AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782290030943
446 pages
Éditeur : Baam ! (01/06/2011)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 43 notes)
Résumé :
Pour son année de Terminale, Léa entre à l’internat du lycée de Compiègne. Sa coturne est une jeune hongroise étrange et ténébreuse, qui semble avoir du mal à s’intégrer. Leur solitude finit par les rapprocher, en particulier lorsque des événements étranges surviennent au lycée. Et si l’incendie qui a ravagé le foyer, le suicide de l’un de leurs camarades de classe et les décisions étranges prises par la direction n’étaient pas uniquement dues au hasard ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
Z4bou
  31 mai 2011
La France se met aux vampires !! Après le succès des romans comme Twilight ou encore Journal d'un vampire il fallait s'y attendre, les vampires s'installent du coté de Compiègne. Fabien Clavel qui a commencé comme auteur de Fantasy nous livre le miroir aux vampires.
Pour son année de Terminale, Léa entre à l'internat du lycée de Compiègne. Sa coturne est une jeune hongroise étrange et ténébreuse, qui semble avoir du mal à s'intégrer. Leur solitude finit par les rapprocher, en particulier lorsque des événements étranges surviennent au lycée. Et si l'incendie qui a ravagé le foyer, le suicide de l'un de leurs camarades de classe et les décisions étranges prises par la direction n'étaient pas uniquement dues au hasard ?
Les premières pages du roman ne laissent aucun doute nous voilà au coeur d'une oeuvre bien mystérieuse. Les premières interrogations sont déjà en place et notre curiosité titillée. Nous faisons assez rapidement connaissance avec l'héroïne Léa, une jeune fille très attachante qui ne semble pas des plus à l'aise dans son univers de lycéenne. Sa famille semble avoir volé en éclat suite au divorce de ses parents. C'est en pleine tourmente qu'elle rentre en Terminale, elle va y faire la rencontre de deux camarades qui vont changer sa vie, l'intrigant et séduisant Léo et la jolie et effacée Nora. Il faudra aussi compter sur la peste de service en la personne de Cerise. Cette dernière nous amusera tout du long au travers de son blog d'ado superflu et rempli de faute d'orthographe. Les bases sont en place, le récit se met alors en route !
Attention que vous soyez prévenus, il est impossible d'interrompre sa lecture une fois celle-ci débutée. le miroir aux vampires bénéficie de plusieurs points essentiels qui en font une oeuvre unique. le récit de Léa est entrecoupé de longue lettre d'un « vampire » qui est présent non loin d'elle dont on ne connait pas l'identité avant la fin et qui raconte comment il voit les humains et l'avancé de son projet. Cela met l'accent avec talent sur le suspense. La situation géographique est aussi importante, nous voilà à Compiègne en Picardie. On ressent de suite l'atmosphère autour du lycée. Pouvoir localiser ce genre de récit en France est tout bonnement un régal, avez-vous déjà imaginé des vampires dans le beffroi de Lille ?
Le mythe du vampire est revisité ici de bien belle manière avec de jolies références en fonds et une approche bien particulière qui le rend unique. Joli choix !
En plus du vampirisme et de l'adolescence, de nombreux thèmes comme la famille, la politique, l'enseignement y sont abordés avec plus ou moins d'importance. L'histoire de Léa est passionnante dès les premiers mots on se prend au jeu et attend avec impatience les découvertes et autres révélations.
Après une première partie assez calme où règne une ambiance ambigüe, l'intrigue s'emballe et donne au roman plus de noirceur. Certains passages font carrément appel au gore avec des descriptions qui ne dissimulent rien. le sang coule, les os se brisent, la chair s'arrache, pas de doute on est au coeur du combat. le miroir aux vampires impressionne car il effraye et captive tout autant qu'il attendrit et touche.
Si la fin peut paraitre un peu trop abrupte elle répond néanmoins à bon nombre d'interrogation et clôture de bien belle manière cette histoire haletante, nous laissant tout de même une petite porte de sortie dont j'espère l'auteur se servira pour donner naissance à un second tome. Aucune hésitation à avoir, courrez lire ce roman !
