AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221215931
Éditeur : R-jeunes adultes (22/02/2018)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 79 notes)
Résumé :
Ne souffrez plus pour être une Belle.

Dans le monde opulent d'Orléans, les gens naissent gris, ils naissent condamnés, et seules les Belles peuvent, grâce à leur talent, les transformer et les rendre beaux. En tant que Belle, Camélia Beauregard est presque une déesse dans cet univers où triomphe le culte des apparences.

Or Camélia ne veut pas se contenter d'être une Belle. Elle rêve de devenir la favorite choisie par la reine d'Orléans ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (56) Voir plus Ajouter une critique
Mikasabouquine
  27 juin 2018
Entre fantasy et dystopie, c'est avec plaisir que j'ai découvert ce tome 1 de "Les Belles". Je remercie chaleureusement Babelio et la Collection R pour cette masse critique!

J'ai passé un bon moment avec l'univers de Dhonielle Clayton. J'ai souvent lu que "Les Belles" était une histoire ressemblant à "La Sélection" de Kiera Cass. N'ayant pas lu ce dernier, je ne peux pas me positionner franchement. En revanche, je me permets d'émettre quelques doutes quant à la similitude de ces deux livres car hormis la thématique commune de la royauté, j'ai l'impression que le rapprochement s'arrête là...

En effet, dans "Les Belles" la dimension fantastique est très présente. L'auteure a mis en place une mythologie originale et très intéressante. Nul doute que c'est un univers qui se démarque de ses congénères. J'espère en revanche que les origines de cette mythologie seront davantage développées dans les tomes à venir car j'ai personnellement manqué de précisions "historiques". J'ai par contre beaucoup apprécié la place des femmes de couleurs et la mise en avant de leur beauté. Mais pas que! Dans ce livre, l'homosexualité est très présente puisque toutes ces femmes de la haute société (hormis les Belles) sont mariées à un homme afin d'assurer leur descendance, mais elles ont presque toutes une maîtresse et non un amant.

Même si je salue l'originalité, j'ai trouvé l'univers très superficiel - thématique de la beauté oblige. J'aurai pensé qu'à un moment donné une sorte de morale sur la beauté naturelle serait évoquée, mais non. Camélia dit Camille, a le pouvoir de modifier l'apparence des gens pour les rendre beaux. Même si elle admet volontiers que certains de ses clients sont beaux tels qu'ils arrivent au salon et n'ont pas besoin de beaucoup de retouches, elle trouve malgré tout toujours quelque chose à modifier dans leur physique et j'ai trouvé cela dommage. Je lui ai trouvé un côté prétentieux et en cela, je n'ai pas réussi à m'attacher à son personnage.

De même pour Auguste. Tout comme Camille il a un côté suffisant et imbu de sa personne. Même s'ils laissent tous deux transparaître des pointes d'humanité, de compassion ou encore de bon sens, quelque chose m'a gêné et m'a empêché de les apprécier profondément. Auguste est un personnage qui a du répondant et il se livre à quelques joutes verbales avec Camélia et ici aussi, moi qui apprécie beaucoup ce genres de dialogues piquants et dynamiques je n'ai pas adhéré. Il est dit explicitement à plusieurs reprise lors de leurs échanges qu'ils se livrent à une joute verbale. Hors, je préfère le constater par moi-même plutôt que l'on essaye de m'en convaincre.

Par contre, j'ai beaucoup aimé la personnalité de Remy. Mais ici aussi, il m'a manqué un je-ne-sais-quoi que j'attribue à mon sens à un manque de développement de la personnalité des protagonistes.
Sophia, quant à elle, est une antagoniste qui tient la route. On ne sait pas à quoi s'attendre avec elle. Complètement imprévisible et carrément sadique, elle m'a fait stresser plus d'une fois!

Du bon et même du très bon dans cet ouvrage mais aussi beaucoup de points qui m'ont chagrinés. En ajout à ceux déjà évoqués plus haut j'ai trouvé qu'il y avait quelques longueurs et que certains événements étaient malheureusement prévisibles. J'ai également constaté quelques problèmes de traduction ainsi qu'une inversion de prénom. Ce n'est malheureusement pas la première fois que je constate cela chez la Collection R et c'est vraiment dommage...
Par contre, le livre se termine sur un bon cliffhanger qui donne envie au lecteur de lire la suite... affaire à suivre... ;)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          116
BOOKSANDRAP
  21 février 2018
> https://booksandrap.wordpress.com/2018/02/21/les-belles-tome-1-dhonielle-clayton/

