acquise par la France suite à sa révolution et après le symbole fort de sa loi de 1905 sur la laïcité, là, j'avoue que j'ai plus de mal à encaisser et à avaler la pilule sans sourciller.
Au demeurant, s'il n'était que le propos, je trouverais cette pièce seulement lamentable mais il me faut aussi dire deux ou trois choses du style, que j'ai trouvé plat et atone, comme les litanies dont il se fait le chantre. À peine quelques phrases ont ponctué ma somnolence de faibles rehaussements de paupières, mais en toute honnêteté, absolument rien de transcendant dans le maniement du verbe, l'art de la réplique ou un quelconque lyrisme. C'est pire que de passer 40 jours dans le désert !
Alors, promis, la prochaine fois qu'on me demandera si j'aime Claudel, je répondrai : " Ce que j'aime chez Claudel, c'est qu'il a eu une soeur qui s'appelait Camille et qui, elle, nous a légué d'authentiques oeuvres d'art. "
Au final, vous comprendrez aisément que je considère Paul Claudel comme un auteur qu'on peut se permettre de ne pas lire, mais bien sûr, ce n'est là que mon misérable avis, c'est-à-dire, pas grand-chose, et quelqu'un d'autre que moi vous dirait peut-être tout autrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7419
PhilippeCastellain
  16 décembre 2021
Claudel est, pour moi, l'un des plus grands poètes de la langue française. Chacune de ses phrases est une cathédrale, dont les lourdes pierres minutieusement ajustées s'élèvent, solides et pourtant d'une étonnante légèreté. Mais c'est un texte très particulier que nous avons là, pas le genre à avoir beaucoup de lecteurs de nos jours. Il s'agit d'une modernisation d'un style théâtral datant du Moyen-Âge : les ‘Mystères', ces pièces à thèmes religieuses qui étaient jouées par des confréries sur les places publiques. Ce qui n'est pas sans rappeler l'auteur japonais Yukio Mishima, qui cinquante ans plus tard tenta lui aussi de moderniser l'antique théâtre Nô et ses représentations d'exorcismes aux origines chamaniques.

Pour en revenir à Claudel, c'est donc littéralement un ‘mystère'. Un texte religieux gardant volontairement une certaine obscurité, et destiné avant tout à la manifestation de la grâce divine. le maitre d'un grand domaine décide, du jour au lendemain, de tout abandonner pour partir à Jérusalem. Il a deux filles, mais un fils adoptif. Il fiance ce dernier à sa fille ainée, lui abandonne son bien et part après avoir une dernière fois rompu le pain pour toute la maisonnée. Mais la cadette est amoureuse du jeune homme ; dotée d'un tempérament de feu, elle compte bien évincer sa soeur ainée. Or cette dernière cache un pénible secret : la lèpre…

Pour Claudel, la noblesse est liée à la terre, et que ce lien soit une particule ou une charrue, chaque génération en est un quartier. Une longue réflexion suit également le thème de la grâce ; aux évènements racontés se mêle le sacre de Charles VII : la grâce du royaume et celle d'un enfant mort et ressuscité se rejoignent.

