AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782246825708
400 pages
Grasset (06/04/2022)
4.2/5   5 notes
Résumé :
C’est l’été à Paris. Certains marchent d’un pas léger dans ce paradis de pierre et d’histoire. D’autres espèrent l’oubli ou la rédemption, sous le soleil éclatant. Et tous croient au destin. D’une chambre d’hôpital au Parc Monceau, des allées feutrées d’un ministère à la Colline du crack, d’un commissariat au Conservatoire, les distances sont comme effacées par le fleuve...

Max est sorti de prison. Il retrouve peu à peu ses sensations d’homme libre, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Christlbouquine
  07 juin 2022
Max Nedelec est sorti de prison après une longue année passée derrière les barreaux. L'occasion pour le quinquagénaire de renouer avec une vie normale, de retrouver Mélodie, sa fille ; Laure, la femme dont il est amoureux ; Gino, son neveu. de débuter dans un nouvel emploi, d'entamer ce fameux travail de réinsertion. Mais comment oublier cette période si sombre de sa vie ? Elle a laissé des traces indélébiles, d'autant que certains événements vont venir perturber son quotidien et le replonger dans ce qu'il aimerait fuir et oublier.
Quel plaisir de retrouver les personnages rencontrés dans le premier roman de Pauline Clavière, Laissez-nous la nuit. Chacun d'entre eux est arrivé à une nouvelle étape de sa vie et l'auteure entremêle dans ce nouvel opus les fils de leurs destins. On croise ainsi des anciens co-détenus de Max ainsi que ses proches dont les histoires parallèles finissent par tisser la trame d'un récit choral très prenant.
L'ensemble est sans contexte moins sombre que le premier volet qui se déroulait en prison et en montrait toute l'inhumanité. Il y a plus d'espoir et un peu moins de noirceur dans ce nouvel ouvrage même si Pauline Clavière dénonce une nouvelle fois ici les dysfonctionnements du milieu carcéral. Elle démontre ici toute la difficulté à retrouver une vie dite normale après le traumatisme de l'enfermement, à renouer les fils d'une vie qui s'est délitée et à faire face aux fantômes qui sont restés accrochés.
Il émane de ce récit une certaine tendresse et une pointe d'optimisme, présents dès ce joli titre, Les Paradis gagnés, et qui ne se démentiront pas tout au long du roman malgré les événements qui arriveront.
On pourra aussi noter chez Pauline Clavière le soin particulier qu'elle met à donner vie à ses personnages secondaires comme aux principaux dans ce récit qu'elle maîtrise parfaitement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ClaudineB
  30 avril 2022
Cinq mois que les portes se sont refermées derrière lui...cinq mois que l'Ecrou 29 312B n'est plus...et que Max, cinquantenaire, a retrouvé son identité après une plongée d'un an dans les ténèbres pour s'être quelque peu "arrangé" avec la comptabilité de l'entreprise familiale qu'il voulait sauver d'une faillite annoncée.
Mais suffit-il de purger sa peine pour recouvrer la liberté et "reprendre le cours de sa vie" ? Une évidence sur le papier...beaucoup moins dans la réalité de la jungle urbaine et sociale dans laquelle Max se retrouve lâché, en lutte permanente avec ses angoisses et ses fantômes du passé, sans oublier les menaces, elles, bien réelles, qui rôdent.
Car, il n'y a pas que Max qui est sorti... il y a aussi "La Bête", bien décidée à prendre sa revanche sur la vie.
Mais aussi Max, son codétenu, qui lutte pour sa survie dans une chambre d'hôpital, Ilan le réfugié qui cherche les siens, Laure, sa compagne, bien décidée à se libérer d'un passé qui l'emprisonne. Et tous les (ses) autres, fragilisés mais toujours debout.
Mais il y en a pourtant un qui ne le restera pas longtemps debout : le rouleau compresseur de la réforme du monde carcéral est en marche : des têtes doivent tomber. Et elles tomberont. Au ras du sol même....Lui qui, de son bureau au dernier étage "régnait" sur ses prisonniers, ne sera pas épargné par la puissance destructrice de la prison.
Finalement tous prisonniers...tous en lutte...tous aux aguets...tous écorchés... tous espèrent retrouver enfin leurs Paradis perdus, mais jamais oubliés.
"Laissez-nous la nuit" dont ce roman est la suite fut l'un des mes deux coups de coeur lecture de 2020. J'étais donc assurée d'en lire la suite le moment venu. Et je ne suis pas déçue. Quel plaisir de retrouver, Max, personnage principal attachant, comme le sont tous les autres personnages, chose rare.
Je ne sais pas si Max parviendra à atteindre ses Paradis gagnés...mais soyez assurée, chère Pauline, que c'est avec un immense plaisir que j'ai retrouvé votre plume si intense et gracieuse à la fois
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Elle   01 août 2022
Pauline Clavière maîtrise admirablement son récit, frôlant les tragédies, pour nous offrir un dénouement surprenant et lumineux. Les paradis ne sont définitivement pas perdus.
Lire la critique sur le site : Elle
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   09 avril 2022
Laure avait 17 ans quand son père découvrit qu’elle était une enfant illégitime. Une bâtarde. C’était d’elle qu’il parlait. Elle qu’il avait élevée, aimée jusqu’à l’adoration. C’est ce qu’elle pensait. Mais le cœur des hommes recèle des mystères qui les conduisent parfois à l’irréparable. Le père de Laure joua sa tragédie avec plus de ferveur que de raison et les condamna tous les trois. Son ego ayant embrassé l’éternité, le roi mourut, comme il l’avait annoncé, sans jamais revoir la bâtarde. Fin de l’histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   08 avril 2022
Faut que je me sorte de là. Le sang circule de nouveau dans mes jambes. Je tente de retrouver mes médocs, dans la poche intérieure de ma veste. Calme-toi Max. Respire. Je sens mes vertèbres qui se décollent une à une et la foule autour qui se presse. L’air brasse des odeurs contraires. Une alarme, un sifflet régulier, automatique, retentit. Les portes s’ouvrent avec fracas. La foule se précipite et les voilà partis, gobés par la Bête.
Une inspiration, profonde. Cinq secondes. Expiration.
 