J'avais beaucoup d'impatiences mais aussi beaucoup d'attentes concernant ce livre étant donné toutes les bonnes choses que j'ai pu lire à son sujet. Grosse sortie du mois de Février, « Les belles » est LE bouquin attendu par énormément de lecteurs et lectrices en ce début d'année. Je me suis plongée dedans car je n'y tenais plus et je dois bien avouer que même s'il a quelques défauts, j'ai vraiment passé un super moment de lecture. C'est le genre de livre très addictif auquel vous pensez même lorsque vous n'êtes pas en train de bouquiner vous voyez ce que je veux dire ? Malgré les défauts qui me sautaient aux yeux je ne l'aurais lâcher sous aucun prétexte. Et c'est justement un des gros points forts de cette histoire c'est son côté très immersif et envoûtant qui vous emporte et ne vous relâche qu'une fois la dernière page tournée.

Ce qui pour moi fait la force de ce bouquin c'est véritablement son univers.
Le monde dans lequel nous sommes plongés est complet, détaillé, on a aucun mal à à imaginer toute la fantaisie qui l'habite et la loufoquerie des habitants d'Orléans. Prêt à tout pour être beau, ils dépensent sans compter et sans prendre en compte les risques qu'ils encourent. C'était génial. L'idée est complètement dingue, je n'avais jamais vu ça ailleurs. L'idée de mettre la beauté au coeur d'une intrigue était juste folle. C'était vraiment original et innovant pour le coup de développer une histoire sur quelque chose de superficiel tel que l'apparence physique. Et pourtant ça fonctionne. Et ça fonctionne même plutôt bien.
On aborde aussi, mais plus brièvement, toute la « mythologie » qu'il peut y avoir autour de ces fameuses Belles. A travers les générations passées et le côté casse cou et fouineur de notre héroïne Camélia on découvre certains secrets enfouis qui auraient mieux fait d'être tus à jamais. J'ai adoré pouvoir me plonger de temps en temps grâce à certains passages, dans le passé et découvrir comment les belles sont devenues si importantes, d'où elles viennent mais surtout d'ou proviennent leur don si convoité. J'ai trouvé l'idée vraiment géniale et dangereuse à la fois de voir de si près le besoin et l'envie de certains d'être parfait. C'est un univers très visuel et qui je pense serait formidable au cinéma ! Rempli de couleurs, d'odeurs « les belles » m'a vraiment bluffé par sa manière de se démarquer des autres univers de dystopie.

C'était absolument captivant de découvrir tout les coups bas au sein de la royauté.
J'ai été vraiment fascinée par cette manière qu'à Dhonielle Clayton, l'auteure, de rendre ses personnages tantôt chaleureux et tantôt glacial en un quart de seconde. J'ai adoré me plonger dans le cercle princier si je puis l'appeler comme ça et découvrir de quelles manières ils déforment la vérité pour obtenir ce qu'ils veulent. C'était à la fois terrifiant et addictif de découvrir, en étant au coeur même de l'histoire, ce côté très pervers et narcissique qu'ils peuvent développer pour être LA ou LE plus beau du royaume. Abus, manipulation, mensonges et chantages sont au coeur du programme, alors si vous n'avez pas peur de vous frottez à la princesse n'hésitez pas !

La psychologie des personnages est vraiment très intéressante. On découvre plus en profondeur Camélia, la reine, la princesse et beaucoup d'autres personnages et pourtant, chacun porte en eux un trait de caractère bien distinct qui nous permet vraiment de ne confondre personne et de vraiment nous les visualiser.
Sans m'être vraiment pris d'affection pour notre héroïne, la « Belle » Camélia, j'ai quand même apprécié la suivre. J'ai aimé son côté très sauvage et très libre qui ne suit pas toujours les règles établies. Mais le personnage qui m'a le plus surprise, c'est la princesse Sophia. J'ai beaucoup aimé la manière dont son caractère se dévoile chapitres après chapitres. Je ne l'ai pas aimé pour ses actes ni pour son comportement, mais j'ai aimé son rôle dans l'histoire. Pour être tout à fait honnête, si elle n'avait pas été là, et sans l'univers incroyable, je me serais surement vite lassée de suivre jour après jour, le quotidien de la Belle favorite au royaume.

