AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782355846403
400 pages
Éditeur : Sonatine (31/08/2017)

Note moyenne : 3.63/5 (sur 240 notes)
Résumé :
Il y a pire que de tuer quelqu’un : ne pas savoir si on l’a tué.

Les auteurs de thrillers ne sont pas des personnes très fréquentables. Ils jouent du plaisir que nous avons à lire d’abominables histoires, de notre appétit pour des énigmes qui le plus souvent baignent dans le sang. Nous ne sommes pas très raisonnables. Ce jeu dangereux peut parfois prendre des proportions inquiétantes. Leurs ouvrages peuvent nous donner des idées regrettables, favorise... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (85) Voir plus Ajouter une critique
Antyryia
  10 septembre 2017

Roman à la construction très habile, Ne le dis à personne alterne les chapitres passé / présent avec un même narrateur. La subtilité et l'originalité comparé aux autres romans présentant cette structure, c'est que ...
Que ...
Bah merde. Qu'est-ce que je voulais écrire ?
Excusez-moi mais gros trou noir là. de quoi je suis en train de parler ?
Bon, réfléchissons.
Je suis sur un site qui s'appelle Babelio, j'ai ouvert un onglet "ajouter une critique", et je suis sur la page d'un roman de Paul Cleave. Logiquement, c'est que j'ai deux ou trois bricoles à raconter à son sujet.
Sauf que je n'ai plus la moindre idée des thèmes abordés dans le roman, et encore moins de son histoire.
C'est pourtant probablement le dernier livre que j'ai lu. Juste après ...
Tiens c'est vraiment étrange et guère rassurant. le dernier bouquin que je me souviens avoir eu entre les mains c'est Oui-oui et la voiture jaune.
Et j'avais sept ans.
On dirait que mes souvenirs jouent à saute-mouton, tout se mélange un peu dans ma tête.
"Les souvenirs fluctuent, ils s'agitent, certains se fixent, d'autres disparaissent."
Des pans entiers de ma mémoire se sont comme volatilisés.
Bon, il n'y a pas cinquante solutions. Si je veux venir à bout de cette appréciation, je dois à tout prix retrouver mon carnet.
Parce que ça au moins, je m'en souviens. Je prends des notes quand je lis. Je fais un petit résumé, je sélectionne quelques citations qui pourraient illustrer mon propos, et j'indique mes idées ou mes réflexions pour être sûr de ne pas les ... oublier.
Oui, j'ai conscience de l'ironie de la situation.
Je vais donc mettre la main sur mon petit cahier, et ça devrait suffire pour donner le change si quelqu'un lit ma critique.
Je devrais le retrouver dans un tiroir.
J'éteins la télévision au moment où la présentatrice fait part d'un meurtre particulièrement sanglant ayant eu lieu la veille. Un jeune femme a été sauvagement assassinée, pas très loin de chez moi.
Ca me rappelle quelque chose, mais à nouveau, impossible de mettre le doigt dessus.
Avant de me mettre à la recherche du carnet, je dois à tout prix vider ma vessie. Deuxième porte à gauche, juste à côté de la salle de bain.
Alors que je me soulage, j'entends une voix hystérique hurler :
- Mais qu'est-ce que vous faîtes dans ma chambre ? Vous êtes malade !
* * *
Suite à ma petite erreur d'appréciation, un aide-soignant m'emmène et me fait longer les couloirs d'un établissement qui ne ressemble en rien à ma maison. Jusqu'à une salle où me rejoint un médecin qui m'examine puis m'interroge.
- Est-ce que vous savez comment vous vous appelez ?
Petit temps d'hésitation avant que je ne réponde :
- Oui bien sûr, je suis Jerry Gray
- Ok Jerry, c'est bien. Et est-ce que vous savez ce que vous faîtes dans la vie ?
- Je lis des livres et je publie des critiques sur internet ? Je vais toujours à l'école ?
- Non Jerry. Vous êtes écrivain, vous avez quarante-neuf ans et vous résidez désormais dans cette maison de santé. C'est une structure d'accueil spécialisée.
Pourtant j'ai l'air plutôt en forme à l'exception de cette mémoire aussi trouée que du gruyère.
- Et quand est-ce que je peux rentrer chez moi ? Je dois à tout prix récupérer mon carnet.
- Ecoutez Jerry, calmez-vous. Vous avez d'autres préoccupations que votre journal intime actuellement.
