AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266082242
340 pages
Pocket (21/06/1998)
3.86/5   133 notes
Résumé :
Dans la France envahie de 1941, Julien Dubois a 18 ans, l'âge de toutes les inquiétudes et de tous les espoirs. Celui qui voulait voir la mer rêve maintenant de France libre, de revanche et d'évasion vers Londres.

C'est dans ce contexte historique dangereux qu'il rencontre Sylvie et connaît l'éblouissement du premier grand amour. Mais quand les Allemands pénètrent en zone sud, Julien comprend qu'il n'est plus temps de jouer les petits soldats amoureux... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
garanemsa
  17 janvier 2022
Clavel Bernard
La grande patience - le coeur des vivants
C'est en 1941 dans la zone sud que se déroule cette histoire.
C'est justement l'année des 18 ans de Julien Dubois. Il rêve, comme tant d'autres d'une France libre.
Il s'engage dans l'armée de l'armistice, il voudrait pouvoir avancer et son rêve serait Londres
Mais avec son ami Carento il va se retrouver dans un poste de guet de la DCA à Castres.
Et lors de ses sorties il rencontre Sylvie, son premier amour, il ferait tout pour elle, il oublie ce qu'il doit faire, il en oublie même la guerre et pourtant, elle est là et se rapproche. Car en 1942 les Allemands entre en zone sud. Et notre pauvre Julien qui rêvait de gloire et d'amour se retrouve face à la mort.
Toute l'histoire est basée sur cela l'amour et la mort. La force de l'un et la douleur de l'autre. Cette situation est décrite avec la douceur et l'élégance de l'auteur, il parvient à nous faire vivre ce que vivent ses personnages, nous sommes eux avec nos joies, nos tristesses, nos doutes et nos peurs.
Mais il ne faut pas oublier non plus la force de l'amitié que l'auteur met en valeur en ces temps difficiles
Ce qui me fascine toujours quand je lis cet auteur c'est qu'avec peu de mots, on voit les personnages, on voit la station de guet, on voit le parc où il rencontre Sylvie et on a l'impression de la voir aussi, c'est une force terrible que de pouvoir à travers quelques mots, faire en sorte que celui qui les lit voit ce que l'auteur voit ou veut nous faire voir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
andreepierrette
  15 mai 2014
La Grande Patience, tome 3. le Coeur des Vivantss :
Engagé dans l'armée à Port-Vendres, à 18 ans, Julien se fait muter à Castres dans l'espoir de passer en Espagne pour ensuite rejoindre Londres. Il se retrouve dans un poste de guêt, peinard avec quelques copains sous les ordres bienveillants du sergent Verpillat. Il fait la connaissance de Rifer, un parisien qui l'initie à la poèsie, à la peinture, et à l'alcool. Celui-ci pense qu'un poète se doit d'être alcoolique. Ils sont autorisés à sortir en ville, en civil, après 17 heures. Au cours d'un récital de poèsie,, Julien fait la connaissance de Sylvie dont il tombe amoureux fou. Il garde néanmoins l'espoir de combattre clandestinement contre l'occupation allemande. Il s'ensuira une serie d'aventures plus ou moins tragiques avec un courage proche de l'inconscience. J'ai suivi avec intérêt ce 3ème tome qui relate avec chaleur la jeunesse d'un jeune garçon aux prises avec la vraie vie.
Commenter  J’apprécie          70
Herve39
  11 avril 2020
"La grande patience", troisième volume, alors que l'histoire était centrée sur ses parents dans le tome précédent, on retrouve ici Julien. Mais je dois dire que j'ai été déçu, le Julien apprenti patissier à Dole au début de cette tétralogie n'est plus le même. Je m'étais imaginé le voir s'embarquer pour Londres ou dans la résistance, il n'en est rien.