Et c'est là où j'en viens finalement au gros point négatif de ce bouquin. le manque cruel d'action.
Alors attention, j'ai vraiment passé un super moment immergée dans cette histoire mais c'était pour moi beaucoup trop introductif. Il y avait à mon sens trop de longueurs. Trop de passages à rallonge où il ne se passe strictement rien à part les consultations de Camélia et ses lettres à ses soeurs et au bout de 300 pages ça en devient quand même redondant. Alors oui l'univers est génial, ça se lit extrêmement vite car la plume est très agréable et parce que ça reste intéressant mais pour tout vous dire il ne se passe pas grand chose durant la majeure partie du bouquin. C'est quand même un joli bébé de 500 pages et je pense qu'il aurait pu être un peu moins long. Ça manquait pour moi de rythme et de retournement de situations pour vraiment que ce soit une excellente lecture.

Néanmoins j'ai quand même vraiment bien aimé ce premier tome. Je pense qu'il faut vraiment le prendre comme un tome introductif comme je vous le disais, une petite douceur à se mettre sous la dent avant de croquer la suite qui j'espère nous apportera davantage d'acidité.
Je dois quand même préciser que durant les 100 dernières pages ça s'accélère davantage, il se passe un peu plus de choses, les masques finissent par tomber et certaines interrogations trouvent des réponses et ça c'était très appréciable. Mais ce qui me chagrine un peu (même si honnêtement ce fut une jolie découverte et que j'ai hâte de lire la suite), c'est que j'avais vu venir quasiment toutes les fameuses révélations. J'avais vu venir certaines grosses révélations qui sont censés laisser le lecteur sur les fesses. J'avais vu venir également la fin, j'aurais pu être surprise si l'auteure ne nous avait pas donné autant d'indices tout au long du roman. On nous laisse avec la tête pleine de questions et maintenant nous n'avons plus qu'à attendre 2019 !! Je vous le recommande ! :)