- Ce n'est pas un journal mais un carnet !
- Ecoutez-moi, Jerry. J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle à vous annoncer. La mauvaise, c'est que vous souffrez d'un Alzheimer précoce, et c'est la raison pour laquelle vos souvenirs vous jouent des tours, que vous ne savez plus toujours où vous êtes ni ce que vous faîtes.
- Et la bonne ?
- Demain vous aurez sûrement encore oublié de quoi vous souffrez. Mais vous avez encore de bons jours, même s'ils s'espacent de plus en plus.
"Certains jours vous êtes parfaitement lucide, et d'autres vous ne savez pas où vous êtes, ni même qui vous êtes."
Allez donc vous reposer en attendant que la police ne vienne vous interroger.
- A quel sujet ?
- Vous avez encore disparu hier, quasiment toute la journée. Etant donné qu'un assassinat a été commis au même moment, ils aimeraient probablement savoir si vous avez été le témoin de quelque chose, ou si vous avez été impliqué d'une façon ou d'une autre.
A ce moment j'ai comme un flash, une révélation.
- Docteur, je crois que je suis coupable. Je me revois revêtu d'une armure décapiter tous mes professeurs. J'ai également pourfendu la principale, madame Rozanne, avec un "z", de mon épée parce qu'elle s'était transformée en zombie.
- Vous confondez encore ce que vous avez écrit et la réalité, Jerry. Vous me décrivez "Le collège maudit" que vous avez rédigé à douze ans alors que vous n'étiez qu'un pré-ado mal dans sa peau. A mon avis, vous n'avez jamais fait de mal à personne. Vous confondez parfois la réalité avec tout ce que vous avez écrit sous le pseudonyme d'Antyryia.
"Ce n'est pas juste le nom que tu inscris sur la couverture de tes livres, c'est le personnage que tu essaies de devenir quand tu écris."
* * *
De retour dans ma chambre, je soulève différentes lattes du parquet, jusqu'à accéder enfin à ma cachette. Dans laquelle se trouvent un pantalon tâché de sang et un long couteau aux reflets couleur rouille. Ca va être difficile d'expliquer leur présence ici aux forces de l'ordre. Je n'ai pas la moindre idée de ce qu'ils font ici. Serais-je réellement le tueur recherché ? Quelle autre explication plausible pourrait-il y avoir ?
"C'est ton putain d'Alzheimer, mon pote, ça t'embrouille le cerveau."
Comment est-il possible que la journée d'hier ait ainsi pu être totalement rayée de ma carte mémorielle ? Je devrais quand même m'en souvenir si j'avais tué quelqu'un. Pour quelle raison aurais-je pu commettre un acte aussi abominable ?
Vous avez une idée de ce que ça fait de ne pas savoir si on est un assassin ?
Comment je vais pouvoir me défendre ?
Et que font ces boucles d'oreille dans ma poche ?
"Qu'est-ce qui est réel, et qu'est-ce qui ne l'est pas ?"
"Quel que soit l'angle sous lequel j'analyse les choses, ça ne colle pas. Je le saurais si c'était moi."
Le temps m'est désormais compté. Heureusement, le fameux carnet est là lui aussi, j'avais du l'emmener avec moi quand j'ai quitté mon domicile. Et j'ai effectivement pris quelques notes sur le roman de Paul Cleave. Ca devrait suffire à exprimer mon avis. Je n'ai plus qu'à jeter mes idées en vrac et si j'ai le temps j'insérerai quelques citations au hasard.
* * *
- La dualité entre le personnage principal Jerry Gray et Henry Cutter ( l'homme qu'il devient lorsqu'il écrit des romans policiers ) n'est pas sans rappeler La part des ténèbres de Stephen King. Se cache-t-il derrière cet attachant personnage, malade et perdu, un monstre assoiffé de sang ?
On éprouve énormément d'empathie pour Jerry, mais on doute pourtant constamment de son innocence tant son alter-ego semble capable du pire pour trouver l'inspiration. La question n'est d'ailleurs pas de savoir s'il est un meurtrier, mais davantage de savoir qui il a réellement assassiné, et dans quelles circonstances ...