Lien : http://www.avenuedelhorreur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
c.brijs
  03 novembre 2011
Ai lu d'une traite le livre de Fabien Clavel, le miroir aux vampires. Auteur que j'ai découvert lors d'un tchat organisé par les éditions Baam il y a quelques semaines. Intriguée tant par la couverture que par l'auteur, j'attendais beaucoup de cette découverte. Si j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre (447 pages quand même!) et ce jusque bien tard dans la nuit, cette lecture m'a toutefois quelque peu déconcertée.
Lors de nos échanges, je lui avais demandé ce qui différenciait son histoire de toutes celles qui pullulent pour le moment, outre le fait qu'elle se situe en France - ce qui n'était déjà pas mal en soi! Il m'avait répondu que l'originalité résidait dans son personnage principal qui de victime devenait héroïne... Et, en cela, il avait raison... La transformation de Léa se fait progressivement (ce qui a l'avantage de tenir le lecteur en haleine, même si j'ai deviné très vite l'idendité secrète de chacun des protagonistes)... Un peu (et c'est cette image qui est utilisée dans le livre) comme un organisme qui développerait des anticorps face à une attaque virale... A propos de la nature profonde de Léa, le tome 2 devrait nous en apprendre davantage... Je suppose également que les membres de sa famille vont avoir un rôle plus important à jouer...
J'ai également relevé d'autres originalités que j'ai appréciées: l'opposition entre deux races de vampires, les Sanguisugae et les Stryges (Ces derniers m'ont furieusement fait penser à V, peut-être à cause des similitudes avec les lézards!) et l'idée de l'existence de dimensions parallèles qui coexisteraient sans qu'on n'en ait vraiment conscience (Là, j'ai pensé à Fringe!). Rien de bien étonnant là-dedans car de l'aveu même de l'auteur, ses grandes sources d'inspiration se situent dans les séries TV comme Buffy, Supernatural, etc.
Autre point très intéressant, le plus intéressant peut-être, est toute la dimension idéologique sous-jacente contre laquelle se bat l'héroïne. Pour mieux asservir ses proies, l'ennemi tisse peu à peu autour d'elles tout un système sécuritaire et totalitaire. Je n'ai pu que dresser un parallèle avec ce que nous vivons en Belgique où un seul homme aux idéaux nationalistes et séparatistes, jouant sur la peur de l'autre, harangue les foules, bloque un système et plonge tout un pays dans la torpeur. Fabien Clavel fait d'ailleurs référence à la situation dans notre pays, ce petit clin d'oeil m'a fait sourire, jaune! Quelle doit être notre image à l'étranger si on commence même à parler de nous dans les livres!
Autre ingrédient, l'école. Là, je n'ai pas été trop dépaysée même si toutes ces abréviations françaises, EST, CDI, EPS,... me sont un peu étrangères. Au fil de l'année scolaire qui s'écoule, on a un aperçu des matières abordées. De-ci, de-là, l'auteur appâte le lecteur en lui glissant quelques conseils de lecture, ... Stratagème malin de prof?
J'ai par contre été un peu surprise par la tournure que prenait la relation entre l'héroïne et sa cobox (colocataire de chambre d'internat)... Léa s'éveille à la sexualité et son coeur balance entre Léo et Nora, aussi énigmatiques l'un que l'autre. Cette référence à l'homosexualité est d'ailleurs assez récurrente dans l'histoire. Est-ce une volonté délibérée de l'auteur ou le reflet d'une tendance des séries TV? de manière plus générale, en ce qui concerne la jeunesse, la vision de l'auteur est loin d'être à l'eau de rose. Il relate notamment (à travers les yeux d'un personnage extérieur à ce monde) les excès des fêtes des jeunes où "il s'agit moins de célébrer la vie que de se frotter à la mort".
Finalement, c'est ce côté noir qui m'a déroutée de prime abord et qui explique cet avis un peu mitigé... Je pense qu'en lectrice avertie, je pourrai d'autant mieux apprécier le tome 2...