Ce livre est une histoire d'amour entre deux jeunes à peine sortis de l'adolescence. La guerre n'est qu'en toile de fond, un élément de décor afin de dérouler cette idylle. Partant de là, je me suis moins intéressé à leurs aventures. Néanmoins, l'écriture de Bernard Clavel est toujours là. Il fait évoluer son personnage dans le sens où il l'entend, probablement le plus réaliste.
Commenter  J’apprécie          70
pit31
  06 mai 2020
"Il a dix-huit ans, maintenant, Julien Dubois, et nous sommes en 1941, dans cette Zone Sud qu'il a eu tant de mal à gagner. Il rêve toujours de la mer, de Londres qu'on peut atteindre par Port-Vendres, il souhaite rejoindre la France Libre…"
Voici un petit aperçu de ce roman que j'ai apprécié
Commenter  J’apprécie          50
Thomas_Harnois
  08 mai 2020
Belle fresque romanesque dans laquelle un jeune appelé jurassien découvre l'amour à Castres en plein milieu de la Seconde guerre mondiale.
Lien : https://lediscoursdharnois.b..
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Herve39Herve39   07 avril 2020
Ce type est de ceux qui sont assez stupides pour juger un peuple d'après ses exploits militaires. Pour ces gens-là, plus des individus ont tués, plus ils sont dignes de respect, d'admiration. Je crois bien que c'est Balzac qui nomme la gloire le soleil des morts. Eh bien mon vieux, je préfère ma peau intacte d'ivrogne crasseux dans l'ombre fraîche d'un tonneau, à la plus glorieuse des carcasses desséchées par le bain de soleil que nous propose ce grand sifflet en culotte de peau ! Ce gaillard-là, c'est le traîneur de sabre modèle 1912, revu 1942.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Herve39Herve39   10 avril 2020
L'erreur, la sottise, l'absurdité, ce n'est pas la mort de Carento, c'est la guerre. La guerre en soi, dans sa totalité. Carento, comme toutes les victimes de la guerre, est mort pour des industriels, pour des chefs d'Etat, pour des fous d'orgueil... Tu vois qu'il n'est pas mort pour rien. Chaque soldat qui meurt a reçu dans le corps un morceau de ferraille qui a rapporté de l'argent à un fabricant de canons; avec chaque cadavre on enterre un uniforme qui a permis à un père Riter de faire marcher un métier à tisser. La guerre c'est ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Herve39Herve39   07 avril 2020
Il y avait donc partout, sur chaque coin de terre, un homme que l'autre guerre avait marqué ainsi; un homme qui racontait sans haine véritable, sans tristesse; un homme qui portait, en lui, une guerre vivante, mais une guerre avec laquelle il avait fait amitié comme un malade se lie avec une vieille douleur.
Commenter  J’apprécie          30
andreepierretteandreepierrette   15 mai 2014
Tu sais, dit Carento, j'ai fait la connaissance de plusieurs civils.
Je les ai vus. Ils prétendent que les Boches vont nous ramasser, qu'on est livrés d'avance.

Ils disent qu'à présent on ne peut plus passer par l'Espagne à cause des SS qui gardent la frontière, mais qu'il faut foutre le camp se cacher dans la montagne. Il parait que pas mal de gars sont déjà partis.
Commenter  J’apprécie          20
andreepierretteandreepierrette   15 mai 2014
Tu sais, dit Carento, j'ai fait la connaissance de plusieurs civils.
Je les ai vus. Ils prétendent que les Boches vont nous ramasser, qu'on est livrés d'avance.

Ils disent qu'à présent on ne peut plus passer par l'Espagne à cause des SS qui gardent la frontière, mais qu'il faut foutre le camp se cacher dans la montagne. Il parait que pas mal de gars sont déjà partis.
Commenter  J’apprécie          22

Videos de Bernard Clavel (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Clavel
Bernard Clavel
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Bernard Clavel

Né dans le Jura en ...

1903
1913
1923
1933

12 questions
44 lecteurs ont répondu
Thème : Bernard ClavelCréer un quiz sur ce livre