- Quel dommage de la part des éditions Sonatine d'avoir modifié le titre que le roman devait prendre initialement ( "J'ai tué ?" ), ainsi que la première couverture où ce "J'ai tué ?" était écrit en lettres de sang sur un post-it. Cela dit, si la nouvelle illustration est assez insipide, le titre "Ne fais confiance à personne" reflète particulièrement toute la paranoïa dont est victime Jerry, qui ne sait plus qui croire et qui ignore de quoi il est réellement coupable. Les indices se contredisent. Et bien sûr, son plus grand ennemi reste lui-même étant donné qu'il ne peut pas non plus se fier à sa propre mémoire.
- Alors que traiter d'un sujet comme Alzheimer pourrait paraître le meilleur moyen de perdre son lecteur, Paul Cleave parvient à garder le cap de bout en bout ( même si le roman s'essouffle un peu à la fin après un début absolument brillant ). Bien sûr, il y a de nombreuses ellipses et le roman ressemble à un puzzle auquel il manquerait des pièces. Mais si nous suivons le parcours chaotique d'un homme dont la vie est désormais régie par la confusion et l'absence de souvenirs, nous suivons aussi en parallèle les écrits fiables cette fois du Jerry passé. Un an plus tôt, quand sa maladie s'est déclarée, il notait consciencieusement à sa propre attention future le déroulé mouvementé de ses journées.
- Enfin, ce livre est un petit bijou d'humour noir. Avec un sujet pourtant grave, on reste constamment dans l'auto dérision. Jerry a toujours une personnalité pour présenter les évènements les plus dramatiques liés à sa maladie mentale avec beaucoup d'ironie, si bien que le lecteur peut se permettre d'en rire aussi. Et je pense en particulier à la voisine intrusive ou au mariage de sa fille qui, relatés sur ce ton, sont vraiment cocasses. Ce qui n'enlève rien à la description des ravages de la maladie, l'une des plus effrayantes qui soient.
En outre, et Paul Cleave le précise dans ses remerciements, on sent que l'auteur s'est particulièrement amusé en donnant quelques éléments autobiographiques à son personnage, auteur reconnu de polars.
Cette mise en abîme est elle aussi divertissante et l'écrivain en profite non seulement pour s'imaginer confondre son propre passé et celui de ses romans ( fruits de son imagination ), mais aussi pour délivrer quelques réflexions à mon avis plus personnelles sur le respect de la langue, et également sur les critiques littéraires qui en quelques lignes médiocres s'autorisent parfois à ruiner une année de travail.
* * *
Ca y est, ils sont là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5011
Crossroads
  11 décembre 2017
Et là, c'est le drame.
Mais qu'elle était lumineuse cette idée de faire d'un écrivain de polar touché par Alzheimer un potentiel tueur en série.
Mais qu'il était looong ce récit voulant trop jouer sur la corde raide et ne faisant que jouer avec mes nerfs.
L'idée de base était géniale.
Elle s'est diluée dans un développement abscons entretenant, certes, un doute légitime et durable mais n'offrant aucune aspérité susceptible d'aiguiller mon flair légendaire. J'adore me faire balader. Je goûte moins l'effort lorsqu'il semble sans fin.
Je suis patient mais j'ai mes limites, elles furent atteintes page 359 (quand même) où tergiversations, flottement, incertitude, tâtonnement et soupçons se taillaient encore la part du lion.
Si les cent derniers feuillets furent d'un tout autre calibre, si si, faut bien le reconnaître, le fait d'avoir anticiper un final ultra prévisible n'a pas vraiment rehausser une humeur déjà au moche fixe.
Ne Fais Confiance à Personne, bien moins à Paul Cleave, du coup, de par le fait, conséquemment...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          618
Stelphique
  01 septembre 2017
Ce que j'ai ressenti:…Une plongée vertigineuse dans la tête d'un écrivain de thriller!
« le diable est dans les détails. »
Je prends un Carnet…Sur la nouvelle page , j'inscris:
•Bonne nouvelle: j'ai encore toute ma tête pour lire le nouveau Paul Cleave!!!!
•Mauvaise nouvelle: Je viens de le finir aussi vite que Jerry perd l'esprit…
•Bonne nouvelle: J'ai adoré!!!!Je vais donc tout vous noter pour ne pas oublier que Paul Cleave m'a encore, et définitivement conquise par sa plume et son histoire aux frontières de l'oubli…

Ne fais confiance à personne est un thriller inoubliable qui exploite tous les chemins que Alzheimer peut ouvrir dans l'esprit d'un écrivain hanté par ses personnages de roman…Autant vous dire que Jerry souffre de ses absences et que chaque fois, qu'il ouvre les yeux, son quotidien est tourneboulé plus que de raison! Sa perception de la réalité va se flouter pour laisser place à ses fictions, et comme c'est un auteur de romans policier, il semblerait que les cadavres commencent à devenir envahissants, et bientôt, bien réels…Qu'à cela ne tienne, il prend sa plume et se lance dans un grand projet d'écriture, un Carnet très spécial….