En conclusion, je ne pense pas proposer ce livre à mes jeunes élèves (12-14) mais le conseillerais vivement aux grands ados et jeunes adultes qui y trouveront une version originale et non édulcorée de leurs lectures du moment!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Korto23
  20 août 2011
Le Miroir aux Vampires est un roman sur lequel j'avais mis mes envies littéraire depuis que les éditions Baam ! ont commencé à nous allécher avec leurs avant-premières sur Facebook. Je me suis dit que j'allais sauter dessus dès que je le voyais dans les rayons, mais j'ai eu l'occasion de l'avoir en partenariat avec Bibliofolie.
Pour son année de Terminale, Léa entre à l'internat du lycée de Compiègne. Sa colocataire est une jeune hongroise étrange et ténébreuse, qui semble avoir du mal à s'intégrer. Leur solitude finit par les rapprocher, en particulier lorsque des événements étranges surviennent au lycée. Et si l'incendie qui a ravagé le foyer, le suicide de l'un de leurs camarades de classe et les décisions étranges prises par la direction n'étaient pas uniquement dues au hasard ?
Léa est une jeune adolescente très studieuse. de ce fait, elle est habituée à se retrouver dans les meilleurs de sa classe et à être assez discrète. Pourtant, elle se distingue de la masse en voulant être différente. Ce que j'admire le plus dans ce personnage est qu'elle n'hésite pas une seule seconde à se faire respecter et crier bien haut ses opinions. Nora est la cobox de Léa (je vous rassure, ce n'est pas moi qui aie inventé ce mot). Arrivée d'Hongrie, elle paraît distante et marginale, mais on ne peut pas rester insensible face à ce personne plus qu'intriguant. Entre elles, on peut vraiment dire que les opposés s'attirent et la relation qui les réunit dépasse les stades de l'amitié. Pourtant, après les événements, j'aurais aimé en savoir plus sur cette connexion.
Je considère tous les autres personnages comme des rôles secondaires. Certes, certains ressortent très souvent par rapport à d'autres, mais ils n'apportent pas plus que cela à l'intrigue. Malgré cela, ils possèdent quand même quelques subtilités. Par exemple, Cerise est la peste de cette lecture. le premier qui ose me dire qu'il a des sentiments envers ce personnage, je le frappe moi-même car nous atteignons le paroxysme de la méchanceté gratuite.
La plume de Fabien Clavel est fluide et envoutante, mais un peu trop jeune… Avant de commencer à vous donner les différents points négatifs et positifs que j'aie à relever de cette lecture, je tiens à vous dire que la couverture en elle-même est absolument magnifique. L'auteur parvient à conserver l'ambiance qu'il donne à son histoire et ce, tout au long du roman. Il prend son temps pour nous décrire ce qu'il faut pour la compréhension du lecteur, sans l'inonder de détails inutiles. La mythologie vampirique présentée par l'auteur est très originale et les différents rebondissements vont bon train.
Fabien Clavel maintient énormément bien le suspense autour de ses personnages. Je peux vous assurer que toutes les prévisions possibles et inimaginables ont traversées ma tête ! le blog de Cerise apporte une certaine touche humoristique, mais j'aurais quand même voulu une orthographe un peu plus soignée… La finalité de cette lecture est assez rapide, mais complètement surprenante.
Venons aux quelques points négatifs à présent. Je ne pense que le choix du journal intime envers la soeur de l'héroïne soit la meilleure décision. Je crois que l'histoire aurait pu être bien meilleure sous la forme d'un roman normal. du fait que nous sommes dans un journal intime d'une jeune adolescente, la plume de l'auteur doit s'adapter à ce contexte. Pourtant, comme pour le blog de Cerise, j'aurais bien aimé quelques attentions grammaticales.
Conclusion, cette lecture est une agréable surprise. Maintenant, je serais bien tenté de renouveler l'expérience avec cet auteur, plus particulièrement avec le premier tome de L'apprentie de Merlin car je dévore tout ce qui touche à la légende arthurienne. Pour vite en finir, la fin de ce roman laisse supposer un deuxième tome à venir.