Lien : https://booksandrap.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Under_the_Moon
  04 juillet 2018
Dans le Royaume d'Orléans, de belles jeunes femmes scrupuleusement sélectionnées concourent pour être élue favorite et conquérir par l'occasion un certain pouvoir.
Mais dans un monde si lisse où la beauté est ordonnée, que se passe-t-il si on souhaite enfreindre les règles ?
Une dystopie avec un univers bien travaillé et surtout : bien écrit ! Ouf !!
En dehors de l'univers qui m'a complètement absorbée et les personnages qui m'ont beaucoup plu, je trouve que ce roman jeunesse soulève un questionnement intéressant.
Seul bémol : quelques passages un peu trop long qui diluent l'action et l'intérêt du lecteur. Avec ces quelques pages en moins, ce roman aurait sans doute été beaucoup plus percutant.
Je remercie donc chaleureusement Babelio et les éditions Robert Laffont pour l'envoi de cette dystopie que j'avais repéré dès sa sortie aux États-Unis !
Commenter  J’apprécie          120
Nyfa-Mars
  12 juin 2019
« Miroir, mon beau miroir, dit-moi : qui dit la vérité? »
Depuis que l'humanité a été maudite, les êtres humains sont devenus gris, ternes et tristes. Pour palier à ces défauts, la déesse de la beauté à envoyée les Belles, des jeunes femmes bénies par la Beauté elle-même, elles sont des magiciennes, capables de changer votre apparence, de vous métamorphoser en un être sublime. le peuple d'Orléans est devenu dépendant des soins des Belles; étant incapables de supporter leur condition de « gris ». Les êtres humains sont devenus frivoles, futiles, accro aux dernières modes. Car si la population est prête à payer pour devenir belle/beau, certains veulent rajeunir ou encore modifier leur structure osseuse. Des modifications dangereuses et interdites. Pourtant le peuple d'Orléans se précipite pour passer entre les mains des Belles, entretenant cette société des apparences où la beauté est plus importante que tout.
Dans ce monde, nous allons suivre Camélia Beauregard, une jeune Belle souhaitant devenir la favorite de la famille royale d'Orléans.
Les Belles est un roman qui offre un décor « royal » , un monde auquel j'accroche assez facilement en général. La spécificité des Belles est ce décor très « à la Française » avec des noms de lieux évoquant la France et des noms propres qui font penser aux favoris de la royauté Française à travers l'Histoire.
Le palais royal est très coloré, très bling-bling, très Louis XIV. Je me suis sentie dans un univers rappelant le film Marie-Antoinette de Sofia Coppola avec ses couleurs, l'abondance de mets raffinés, l'ambiance survoltée et bling bling du palais d'Orléans (Versailles) et j'ai apprécié. J'ai été fasciné par la mode, à la pointe de la nouveauté, qui change en un battement de cil. Les talents des Belles pour créer toutes les extravagances physiques possibles.
Mais franchement, j'ai été très perturbée de découvrir certains noms de personnages dans ce roman comme « du Barry » par exemple, tout en connaissant plus ou moins les figures historiques derrière ces noms (« la du Barry » était la maîtresse de Louis XV). J'ai toujours eu une certaine admiration pour la royauté, les familles royales, et j'aime énormément l'Histoire de France, alors je ne dirais pas que j'ai été totalement convaincue par cette inspiration Versaillaise.
A côté de ce décor, Dhonielle Clayton révèle une mythologie très intéressante, originale. En évoquant les dieux et déesses étant à l'origine d'une malédiction sur les êtres humains, l'auteure nous captive. Rapidement c'est le pouvoir des Belles qui a retenue mon attention. Les Belles sont admirées, aimées, idolâtrées pour leurs talents. Ce sont des semi-déesses. Fascinant? Pas si sûr.
Le constat de ma lecture au départ n'était brillant. J'ai mis un temps fou à éprouver un intérêt pour ce roman. Je me suis même demandé où était passée l'intrigue principale, tellement l'auteure nous assomme d'explications, de blabla et de descriptions. Je me disais « tout ce battage pour rien ». L'histoire met trop de temps à s'installer, l'auteure traîne en longueur et ça se voit… Je pense que le roman aurait pu largement être raccourci, aux vues de certains passages pas vraiment utiles. Je pointe du doigts, entre autre, la romance entre Camélia et un des personnages (qui était assez évidente) pas forcément convaincante. Et aussi, personnellement je n'ai pas accroché à ces petites rivalités entre Belles, à ces passages inutiles où Camélia pense trop, se languit, se pose des questions évidentes.
Je trouvais ce roman à l'image de son univers : beau à l'extérieur mais creux à l'intérieur. Jusqu'aux 100 et quelques dernières pages où j'ai eu une révélation. L'intrigue s'est intensifiée, avec de l'action, je n'ai pas vu les dernières pages défiler.
Concernant l'intrigue justement, j'avais vu la plupart des rebondissements venir de loin, le fait est que seul Camélia semble être trop aveugle ou trop immature pour se rendre compte du monde qui l'entoure. Malgré tous complots qui se préparent, pas si discrètement. Certains points m'ont un peu plus surprise comme le fait que l'auteure ait choisie de montrer la face sombre, presque gore de son univers. Oui, ça m'a donnée des sueurs froides. Oui, j'ai aimé ça. le jeu de dupes orchestré dans le roman était pas mal, les trahisons qui se dévoilent, c'est pourquoi le retournement de situation finale était bon mais (il y a toujours un mais) facile. Et prévisible.
En résumé, je dirais que Dhonielle Clayton arrive à nous faire réfléchir sur notre société qui est gouvernée par les apparences, les médias et la dictature extrême de la beauté, à travers son univers accrocheur. Un univers où la couleur de la peau de l'héroïne est juste une carnation et non un problème idéologique. Seul la beauté compte, qu'importe sa couleur.
Derrière sa belle couverture, le roman cache une narration en dents de scie, qui est clairement mal calibré entre moments « plats et inintéressants » et « action et rebondissements ». C'est beau, prometteur, mais j'attends de lire le second tome pour voir si les promesses à la fin de livre vont être tenues. Alors, oui, je suis un peu déçu de ce roman et je ne mettrais pas une note plus élevée que ça.
~∴~
Les points positifs :
– Un univers beau et cruel.
– Une mythologie originale.
Les points négatifs :
– Une première partie trop plate.
Bilan : Les Belles est un roman qui nous fait rêver par sa belle couverture. Sous ce papier se cache un roman qui tire son épingle du jeu par une mythologie originale, un univers très inspiré par la France et une intrigue qui arrive à faire mouche au moment final. Malheureusement l'écriture ne suit pas les belles idées de l'auteure. La narration plate du début laisse place à une successions d'actions prévisibles, jusqu'au final qui lui laisse place à un peu de suspens