"-Donc, la démence c'est quand on commence à raconter tout un tas de conneries, c'est ça?"
Pas facile de vivre et de résoudre des énigmes quand le Capitaine A, s'en mêle! Pauvre Jerry, lui, si fort pour monter le crime parfait dans ses romans va devoir batailler contre lui même, pour démêler le vrai du faux de ses perceptions et convictions qui tombent dans un néant sans fond…Ecrire son Carnet sera sa dernière bouée de sauvetage, à moins qu'il ne l'oublie…On sent bien l'effet implacable de Alzheimer: dans ses pages noircies de désespoir, on touche de près une des peurs les plus sourdes et d'autant plus effrayante: la perte de l'esprit…
"Réfléchis. Réfléchis Jerry.
Réfléchis et rappelle toi.
De quoi te souviens-tu?"
En tant que lectrice avide d'émotions fortes, je peux affirmer que ce Jerry m'a beaucoup touchée face à sa détresse, et que je reste encore une fois, scotchée par le talent fou de Paul Cleave qui nous sert un roman maîtrisé de bout en bout. On se perd avec délectation dans les méandres d'un esprit tourmenté, mais également en perte de vitesse. Toujours avec son humour noir, cet auteur nous régale de fausses pistes, vrais rebondissements et chemins détournés pour mieux piéger son lecteur. C'est un roman plus personnel, plus intime, plus mystérieux: un ouroboros de thriller passionnant! Just Perfect!

Ma note plaisir de Lecture 10/10

Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          478
LePamplemousse
  17 octobre 2018
Mêler la maladie d'Alzheimer et une intrigue policière était risqué, ça aurait pu très rapidement devenir embrouillé. Ce n'est pas le cas ici, où l'histoire se lit sans aucune difficulté.
On suit l'évolution de la maladie de Jerry Grey, un auteur de romans policiers qui souffre d'une forme précoce de la maladie. A peine âgé de 49 ans, Jerry va rapidement perdre le fil de sa vie et confondre les fictions qu'il écrivait avec la réalité. C'est pourquoi il raconte son quotidien, ce qu'il ressent, ce dont il se souvient et ce qu'il oublie dans un carnet.
Ces deux éléments, l'oubli et le carnet m'ont beaucoup fait penser au roman « Avant d'aller dormir » de S.J. Watson, où une femme amnésique tenait elle aussi un carnet lui permettant de se raccrocher à la réalité.
Mais là ou l'auteur est très fort, c'est que son personnage principal, en plus de tout oublier, va commencer à croire qu'il a tué des gens. Mais est-ce un effet de la maladie ou Jerry est-il finalement un meurtrier qui puisait son inspiration dans des meurtres bien réels ?
J'ai dévoré ce roman d'une traite, j'ai beaucoup aimé l'alternance des points de vue, les mots de Jerry issus du fameux carnet et les faits bruts racontés par divers proches de Jerry.
On comprend bien le processus de la maladie tout en suivant une intrigue policière qui tient vraiment la route et dont la fin m'a beaucoup plu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Epictete
  13 octobre 2017
Comment s'en sortir quand on a dans la tête sa propre personnalité, celle de son pseudonyme, celles de ses personnages, les faits réels et les meurtres inventés dans ses romans ?
C'est ce qui arrive à Jerry Gray, auteur for prisé de romans policiers, victime de la lente dégradation que vous impose la maladie d'Alzheimer. Il décide alors de rédiger chaque jour son « carnet de la folie » ou il consigne tout ce qu'il comprend des faits de la journée, afin de tenter de s'en souvenir plus tard.
Il alterne, comme les chapitres, entre les moments de lucidité, les moments de doute, d'abattement, d'incompréhension.
Il y a de l'humour et de la tendresse aussi dans ce texte, comme un sentiment très fort de paranoïa chez le héros qui a tendance à gagner le lecteur !
Jerry s'interroge : Pourquoi moi ? La maladie est-elle le prix à payer d'une vie un peu dissolue ?
Et cette interrogation le poursuivra jusqu'au dénouement.