Eh, t’as pas un pétard mon frère ?
Le faux caïd, encore. Je prends de l’élan en me balançant du fond du siège. Un vertige. Je tente de mettre un pied devant l’autre. Méthodiquement. Dans le paquet abîmé, je retrouve un cachet que je gobe sec. Saleté d’effets secondaires. Des semaines que ça dure. Je n’aurais pas dû arrêter si vite. Ils le disent sur la boîte : voir un médecin. Mais pas le temps. Pas envie. Faut juste tout couper.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   08 avril 2022
Le spectacle est usé, déjà vu cent fois, pourtant, il laisse le spectateur le cœur lourd d’autre chose. L’esprit enlacé par une mélancolie oppressante. Tandis que la ville au-dehors s’agite avec frénésie, que les gens vivent et courent, l’Ennui vous saisit à la gorge. Plusieurs fois, je me suis laissé prendre. Goûter, comme on se saoule, à la disparition d’un monde.
Montmartre me fait cet effet. Les touristes y viennent du monde entier admirer le Sacré-Cœur, regarder les peintres esquisser les mauvaises caricatures qui les laissent au soir les poches pleines et l’âme abîmée. Ceux qui sont restés savent que leur règne est révolu. Qu’ils sont les pantins aux costumes froissés d’une époque morte depuis longtemps. Ils jouent cette triste farce pour les guides, les photos, les fantasmes d’humains en manque de rêves.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   09 avril 2022
La Bête est à terre, blessée. Sortie de son enceinte, elle perd pied. Impossible pour elle de fondre sa carapace dans l’univers sophistiqué de la ville.
Je l’ai senti dès qu’elle a ouvert la gueule. La façon qu’elle a de rugir n’est plus la même. Sa force s’évanouit. Sa rage, bientôt, ne lui sera plus d’aucun secours. Sous son écorce autrefois impossible à percer, pointe déjà la peau fragile du jeune homme effacé, il y a des années de cela. Celui qui a mal tourné. Redouane Bouta. Celui de la cité des Argousiers. La Bête cherche un endroit où finir sa course, à l’abri des regards. Elle négocie sa disparition. Mais plus le temps passe, moins elle parvient à obtenir une issue à peu près digne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   08 avril 2022
Elle est là. Dos à l’écran, la bouche ouverte. Ses yeux cerclés de noir, ses deux galets d’onyx qu’il a tant adorés. Son élastique multicolore en étendard au-dessus de son crâne, ses ongles peints : sa femme. Comme à chaque visite, Marcos n’ose pas l’observer. Il garde les yeux soigneusement enfouis, avec le reste, amaigri par la chimiothérapie. Les dernières séances ont éprouvé son corps, réduit à quelques creux et bosses sur lesquels semble tendu un tissu de peau trop étroit pour les recouvrir tous. Un tissu rêche, fragile, dévitalisé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Pauline Clavière (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pauline Clavière
À l'occasion de la parution de son roman "Les Paradis gagnés" (Grasset), Pauline Clavière s'est confiée sur ses habitudes de lecture et d'écriture.
En savoir plus https://bit.ly/itw-P-Claviere
Notre sélection Littérature française Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Pauline Clavière (1) Voir plus




Quiz Voir plus

À quel(le) auteur(e) vous font penser ces questions ❓❓❓

Rodrigue, as-tu du cœur ?

Molière
Corneille
Racine

12 questions
63 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , écrivainCréer un quiz sur ce livre