Un texte complexe et avant tout religieux, donc. ‘L'otage', texte beaucoup plus dur et à la portée beaucoup plus large, reste incontestablement plus accessible, et constitue je pense une meilleure porte d'entrée à l'oeuvre de Claudel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          333
Denis_76
  18 avril 2019
Je comprends que ce soit déboussolant de lire une oeuvre évoquant, comme celle-ci, des élus de Dieu, des Anges Terrestres ou du Ciel.
A Rheims, au temps de Jehanne d'Arc, Anne Vercors, agriculteur propriétaire, donne sa première fille Violaine en mariage à Jacques, un homme courageux, avec pour dot, ses terres.
Puis, déçu par l'invasion anglaise, mais aussi par le grand schisme d'occident, il part faire un pèlerinage à Jérusalem.
Mais, à Rheims, tout ne va pas se passer comme il le souhaitait.
.
Voyons voir... Par quoi commencer ? C'est difficile de suggérer la trame de cette pièce jouée en 1912 puis reprise en 1948, qui pose question...
L'auteur lui-même semble paradoxal, et mal à l'aise dans ses baskets : pourquoi un haut diplomate-écrivain croyant, et même relativement mystique --- la religion catholique étant dans le pardon et l'amour ---, a t-il poussé et abandonné sa célèbre soeur Camille Claudel ( encore une femme célèbre merveilleusement jouée par Adjani ), dans un centre psychiatrique ?
.
Revenons à cette pièce, qui a deux actes IV finaux possibles.
Sans révéler quoi que ce soit, je pense que Paul Claudel assimile le sacrifice de Violaine à l'histoire de Jeanne d'Arc.
Mais surtout, l'auteur assimile le miracle que fait Violaine à celui de Dieu :
en effet, à Noël, "l'annonce faite à Marie" par l'Ange Gabriel, est celle de la naissance de Jésus... "par l'opération du Saint-Esprit".
De même, et au moment de l'Angélus ( Ange ) à ce Noël moyenâgeux, le bébé Aubaine de sa soeur Mara ressuscite dans les bras de Violaine !
Ahem.... Voilà-voilà...
;
Pour corser le tout, nous avons Mara, soeur de Violaine, qui n'est pas dans le bien, jalouse, manipulatrice et criminelle ;
Anne Vercors, le père, qui parle comme un psaume !
Jacques, le beau-fils, perdu dans ses amours et ces miracles ;
.
et....
Pierre de Craon, bâtisseur d'églises et de cathédrales, dont on aurait besoin aujourd'hui : )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
5Arabella
  10 mars 2019
Cette pièce est très importante dans l'oeuvre de Paul Claudel, il s'agit de la première pièce de l'auteur à être jouée, ce qui va changer son rapport à l'écriture, et permettre une vraie diffusion de son oeuvre, une rencontre avec un public. L'annonce faite à Marie a vraiment été écrite pour la scène : en 1909, le projet de monter La jeune fille Violaine est soumis à Claudel par le biais d'André Gide qui assure les intérêts littéraires de Claudel en France (qui à ce moment est en Chine). Claudel refuse, et propose de refondre son oeuvre. Il reprend le texte de la jeune fille Violaine, en garde la trame, mais apporte de nombreuses transformations.
La pièce est dénommée « mystère en 4 actes et un Prologue ». Dans le prologue, Violaine rencontre Pierre de Craon, le bâtisseur d'églises la nuit. Il l'a aimé, elle l'a repoussé, car elle aime son fiancé, Jacques. Elle lui exprime son pardon, et lui donne l'anneau d'or que Jacques lui a donné pour aider à la construction d'une église. Pierre lui avoue qu'il est devenu lépreux, ce qu'il vit comme un châtiment de son désir. Au moment de leur séparation, Violaine l'embrasse. Mara, sa soeur, cachée dans l'obscurité assiste à la fin de la scène.
Au premier acte, Anne Vercors, le père de Violaine et Mara annonce à son épouse qu'il a décidé le mariage de Violaine et de Jacques. Son épouse essaie de lui faire comprendre que Mara est amoureuse de Jacques et que le mariage de sa soeur risque de la pousser aux dernières extrémités. Mais Anne est décidé à faire le mariage le plus rapidement, d'autant plus qu'il veut partir immédiatement en pèlerinage à Jérusalem. Mara menace de se tuer, et demande à sa mère de parler à Violaine pour la dissuader de se marier avec Jacques. Anne ramène Jacques, Violaine exprime son accord au mariage, Anne dit adieu à sa famille avant de partir.