Lien : http://bibliodekorto.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
PerdreUnePlume
  21 juin 2012
J'étais assez curieuse de découvrir ce roman, après tout le genre jeunesse-urban fantaisie et bit-lit n'est pas très exploité par les français, je m'attendais donc à quelque chose d'un peu différent.
Finalement assez peu. Certes l'histoire se passe en France, dans un lycée de banlieue parisienne mais la distinction s'arrête là.
A dire vrai j'ai lu ce roman peu après Night School et le peu de différence est assez flagrant...
Ce qui me fait dire qu'au final on tourne vite en rond dans cette vague de littérature jeunesse fantastique, peu de romans se démarquent vraiment.
Pour autant on ne peut pas dire que l'on s'ennuie avec Clavel, c'est léger et gentillet avec un peu de suspens et c'est bien écrit.
Le fantastique bien que présent est toutefois diffusé par petites touches jusqu'à introduire une mythologie vampirique qui diffère légèrement des classiques habituels et qui réveillent un peu l'intérêt du lecteur.
Pour le reste c'est assez lent, le quotidien scolaire rythme l'intrigue qui prend son temps... Heureusement Nora, la camarade de chambrée de Léa, apporte une touche de fraicheur et de curiosité qui aident grandement à faire défiler les pages !
En résumé c'est un bilan mitigé. À la fois çà se laisse lire mais ça n'apporte pas grand chose de nouveau et pas la french touch à laquelle je m'attendais :s Encore une fois il ne s'agit que d'un premier tome, peut-être que les chapitres suivants donnent un peu d'ampleur à cette trame de fond mais je suis dubitative...
Lien : http://www.perdreuneplume.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Akajou
  27 juillet 2011
Léa arrive en terminale, elle pensait passer encore une année à travailler, mais le fait qu'elle intègre l'internat va modifier son quotidien. Plusieurs événements vont venir perturber sa vie : le foyer incendié, un étrange miroir, mais aussi une étrange colocataire hongroise ! Elle se rend peu à peu compte que les vampires sont parmi nous. Comment les démasquer ? Les arrêter ?! Les problèmes communs à toutes les lycéennes, le bal de promo, les contrôles, les révisions, et bien plus encore …
On retrouve ici, comme je le disais, une « lycéenne », j'ai plutôt eu l'impression de me revoir au collège ! Léa n'a pas une mentalité de quelqu'un qui va sur ses 18 ans, mais alors pas du tout ! Je retrouve tout ce qui est propre au collège : le cordon bleu de la cantine qui baigne dans l'eau, mais aussi le même sentiment que j'avais à cette époque : le fait d'avoir de bonnes (voir très bonnes) notes et que les profs/les parents fassent comme si cela était parfaitement normal (spéciale dédicace à toi, maman ;D !). Par contre, pour ce qui est de l'internat, je ne peux pas comparer. Et puis, quelle idée d'aller courir la nuit : oui, c'est bien ça, aller courir la nuit dans la forêt. Aucune personne sensée n'aurait l'idée de faire ça ! Quelques attitudes de Léa sont aussi un peu étranges. J'aurais compris si elle était américaine, comme dans beaucoup de livres, mais là, elle est française ! Au niveau de l'histoire elle même : euh … je n'y retrouve rien de bien intéressant. Pas grand chose de « vampirique » ici ! de plus, au début, on ne comprend pas beaucoup. Si on se penche vers l'écriture elle- même, on remarque que ce livre est rédigé comme un journal. En effet, Léa s'adresse à sa soeur. Bon, les « je » et les « tu », ça passe, mais à la longue, cela devient limite énervant. Plus précisément, on peut lire trois différents types de discours : les pérégrinations de Léa écrites par elle-même, l'avis sombre des vampires sur la nature humaine (très intéressant !) et aussi les magnifiques post de « Cherry92″ sur son blog. A propos de cette Cerise, j'ai trouvé ça tellement débile ! Premièrement, les fautes d'orthographes, d'accord etc (« cotidien » au lieu de « quotidien », ça pique les yeux). Je suis bien consciente que je fais aussi des fautes, mais je n'écris pas un livre ! de plus, les similis « C » ou « Ct » ne correspondent pas du tout à l'écriture sms des jeunes. C'est tout ou rien mais pas juste un mot ! A certains niveaux, la vie « lycéenne » (plutôt « collégienne ») est bien décrite, mais à d'autres : catastrophe ! En conclusion, je suis quelque peu déçue, je n'ai pas pris de plaisir à lire ce livre, je ne le vous conseille pas. Passez votre chemin et orientez vous plutôt vers d'autres livres vampiriques si c'est ce que vous cherchez.
