AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de fanfanouche24


fanfanouche24
  13 janvier 2016
Une suite de hasards m'a fait lire Philippe Claudel... dans des registres très différents.. Des "Ames grises" à ce texte particulier, en passant tout dernièrement par son avant-dernier texte, recueil facétieux , intitulé "De quelques amoureux des livres", publié par les éditions Finitude...

Ce texte me semble très distinct des autres écrits de Philippe Claudel. La mort prématurée du meilleur ami de l'écrivain provoque chez lui la nécessité de faire une pause, d'aborder une large réflexion sur l'appréhension de la mort au sein de nos quotidiens actifs ,agités ainsi que dans nos sociétés qui ont des réticences pour en parler...

Philippe Claudel part d'un voyage à travers le pays Toraja, en Indonésie, au
printemps 2012. Ainsi commence l'ouvrage:

"Sur l'île de Sulawesi vivent les Toraja. L'existence de ce peuple est obsessionnellement rythmée par la mort. Lorsque l'un deux vient à mourir, l'organisation de ses funérailles occupe des semaines, des mois, parfois des années. (...)Cela peut représenter des milliers de personnes dispersées sur l'ensemble de l'archipel indonésien, voire au-delà. Les faire voyager, les héberger, les nourrir incombe à ses proches. Il n'est pas rare que ceux-ci s'endettent durablement afin de pouvoir respecter la tradition" (p.9)

Cet écrit fait songer à une sorte de journal éclaté, bilan d'un homme au mitan de sa vie... frappé par la disparition prématurée de son producteur et meilleur ami. de très beaux passages sur l'Amitié et celle-ci , en particulier...

"La mort d'Eugène ne m'a pas seulement privé de mon meilleur et seul ami. Elle m'a aussi ôté toute possibilité de dire, d'exprimer ce qui en moi s'agite et tremble. Elle m'a également fait orphelin d'une parole que j'aimais entendre et qui me nourrissait, qui me donnait, à la façon dont opère un radar, la mesure du monde que, seul désormais, je ne parviens à prendre qu'imparfaitement. "(p. 141)


Des parenthèses sur son métier de cinéaste,sur les grandes différences entre l'écriture cinématographique et l'écriture d'un romancier...sur ses rencontres, les femmes aimées...La vie, les séparations passagères ou définitives, l'engagement amoureux, etc.


Loin d'être un texte mortifère, l'auteur rédige un récit multi-facettes, qui est avant tout une ode à la Vie, à l'amitié, à la création... mais aussi à l'amour.



Commenter  J’apprécie          751



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (59)voir plus