Au deuxième acte, Mara intrigue. Elle a révélé ce qu'elle a vu entre Pierre et Violaine à Jacques, qui ne la croit pas, et fait pression sur sa mère pour qu'elle transmette ses menaces de se tuer à Violaine. Violaine parle à Jacques, elle lui révèle qu'elle est devenue lépreuse. Jacques interprète cet aveu comme une confirmation de liens entre Violaine et Pierre, et décide la mettre dans une léproserie et ne pas l'épouser.
Au troisième acte, Mara vient à l'endroit où vit Violaine, lépreuse et aveugle. Sa petite fille est morte, et elle espère, que Violaine va la ressusciter. C'est la nuit de Noël, une étrange nuit entre la musique et les chants religieux, et le dialogue entre les deux soeurs, entre le profane et le sacré. Au matin, la petite fille est vivante, Violaine l'a d'une certaine façon de nouveau mise au monde.
Au quatrième acte, Mara vient de tuer Violaine. Pierre de Crayon guéri de la lèpre, la ramène agonisante dans la maison familiale. Elle révèle à Jacques se qui s'est vraiment passé et lui demande de pardonner à Mara. Pierre l'amène mourir ailleurs comme elle le souhaite. Anne de Vercors revient, lui et Jacques pardonnent à Mara.
Les transformations que Claudel a fait subir à La jeune fille Violaine vont à la fois dans le sens d'une simplification et d'une complexification. Une simplification de l'intrigue, qui devient plus limpide, moins conte sans doute, moins mélodrame aussi, des personnages qui sont plus humains, moins chargés, Mara n'est plus complètement cette sorcière méchante et cruelle de bout en bout, on sent poindre en elle une souffrance, une aspiration à quelque chose qu'elle ne peut saisir ; Pierre de Crayon n'est plus cet ange immaculé mais devient un homme, avec des désirs coupables, une violence possible.
En même temps, les niveaux d'interprétation et les parallèles sont plus nombreux. L'histoire se passe maintenant au Moyen-âge, nous sommes à l'époque de Jeanne d'Arc, dont le sacrifice et la mort vont sauver le pays, comme le sacrifice et la mort de Violaine vont sauver les membres de sa famille. C'est au final Mara qui révèle Violaine à elle-même en lui permettant de réaliser le miracle, et restaurer ainsi un espoir, un ordre du monde, alors que le roi Charles VII devient le souverain français et que la papauté sort du grand schisme d'Occident (les dates ne concordent pas complètement entre les deux en réalité, mais Claudel s'est autorisé un petit anachronisme pour renforcer sa symbolique).
La simplicité de l'action, un côté hiératique aussi, sont au final d'une grande efficacité dramatique. La pièce est sans conteste une réussite, elle a une grand cohérence et une grande force. Elle a souvent été mise en scène, c'est une des oeuvres phare de Claudel, incontestablement à juste titre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Nuageuse
  19 novembre 2020
L'annonce faite à Marie est la première pièce de Paul Claudel que je lis. Avant de commencer cette lecture, je ne savais pas que cette pièce a été la première à être jouée. J'avais également occulté le fait que l'auteur était un fervent chrétien.
Paul Claudel mêle la montée en puissance de la foi de Violaine à la tension dramatique.
Violaine aime en premier Pierre de Craon, un homme atteint de la lèpre qui apparaît peu de fois dans l'oeuvre. En l'embrassant, elle se retrouve contaminée. Son père Anne l'a promise à Jacques Hury, à qui il confie ses terres car il doit partir.
Jacques se rend compte que Violaine a la lèpre et lui demande de s'exiler avec son accord. Ce qui arrange Mara, sa soeur, qui est amoureuse de lui. Pendant son exil, Violaine trouve la foi envers Dieu.
L'annonce faite à Marie a, à partir de ce moment, des airs de messe.
Personnellement, cette mise en exergue de la religion ne m'a pas gênée. Je ne l'ai pas ressenti comme un acte militant ou de propagande mais plus comme un acte culturel, comme la peinture sous la Renaissance.
Une pièce que j'ai devorée et qui me donne envie d'approfondir l'oeuvre de ce dramaturge poète.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          243

Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   19 mars 2013
VIOLAINE : Pardonnez-moi parce que je suis trop heureuse ! parce que celui que j'aime m'aime, et je suis sûre de lui, et je sais qu'il m'aime, et tout est égal entre nous ! Et parce que Dieu m'a faite pour être heureuse et non point pour le mal et aucune peine.
PIERRE DE CRAON : Va au ciel d'un seul trait ! Quant à moi, pour monter un peu, il me faut tout l'ouvrage d'une cathédrale et ses profondes fondations.
VIOLAINE : Et dites-moi que vous pardonnez à Jacques parce qu'il va m'épouser.
PIERRE DE CRAON : Non, je ne lui pardonne pas.
VIOLAINE : La haine ne vous fait pas de bien, Pierre, et elle me fait du chagrin.
PIERRE DE CRAON : C'est vous qui me faites parler. Pourquoi me forcer à montrer l'affreuse plaie qu'on ne voit pas ? Laissez-moi partir et ne m'en demandez pas davantage. Nous ne nous reverrons plus. Tout de même j'emporte son anneau !
VIOLAINE : Laissez votre haine à la place et je vous la rendrai quand vous en aurez besoin.
PIERRE DE CRAON : Mais aussi, Violaine, je suis bien malheureux ! Il est dur d'être un lépreux et de porter avec soi la plaie infâme et de savoir que l'on ne guérira pas et que rien n'y fait, mais que chaque jour elle gagne et pénètre, et d'être seul et de supporter son propre poison, et de se sentir tout vivant corrompre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Nastasia-BNastasia-B   06 avril 2015
PIERRE DE CRAON : C'est vous qui m'avez fait ce mal par votre beauté, car avant de vous voir j'étais pur et joyeux, le cœur à mon seul travail. (...) Voici que vous vous tournez vers moi avec ce sourire plein de poison !
VIOLAINE : Le poison n'était pas en moi, Pierre !
PIERRE DE CRAON : Je le hais, il était en moi, et il y est toujours.
Commenter  J’apprécie          300
Nastasia-BNastasia-B   08 mars 2013
Jadis passant dans la forêt de Fismes j'ai entendu deux beaux chênes qui parlaient entre eux, louant Dieu qui les avait faits inébranlables à la place où ils étaient nés. Maintenant, à la proue d'une drome, l'un fait la guerre aux Turcs sur la mer Océane, l'autre, coupé par mes soins, au travers de la Tour de Laon, soutient Jehanne la bonne cloche dont la voix s'entend à dix lieues.
Commenter  J’apprécie          230
Nastasia-BNastasia-B   01 mars 2013
Essayant de détourner les eaux d'une source souterraine pour nos fondations, nous avons retrouvé son tombeau (...). Le frêle petit crâne était fracassé comme une noix, c'était une enfant de huit ans, et quelques dents de lait tiennent encore à la mâchoire. De quoi tout Rheims est dans l'admiration, et maints signes et miracles suivent le corps que nous avons placé en chapelle, attendant le terme de l’œuvre. Mais nous avons laissé les petites dents comme une semence sous le grand bloc de base.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Nastasia-BNastasia-B   10 mars 2013
PIERRE DE CRAON : Jeune fille, dans mon métier, on n'a pas les yeux dans sa poche. Je reconnais la bonne pierre sous les genévriers et le bon bois comme un maître pivert : tout de même les hommes et les femmes.
VIOLAINE : Mais pas les jeunes filles, maître Pierre ! Ça, c'est trop fin pour vous.
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Paul Claudel (166) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Claudel
« Rien ne me réconcilie, je suis vivant dans votre nuit abominable, je lève mes mains dans le désespoir, je lève les mains dans la transe et le transport de l'espérance sauvage et sourde ! » (Paul Claudel, Cinq Grandes Odes)
« Singulière figure que celle de Georges Bernanos (1888-1948) […]. Sorte de Protée des haines et de l'amour, il semble ne jamais offrir deux fois le même visage. Il y aurait plusieurs Bernanos : un Bernanos de droite, à cause des Camelots du Roi, un Bernanos de gauche à cause des Grands Cimetières sous la lune ; un Bernanos romancier des abîmes de la condition humaine, ou un Bernanos pamphlétaire névropathe ; un Bernanos anticlérical, un Bernanos pieux catholique ; un Bernanos antisémite, un Bernanos réactionnaire, un Bernanos prophète, un Bernanos énergumène, un Bernanos enthousiaste... L'inventaire est sans fin […]. Romancier, essayiste, journaliste, Bernanos est l'homme d'une oeuvre vaste mais unifiée, tout entière contenue dans cette tâche qu'il découvrit être la sienne : rendre témoignage à la vérité, en manifestant de toutes les manières possibles ce qui est pour lui la finalité de toute condition humaine. […] Bernanos ne se faisait aucune illusion quant à l'efficace immédiate de ses écrits sur la marche du monde. C'est, toujours et seulement, de la révolte de l'esprit, la seule qui vaille, qu'il est question chez lui. […] » (Romain Debluë)
« […] C'est sans doute ma vocation d'écrire, ce n'est ni mon goût ni mon plaisir, je ne puis m'empêcher d'en courir le risque, voilà tout. Et ce risque me paraît chaque fois plus grand, parce que l'expérience de la vie nous décourage de plaire, et qu'il est moins facile encore de convaincre. J'ai commencé d'écrire trop tard, beaucoup trop tard, à un âge où on ne peut plus être fier des quelques vérités qu'on possède, parce qu'on ne s'imagine plus les avoir conquises, on sait parfaitement qu'elles sont venues à vous, au moment favorable, alors que nous ne les attendions pas, que parfois même nous leur tournions le dos. Comment espérer imposer aux autres ce qui vous a été donné par hasard, ou par grâce ? […] Il faut vraiment n'avoir pas dépassé la quarantaine, pour croire que dix pages, cent pages, mille pages d'affirmations massives sont capables de forcer une conscience : c'est vouloir ouvrir la délicate serrure d'un coffre-fort avec une clef de porte cochère. L'âge aidant, il me paraît maintenant presque aussi ridicule et aussi vain de dire au public : « Crois-moi ! » qu'à une femme : « Aime-moi ! » et le résultat est le même, soit qu'on ordonne ou qu'on supplie. Rien n'est plus facile que de prêcher la vérité. le miracle, c'est de la faire aimer. […] » (Georges Bernanos, Comprendre, c'est aimer, paru dans La Prensa, à Buenos Aires, le 19 janvier 1941.)
0:04 - Réponse à une enquête 11:30 - Générique
Référence bibliographique : Georges Bernanos, Scandale de la vérité, essais, pamphlets, articles et témoignages, Éditions Robert Laffont, 2019
Image d'illustration : https://www.france-libre.net/bernanos-appel/
Bande sonore originale : Carlos Viola - The Four Witnesses (Piano Version)
Site : https://thegamekitchen.bandcamp.com/track/the-four-witnesses
#GeorgesBernanos #scandaledelavérité #LittératureFrançaise
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature dramatiqueVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Littérature dramatique (842)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les titres des pièces de Paul Claudel

Quel est le titre correct ?

Potage de midi
Partage de midi
Carnage de midi
Bardage de midi

11 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : Paul ClaudelCréer un quiz sur ce livre