Note : 9/20
Lien : http://akashew.wordpress.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
SlaySlay   23 janvier 2012
Je tends les doigts. Surprise, elle ne réagit pas quand j’abaisse le tissu, découvrant une plaie double. Elle a eu beau la passer au fond de teint, je distingue facilement deux empreintes de crocs, un peu crevassées.
“Qu’est ce qui t’es arrivé? je demande.
- Rien…
- Qui t’a fait ça?”
Noémie me repousse brutalement et remet son foulard en place (un Hermès bien sûr).
“Laisse-moi! elle crie.
- Mais tu dois me dire…”
Je n’ai pas le temps d’ajouter quoi que ce soit. Elle se met à trépigner, à hurler comme si elle faisait une crise de nerfs. Vaincue, je bats en retraite.
Les choses commencent vraiment à mal tourner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
c.brijsc.brijs   03 novembre 2011
Tout cela m'a presque donné envie de croire que les humains étaient enfin devenus une race évoluée. Mais, en les regardant vivre, j'ai pu me... rendre compte qu'il n'en était rien. Ces progrès techniques ne les ont pas transformés. Ils se comportent toujours comme des troupeaux de moutons, chacun copiant son voisin, l'imitant de son mieux, enviant ce qu'il possède. Leur inintelligence est désespérante. Ils ne méritent pas d'être traités autrement que du bétail.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
KyuuVKyuuV   17 juin 2014
C'est un livre prêté par un ancien ami, et encore heureux! Ce livre m'a totalement déçu et je me suis réellement lassée de l'histoire tellement l'action était longue à venir. Je ne suis même pas certaine qu'il y en ai puisque je n'ai pas terminé ce livre...

Je ne le conseille vraiment pas. Le résumé ne ressemble en aucun cas à la totalité de l'histoire.
Commenter  J’apprécie          10
Book4everBook4ever   20 août 2015
Personne n'a rien fait pour aider Lucas, pour le défendre. Ceux qui pleurent aujourd'hui sont les mêmes qui l'accablaient la veille encore.
Commenter  J’apprécie          40
EstherJulesEstherJules   15 juin 2017
Au retour du match, l'ambiance dans le vestiaire était assez tendue. Je suis la seule à prendre une douche, alors j'ai dû m'éloigner. Pendant que l'eau me coulait sur le visage j'ai entendu des trucs pas sympas du genre:
"Tiens, la Terminatrice protège Hit-Girl maintenant!
- C'est l'alliance des thons!"
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Fabien Clavel (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fabien Clavel
En 2018, Libretto fête ses 20 ans ! Une bonne occasion pour revenir avec son Directeur éditorial sur l'histoire de cette maison d'édition emblématique. Dans cette vidéo, il nous fait (re)découvrir les littératures de l'imaginaire à travers une sélection de titres incontournables.
0:37 Melmoth, de Charles R. Mathurin 1:15 Vathek, de William Beckford 1:38 Le Cavalier suédois, de Leo Perutz 2:20 La Source au bout du monde, de William Morris 3:12 Feuillets de cuivre, de Fabien Clavel 4:23 Les Aventures du chevalier Jaufré
Site dédié pour les 20 ans de Libretto : https://libretto20ans.fr/
La page Babelio pour les 20 ans de Libretto : https://www.babelio.com/20-ans-libretto
Retrouvez-nous sur : F A C E B O O K : Babelio T W I T T E R : @Babelio I N S T A G R A M : @babelio_ P I N T E R E S T : Babelio S N A P C H A T : babelio_off
+ Lire la suite
autres livres classés : vampiresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Décollage immédiat


8 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Décollage Immédiat de Fabien ClavelCréer un quiz sur ce livre