Note : 13 / 20
Lien : https://masquedutemps.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
theannashaw
  22 février 2018
La beauté, accéder à l'idéal de beauté à grand renfort de régimes, de coups de bistouri et de petites astuces sont des thématiques récurrentes et le centre de très nombreux débats, sur le net, dans la presse et ailleurs. Et la beauté c'est justement le thème principal de la nouvelle série de la Collection R*, Les belles de Dhonielle Clayton.
Dans un pays à mi-chemin entre le Japon et la Louisiane, les Hommes naissent avec la peau couleur cendre, les yeux rouges et les cheveux semblables à de la paille suite à une malédiction ancestrale. Seule une lignée de jeunes femmes appelées les Belles ont le pouvoir de modifier les apparences. Dans un pays où la beauté est un luxe et une fin en soi ces jeunes femmes sont considérées comme des déesses autant que comme des outils. Camélia, l'une d'entre elles se prépare depuis le jour de sa naissance à devenir la favorite de la Reine. Mais les apparences sont parfois trompeuses et le rêve de Camélia pourrait bien rapidement devenir son pire cauchemar.
La première chose que j'ai aimée dans ce roman c'est que pour une fois l'héroïne n'est pas une jeune femme blonde est squelettique mais une belle femme noire et pleine de courbes. Dhonielle Clayton nous rappelle à travers le personnage de Camélia, mais également de ces « soeurs » et de leurs patients, que la beauté se cache dans la diversité et que vous êtes sublime quelle que soit la couleur de votre peau ou la taille de votre pantalon, un message qui fait du bien.
Mais ce n'est pas le seul que l'auteure nous fait passer. Dans ce roman où la beauté et la perfection physique sont une fin en soi, un but suprême à atteindre, elle illustre à merveille un adage bien connu « il faut souffrir pour être belle ». Dhonielle Clayton pousse même la mise en oeuvre de cet adage à l'extrême nous démontrant ainsi que parfois on s'inflige beaucoup de souffrance pour pas grand-chose et que la recherche de la perfection ne vaut pas qu'on y sacrifie sa santé voire sa vie.

Et puis il y a le monde où évoluent Camélia et ses soeurs, un monde où tout est basé sur l'apparence physique et le paraitre et où donc, en toute logique, des secrets, petits et grands sont dissimulés sous une épaisse couche de protocole et de faux semblant. Comme Camélia nous découvrons petit à petit que la vie de la cour n'est pas aussi glamour et fantastique qu'elle y parait.
Et quand les masques tombent cela fait vraiment froid dans le dos : meurtre, empoissonnement, espionnage, humiliation, torture et chantage sont au programme, le tout dans une ambiance boudoir, pleine de sucre et de satin qui nous donnent le tournis jusqu'à l'écoeurement. le monde créé par Dhonielle Clayton est un monde du trop, de la surenchère, un monde où les limites du corps humain sont sans cesse repoussées et où l'on glisse en un claquement de doigts de la franche camaraderie à la folie furieuse.
Les belles est donc un roman intense où se tisse lentement et insidieusement une trame de fond bien plus complexe que la simple recherche de la beauté. Une toile pleine de complots politiques et de mensonges, dont on prend conscience trop tard et que l'on regarde, horrifié, se refermer sur Camélia, devenue malgré elle le pion d'un jeu dont elle ne maitrise pas toutes les règles.
Une chose est sûre, vous ne ressortirez pas indemne de cette lecture qui vous fera réfléchir à deux fois avant de critiquer votre reflet dans le miroir. Un très bon roman qui marque le début d'une série forte aux messages forts enrobés dans une belle histoire fantastique entre magie et politique. Un vrai petit bijou dont j'attends maintenant la suite en trépignant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Under_the_MoonUnder_the_Moon   23 juin 2018
À une époque, les gens voulaient tous se ressembler. [...] Imagine que tous veuillent te ressembler à présent ? Qu'ils ne soient prêts à payer que pour avoir tes traits ? Il y aurait des millions de sosies dans les rues. Autant redevenir gris. La beauté réside dans la variété. La beauté, c'est le changement.
Commenter  J’apprécie          90
BOOKSANDRAPBOOKSANDRAP   20 février 2018
- Elle vous attend, murmure Bree.
je danse d'un pied sur l'autre, mal à l'aise.
- Elle est très en colère ?
-Elle a englouti un plateau entier de tartelettes au citron.
Commenter  J’apprécie          70
MikasabouquineMikasabouquine   24 juin 2018
Elle sourit, exhibant des dents tachées de rouge à lèvres. On dirait qu'elle a mangé une boîte de crayons de couleur.
Commenter  J’apprécie          90
FiftyShadesDarkerFiftyShadesDarker   04 juin 2018
Je serai la meilleure.
Ce sera parfait.
J'adore être une Belle.
J'entends frémir le sang de la fillette dans ses veines ; les battements de son pouls résonnent à mes oreilles. Je récite le mantra des Belles :
La Beauté es dans le sang.
Commenter  J’apprécie          30
Under_the_MoonUnder_the_Moon   30 mai 2018
Quel prix les gens sont-ils prêts à mettre pour leur apparence ?
Commenter  J’apprécie          120
autres livres classés : beautéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1098 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre
.. ..