AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 226608223X
Éditeur : Pocket (28/05/1998)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 123 notes)
Résumé :
1er octobre 1939. Dans la petite maison des Dubois, la mère attend "son Julien". Il va désormais travailler à Lons-le-Saulnier, il rentrera tous les soirs, comme ils vont être heureux !
Arrive mai 40, le flot de l'exode, et Julien part sur les routes, avec les autres garçons de son âge. Commence alors pour les parents le lent supplice des jours sans nouvelles. Et s'il ne revenait pas, ce garçon insouciant "qui voulait voir la mer" ? Humblement, patiemment, la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
andreepierrette
  13 mai 2014
Je viens de terminer le deuxième tome de la Grande Patience", Celui qui voulait voir la mer. Après deux années d'apprentissage, patissier, Julien est de retour chez ses parents à Lons-le-Saunier. Il a 17 ans. La guerre est déclarée contre l'Allemagne. Les Allemands envahissent petit à petit la France. En 1940, c'est l'exode, la fuite sur les routes de toute une partie du peuple affolée. Sa mère, demande à son fils, de descendre à vélo, vers le Sud, en compagnie d'un copain, de peur que les Allemands ne le prennent. Commence alors une longue période d'attente et d'angoisse. Julien aimerait joindre l'Angleterre. Ses parents sont sans nouvelles aux prises avec toutes les difficultés qu'apportent les conditions d'occupation. Ce beau livre décrit parfaitement l'ambiance de l'époque. Livre plein d'humanité, décrivant la vie quotidienne des "humbles" à l'approche de la vieillesse, avec le grand souci du fils insouciant qui commence à vivre sa vie de jeune garçon. Relu ce livre après une trentaine d'années et avec autant de plaisir que la première fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
IsaLise
  16 juin 2011
Pour le portrait tellement juste et attachant de la mère, mais également du père, pudique, en retrait, tordu par les ans et la vie.
Pour l'atmosphère où les odeurs, les sons et images se détachent avec précision.
Le roman aurait pu être ennuyeux (436 p) car l'attente prime, mais n'oublions pas le titre "La grande patience". Comment retrouver aussi justement cette attente ponctuée de moments qui semblent sans fin et d'espoirs, sans contraindre notre propre impatience ? de plus, les journées ne sont pas vides, mais retracent la vie quotidienne d'anciens boulangers attachant une grande importance à la terre ainsi que la peur, les doutes liés à cette guerre lointaine qui contraint tant de personnes à l'exil et qui tue...
L'aurais-je autant apprécié si moi-même, je n'étais pas issue d'un milieu terrien, si tous ces mots n'avaient pas trouvé écho en moi ? Difficile à savoir. Cependant, s'il ne sera pas mon roman préféré cette année, j'ai réellement apprécié cette lecture.
Commenter  J’apprécie          20
radebib
  21 décembre 2017
En octobre 40, après deux ans d'absence, Julien Dubois revient enfin chez lui, à la grande joie de samère. Il ne restera hélas pas longtemps, ayant trouvé un emploi. Puis c'est l'invasion allemande qui jette le jeune homme sur les route...Pour ses parents commence une longue, une très longue attente...
Et pour le lecteur, une longue, une très longue lecture...Sans doute m'attendias-je davantage à un récit de voyage, mais quand même; beaucoup de longueur dans la seconde moitié du roman , j'ai donc une du mal à le finir. Il s'agit malgré tout d'un belle hommage rendu à ses parents, et notamment à sa mère ( ce roman étant largement autobiographique de l'aveu même de l'auteur) et l'expression des sentiments (souffrance, angoisse due à l'attente et à l'incertitude) est également très bien rendu.
Commenter  J’apprécie          12
bookaddict02
  16 mai 2019
le premier tome était axé sur Julien l'apprentie pâtissier juste avant la guerre. le tome deux est axé sur les parents. La guerre est là et Julien est contraint de partir pendant l'exode et la on peut lire l'angoisse de l'attente des parents sans nouvelles de leur fils. Un très bon livre
Commenter  J’apprécie          00
Maphil
  30 octobre 2017
A travers ce roman, l'auteur décrit une petite ville de France dans le temps de la drôle de guerre mais il dépeint aussi et surtout l'angoisse d'une mère - de toutes les mères - sans nouvelles de son enfant.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
andreepierretteandreepierrette   13 mai 2014
Ce fut le père qui parla le premier. De nouveau, il dit:-
- Je me demande ce qu'on va faire.
- Que veux-tu!
Il y eut un silence; comme le tic tac du réveil, comme le martèlement de la gouttière les jours de longue pluie régulière.
- On n'a plus qu'à attendre, soupira la père.
Elle leva les yeux sur son homme dont le visage lui parut extrêmement las. Après un long moment, elle ajouta d'une voix à peine audible:
- Attendre qu'il revienne.
- Je me demande, fit le père, je me demande si on a bien fait. (page 200)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
patatarte2001patatarte2001   11 juin 2019
Le ciel jaunissait, tout allait s'éclairer et pourtant, , il y avait sur tout le jardin où un jour naissait, la même mélancolie qu'à l'instant où s'achève le crépuscule du soir.
Commenter  J’apprécie          70
patatarte2001patatarte2001   31 mai 2019
En 14, vous savez bien ce qu'on disait : que le sang des poilus servait, la plupart du temps, à arroser les manches des généraux pour y faire pousser des étoiles
Commenter  J’apprécie          30
RalasRalas   03 juillet 2014

Commenter  J’apprécie          00
Videos de Bernard Clavel (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Clavel
Bernard Clavel
autres livres classés : seconde guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Bernard Clavel

Né dans le Jura en ...

1903
1913
1923
1933

12 questions
39 lecteurs ont répondu
Thème : Bernard ClavelCréer un quiz sur ce livre