Ce thriller est particulièrement bien construit et on reconnaît dans cette construction le talent de Paul Cleave.
Malgré ses 450 pages vous êtes conduit à travers cette histoire « folle » pour essayer de deviner la fin.
Qui manipule qui ? Y-a-t 'il manipulation ? Peut-on revenir en arrière, guérir de cette maladie ?
Si vous ne l'avez pas encore lu, voilà un thriller qui n'est pas près de vous lâcher, tout en suscitant en vous quelques réflexions sur la maladie, le couple, l'amitié, la fidélité…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          273

Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
emi13emi13   20 janvier 2018
Elle te donne carte blanche , pas vrai ? Tu peux dire ce que tu veux et tu n'es pas responsable parce ce que se n'est pas Jerry qui parle. C'est son foutu Alzheimer. Mais là , tu es responsable , parce que la moitié de la terre t'a déjà vu. Tu es devenu la risée de tout le monde , ce soir Jerry tu t'es ridiculisé , tu m'a humiliée , et tu as gâcher le mariage d'Eva. Je sais que tu es malade , je sais que les choses ne sont plus comme avant , mais comment suis-je censée te pardonner ce que tu viens de faire ?
P 287
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
AntyryiaAntyryia   05 septembre 2017
La vidéo en ligne a atteint plus de douze mille vues. (...). Il y a aussi plus de cent commentaires. Internet donne à tout le monde une voix, et il semblerait que les nuls en orthographe soient les premiers à en profiter.
Commenter  J’apprécie          170
Corboland78Corboland78   30 décembre 2017
« - C’est la démence. Il ne se souvient pas de ses propres histoires. – Mais vous vous souvenez des personnages, pas vrai ? demande Mayor. Vous vous rappelez les avoir tués. C’est pour ça que vous écrivez ? Parce que c’est un exutoire pour vous, parce que vous vous dites que ça vaut mieux que de commettre de vrais meurtres ? Je me suis toujours interrogé sur les types comme vous. » Jerry ne répond rien. « Moi je me suis toujours dit qu’un type qui écrivait le genre de livres que vous écrivez, eh bien, il devait y avoir quelque chose qui clochait chez lui, quelque chose de tordu. Sinon, pourquoi pondre tous ces trucs ? » (…) Quand vous allumez la radio et que vous entendez parler d’une pauvre gamine balancée dans une benne à ordure avec la gorge et la culotte en lambeaux, est-ce que vous vous dites : Bon ça va faire une bonne histoire ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
koalaskoalas   19 septembre 2017
Ajoute ça à ta liste. Tu n'es pas fan de voitures, ni fan de prêtres, ni fan de jeans ou de religion. Tu es fan de desserts. Et d'araignées au plafond.
Commenter  J’apprécie          200
LeCombatOculaireLeCombatOculaire   11 août 2017
Une chose que je me rappelle de ma vie d'auteur, c'est le nombre de personnes qui me disaient qu'elles voulaient écrire un roman. C'est un de ces métiers que tout le monde pense pouvoir faire, et j'ai toujours rêvé de dire à un avocat : J'envisage de plaider une affaire, ou à un chirurgien : J'envisage d'effectuer une transplantation cardiaque, comme si leur boulot n'était pas plus compliqué que le mien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Paul Cleave (55) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Cleave
Libraire au Rayon Polar, Annaïk vous présente trois idées de lectures, de cadeaux, trois indispensables !
Voici les polars qu'elle vous invite à découvrir :
En poche, le nouveau Paul Cleave fraîchement sorti en poche, "Cauchemar" le Livre de Poche https://www.librairiedialogues.fr/livre/17467734-cauchemar-paul-cleave-le-livre-de-poche le coup de foudre de l'année d'Annaïk... "Entre fauves" de Colin Niel aux Éditions du Rouergue https://www.librairiedialogues.fr/livre/17021103-entre-fauves-colin-niel-le-rouergue Une belle édition d'un classique, "Shibumi" de Trevanian aux Éditions Gallmeister https://www.librairiedialogues.fr/livre/17267987-shibumi-trevanian-editions-gallmeister
Et pour nous suivre, c'est là : INSTA : https://www.instagram.com/librairiedialogues FACEBOOK : https://www.facebook.com/librairie.dialogues/ TWITTER : https://twitter.com/Dialogues
À bientôt !
+ Lire la suite
autres livres classés : maladie d'alzheimerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2078 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..